Jimmy et le Bigfoot (Girard)

Jimmy et le Bigfoot, tome 1
Girard © La Pastèque – 2010

Jimmy vit avec sa mère à Chicoutimi. C’est un adolescent timide et réservé, banal… enfin, banal jusqu’à ce que son ami mette en ligne une vidéo sur YouTube sur laquelle on le voit en train de danser. Depuis, c’est devenu une célébrité locale, tout le monde le reconnaît, collégiens, vendeur de fast-food… des tee-shirt de « Jimmy dansant » sont même en vente dans les commerces ! Pas facile pour un ado d’être aussi visible alors que généralement à cet âge, on préfère de loin pouvoir se fondre dans la masse.

Alors que Jimmy aspire à retrouver une vie moins agitée, son Oncle lui annonce qu’il a filmé le Bigfoot et qu’il voudrait lui aussi mettre en ligne sa vidéo…

A 28 ans, Pascal Girard est un auteur québécois qui publie depuis 2006. Il signe avec Jimmy et le Bigfoot son sixième album, un ouvrage qui parle de l’adolescence, de l’Amitié et des premiers flirts.

Au niveau graphique, le trait est simple, peu précis, ce qui pourrait correspondre aux dessins que le personnage principal fait dans ses carnets. Mais je ne sais pas si c’est là le souhait de l’auteur que d’imagnier Jimmy en train de dessiner maladroitement son jounal intime. A défaut, je trouve que cette technique a l’inconvénient de donner une forme trop naïve à l’ensemble, ce qui dessert le récit. Les fonds de cases sont assez minimalistes dans l’ensemble et l’utilisation des codes couleurs accentue ça et là les émotions (violence, gêne, tristesse, sentiment de solitude…). Les pastels viennent offrir une ambiance assez sereine… le tout prend la forme d’un album petit format à la couverture cartonnée, ce qui est assez inhabituel.

Quant au récit, il se passe de narration. Seuls les dialogues nous permettent d’avancer dans la lecture. On manque de transition, le rythme est un peu saccadé je trouve. Pour le reste, le lecteur peut s’impliquer rapidement, les personnages sont accessibles et spontanés. Avec un plaisir non dissimulé, on retrouve des expressions locales découvertes en France avec la série du Magasin Général de Tripp et Loisel bien que dans Jimmy et le Bigfoot, certaines d’entre elles restent trop imprécises pour le lecteur français. Dans l’ensemble, je trouve qu’on s’englue entre problématiques adolescentes et routine journalière.

Un livre lu en partenariat avec

pictobofC’est au deux tiers de l’album que je suis timidement entrée dans l’histoire que je survolais jusque-là, sans toutefois parvenir à m’attacher aux personnages. Je m’attendais aussi à un dénouement plus captivant mais, au final, une histoire en 46 planches qui ne nous apprend pas grand chose mais dont je retiendrais une morale plutôt optimiste sur l’amitié. Indiqué ça et là comme un début de série, cet album semble attendre une suite qui saura certainement lui donner un peu plus de panache. J’imagine que je dois être trop âgée pour prendre à cœur les petits bobos d’un jeune adolescent. En revanche, pour avoir pris le temps de parcourir le blog de Pascal Girard, j’ai repéré quelques petites curiosités que j’aimerais découvrir. A suivre…

La fiche éditeur, l’avis d’Epicure et de Dandan. Si vous voulez faire un tour sur le blog de l’auteur.

Jimmy et le Bigfoot

Tome 1

Série en cours

Editeur : La Pastèque

Dessinateur / Scénariste : Pascal GIRARD

Dépôt légal : 4ème trimestre 2009

ISBN : 978-2-922585-88-9

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jimmy et le Bigfoot – Girarg © La Pastèque – 2009

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s