Frères d’armes

Frères d'armes
Collectif © Casterman – 2009

Frères d’armes est un ouvrage qui se compose de deux nouvelles. Présentation de l’éditeur en deuxième de couverture :

« L’Inde d’aujourd’hui. Complexe, contradictoire, tourmentée. Violente. Un terrain de rêve pour tous les intégrismes. Dans la province déchirée du Cachemire, revendiquée à la fois par l’Inde et le Pakistan, ce sont les deux fondamentalismes, musulman et hindou, qui s’abandonnent à tous les excès, comme le retrace le monologue désabusé d’un jeune militant cachemiri emprisonné. Son parcours, initialement motivé par l’idéalisme et l’engagement pour l’islam, basculera bientôt dans une violence armée aveugle et sanglante, manipulée par des intérêts économiques ou partisans qui n’ont plus rien à voir avec la lutte pour l’indépendance.

Au Kerala, un enfant du pays devenu professeur d’université en Occident, revenu parmi les siens pour des obsèques, découvre en son frère aîné, perdu de vue depuis des années, le leader local d’un parti musulman rétrograde et intolérant.

Comment résoudre cette contradiction douloureuse dont les échos sont à la fois idéologiques et intimes ? ».

La première nouvelle, intitulée Cachemire, est le récit (fictif ?) d’une vie. Le narrateur parle de son parcours, tisse un fil rouge entre les motivations d’un petit garçon à jeter des pierres sur les soldats et ce jeune adulte gratifié et valorisé par des hommes-maillons d’une organisation qui les dépasse. Aveuglé par des idéologies nouvelles, l’homme s’est laissé enrôler. La voix-off de Cachemire est pour moi monocorde. Un huis-clos pesant, une ambiance oppressante, des visuels agressifs et un constat sans appel. J’ai eu du mal à soutenir ce tête à tête qui navigue entre un passé tumultueux et un présent carcéral. Le narrateur fait un amer constat : beaucoup de sang coule… pour rien, la théorie du pot de terre contre le pot de fer, c’est le message que je retiens. Dommage.

La seconde nouvelle, Kerala, est l’histoire (fictive ?) d’Hamid, un jeune indien qui a suivit ses études en Angleterre puis s’y est installé. Suite à l’annonce du décès de sa grand-mère, il s’organise pour partir en urgence, « les billets d’avion, les visas, les courses et la logistique, cocktail de choc pour mettre le chagrin en veilleuse ».  Vient ensuite le temps des retrouvailles après 12 années d’absence. Le plaisir de retrouver « sa maison » est émaillé par la présence de ce frère devenu un parfait inconnu. Le héros investit le décor de son enfance à l’aide de flash-back. Le récit mêle un portrait de la société indienne et une intrigue sur trame de polar mené par le personnage principal. Les ambiances graphiques sont froides. Les visages sont inexpressifs, on les dirait en cire. Les expressions sont figées. La colorisation est affreuse. J’ai parcouru ce récit de manière extérieure, sans trop croire à ce que je lisais. Il manque une flamme de sincérité et de crédibilité à ce récit dramatique.

La lecture de la chronique de Paul m’avait donné envie de lire cet ouvrage, la chronique intègre donc le Challenge « PAL Sèches »

pictobofDommage ! Une lecture trop fade à mon goût pourtant son thème, le fanatisme religieux, laissait supposer des récits plus investis. Une BD qui se veut « coup de poing » mais qui manque de force et de sincérité.

D’autres avis : celui de la Ligue des droits de l’homme, de bdetente et la chronique de bd.blogs.sudouest.

Extraits :

« Rien ne vaut la prison quand on veut se rapprocher de Dieu. C’est drôle dit comme ça, mais c’est vrai. La réclusion a ce pouvoir sur l’homme. Néanmoins, je ne recommande pas l’expérience, qui n’est pas très agréable » (Cachemire).

« Jusque dans nos prières, on préférait la nourriture à la liberté » (Cachemire).

Frères d’Armes

Cachemire – Kerala

Éditeur : Casterman

Collection : Univers d’auteurs

Dessinateurs : Singh SAURABH (Cachemire) et Partha SENGUPTA (Kerala)

Scénaristes : Ahmed NASEER (Cachemire) et Abdul SULTAN P.P. (Kerala)

Dépôt légal : janvier 2009

ISBN : 2203019816

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Frères d’armes – Collectif © Casterman – 2009

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s