Page noire (Giroud & Lapière & Meyer)

Page Noire
Giroud – Lapière – Meyer © Futuropolis – 2010

Côté cour, Kerry Stevens est une jeune critique littéraire embauchée par une Maison d’édition qui compte dans ses rangs l’un des romanciers les plus prometteurs de sa génération : Carson McNeal. Le mystère dont il s’entoure intrigue la jeune femme qui aimerait décrocher une interview, toujours en quête d’asseoir sa notoriété professionnelle. Côté jardin en revanche, c’est l’inquiétude. Son père est rongé par son cancer et ses jours son comptés. Suite à une vieille querelle entre eux, ils ne se voient plus depuis des années et malgré l’état de santé alarmant de cet homme, Kerry n’ira pas le voir. La visite de sa jeune soeur cadette ne parviendra pas à la faire revenir à de meilleurs sentiments.

Et puis Kerry a d’autres objectifs en tête. Son employeur, la sachant férue de McNeal, lui confie en avant-première un extrait du dernier roman de l’auteur… elle va se passionner pour Afia, la nouvelle héroïne de l’auteur et se résoudre à lever le mystère qui entoure cet homme.

J’avais repéré Page Noire ces derniers temps puisque quelques avis sont déjà publiés sur la blogosphère mais pour tout dire, ce qui m’a mis la puce à l’oreille, c’est avant tout la présentation que l’éditeur fait de cet album. En avant-propos, une présentation de Claude Gendrot explique la genèse de ce récit née d’une rencontre en 2004 entre Denis Lapière et Franck Giroud et d’une envie commune d’écrire à quatre mains sur une idée originale de « destins croisés de deux femmes. Sur chaque double page, à gauche la destinée de l’une, à droite l’histoire de l’autre. Ainsi fut fait, à cette différence que le système, quelque peu rigide et artificiel, des doubles pages a été abandonné ». Quelques années plus tard, Ralph Meyer se joint à eux. « Il délaisse ici le trait réaliste, qui a longtemps été sa marque de fabrique, pour privilégier un graphisme traduisant toute l’ambivalence des personnages ».

Passé ce long préambule, parlons de l’album. L’exercice n’est pas évident car si certains ont envie de se lancer dans cette lecture, je ne voudrais pas non plus leur gâcher le plaisir de la découverte. Franck Giroud a écrit les passages concernant Kerry et Denis Lapière ceux d’Afia. Leurs styles se complètent bien et créent une intrigue intéressante. Le rythme est soutenu et bien dosé, la tension va crescendo, malgré un certain déséquilibre en milieu d’album, au moment même où les choses se posent pour Afia, il y a un gros passage à vide du côté de Kerry, ça manque de cohérence. Pour le reste, les auteurs nous trimbalent. On doute en permanence, les rares certitudes qu’on pense avoir sont rapidement balayées.

J’appréhendais des transitions difficiles mais la lecture est fluide et les graphismes de Ralph Meyer nous aident en cela. Il s’est adapté à chaque scénariste, créant ainsi une ambiance propre à aux deux univers identifiables du premier coup d’œil que ce soit par sa teinte ou son traitement. Pour Kerry, Ralph Meyer utilise un dessin assez basique sur lequel il applique des teintes de bleus (colorisation à l’ordinateur) ; l’ambiance se veut sereine mais on sent les personnage sur leurs gardes, ils tombent difficilement leurs masques et les faux-semblants sont nombreux. Pour Afia en revanche, le dessin est léché, une colorisation (au lavis ?) de rouge/marron crée instinctivement une tension alors que les personnages de cet univers sont plutôt francs, fragiles. J’ai bien accroché avec la seconde ambiance qui exploite sans complexe des jeux d’ombre et de lumière rendant le tout chaleureux. Ce jeu sur les contrastes des visuels donne une dynamique supplémentaire au récit et accentue l’idée que les récits se font écho. Un album assez prenant qu’on lâche difficilement… ou pas ^^

Je remercie les Éditions Futuropolis qui m’ont permis de découvrir cet album !

PictoOKOn se pique au jeu de faire des suppositions sur qui est qui et qui porte la casquette de marionnettiste. Quelques rares déceptions sur des dénouements prévisibles en cours de récit mais Page noire est un bon thriller et qui plus est, innovant par sa forme.

D’autres avis sur cet album : celui de Krinein et bd.blogs.sudouest.

Page Noire

One Shot

Éditeur : Futuropolis

Dessinateur : Ralph MEYER

Scénaristes : Denis LAPIERE & Franck GIROUD

ISBN : 9782754808583

Dépôt légal : août 2010

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Page Noire – Lapière – Giroud – Meyer © Futuropolis – 2010

7 commentaires sur « Page noire (Giroud & Lapière & Meyer) »

    1. J’aime beaucoup ces nouvelles expériences dans lesquelles les auteurs se lancent comme dans Page noire par exemple. On était plus habitué au scénariste unique qui s’entoure d’une équipe de dessinateurs. Le travail de Ralph Meyer est vraiment impressionnant, je l’avais lu dans Berceuse assassine et La Mangouste, je ne pensais pas qu’il avait autant de cordes à son arc. Très sympa !^^

      J'aime

    1. ben oui… forcément ^^ J’en reviens toujours à la même chose mais je retiens d’avantage le coté graphique de l’album que le scénario

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s