Le journal de mon père (Taniguchi)

Le Journal de mon père
Taniguchi © Casterman – 1999

A 43 ans, Yoichi apprend le décès de son père qu’il n’avait pas revu depuis une quinzaine d’années. A reculons, il s’organise pour pouvoir se rendre dans son village natal quelques jours pour assister aux funérailles.

Le lecteur est témoin des retrouvailles entre Yoichi et les membres de sa famille avec qui il avait rompu les liens depuis plusieurs années. Malgré cette longue absence, tous l’accueillent avec joie et chaleur. Ensemble, ils vont se se remémorer les souvenirs de son enfance et revenir sur les raisons de sa longue absence.


C’est avec cet album que j’ai découvert l’univers des mangas. Une découverte tardive (2004) due à mon petit libraire qui souhaitait qui voulait me faire découvrir d’autres univers :  » je voudrais te faire lire des mangas, essayes ça… » avait-il dit l’air de rien !

Soit, dit la bonne fée, mais…. j’ai tout de même attendu l’été dernier pour me plonger dedans. Depuis, je dévore Taniguchi, je me suis lancée dans Tezuka et même apprécié la saveur d’un petit manwha.

Chuuut… ce manga se laisse écouter, il se laisse sentir et caresser… tant il nous dit de prendre le temps. C’est avec douceur que Jiro Taniguchi nous prend la main pour faire ce voyage, et c’est avec délicatesse qu’il nous dépose un peu moins de 300 pages plus loin, grandis et émus.

Sorti au Japon en 1995, il a été publié pour la première fois en France sous forme de triptyque (1999). Il est maintenant vendu en intégrale (le petit hic de cette version : l’ordre des bulles au sein des cases n’est pas toujours évident, ce qui saccade un peu la fluidité de la lecture).

Un ouvrage qui comporte de nombreux éléments autobiographiques. Tout en noir et blanc, repaginé pour satisfaire nos habitudes de lecture occidentale… mais on ne perd rien à la saveur de ce voyage intérieur. On y retrouve les thèmes fréquemment abordés par Taniguchi : l’importance du facteur « travail » dans la société japonaise, la famille, les valeurs culturelles comme le respect de l’autre et des traditions…

Le récit fait des va-et-viens sur deux périodes : la période actuelle (et le moment des funérailles) et les années 1950 où l’on s’arrête avec plaisir sur une odeur de saké, de printemps, de shampoing… au gré des souvenirs du personnage principal. Les questions qu’il se pose et les constats qu’il fait nous renvoie à nous. On s’arrête donc sur notre propre rapport à l’autre,  les sentiments que l’on ne met pas en mots par manque de temps ou tout simplement par peur du ridicule.

Ouvrage de référence du maître mangaka.

Ce qui est dommage, c’est que le début de la publication des œuvres de Taniguchi en France a presque coïncidé avec l’arrivée massive des mangas. Je pense que cette déferlante japonaise n’a pas permis à Taniguchi d’être accueilli comme il aurait du l’être. Noyé dans la masse, il a perdu beaucoup de lecteurs.

Vous trouverez chez moi des avis sur d’autres albums de Taniguchi (Un Ciel Radieux, Le Gourmet SolitaireUn Zoo en Hiver, L’Homme de la ToundraIcare, Mon Année, Le Sauveteur, Sky Hawk… voir aussi la rubrique Taniguchi sur ce blog)

Le tome 1 « Le Grand Incendie » a reçu la Mention spéciale du Jury Œcuménique de la Bande Dessinée en 2000. Le même Jury a Attribué son Prix un an plus tard à l’ensemble de la série.

Le Journal de mon père

Roaarrr ChallengeÉditeur : Casterman

Collection : Écritures

Dessinateur / Scénariste : Jiro TANIGUCHI

Dépôt légal : 1999 en France

ISBN : 9782203396098

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Journal de mon père – Taniguchi © Casterman – 1999

Advertisements

10 commentaires sur « Le journal de mon père (Taniguchi) »

  1. Excellent album, j’ai adoré!!Je ne sais pas si tu as lu « Quartier lointain » ou encore « le sommet des dieux », mais je suis sur que tu aimeras.Ce que j’aime vraiment chez Taniguchi, c’est ça manière de rendre un personnage presque humain, on s’attache à ce personnage…beaucoup d’émotion dans ses récits en tous cas!on a les mêmes lectures en fait ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s