A Renaud (Diglee)

A Renaud
Diglee © Manolosanctis – 2010

A 83 ans, Georgie se raconte à cœur ouvert et revient sur sa relation avec Renaud. Elle n’avait que 20 ans quand elle l’a rencontré.

Dans son synopsis sur A Renaud, Diglee nous précise que cette histoire s’inspire du témoignage de sa grand-tante.

L’auteur a réellement su créer une atmosphère propice à ce témoignage. Le traitement graphique des dessins nous fait penser aux BD américaines des années 50′. Les angles de vue alternent pleines pages et découpes de planches plus dynamiques (gros plans sur un détail du visage, un objet…). Les personnages ont beaucoup de classe, ils sont expressifs, charismatiques, torturés parfois. L’auteur utilise le noir et blanc avec de forts contrastes, mettant ainsi en valeur le moindre détail.

Le récit alterne de longs épisodes de narration de Georgie mêlés à des bribes de dialogues dont elle se souvient. C’est un tête à tête troublant entre une femme, sa conscience et ses souvenirs. Elle nous guide dans ses souvenirs, nous ouvre les pages de son journal intime, huis-clos chaleureux dans lequel on voyage entre passé et présent de manière fluide. Sa voix-off nous raconte les moments les plus marquants de sa relation affective, une histoire d’amour passionnelle et fusionnelle. Les sentiments sont intacts, aussi précieux qu’au premier jour de sa rencontre avec Renaud. J’ai écouté ce personnage sans broncher, j’entendais presque sa voix que j’ai imaginée assez grave, une voix à la Jeanne Moreau. Une femme très touchante, sincère qui nous raconte son histoire d’amour avec un soupçon de nostalgie mais dépourvue de tous remords, de tous regrets.

Quelques planches supplémentaires aux 17 pages originelles ne m’auraient pas déplu, certains passages auraient gagnés à être étoffés afin que certaines choses ne se contentent pas d’être devinées par le lecteur. Cependant, une bonne partie de ce récit se passe de mots tant le graphisme est au service du récit, des émotions et ce, avec beaucoup de pudeur et de respect.

Une lecture que je partage avec Mango.

Mango

PictoOKPictoOKNotre affect carbure à 200% et c’est peut-être cela qui fait la magie de cet album.

Diglee signe ici son premier album, c’est un auteur que je dirais… très prometteur. Elle sévit sur la blogosphère depuis 2007 et a été nominée pour le prix de la Révélation Blog 2008.

Un autre avis sur la blogosphère, celui de Bulles et onomatopées.

A Renaud

Éditeur : Manolosanctis

Collection : Médée

Dessinateur / Scénariste : Maureen WINGROVE alias Diglee

Dépôt légal : janvier 2010

ISBN : 978-2-359-76003-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A Renaud – Diglee © Manolosanctis – 2010

Publicités

19 commentaires sur « A Renaud (Diglee) »

  1. J’ai bien envie de lire cet album dont les dessins et l’histoire me plaisent bien. Quel nom retenir de préférence? Maureen WINGROVE ou Diglee?

    J'aime

    1. Je ne sais pas quel est le nom à retenir. J’ai tendance à dire que c’est le pseudo mais elle ne l’a pas fait apparaitre sur la couverture de l’album. Je suis un peu dans l’expectative… ^^ Je n’ai toujours pas lu ton billet d’aujourd’hui (je suis curieuse de savoir quel album tu as présenté mais j’ai eu un impondérable… je te lirais dimanche je pense)

      J'aime

  2. J’aime beaucoup quand les graphismes se suffisent à eux mêmes. Une BD qui me semble très belle !
    (pardon pour le double comm, j’ai juste corrigé ma faute!!)

    J'aime

  3. J’ai toujours beaucoup aimé les BD en noir et blanc, dans ce cas précis, ça rajoute sûrement de la profondeur au témoignage de l’héroïne… Très beau !

    J'aime

    1. je crois que c’est ce qui m’a permis d’imaginer la voix de Georgie, de la matérialiser. Je ne sais pas si tu liras cette BD mais en tout cas, je te la conseille vivement ^^

      J'aime

    1. essayes de prendre le lien direct que j’ai mis en réponse dans le commentaire de Théoma et celui de Manu. Cela te permettra de te faire ta propre idée. La version papier dispose de quelques planches supplémentaires

      J'aime

    1. c’est en ligne en tout cas, chez Manolosanctis. Je trouve que c’est une réussite pour un premier album. Après, cette proximité avec la tante a joué plein pot avec moi. J’avais lu d’autres avis qui trouvait le récit « fleur bleue »… ça passe ou ça casse avec ce thème je pense

      J'aime

  4. Bon je viens d’aller lire mais je ne suis pas bcp plus convaincue malgré quelques belles phrases sur cet amour passionné. J’accroche pas des masses au dessin en fait.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s