Chaque chose (Neel)

Chaque Chose
Neel © Gallimard – 2006

Un petit garçon prend le train, il part en vacances avec son papa magicien pour la première fois avec en poche, un petit mot de sa maman inquiète de le laisser sous la responsabilité de son ancien compagnon. Affublé d’une belle-coupe au bol et de grosses lunettes rondes qui lui mangent la moitié du visage, ce petit bout d’homme est ravi puisque c’est aussi l’occasion de suivre son père en tournée.

Ailleurs, un jeune père dit « au revoir » à sa femme et à sa fille et prend le train lui aussi, visiblement inquiet. Un rendez-vous important l’attend : il va visiter son père hospitalisé.

Un bel objet que voici : petit format que l’on tient bien en main, un papier épais non glacé qui change des canons de beauté habituels, une colorisation sobre mais ô combien réussie et mise en valeur par des fonds de pages noirs… et environ 150 pages de plaisir. Au début de la lecture, deux ambiances graphiques se côtoient et nous rentrons sans difficulté dans ces deux univers. Marron/noir d’un côté, vert/noir de l’autre, c’est harmonieux et cela nous fait rapidement comprendre qu’un voile de pudeur et de tendresse est posé sur le récit. Les transitions entre ces deux mondes sont très fluides, les allers-retours sont nombreux et les récits/situations vécus par les personnages sont en miroir. Progressivement, ces deux atmosphères vont fusionner et, dans cette métamorphose, un nouveau panel de couleurs s’installe. Dans son sillage : de nouvelles émotions, de nouveaux non-dits et surtout, on se sent à l’aise dans la lecture puisque Julien Neel nous bichonne vraiment. L’affection pour les personnages va grandissante, on plonge dans les souvenirs des uns et des autres avec allégresse.

Chaque Chose c’est un « Road-movie, thriller médical et en même temps une bande-dessinée autobiographique » dira l’auteur dans une interview. On est touché et captivé par le récit qui exploite malicieusement les silences des personnages. On ne sait pas où s’arrête le récit et où commence la fiction… l’artiste permet de donner libre cours à notre imagination.

PictoOKUn bon moment de lecture et une belle découverte d’auteur. Julien Neel parle de la relation père/fils avec beaucoup de tendresse, de la mort mais sans le pathos… et propose une vision assez loufoque du monde médical… C’est tendre, poétique, amusant et le plaisir n’est pas gâché au moment où les deux histoires se rejoignent (difficile d’en dire plus sans spoiler)… je vous laisse découvrir tout cela. Une œuvre pleine d’humanité que je vous conseille.

Une lecture que je partage dans les BD du mercredi de Mango. Vous y prendrez à coup sûr d’autres très bonnes envies de lectures !

Chaque Chose

One Shot

Éditeur : Gallimard

Collection : Bayou

Dessinateur / Scénariste : Julien NEEL

Dépôt légal : novembre 2006

ISBN : 9782070572977

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chaque Chose – Neel © Gallimard – 2006

27 commentaires sur « Chaque chose (Neel) »

    1. euh… tu me verras lire Lou ! quand mon lutin aura l’âge de le lire. Je ne vais pas me tourner dans la lecture jeunesse sous prétexte que c’est du Neel ^^ J’ai eu l’occasion de lire quelques scénettes de Lou ! et franchement… c’est pas mon style ^^
      Après, ça fait 3 ans que tu connais Chaque Chose et c’est maintenant que tu en parles ?? ^^

      J'aime

        1. mdrrr, oui je t’ai lu m’sieur ^^ mais on en avait jamais parlé ensemble de celui-là… ou alors, je m’en souviens pas (oups !)^^

          J'aime

  1. Tu m’as convaincu. Faut que je me le trouve celui là.
    Et Lou!, c’est vraiment très sympa, tu as tort de ne pas te lancer. C’est un joli regard sur les adultes d’aujourd’hui. Et la relation mère/fille. ^^

    J'aime

    1. le problème avec Lou !, c’est que les scénettes que j’ai lues dans Tchô ! ne m’ont pas vraiment convaincues. Le problème aussi c’est que j’ai bien en tête ta chro sur le tome 1 de la série. Le problème c’est que je suis super partagée ^^

      J'aime

    1. je ne suis pas très Lou ! non plus ^^ Par chance, je n’ai que des garçons… qui peut être aimerons Lou ! Je verrais bien, me faudra être éclectique ! ^^

      J'aime

    1. Beaucoup de douceur et de tendresse dans cet album effectivement. Ce n’est pas un coup de cœur de lecture… mais je n’en suis pas loin ^^

      J'aime

      1. En même temps, il vaut vraiment le coup 🙂
        C’était un conseil de mon libraire d’ailleurs, qui a vraiment bien fait de me le mettre dans les mains. Généralement, j’achète sans hésiter quand on me donne un album, je sais que je ne serais pas déçu. Et là encore, c’est un très bon album, et tellement différent de ce qu’a fait Neel avec Lou!

        J'aime

        1. l’avantage d’avoir un bon libraire qui fait bien son boulot et qui connaît ses clients. Moi aussi, je fais très souvent confiance au mien et pas déçue.

          J'aime

  2. Une bd très touchante, j’aurais mis deux pouces en l’aire pour ma part. Mais tu fais comme tu veux ! C’était une de mes bd de l’année 2007.

    J'aime

    1. Oui… mais non pour les deux pouces chez moi ^^ Très touchante en effet, originale, un souvenir de lecture qui perdure mais il manque un tout petit truc qui fait que je ne suis pas sortie subjuguée par cette lecture. Il s’en est fallut de peu pour les deux pouces ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s