La Guilde de la Mer, tomes 1 et 2 (Peña)

La Guilde de la Mer, tome 1
Peña © La Boîte à Bulles – 2006
La Guilde de la Mer, tome 2
Peña © La Boîte à Bulles – 2008

Pattedôle et son fils, Gib, sont des Sinois soumis à la loi Muride.

En Muridie, un code vestimentaire très strict est en vigueur, son précepte de base étant que  « le vêtement est le garant de l’ordre social ». Même le simple mouchoir doit être réglementaire et Pattedôle va payer chez le fait d’avoir oublié ce principe.

Une nuit alors qu’elle sort malgré le couvre-feu, elle se fait arrêter par la garde Muride. Contrainte d’accueillir chez elle un contrôleur afin qu’il établisse le procès verbal de son infraction, elle panique et empoisonne le contrôleur avec de la mauvaise herbe. Gib rentre à se moment-là et aide sa mère à prendre la fuite. Mais l’alerte est déjà donnée. Gib et Pattedôle se précipitent vers les remparts du port. Au moment de sauter, Pattedôle a une brève hésitation. La garde est déjà sur eux. Malgré l’appréhension naturelle que les Sinois ont à l’égard de l’eau, Gib se jette à la baille mais Pattedôle est retenue par les gardes. Elle atterrit dans les bas fonds des prisons de Muridie alors que Gib est repêché par les légendaires marins de la Guilde de la Mer.

Aventure, société parallèle avec la Guilde, monde animalier aux personnalités fortes… beaucoup d’ingrédients pour construire une belle épopée. Légendes, mythes viennent compléter le tout pour finir de nous dépayser.

Je vais arrêter de vous le dire, j’aime cet auteur et ses univers où l’on retrouve une ambiance japonisante et, en fil rouge, des dragons qui marquent de leurs grosses pattes les différents albums. Ici, on est toujours dans le conte, à mi-chemin entre l’aventure et la fantasy. Lutte de pouvoirs, enjeux politiques, stratégies commerciales, manipulations…Un monde aux potentialités incroyables, à m’en donner l’envie de refaire des campagnes de jeux de rôles ^^

Mais à vrai dire, j’ai été un peu déçue par ce début de série (un peu j’ai dit ^^).

Pourquoi ? Parce que malgré tout le travail que cela a certainement demandé, je n’aime pas cette colorisation sur les dessins de Nancy PEÑA. Le rendu est inégal alors que le trait de l’auteur sait créer à lui seul une atmosphère envoûtante. Son trait se suffit à lui même. Globalement, les ambiances sont sombres et l’absence totale de dégradés ampute les mouvements. Autant sur d’autres albums / d’autres auteurs noir&blanc c’est un plus (Pachyderme par exemple où j’avais apprécié la colorisation sur les dessins de Peeters car elle donnait relief et profondeur), autant ici je trouve qu’elle tasse le dessin. Résultat : les scènes d’action ne sont pas fluides et les ambiances un peu ternes… dommage. Au niveau du scénario, le récit est parfois saccadé. L’absence de voix-off ne remplit pas son rôle de « transition » entre les nombreux personnages qui évoluent (en parallèle des personnages principaux). Une difficulté à me repérer sur la carte et à me représenter correctement les caractéristiques de chaque race. J’ai du reprendre ma lecture plusieurs fois pensant avoir sauté une page.

Pour le reste, passés ces désagréments, c’est un régal. Le monde est riche, construit, crédible. Les castes représentent chacune un maillon de ce monde aux codes vestimentaires très poussés. Enjeux de pouvoir, légendes et mythes des peuples… Il y a réellement lieu à dépaysement.

PictoOKQuelle épopée !! Mais je reste moins conquise que par mes autres lectures de Nancy PEÑA.

A venir le tome 3 intitulé « Au point croisé » annoncé à la fin du second tome. Je n’ai pas trouvé d’informations sur le nombre final de tomes de la série.

Extrait :

« Toute intégration à la société marchande de la Guilde procède du choix personnel et sans maniement par autrui de son habillement.
Ce choix inaugure pour le citoyen la libre conduite de son existence, de son statut et de son métier au sein de la Guilde, à condition qu’il se soumette aux valeurs communes qui soutiennent celle-ci.
Ce choix originel ne saurait toutefois être définitif. Tout citoyen est libre de changer d’habillement en conformité avec la ligne morale et sociale qu’il se donne, et ceci, autant de fois qu’il le désire.
Enfin, le citoyen s’engage à propager les valeurs de la Guilde, par son investissement dans ses activités marchandes, textiles et de confection  » (La Guilde de la Mer).

La Guilde de la Mer

Série en Cours

Tome 1 : Au point de devant

Tome 2 : Au point d’entre-deux

Éditeur : La Boîte à Bulles

Collection : Clef des Champs

Dessinateur / Scénariste : Nancy PEÑA

Dépôt légal : avril 2006 (tome 1) et juin 2007 (tome 2)

ISBN : 9782849530214 (tome 1) et 978-2-84953-051-1 (tome 2)

Bulles bulles bulles…

Synopsis quatrième de couverture :
« Dans un archipel de terres où chaque race animale (Murides, Sinois, Tigrisses…) contrôle jalousement sa propre île, seule la Guilde de la mer, consortium de marchands et d’aventuriers, préserve un lien économique entre les peuples et un certain universalisme en ses murs. Une série d’aventure alliant mondes merveilleux, chasse au trésor… ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Guilde de la Mer, tomes 1 et 2 – Peña © La Boîte à Bulles – 2006 et 2007

2 commentaires sur « La Guilde de la Mer, tomes 1 et 2 (Peña) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s