V pour Vendetta (Moore & Lloyd)

V pour Vendetta, tome 1
Moore – Lloyd © Zenda – 1989
V pour Vendetta, tome 2
Moore – Lloyd © Zenda – 1989
V pour Vendetta, tome 3
Moore – Lloyd © Zenda – 1989
V pour Vendetta, tome 4
Moore – Lloyd © Zenda – 1989
V pour Vendetta, tome 5
Moore – Lloyd © Zenda – 1989
V pour Vendetta, tome 6
Moore – Lloyd © Zenda – 1989

J’ai eu un plaisir non dissimulé à relire cette série de MOORE et LLOYD. En revanche, mal m’en a pris de vouloir regarder l’adaptation cinématographique à la sortie de cette lecture. J’ai donc plus envie de parler de cette libre adaptation fantaisiste et scabreuse que de la BD en elle-même.

Synopsis de la série :

Novembre 1997, Londres.

Le dernier conflit mondial nucléaire a rayé l’Europe, l’Afrique et les États-Unis de la carte. La Grande-Bretagne est devenue un état totalitaire depuis une quinzaine d’années. L’extrême-droite est à la tête du pays et a effectué sa classique purification ethnique dès son arrivée au pouvoir. Tout accès au plaisir et à la culture est soigneusement sous contrôle (musiques, livres…).

« La guerre a mis fin aux luxes. La guerre a mis fin aux libertés ».

Chaque soir, la Voix du Destin parle au peuple et le tient sous le joug de la peur, le Pouvoir est méthodiquement organisé :

– la Main est la force armée de l’État, elle fait régner ordre et discipline,
– la Bouche représente les médias sur lequel le Parti a le monopole. De son antre, parle la Voix du Destin,
– L’Œil est vigilant à tout : télésurveillance de tous pour se tenir au fait des agissements de chacun,
– l’Oreille tend ses antennes et est à l’affût de ce que ses micros lui rapportent (écoutes téléphoniques, mouchards…),
– le Nez est une sorte de police scientifique,
– à la Tête, deux dirigeants : le Commandeur (un homme fait de chair et d’os) et le Destin (intelligence artificielle) sur lequel se base le Commandeur pour diriger le pays. Dans ce contexte, V, un anarchiste, souhaite ébranler le pouvoir en place et redonner au peuple son libre-arbitre et sa liberté. Il joue sur deux registres : se venger des violences qu’il a subies et faire tomber le gouvernement en attaquants ses emblèmes.

Voici une œuvre que l’on ne présente plus… du moins je pense. Dès le début de la lecture, on se laisse emporter dans cet univers. Un bon conseil donc : si vous souhaitez lire V pour Vendetta, assurez-vous d’avoir la série complète à portée de main. Car si dans un premier temps le graphisme peut vous rebuter un peu, vous vous rendrez rapidement compte que nulle autre touche ne peut mieux s’accorder avec cette ambiance.V pour Vendetta est tout bonnement diabolique.

MOORE mène son scénario de main de maître et LLOYD lui emboîte si bien le pas que j’en oublie que je ne suis pas censée entendre de la musique que V écoute, ni aucun murmure, ni aucune détonation, aucun cliquetis de serrure, aucune respiration…. « La vie est un théâtre. Une grande illusion » (propos de V, Tome 1).

Cette œuvre a initialement été écrite comme une pièce de théâtre : 3 actes, un entracte, un prologue. La première édition de la version française diffère de la découpe proposée par la version américaine. La VF, c’est 6 tomes de 6 à 8 chapitres chacun. La VO c’est 10 tomes de 3 à 5 chapitres. Certains chapitres étant positionnés différemment chronologiquement. Quelle utilité ? je n’en sais rien ? Si cela influence la lecture ? je ne pense pas.

V pour Vendetta est un petit bijou du 9ème art, tout bonnement.

Je ne m’étendrais pas sur une analyse de ceci ou de cela dans la BD. Je cherchais à mettre en lien un travail qui a été fait par des étudiants anglais (je crois) sur cette BD, mais pas moyen de mettre la main dessus. D’ailleurs si quelqu’un a cet écrit sous la main, je le lirais volontiers ! Ils y ont consacrés une année d’étude !

La sortie du film a pourtant relancé la série. Les ventes d’albums ont retrouvé une seconde jeunesse. Mais… bien mal m’en a pris de le regarder en sortant de la  lecture. Idée complètement saugrenue que je déconseille vivement à toute personne saine d’esprit. On lui accordera d’être un bon film d’action américain à gros budget (oups, pléonasme pléonasme !), mais il n’est qu’une très libre interprétation de la BD. Les deux seules choses que j’ai trouvé fidèles : le personnage de Dellia et le Chapitre « Valérie »… et le jukebox, j’allais oublier !

PictoOKPictoOKCultissime !

V pour Vendetta

Roaarrr Challenge
Roaarrr Challenge

Série terminée en 6 Tomes, désormais publiée en Intégrale

Tome 1 : Visages / Tome 2 : Vérités / Tome 3 : La Valse du vice /
Tome 4 : Valérie / Tome 5 : Voyages / Tome 6 : Victoria

Éditeur : Zenda

Dessinateur : David LLOYD

Scénariste : Alan MOORE

Dépôt légal en France : de janvier 1989 à janvier 1990

ISBN : voir la fiche série sur BDgest

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.


V pour Vendetta – Moore – Lloyd © Zenda – 1989 à 1990

Publicités

8 commentaires sur « V pour Vendetta (Moore & Lloyd) »

  1. Ah ! Le voici ^^ Ton article me donne extrêmement envie de lire cet ouvrage. Je vois que j’ai bien fait de regarder le film avant afin d’éviter d’être déçue.

    J'aime

  2. Et bien il est vrai que souvent les adaptations sont ratées que ce soit des adaptations de B.D, comics ou jeux vidéos. Pour V pour Vendetta, je n’avais aucun point de comparaison, on verra ce que je penserai du film lorsque j’aurais lu la BD.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s