Je mourrai pas Gibier (Alfred)

Je mourrai pas gibier
Alfred © Guy Delcourt Productions – 2009

Un carnage au fusil, des douilles partout dans la chambre, il a tiré par la fenêtre, excité par les gens qui s’agitent en bas… ce lycéen a pété les plombs. « Ils ne tiennent pas à ce que je me foute en l’air. Mais n’importe comment, il y a toujours moyen (…). J’avais d’ailleurs prévu de conserver deux cartouches pour ma pomme. Sauf que j’ai du me laisser emporter par l’euphorie, je les ai toutes tirées ».

Les flics viennent d’arriver, ils ont maîtrisé le forcené et commencent leur sale besogne, celle de compter les blessés, les morts, de faire le tour du propriétaire. Intérieur banal qui ne laissait pas présager le drame. Nous sommes à Mortagne, un petit bled qui ne paye pas de mine, un lieu du bout du monde perdu en pleine campagne, deux employeurs font vivoter le bassin d’emploi : une scierie et un domaine viticole embauchant à 50/50 les hommes du village.  Cela crée un clivage et nourrit une haine ancestrale au sein de Mortagne.

Cette BD est une adaptation d’un roman de Guillaume Guéraud, lui même tiré d’un triste fait divers. Alfred dessine et scénarise l’ensemble, viennent ensuite s’apposer les couleurs d’Henri Meunier sur cet univers très particulier.

Le personnage principal parle de son geste et revient les circonstances qui l’y ont conduit. Il présente alors « le décor » : un monde rustre, rural et étriqué. Seule trêve dans le vain combat scierie/vigne : la chasse, moment enfantin où les haines se taisent et que les clans lèvent leurs fusils de concert pour dégommer leurs congénères à poils ou à plumes. Charmant ! On rentre progressivement dans la tête du personnage à mesure que l’on cerne les codes de vie bien huilés de sa vie et qu’on comprend qu’il se débat pour éviter l’avenir déprimant et  mortifère de la scierie. Alfred nous assomme : gros plans, portraits, paysages… les angles de vue se succèdent et imposent leur rythme. La colorisation crée une atmosphère morose, une violence latente. Un bruit monte en sourdine, la tension s’installe et grandit à mesure qu’on avance dans la lecture même si son dénouement nous est dévoilé dès la première planche. On étouffe dans ce monde étriqué où le libre-arbitre n’est pas de mise, où les frontières relationnelles sont érigées vulgairement, où l’on évite soigneusement de se confronter à l’inconnu.

PictoOKJ’ai bien aimé. Je me suis sentie oppressée pendant la lecture mais après tout, ce carcan social n’a-t-il pas eu cet effet sur le personnage principal ? Simple, sans fioritures et percutant… Album à ouvrir en ayant la certitude d’avoir une heure bien à soi car impossible de refermer le livre en cours de lecture.

L’interview d’Alfred sur BDGest’, les chroniques de Lelf, Val et d‘Hectorvadaire.

Extrait :

« A Mortagne, on n’a pas vraiment les moyens de réfléchir en fait. On a bien un cerveau, mais rien d’autre à mettre dedans que du raisin, des planches, de la sueur et du plomb. Pour le reste, on n’a pas les armes qu’il faut pour changer les choses » (Je mourrai pas gibier).

Je mourrai pas gibier

One Shot

Éditeur : Delcourt

Collection : Mirages

Dessinateur / Scénariste : ALFRED

Dépôt légal : janvier 2009

ISBN : 978-2-7560-1313-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je mourrai pas gibier – Alfred © Guy Delcourt Productions – 2009

Auteur : Mo'

Chroniques BD sur https://chezmo.wordpress.com/

29 réflexions sur « Je mourrai pas Gibier (Alfred) »

  1. perso, j’ai eu un peu de mal à la lire … je confirme, il faut bien avoir heure bien à soi pour le lire !!
    C’est dans l’excès de violence où j’ai eus du mal … mais bon ce carcan social … pfff, on en vois de ces trucs !!

    J'aime

    1. oui, on en voit de ces trucs !! Après, bizarrement, je trouve qu’il y a moins de violence dans cet album que dans Jolies Ténèbres ! Bizarre, je préfère peut être quand la violence est directe… dans Jolies Ténèbres, c’est bien trop fourbe !^^ Je dis aussi de bêtises tiens, on ne me changera pas 😉

      J'aime

  2. C’est très intéressant ce que tu dis zazimuth, parce que dans ce cas là, Alfred a vraiment réussi son adaptation.
    J’ai eu exactement le même sentiment à la fin de la lecture de la BD. C’est aussi ça qui fait peur…

    C’est un excellent album !
    Et non Mo’, arrête de démonter ce pauvre Jolies Ténèbres 😛
    (à force de me l’esquinter, l’œuvre va finir par perdre de sa superbe ^^)

    J'aime

    1. c’est vrai que j’aimerais bien lire le roman de Guéraud pour me rendre compte. Et relire la BD ensuite, j’ai bien aimé la manière dont Alfred a traité le récit
      Après pour Jolies Ténèbres… bah… j’ai pas aimé, j’ai pas aimé ^^

      J'aime

  3. Oui, mais moi je suis d’accord avec Lunch. 2/2. ^^
    Sinon, cet album là reste un très bon album, avec une ambiance malsaine qui vous fait presque prendre parti pour le tueur.

    J'aime

  4. Deux filles évidemment 😛
    Tiens, faudrait faire une étude, pour voir. C’est peut-être une question de psychologie homme/femme, qui fait que nous percevons à des degrés différent la violence ou le plaisir de lecture de cette BD.

    J'aime

  5. Percutant oui ! ça a été une petite claque pour moi, cet album ! Faut nous écouter quand on te dit de sortir des titres de ta PAL ! 😉
    J’ai lu aussi le roman de guéraud après mais ça ne m’a pas fait le même effet. Les faits étaient plus expliqués et l’absence de surprise pour la fin en a limité la force.

    J'aime

  6. J’ai découvert d’abord le roman qui m’a fait l’effet d’un petit uppercut puis cette très bonne adaptation qui donne une autre « chair » au récit. J’ai aimé les deux énormément.

    J'aime

    1. Dans la mesure du possible, je préfère toujours commencer par l’adaptation, ce qui m’évite d’être déçue car on trouve généralement à redire sur les choix qui ont été faits. Ici, je ne sais pas, Alfred est assez élogieux sur le roman, toi aussi, Choco est plus réservée, d’autant qu’elle aussi a commencé par la BD. A suivre… ^^

      J'aime

Répondre à Vero Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.