DMZ, tome 2 (Wood & Burchielli)

DMZ, tome 2
Wood – Burchielli © Panini Comics – 2008

Les combats se poursuivent entre les États libres et les États Unis.

Manhattan reste une enclave prise entre les feux des deux camps et connaît chaque jour des tirs hostiles tuant des civils. Les new-yorkais savent depuis longtemps qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes…

L’eau potable est une denrée rare, les attaques terroristes sont quotidiennes et Matthew (Matty pour les intimes) poursuit ses investigations afin de faire savoir au reste du monde que l’on continue à vivre ici, à se battre, parfois juste pour survivre. Matty est maintenant reconnu de tous, au sein même de la ville comme ailleurs. Il est devenu un symbole pour certains, un moyen de faire pression pour d’autres. Son plus grand combat est de gagner le respect de son employeur.

Quand la  FSA (Armée des États libres) le kidnappe, Matty ne  s’imagine pas qu’il sera obligé de servir d’intermédiaire entre les deux camps dans une guerre médiatique. En perdant sa neutralité de journaliste, il se sait en danger et va se laisser aveugler par une forme de paranoïa qui le fera agir sous l’impulsion. Déstabilisé par le fait de voir ses appuis mis à mal…. ses certitudes vont être ébranlées.

Une quête pour son garantir son intégrité.

Un style de narration original et très prenant, une position assez intéressante des auteurs quant aux rôles des médias, aux enjeux politiques en temps de conflit. Des perspectives de scénario assez intéressantes (en rapport à la marge de manœuvre existant autour du personnage principal) : sa personnalité, les liens qu’il peut avoir avec les différents camps (DMZ compris)… Un sentiment « étrange » (pour moi) ressort de ce tome où Matty est amené à sortir de la DMZ. La manière dont les auteurs créent une ambiance à ce qui est hors DMZ nous met sur le qui-vive. Matty est mal à l’aise, on sent des tensions palpables dans les relations. Pour nous lecteur, c’est aussi la première fois que l’on découvre ce qu’il y a « dehors ». On en arrive rapidement au constat que la DMZ est un lieu plus contenant que l’extérieur et surtout moins agressif pour Matty…  car il a plus de marge de manœuvre dans la DMZ, plus de libertés… phénomène que je trouve assez intéressant ! Matty est exposé à lui-même alors qu’il sait se protéger dans la DMZ car il y a sa place. C’est de l’extérieur que vient le danger.

Petit bémol sur le passage de relais au niveau dessin sur le chapitre 4 (« Zee, NYC »). Burchielli laisse la place à Kristian DONALDSON et son trait dans DMZ me déplaît. Les planches du lien que je vous ais mis ne sont pas colorisées, mais ça donne une idée du décalage avec les dessins de Burchielli.

Tout à la fois fiction critique sur nos sociétés et leurs outils médiatiques et politiques, DMZ a cette richesse de pouvoir aborder des sujets parfois tabous et dérangeants.

PictoOKPictoOKA l’identique du Tome 1 qui avait été une réelle surprise pour moi, le Tome 2 conserve un rythme soutenu et un scénario très crédible. Les personnages sont intéressants, le graphisme est superbe et le découpage des planches (et chapitres) donnent une réelle dynamique à l’ensemble. La construction de ce monde, la manière dont les personnages se construisent et les intrigues s’imbriquent, me fait penser à GTA (pour ceux qui aiment les jeux vidéos… je creuse l’idée ^^).

Une lecture que je vous conseille. Les autres tomes de la série accessible via les catégories en bas d’article.

Une interview de Burchielli si vous suivez ce lien. Et le site de Brian WOOD si vous suivez celui-là.

Extraits :

« Si tu as peur de mourir, mais pas de tes patrons, tout ira bien. Travaille sous tes conditions. Les gens le verront et te respecteront » (DMZ, tome 2).

« Je ne me suis jamais intéressé à la politique. A quoi bon ? La politique suivait son cours indépendamment de ce que les gens pensaient ou faisaient » (DMZ, tome 2).

« Cette ville a cassé l’élan de la guerre. Le seul endroit du pays qu’aucun côté n’arrivait à s’approprier. C’est la DMZ. C’est là qu’on vit. C’est chez nous. On ne la quittera jamais » (DMZ, tome 2).

DMZ

Tome 2 : Le corps d’un journaliste

Série en cours

Éditeur : Panini COMICS

Collection : 100% Vertigo

Dessinateur : Riccardo BURCHIELLI & Brian WOOD

Scénariste : Brian WOOD

Dépôt légal : janvier 2008

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

DMZ, tome 2 – Wood – Burchielli © Panini comics – 2008

2 commentaires sur « DMZ, tome 2 (Wood & Burchielli) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.