L’homme sans talent

L'Homme sans talent
Tsuge © Ego comme X - 2004

Sukezô Sukegawa, la quarantaine, est vendeur de cailloux. Rien ne laissait supposer qu’il exercerait une jour cette activité d’autant qu’il y a quelques années, son talent de mangaka était reconnu. Entre temps, il s’est même essayé au métier de vendeur d’appareils photos.

Père de famille, il subvient difficilement aux besoins de sa femme et de son jeune fils. Son épouse est donc contrainte de distribuer des prospectus moyennant rémunération. Cette dernière est dépitée, témoin de la déchéance de son homme. Elle n’a eu d’autre choix que de se faire aux lubies de son mari, accablée par la dégradation vertigineuse de leur train de vie. En parallèle, cet homme est confronté à un immense sentiment d’inutilité (il n’a aucun client… il faut dire qu’il vend des pierre que tout à chacun peut ramasser 50 mètres en contrebas de son échoppe). Il passe la majeure partie de ses journées à attendre que le temps passe, voire à dormir.

Une trame de récit passionnante ! Immédiatement sanctionnée par un mortel ennui à lire les 220 pages de ce manga désespérant.

Le début de l’album ressemble à une fin, si bien que je m’attendais à ce que le récit ait logiquement recourt à de nombreux flash-back. Sur ce point, pas de surprises. L’agencement des souvenirs est peu pertinent : on explore les souvenirs immédiats puis on part de plus en plus loin dans la vie de cet anti-héros (est-il besoin de préciser qu’il m’est antipathique ?).

Les ambiances graphiques ne m’ont pas plu, les personnages semblent vivre dans la crasse, ils sont laids en touts points, leurs attitudes sont parfois grotesques  parfois vulgaires. Sukezô tisse ponctuellement des liens avec d’autres personnages, ce qui nous oblige à le côtoyer et à l’écouter monologuer la majeure partie du temps. Je l’ai supporté aussi difficilement qu’il se supporte lui-même. Sa femme et son fils sont tout autant démoralisants que lui. Ce livre creux est parvenu à me miner le moral. Le récit se veut philosophique et contient une tonne de questions existentielles qui pourraient être traitées de manière pertinente mais pour l’occasion, j’ai trouvé cette réflexion d’une futilité extraordinaire.

Un manga qui m’avait été conseillé en mai.

On philosophe (mal), on contemple… et une lecture profondément ennuyeuse dont j’attendais beaucoup et qui ne m’a rien appris. A la fin de l’album, j’ai l’impression d’avoir laissé le personnage au même endroit où je l’avais rencontré. Globalement, un manga laid et crasseux mais je reconnais le talent de Tsuge qui communique à merveille les idées dépressives de son personnage.

J’ai tenté de comprendre à côté de quoi j’étais passée dans l’album, en vain. Les chroniques de Sceneario, Culturopoing, Lo, Zazimuth.

Sélectionné pour le Prix du meilleur album à Angoulême en 2005.

Extrait :

« – Pôpa… C’est quoi comme insecte, la larve ?

– Ha ! Ha ! Ha ! Une larve, eh bien c’est… Une bestiole qui ne sert absolument à rien… Hm ? Qui t’a parlé de ça ?

– C’est Maman… Elle dit que t’es une larve…

– … Oui, c’est ça. Une larve, c’est une bestiole comme ton papa… ».

L’Homme sans talent

One Shot

Editeur : Ego comme X

Dessinateur / Scénariste : Yoshiharu TSUGE

Traducteur : Frédéric BOILET

Dépôt légal : janvier 2004

Bulles bulles bulles…

Des visuels sont accessibles sur le site de l’éditeur.

L’homme sans talent – Tsuge © Ego comme X – 2004

Auteur : Mo'

Chroniques BD sur https://chezmo.wordpress.com/

11 réflexions sur « L’homme sans talent »

  1. Pour une fois sur ce genre de manga, je te rejoins.
    Je sais que c’est un classique du gekiga… mais je cherche toujours l’intérêt.
    Et pire, j’ai vraiment été agacé par le personnage principal que j’ai envie de prendre et de secouer comme un cocotier 🙂
    Bref, à connaître c’est certain… de là à le conseiller se serait bien hypocrite.

    J'aime

    1. Le personnage de ce manga m’a à peu près autant agacé que celui de Mariée par correspondance !! C’est dire 😀
      Mais je ne parlerais pas de cliché cette fois, promis 😉

      J'aime

  2. Il faut le replacer dans son contexte historique, je crois… et le voir avant tout comme une oeuvre patrimoniale.
    Maintenant, je n’en ai lu que des extraits, donc je peux difficilement me prononcer…

    J'aime

    1. c’est vrai que je n’ai pris aucun recul par rapport à ça. Je sais seulement que ce récit a été écrit par Tsuge en 1985 alors qu’il était lui-même dépressif, souffrant de crises d’angoisses et acceptant mal l’échec de son couple (ils se séparent)… bon, à la lumière de ton commentaire, je reconnais que ces éléments auraient pu donner un éclairage pour les lecteurs de mon écrit. A la lecture, j’ai finit par éluder cet élément, cet anti-héros m’étant de plus en plus antipathique à mesure que j’avançais dans la lecture

      J'aime

    1. Neige rouge je ne connais absolument pas du tout du tout ^^ Par contre NonNonBâ, j’avais bien aimé mais ça n’a aucun point commun avec L’homme sans talent. Le récit de Tsuge est bien trop lent pour moi pour que je puisse l’apprécier

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.