Ruminations (Peeters)

Ruminations
Peeters © Atrabile – 2008

« iwishyouamerrychristamsiwishyouamerrychristmas

iwishyouamerrychristmas… and a Happy New Year ! »

Et voilà, on rentre de nouveau dans l’univers de Frédérick Peeters d’une manière un peu atypique puisque cet album est un recueil de nouvelles. Ainsi, 26 histoires courtes publiées entre 1998 et 2007 se succèdent, campant des univers variés : reportage, récit autobiographique, fable futuriste, essai philosophique, critique de société, polar… Il m’a donc été difficile de vous faire une sélection de visuels tant les ambiances sont différentes.

En postface, le mot de l’auteur :

 » Soyons francs. J’aurais pu retravailler quelques histoires que je trouve datées, ou faire une sélection plus drastique. Mais je me rappelle mon grand-père qui me disait que lorsque l’on entreprend quelque chose, on le fait jusqu’au bout ou pas du tout. D’ailleurs, la preuve, mon grand-père a fini par se suicider. Bref. C’est comme l’histoire de la chaise bancale. On commence par scier un bout de pied, puis deux, et on se retrouve finalement le cul par terre. J’ai donc décidé de livrer ma chaise telle quelle, un poil déglinguée, soit, mais avec les pieds d’origine. Elle fera bien le bonheur de quelques antiquaires scrupuleux. A signaler toutefois que certaines couleurs ont été rafraichies en quadrichromie, les bichromies de base n’étant techniquement plus présentables.

Bonne lecture ».

En petit antiquaire scrupuleux, je me suis donc lancée dans cette lecture. Voici un aperçu du sommaire si vous voulez vous faire une idée du contexte initial de publications :

Les histoires sont de qualité inégale, plus ou moins passionnantes, plus ou moins intéressantes. Mon coup de cœur va au « Petit Pays du bonheur » : le narrateur est un chien qui habite sur une île paradisiaque du Pacifique (euh… je crois) et il nous décrit la lente invasion des touristes : « il me semblait qu’ils ne venaient que pour se montrer… que c’était pour eux le moyen de grappiller un peu du bonheur de mon monde… comme on grignote un gros gâteau, petit-à-petit… pour n’en laisser finalement que des miettes… ».

Des différences visibles dans la qualité des dessins, ce qui est assez normal compte tenu de la fourchette de 9 ans qui sépare la plus ancienne de ces nouvelles  (février 1998) et la plus récente (janvier 2007). L’occasion de découvrir des facettes de cet auteur que je ne connaissais pas : deux BD-reportages et 4 BD muettes ou quasi muettes (présence d’onomatopées). Des apparitions de ci – de là de références à la BD franco-belge comme Nestor (nouvelle sans titre publiée dans Écritures n° 14 de février 2004). La couleur fait son apparition dans le dernier quart de l’album mais on voit-là des bichromies/quadrichromies assez basiques incomparables au travail qui avait été réalisé sur Pachyderme.

Une difficulté à entrer dans certain de ces récits, c’est trop bref pour du Peeters, parfois frustrant. En revanche, certaines nouvelles se  suffiront amplement de  leurs 6 planches pour faire passer le message.

PictoOKJ’ai bien aimé mais je ne suis pas très objective car Frédérick Peeters est un auteur que j’affectionne tout particulièrement.

Une lecture pour les BD du mercredi de Mango.

Extraits :

« Chaque jour, elle choisit d’être heureuse… ou pas… en fonction des informations du matin… Lætitia avait besoin de sa dose quotidienne de références préfabriquées, comme un bébé de son biberon » (Ruminations).

« Et puis chaque soir, je me couche… je laisse la lumière allumée… je me claquemure dans ma tête… j’oublie la cage… j’oublie mes mains… j’oublie mes doigts… j’amarre mes yeux au plafond… et je me dis que vivre, c’est soit rêver, soit se souvenir… qu’il n’y a pas d’autres choix et que ma seule angoisse, c’est de perdre la mémoire ou de me réveiller » (Ruminations).

Ruminations

One Shot

Éditeur : Atrabile

Collection : Fiel

Dessinateur / Scénariste : Frederick PEETERS

Dépôt légal : mars 2008

ISBN : 978-2-940329-87-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ruminations – Peeters © Atrabile – 2008

9 commentaires sur « Ruminations (Peeters) »

  1. Il me faut me familiariser avec ce genre de dessins et je n’aime pas en général les histoires courtes mais je dois voir sur pièce. Il se peut que j’aime. En tout cas, je trouve très belle cette couverture.!

    J'aime

    1. J’aime beaucoup Peeters, ceci explique certainement cela car habituellement, je ne suis pas adepte des recueils de nouvelles. Si tu te sens d’attaque pour le découvrir, il y a Lupus (mais c’est en 4 tomes), Pilules bleues (une autobio sur le thème du couple et de la séropositivité de sa compagne) et Pachyderme (assez spécial, genre fantastique / monde onirique… où on peut perdre pied)

      J'aime

    1. bonne quête. J’espère que le principe du recueil de nouvelles ne t’arrêteras pas et je le redis : les nouvelles sont de qualité inégale (qualités inégales ?? je ne sais jamais si on met au pluriel)

      J'aime

  2. Marrant, on a un peu le même point de vue sur cet album. Pour moi, c’est très frustrant de lire des nouvelles de Peeters car beaucoup trop court. Même si certaines histoires sont absolument géniales (Laetitia n’existait pas en particulier). J’ai trouvé également très agréable de lire ces histoires par ordre chronologique. ça permet de voir l’évolution du dessin, de voir surtout comment il l’améliore au cours du temps. C’est un peu comme lire Lapinot et les carottes de Patagonie 🙂
    Mais c’est clairement un album à déconseiller pour quelqu’un qui ne connaîtrait pas l’oeuvre de Fred Peeters. Le mieux est de commencer par Lupus ou Pillules bleues.

    J'aime

    1. oui oui, Lapinot… j’y viendrais, j’y viendrais ^^ Et que dire de plus à ton commentaire… rien, je suis en tout point d’accord ^^ Lætitia c’est tout de même un peu étrange cette histoire pour moi, j’ai vraiment bien accroché sur le chien et son petit coin de bonheur, et puis sur la nouvelle qui parle de l’immigration aussi. Des fois j’envie les gens qui n’ont pas encore lu Lupus et Pilules bleues tu sais, j’envie aussi ceux qui n’ont pas encore lu Balade Balade ^^ Parce que ce sont vraiment des récits dans lesquels je me suis laissée emporter sans broncher et que … snif… même si je les relis, il y aura une partie de magie qui ne sera plus puisque je connais la fin… snif… mais des magies comme celles-là, je sais que j’en retrouverais encore et ça… c’est crôôôô bien ^^

      J'aime

    1. c’est trop particulièrement bien oui !! ^^ Mais si tu ne connais pas cet auteur, je ne te le conseille pas… Comme on disait plus haut dans les commentaires avec David, tentes-toi un petit Pilules bleues ou un Lupus… c’est succulent ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s