Le gourmet solitaire (Kusumi & Taniguchi)

Le Gourmet solitaire
Kusumi – Taniguchi © Casterman – 2005

Je serais bien incapable de vous donner le nom de ce quadragénaire dans la fleur de l’âge pour qui le petit plaisir de la vie est la dégustation.

Voyage au travers du Japon par le biais de sa gastronomie.

Le Gourmet Solitaire est un album que je souhaitais me procurer depuis quelques semaines. Mes petits voyages sur la toile m’ont tout d’abord fait découvrir ce manga chez Yaneck, puis chez Loula. Forte des encouragements de Loula à découvrir cette œuvre, je me le suis enfin procuré cette semaine… et dévoré dans la foulée.

Je continue donc ma petite période manga du moment et vous propose de découvrir ce One Shot, publié pour la première fois au Japon en 1997 et arrivé en France en 2005.

Une nouvelle fois, les ambiances graphiques de Taniguchi nous emportent… le scénario de Kusumi me retient moins.

Je fais également un parallèle avec Le Promeneur de Taniguchi, sorti en septembre dernier, puisqu’on reste dans le contemplatif : même atmosphère, il ne se passe pas grand chose excepté que le personnage principal du Gourmet nous ouvre grand son journal intime des sensations gustatives.

Ce gastronome est un solitaire, il tient sa boîte d’import et de revente d’articles et d’accessoires de mode. A-t-il de la famille ? une soeur et un neveu… pour le reste on ne sait rien. A-t-il des amis ? certainement, mais il ne le partage pas ici. On le suit uniquement dans ses voyages d’affaire au travers du Japon. Découverte du Pays du Soleil Levant par le biais de ses spécialités culinaires.

Le sommaire de cet album est semblable à un menu de restaurant, sa lecture nous met l’eau à la bouche.

Les repas solitaires du « héros » l’amènent à diverses réflexions. Tout est introduit par le biais de la saveur : souvenirs rattachés à un lieu, à une odeur, habitudes de vie de ses compatriotes…. La relation à l’autre se fait grâce aux moments des repas, instants furtifs ou prolongés dans les restaurants qu’il fréquente (constats sur la personnalité d’untel, échanges…). Dans cet album, pas d’échanges directs ou très peu (juste pour passer commande), les dialogues les plus construits sont des dialogues sortis de ses souvenirs. Le Gourmet solitaire s’intéresse à son environnement immédiat quand il est en quête d’un endroit pour se poser et manger, les autres se mettent alors à exister… surtout quand il a une assiette devant lui ! Une philosophie de vie particulière… mais qui donne à cette œuvre cette ambiance qui lui est propre.

Beaucoup de scène en intérieur. Quant aux scènes en extérieur, elles se déroulent essentiellement dans les rues des villes japonaises. Les rares scènes d’extérieur sur des lieux ouverts (plage, parc..) sont magnifiques. Comme à l’habitude, on se délecte du fourmillement de détails dans le dessin de Taniguchi.

PictomouiUn livre agréable et très contemplatif . J’aime ces livres qui nous disent de prendre le temps de vivre. Un savoir-être et un rythme de vie qui nous échappent parfois. Quelques difficultés donc, à certains moments, à me représenter réellement le contexte dans lequel le personnage peut se trouver lorsqu’il fait référence à un  » Sushi tournant  » (sushi-bar avec happy hours) pour ne citer que ce passage.

A mon tour, je le conseille à tous les amoureux des petits plaisirs de la vie.

Le Gourmet solitaire

One Shot

Éditeur : Casterman

Collection : Sakka

Dessinateur : Jiro TANIGUCHI

Scénariste : Masayuki KUSUMI

Dépôt légal : octobre 2005 en France

ISBN : 2203373342

Bulles bulles bulles

Aidez-moi donc à choisir ce qui est le plus savoureux !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Gourmet Solitaire – Kusumi – Taniguchi © Casterman – 2005

Advertisements

8 commentaires sur « Le gourmet solitaire (Kusumi & Taniguchi) »

  1. « Un livre agréable et très contemplatif . J’aime ces livres qui nous disent de prendre le temps de vivre. Un savoir-être et un rythme de vie qui nous échappent parfois. »

    En effet! Je vous rejoins tout à fait là-dessus. Les autres oeuvres de Taniguchi me font un effet similaire. La joie des plaisirs simples 🙂

    Quelle finesse! Quelle subtilité!

    J'aime

    1. Le Gourmet solitaire et Le Promeneur sont les deux œuvres de Taniguchi qui m’ont mises en difficulté. J’ai toujours assez de mal avec les récits contemplatifs. Mais effectivement, chez cet auteur, la notion « d’art de vivre » est omniprésente. Un auteur très agréable et très complet.

      J'aime

  2. Une oeuvre que j’ai beaucoup aimé par sa tranquilité, sa gourmandise et l’introspection du personnage. J’ai découvert Taniguchi depuis peu mais c’est un auteur dont les mangas me déçoivent rarement.

    J'aime

    1. Je ne garde pas un souvenir ému de ce gourmet ^^ Un peu ennuyeux, trop contemplatif pour moi. Peut-être dans quelques années serais-je plus réceptive pour ce genre d’ouvrages mais j’avais été en difficulté pendant la lecture

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s