Le Pays des Cerisiers (Kouno)

Le Pays des Cerisiers
Kouno © Kana – 2006

1955, Hiroshima fête un triste anniversaire.

La ville et ses habitants ont été marqués à jamais par le bombardement d’Août 1945. Le traumatisme causé par les effets de la Bombe atomique est prégnant. Chacun est en quête d’une raison d’être et tente encore de comprendre les raisons de cette abomination. Aucun ne s’autorise à vivre et à intégrer la nécessaire acceptation de cette culpabilité d’être encore vivant.

Voilà une œuvre qui m’avait été conseillée par ma petite libraire il y a quelques mois déjà. J’ai eu besoin d’un temps de réflexion avant de me la procurer… la colorisation de la couverture m’avait rebuté car je pensais que c’était un Shojo (genre avec lequel je n’accroche pas)…

Le récit est réellement poignant. L’auteur nous livre avec humilité le quotidien des hommes et des femmes qui ont survécu à l’horreur. La difficile acceptation de la réalité, la difficile acceptation de soi et de la vie qui doit poursuivre son cours. Les trois chapitres de cet ouvrage abordent le thème de la quotidienneté à Hiroshima 10 ans après les faits. De ceux qui ont vécu l’horreur à ceux qui sont nés après. De ceux qui refusent de se souvenirs à ceux qui y font face. Rien n’est livré au hasard, tant dans les mots que dans les dessins. Un ouvrage dont il m’est difficile de parler, un témoignage que je ne veux abîmer. La postface de l’auteur offre une conclusion magnifique à cet ouvrage et je voulais vous en livrer le contenu, en faire un résumé est une prouesse qui m’est totalement inaccessible.

Le Pays des Cerisiers – Kouno ©Kana – 2006

PictoOKPictoOKComment ça deux coups de cœur en moins d’un mois ??

Réellement touchant, émouvant, juste… à lire réellement.

Cette œuvre a été primée par le Prix Culturel Osamu Tezuka en 2005 (Prix de la nouveauté) et par les Japan Expo Awards (le Prix Jury & le Prix public lui ont attribué le Prix Moriawase en 2007).

Extraits :
« Non, les gens d’ici ne sont pas naturels. Personne n’en parle. on ne sait toujours pas pourquoi c’est arrivé. Tout ce qu’on sait, c’est que quelqu’un s’est dit que notre mort importait peu. Malgré cela, on a survécu. Mais le plus effrayant, c’est que depuis, nous soyons devenus des êtres qui acceptent que d’autres aient pensés ainsi, et qui s’y résignent » (Le Pays des Cerisiers).

« A chaque fois que je pense que je suis heureuse… à chaque fois que je pense que quelque chose est beau… Je me souviens de toute cette ville que j’aimais tant, de tous ces gens. Je suis ramenée au jour où tout à disparu. Et j’entends cette voix qui me dit : le monde où tu vis n’est pas ici » (Le Pays des Cerisiers).

« Tout se serait bien passé si j’avais pu oublier » (Le Pays des Cerisiers).

« 10 ans ont passé mais ceux qui ont lancé la bombe atomique pensent-ils encore en me voyant : Hourra ! On en a encore tué une ! » (Le Pays des Cerisiers).

Le Pays des Cerisiers

Roaarrr ChallengeOne Shot

Éditeur : Kana

Collection : Made In

Dessinatrice / Scénariste : Fumiyo KOUNO

Dépôt légal : avril 2006

ISBN : 9782871299288

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Pays des Cerisiers – Kouno ©Kana – 2006

3 commentaires sur « Le Pays des Cerisiers (Kouno) »

Les commentaires sont fermés.