Lupus (Peeters)

Lupus, tome 1
Peeters © Atrabile – 2003
Lupus, tome 2
Peeters © Atrabile – 2004
Lupus, tome 3
Peeters © Atrabile – 2005
Lupus, tome 4
Peeters © Atrabile – 2006

Lupus LABLENNORRE et Tony UFFIZI se prennent une année sabbatique ensembles. Lupus sort de l’Université et Tony s’est fait virer de l’armée. Amis d’enfance, ils ont mis de l’argent en commun pour s’acheter un vaisseau et se retrouver un peu.

Leur quête leur fait croiser la route de Sanaa, une jeune femme paumée qui rêve de pouvoir admirer des paysages verdoyants.

En vadrouillant sur « les indispensables BD » de Bedetheque.com, j’ai repéré des titres qui m’étaient inconnus.

Lupus en faisait partie, bien que j’en avais entendu quelques bonnes critiques. Depuis, Lupus est sorti de ce classement, chassé par des sorties plus récentes. Ensuite, lorsqu’on m’a dit « science fiction », je m’attendais à autre chose, quelque chose de plus prévisible pour de la SF. Lupus aborde des questions existentielles et la manière de s’y confronter dans des conditions peu communes. On ne sait que le strict nécessaire sur les personnages principaux, ce qui de prime abord pourrait sembler austère. Cependant, Frederik Peeters nous aide rapidement à faire partie intégrante du voyage et de nous familiariser avec le trio… avec Lupus.

On évolue pendant quatre tomes en quasi huis-clos, peu de personnages extérieurs interviennent. Beaucoup de choses passent grâce à un humour décalé, toutes les vérités ne sont pas forcément bonnes à dire, mais elles sont dites.

Nous allons assister à la métamorphose de Lupus, son acceptation progressive pour sortir de l’adulescence dans laquelle il est emmuré. Le changement est réel. Sous nos yeux, le personnage va mûrir.

Il y a beaucoup de symbolique dans la manière de dessiner et de construire le scénario. Chaque tome est un thème. Chaque thème est une acceptation supplémentaire de soi, un cap à franchir. Chaque cap à un nom et un lieu :

Norad et la rencontre avec Sanaa, la fin d’une amitié avec Tony (tome 1),
Necros et la complicité avec Sanaa, Lupus s’ouvre aux autres (tome 2),
– la station de Lumen et le début de la prise de responsabilités (tome 3),
Arganis ou le retour aux sources (tome 4).

A la fin de la lecture, je me suis documentée un peu :

– Lupus : forme d’arthrite. Le système immunitaire, censé protéger l’organisme, se dérègle et se retourne contre lui. Des processus inflammatoires toxiques se déclenchent sans raison à différents niveaux : peau, articulation, etc… merci Doctissimo ! Quel excellent choix de prénom pour son enfant…
– Noradrénaline : composés organiques qui jouent un rôle dans l’attention, les émotions, le sommeil, le rêve et l’apprentissage… Dans le Volume 1, Lupus et Tony sont en permanence défoncés.
– Necros : signifie mort en grec… Dans le Volume 2, Lupus doit faire face à la disparition tragique de son ami.
– Lumen : signifie lumière en latin… Dans le Volume 3, Lupus change, il accepte de devenir responsable, il se prend en main… un nouveau Lupus.
– Arganis : l’Argan est une huile tirée de l’Arganier (un arbre très présent au Maroc) et sert à faire de la cuisine… euh, là je sèche !

Lupus s’épanouit dans des relations duales privilégiées. Tout d’abord avec Tony, son ami d’enfance, avec qui il passe la majeure partie de son temps à voyager ou à pécher dans les différents coins de la galaxie. Avec Sanaa ensuite, avec qui il ne s’avoue que difficilement ses sentiments et accepte tout aussi difficilement de se confier. Le temps d’une gestation sera nécessaire à Lupus pour se sortir de la rêverie de toute une vie.

PictoOKPictoOKLupus ou « la chronique d’une introspection ».

Très bonne série BD qui mérite sa place dans nos bdthèques. Quatre tomes noir et blanc d’une petite centaine de pages chacun. J’adore avoir des bonnes surprises… Lupus en est une. Une lecture que j’aimerais partager avec vous qui avez découvert cette série depuis longtemps… ou l’envie de la faire découvrir à ceux dont le cœur leur en dit. Un style agréable, je pense que d’autres ouvrages de PEETERS viendront rejoindre ma collection d’ici peu.

Lupus

Challenge Bu / Lu
Challenge Bu / Lu

Tétralogie terminé

Éditeur : Atrabile

Collection : Bile blanche

Dessinateur / Scénariste : Frederik PEETERS

Dépôt légal : de janvier 2003 à mars 2006

ISBN : voir le site de l’éditeur

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lupus – Peeters © Atrabile – 2003 à 2006

6 commentaires sur « Lupus (Peeters) »

    1. Hhmmm… (tousse tousse)… parce que c’est là une des séries pour lesquelles j’ai eu ces fameux coups de cœur. Pas de lassitude, des rebondissements à se laisser surprendre, des personnages à tomber, des délires qui nous font sourire… des trucs quoi.
      Et puis mince, je vais te dire que c’est l’auteur de « Pilules bleues » que tu as sûrement lu et que tu n’as pu qu’aimer 😛

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s