L’Arche de Noé a flashé sur vous (Von Arx & Masson)

L'Arche de Noé a falshé sur vous
Von Arx – Masson © Futuropolis – 2011

Léa est une jeune trentenaire célibataire. Quand autour d’elle toutes ses amies s’installent en ménage pour elle, c’est loin d’être le cas. Pas même une petite relation de quelques jours à espérer… et cette situation lui pèse. Elle se connecte alors sur Meetic et y picore une poignée de dials inintéressants. Quelques temps après, Noé consulte son profil et lui envoie un message. Échanges de mails puis de numéros de téléphones.

Cette rencontre virtuelle va se concrétiser petit à petit jusqu’à ce que Léa accepte un premier rendez-vous. La suite sera pour le moins déroutante !

Il y a quelques temps, la présentation de l’éditeur sur cet album m’avait attirée. Un sujet original mis en images par Charles Masson, il ne m’en fallait pas plus pour que je décide de le lire. Je pensais découvrir une histoire poignante, un récit engagé (j’ai pris l’habitude de situer Masson sur ce registre : Droit du sol, Soupe froide, Le jour où… 1987-2007,…). J’attendais donc une implication qui dépasse le registre de la fiction… je me suis visiblement trompée.

Car au niveau graphique, même si je reconnais la force des visuels, j’ai eu du mal à raccrocher les wagons et à me poser dans cette lecture. Le dessin crée une ambiance oppressante, met en avant la personnalité malsaine de Noé – et de son ami – et le fait que Léa perd pied. Le lecteur ressent un malaise qui va crescendo à mesure qu’on avance dans la lecture. Différentes atmosphères sont présentes dans l’album, elles s’articulent de manière fluide grâce à un jeu de couleurs : différentes bichromies campent les états d’esprit de Léa ou son ressenti ; par exemple, le noir et blanc, réservé aux projections imaginaires de la jeune femme, est souvent associé à un humour potache qui caricature la situation et/ou son évolution (femme soumise…). Le dessin est trop imprécis pour que je l’apprécie et si les émotions passent, c’est grâce aux dialogues et aux différents codes visuels utilisés par Masson  (le nuage noir au-dessus de la tête pour marquer l’énervement, le personnage qui blanchit pour marquer la torpeur etc). Plus affairée à observer le côté technique de ce travail graphique qu’à m’en imprégner réellement… dans l’ensemble, je ne suis pas convaincue sur cet aspect de l’album.

Même constat au niveau du scénario à qui je reprocherais d’être un trop rapide. L’intrigue se passe visiblement sur quelques jours, deux semaines tout au plus mais je n’en ai pas la certitude. On ne passe pas du coq à l’âne pour autant mais aucun personnage n’a su m’accrocher, je ne les trouve pas crédibles sauf rare exception. Des anecdotes se succèdent et se concluent de manière abrupte, au lecteur de faire le reste du travail. En guise de réponse, j’ai souvent posé l’album avant de poursuivre sa lecture plusieurs heures après. L’héroïne est ambiguë, contradictoire, perdue…  Ce n’était pourtant pas ce que l’on imaginait en début d’album puisqu’on a l’occasion de la découvrir avant que tout ce charivari d’événements ne la bouscule. Mais dès qu’arrive le moment de la première rencontre avec Noé, la narration s’emballe, aborde tout et rien et se contente de survoler les choses, à l’image de son personnage principal :

« Je ne comprends pas. Depuis le début, c’est comme si j’avais foutu le camp de moi-même » ou « Depuis le début, je pense trop tard » dira-t-elle.

L’impression générale que j’ai de cet album ? Une histoire qui se déroule sans que son principal personnage ne s’en saisisse… un récit trop morcelé. Quelques notes d’humour, une grande place laissée au jeu des non-dits, des situations dramatisées en permanence et que l’auteur désamorce quelques planches plus loin. On flirte avec le cliché et la caricature, on amorce une réflexion sur la violence conjugale, le respect, la violence psychologique et physique au sein du couple, le sado-masochisme, la notion de femme-objet et les dangers d’internet. Beaucoup de sujets intéressants mais on s’y noie !

Je remercie les Editions Futuropolis et Choco pour cette découverte.

Je partage cette lecture avec Mango et les participants aux

Mango

pictobofUne déception de lecture, un récit qui file entre les doigts et dont je n’ai pas eu envie de me saisir. Une intrigue qui se nourrit de préjugés pour avancer… dommage. A voir maintenant comment ma mémoire se saisira de cette lecture et quels souvenirs j’en garderais…

Un autre regard sur cet album chez Choco.

L’Arche de Noé a flashé sur vous

One shot

Éditeur : Futuropolis

Dessinateur : Charles MASSON

Scénariste : Chloé VON ARX

Dépôt légal : février 2011

ISBN : 9782754803984

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’arche de Noé a flashé sur vous – Von Arx – Masson © Futuropolis – 2011

25 commentaires sur « L’Arche de Noé a flashé sur vous (Von Arx & Masson) »

  1. J’ai trouvé la couverture tellement moche (surtout le lettrage) que je l’ai feuilleté samedi matin à la librairie. Pas du tout eu envie d’aller plus loin.

    J'aime

    1. Certaines bulles sont quasi transparentes à l’intérieur. Du coup, certains caractères chevauchent des détails du décor ce qui rend la lecture assez saccadée sur quelques passages. Bref, je suis passée à côté de cet album en somme ^^

      J'aime

    1. Choco avait bien accroché pourtant. J’ai l’impression qu’avec cet album, ça passe ou ça casse. Il n’y a pas de juste milieu possible

      J'aime

  2. Je l’avais repéré chez Choco car le sujet m’avait semblé actuel et les dessins sympas. Mais bon, j’attends patiemment que la biblio l’achète car malgré tout, je n’étais pas assez motivée pour un achat. Je crois que j’ai bien fait d’attendre 😉

    J'aime

    1. Relis l’avis de Choco sur cet album et coupe la poire en deux ^^ Car te concernant, je pense que tu arriveras peut-être à apprécier cette lecture. Mais je préfère quand même rester au conditionnel ^^

      J'aime

    1. 😆
      Disons aussi que je n’ai pas été très tendre avec cet album ^^
      Wens, le lien vers ton blog n’est pas valide sur ce commentaire

      J'aime

  3. Outch, ça tacle sec ! 😉
    Bon je dois dire qu’avec le recul, ma lecture n’est pas innoubliable. Je me souviens surtout de ma frustration lors de la chute de l’album. Pour le reste, j’ai tout de même apprécié mais ça sera un album vite oublié…

    J'aime

  4. Je viens tout juste de le finir et déception pour moi aussi. Définitivement, j’aime Charles Masson lorsqu’il signe scénario & dessins – je ne souviens ne pas avoir aimé « Les boules vitales » chez Futuropolis aussi.
    Et j’ai emprunté Droit du sol hier à la médiathèque (mieux vaut tard que jamais, hein!). Dire que je l’ai déjà fait dédicacé plusieurs fois à Charles (puisqu’il vit à la Réunion) pour l’offrir et que je ne l’ai toujours pas lu.

    J'aime

    1. je n’en ai pas lu beaucoup de cet auteur, mais à chaque fois, il était aux commandes scénario/dessin. Mais là… bof ^^ Bonne lecture de Droit du Sol !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s