Les voyages du Docteur Gulliver (Kokor)

Les voyages du Docteur Gulliver, Livre 1
Kokor © Vents d’Ouest – 2006
Les Voyages du Docteur Gulliver, Livre 2
Kokor © Vents d’Ouest – 2008
Les Voyages du Docteur Gulliver, Livre 3
Kokor © Vents d’Ouest – 2009

Lemuel Gulliver, modeste médecin, est un homme dévoué, altruiste et rêveur. Habitant une ville portuaire, nombre de ses clients sont de vieux marins à qui il doit imposer -à contre cœur- de rester à terre. « Tous ces hommes de mer, explorateurs ou pêcheurs, n’auraient pas eu de famille que je les aurais encouragés même les plus faibles, à remonter sur un bateau… la mer les aurait emportés ». D’autant que Lemuel rêve de pouvoir prendre la mer et partir à l’aventure. Il vit modestement avec sa femme Clémence et reçoit généralement, en paiement de ses consultations, de la nourriture, de menus objets… ou se contente simplement d’un sourire. Les fins de mois sont donc difficiles.

Un jour, une frégate royale accoste au port. L’équipage a besoin d’un nouveau docteur et le Capitaine propose à Gulliver d’embarquer avec eux, lui promettant un salaire qui le mettrait lui et sa famille à l’abri du besoin pour de nombreuses années. Clémence accepte finalement avec regret le départ de son mari…

Kokor… Kady, Balade Balade, Le commun des mortels (bientôt… j’espère). Un auteur dont je ne connaissais pas le nom il y a 6 mois et que David a glissé sur ce blog quand j’ai relancé un « Faites-moi lire » en mai dernier (à ce sujet, je me suis un peu égarée, entre les challenges et k.bd… j’ai levé le pied sur la découverte de ces conseils de lectures).

Nous voici rapidement happé par l’univers du Docteur Gulliver, un univers dépaysant où se mélange pauvreté, crasse et chaleur humaine. Un récit imaginaire intemporel. On se croirait au 19ème siècle mais Kokor y a greffé quelques anachronismes architecturaux (les deux tours du World Trade ?) et des clins d’œil qui jalonnent le récit (les Beatles s’installe dans le second tome, on les retrouvera dans le tome suivant, mais ce n’est pas la seule référence musicale que Kokor exploite). On est perdu dans le temps, on se laisse guider par le récit et c’est bien agréable !

Le héros a, pour le moment, trois voyages à son actif puisque la série est en cours et devrait logiquement se clore avec un quatrième et dernier album (à l’image de l’œuvre originale de Jonathan Swift). Les voyages du docteur Gulliver est une libre adaptation du récit de Swift (Wikipédia se charge se dépoussiérer nos vieux souvenirs de lecture : « Cette œuvre, écrite à la première personne et divisée en quatre parties, marque un sommet de la satire sociale et politique au travers d’éléments mêlant, sur le mode du pamphlet ou de la description narrative, de la philosophie, de la logique, du fantastique et de la science-fiction. Ces récits, très riches, mêlent, en les relativisant, critique et raison, folie et pamphlet, fantastique et science-fiction »).

Avec Kokor, on en découvre plus sur le personnage de Gulliver : d’où lui vient cet attrait pour les voyages ? a-t-il une vie de famille ? que fait-il quand il ne voyage pas ?… Comme dans Kady ou Balade Balade, cette série est l’occasion pour l’auteur de dénoncer les travers de notre société (politique, religion…). Le premier volet de la série nous conduit logiquement auprès des Lilliputiens, petits êtres dynamiques, pragmatiques et censés… pacifistes pour Kokor. Avec eux, on revient à l’état de nature, à des valeurs comme le respect de l’environnement, des coutumes et des traditions. La présence de ce grand Blefuscu chamboule leurs repères. Le ton de l’album est mélancolique, à l’image du personnage principal assez extérieur à lui même et nostalgique. Des teintes neutres (beaucoup d’ocres et de marrons) renforcent cette atmosphère. Je m’y suis ennuyée bien que j’ai accroché avec les personnages. Le second tome nous emmène aux pays des géants. Monde futuriste, société qui prive ses sujets de toutes libertés : liberté d’aller et venir, liberté de penser. Impossibilité d’accéder à un meilleur statut social. Propagande. Omniprésence et omnipotence de l’État policier. Cet univers fait écho à celui de Gulliver puisque son monde n’a qu’un pas à faire pour se sombrer dans ce totalitarisme. Dans ce contexte, va naître une histoire d’amitié invraisemblable en le Docteur Gulliver et une petite fille du nom de Pom qui va lui offrir, secrètement, un refuge et lui ouvrir les portes du royaume magique de sa chambre. J’ai aimé cet album dans lequel on ressent la tendresse particulière qui unit les deux personnages principaux. Complicité et instants magiques à découvrir ! La troisième histoire se passe dans le monde de Gulliver et Kokor laisse une grande place au fantastique. Gulliver est marqué par son précédent voyage, le souvenir de Pom est très présent. En parallèle, le peuple est saigné à blanc par les impôts et se fédère (mouvement syndical ouvrier), l’heure de la révolte est imminente. Des personnages très humains. Face au peuple ? Un despote ! Un maire que des rêves de toute puissance ont rendu fou. Il rivalise de méchanceté avec ses sbires et des méchants qui trouvent toujours plus vilains qu’eux et qui témoignent d’ingéniosité lorsqu’il s’agit de trouver des stratagèmes afin que le peuple soit saigné à blanc. Une satire sociale qui mêle humour et jeux de mots. Cet album est un réel coup de cœur.

Des allées-venues entre les voyages « oniriques » et le « monde réel » rythment le récit. Ces trois albums sont de beaux objets. Le trait est maîtrisé. Les couleurs sont magnifiques. On oscille entre des planches très chaleureuses -composées de bleus vifs et d’ocres magnifiques- et des planches plus sombres où des rouilles, des marrons et des gris mènent la danse. La colorisation est complétée par des jeux de hachures qui renforcent émotions et sentiments en les mettant en contraste avec la noirceur et la crasse de cet univers. Un contraste régulier entre joie et nostalgie et un personnage principal auquel on s’attache réellement.

Une lecture conseillée en mai par David, cette chronique intègre le Challenge « PAL sèches » du Bar

Une lecture que je partage également avec Mango et les participants aux

Mango

PictoOKKokor manie avec adresse différents genres : science-fiction, fantastique, chronique sociale…

Avons-nous visité avec ces trois albums le passé, le présent et le futur… ? Quelle sera la morale du dernier tome ? Quelle est la trame réelle de ce récit et surtout, Alain Kokor offrira-t-il une nouvelle fin à l’épopée de Gulliver ? Quel est votre ressenti si vous avez déjà lu cette série ?

La chronique d’ActuaBD, une interview d’Alain Kokor sur Sceneario et une autre interview sur Iddbd.

Extraits :

« – La question du jour est : ne nous serions-nous pas fait bêtement avoir en acceptant comme cadeau de la part du maire de Norville, Monsieur De Rougemont, cette maison bénéficiant d’un local chauffé ayant pour but d’améliorer le confort des réunions secrètes de notre mouvement pacifiste ?
– Pacifiste ! Comme l’océan ! » (Les voyages du Docteur Gulliver).

« – Et ici ! cher Ami, une nouveauté !!! Un bâtiment entièrement réservé aux jeux, ouvert jour et nuit !
– Vous savez, cher Ami, l’esprit de Dieu est ouvert et reçoit lui aussi sans interruption » (Les voyages du Docteur Gulliver).

« – Et ma Cathédrale cher Ami ? Quand est-ce que je l’aurais ma cathédrale ?…
– Quel râleur ! Vous l’aurez votre cathédrale ! J’irai moi-même dans quelques jours mesurer celle de la capitale, afin que la vôtre soit plus grande… plus haute… plus mystique ! Avec tout plein de poissons à l’intérieur qui prieront pour le retour des pêcheurs. Hahahahahaa… et vice versa… Amen !
(…)
– Trouver l’emplacement ?
– L’emplacement ?! Non !! Ce n’est pas un problème. Nous la mettrons là !! Non non p’tit curé, avant il faut faire de vous un canonisé, un évêque quoi, un saint, un… un..
– Gl’G’… un martyr ?
– Un martyr… Ça c’est une idée, je m’étonne même de ne pas y avoir pensé… un martyr ! » (Les voyages du Docteur Gulliver).

Les Voyages du Docteur Gulliver

Série en cours

Éditeur : Vents d’Ouest

Collection : Équinoxe

Dessinateur / Scénariste : KOKOR

Dépôt légal : septembre 2006 (livre 1), janvier 2008 (livre 2) et septembre 2009 (livre 3)

ISBN : 9782749302706 (tome 1), 9782749303659 (tome 2) et 9782749304526 (tome 3)

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les voyage du Docteur Gulliver, livres 1 à 3 – Kokor © Vents d’Ouest – 2006 à 2009

Publicités

17 commentaires sur « Les voyages du Docteur Gulliver (Kokor) »

  1. En effet, ça a l’air très bien: histoire, dessins et couleurs avec des albums qui s’améliorent au fil des tomes. C’est un ensemble à retenir!

    J'aime

    1. à peu de choses près, je publiait cet article la semaine dernière. Aux côtés de L’Hôte, Milady de Winter et des trois petits cochons, j’aurais pu vous rejoindre sur le thème de l’adaptation ^^

      J'aime

    1. oui et non, les planches sont plus ou moins pourvues en dialogues. Il y a des successions de planches muettes à plusieurs reprises (et dans les 3 tomes) et à d’autres moments, des passages très fournis en échanges. Un juste équilibre dans l’ensemble.

      J'aime

  2. J’adore le travail de Kokor. Il a signé cette année une BD jeunesse sur un scénario de Loïc Dauvillier chez un petit éditeur amiénois (Les éditions de la gouttière). ça s’appelle Petite Souris, grosse bêtise et c’est vraiment excellent.

    J'aime

    1. oui, en tout cas je l’ai bien aimée. Après, elle n’est pas finie. Si tu veux découvrir Kokor, tu peux essayer Balade Balade. Ça te donnera une bonne idée des ponts que l’auteur construit entre imaginaire et critique de société

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s