Choquée !!

Cela fait maintenant un peu plus de deux ans que je blogue. Je navigue sur internet, je prends connaissance des publications de mes « contacts », je lie des amitiés livresques au gré de mes envies et des vôtres. Je m’indigne parfois du contenu de certaines publications mais elles sont généralement argumentées et respectueuses alors je passe mon chemin car chacun est libre de s’exprimer et d’affirmer ses convictions.

Si bloguer est avant tout un plaisir, je reconnais que depuis ma micro-pause de février j’y goute moins souvent. Je mets plus de temps à répondre aux commentaires, à actualiser vos participations à mon challenge et je passe moins souvent chez vous. Personne ne me le reproche, mes copinautes sont des perles.

Cette semaine, ce plaisir en a pris pour son grade. J’ai eu la mauvaise idée de suivre le lien d’un article que mon agrégateur de flux me signalait, j’ai eu la mauvaise idée de lire ce billet médiocre et de participer à un débat médiocre qui me met plus que mal à l’aise. Alors avant de m’enfoncer dans ce billet d’humeur pour cracher ma verve acide, je voudrais avant tout revenir sur quelques précisions.

S’il m’est arrivé, par le passé, de mettre en ligne un billet insipide, me contentant de critiquer gratuitement un ouvrage sans en argumenter les raisons, je voudrais m’excuser auprès de vous et des auteurs. J’essaye d’être vigilante et j’espère avoir l’intelligence d’argumenter les raisons de mon positionnement mais est-ce bien le cas ? De même, lorsque que quelqu’un publie un commentaire sur mon blog et que je désapprouve les propos formulés, j’espère y répondre de manière constructive, pour défendre mon point de vue sans blesser la personne. Après tout, ne sommes-nous pas ici pour échanger ? Si ce n’était pas le cas, j’aimerais que certains d’entre vous me le signale, par commentaire, mail ou formulaire de contact.

Aujourd’hui, j’ai besoin de publier ce billet d’humeur car la lecture d’un article mis en ligne mercredi dernier m’a exaspéré. Après hésitations, j’ai souhaité participer au débat via les commentaires du blog en question et je me suis abonnée au fil de discussion. J’ai ainsi reçu des notifications de commentaires déposés… plus de 200… et je suis atterrée par la suffisance de certains participants.

Le billet de l’internaute en question se veut constructif. Je n’ai pas compris en quoi.

Son titre aurait dû m’alerter. Le blogolecteur donne rapidement le ton : il y parle des auteurs qu’il ne peut supporter, cite ouvertement leurs noms et va jusqu’à reprendre un extrait d’ouvrage pour corriger lui-même les erreurs de style et les « fautes de bon goût » sur ses seules représentations personnelles bien entendu. Il passe donc au pilori le fond et la forme et dénigre gratuitement « sa belle brochette » (d’auteurs). Dans quel but ? Rares sont ceux qui, comme moi, n’ont pas abondé dans le sens de l’article à l’origine de la polémique. Les commentaires ont suscité une discussion qui est allée jusqu’à différencier les Classiques d’une littérature bas de gamme, « une littérature McDo » pour reprendre les termes d’une blogueuse de passage. Je hais cette blogosphère-là, elle me fait honte. Et si l’article qui me fait réagir donnait lieu à d’autres articles de ce genre sur les blogs, quelle vision donnerions-nous de la blogosphère des lecteurs ? De minables petits bourgeois aigris ? Des gens prétentieux ? On perdrait la confiance des auteurs, la tolérance des éditeurs et la crédibilité vis-à-vis de nos lecteurs !

C’est la première fois que je suis en présence d’un article qui témoigne d’une mauvaise foi évidente (d’ailleurs le blogueur s’en vante) mais c’est surtout la première fois que je suis en présence d’un article aussi irrespectueux. Pourquoi ? Parce que le blogueur n’y présente aucun album, aucun ouvrage, c’est de la pure méchanceté gratuite, du pur délit de sale gueule. Je n’avais jamais vu de blogueur faire de tel passage à l’acte, j’espère que je n’en verrais jamais plus. Le débat aurait put-être intéressant, certaines interventions (commentaires) le sont, mais dans l’ensemble, c’est abject.

A plusieurs reprises, je vous ais lu vous, mes copinautes, sur les droits du blogueur-lecteur. J’aimerais maintenant vous lire plus souvent sur nos devoirs. Et il me semble que le premier d’entre eux est le respect des auteurs. Si je n’aime pas un auteur, j’arrête de le lire et d’acheter ses productions. Les billets que vous pouvez mettre en ligne sur leurs travaux sont aussi, pour moi, des occasions pour dire que je n’aime pas tel ou tel travail. Je ne citerais aucun nom ici, vous connaissez mes goûts !! A quoi sert d’en faire un article injurieux et méprisant ? A quoi sert de mépriser des auteurs et leurs lecteurs ?? Pour pouvoir se flatter d’avoir rédigé un billet qui génère un fort taux d’affluence ? Tout ça pour monter dans les classements ?? MINABLE !!!

Un billet plein de colère et d’énervement dans lequel je me refuse à vous donner le lien du blog en question, hors de question que je fasse un lien direct vers un tas d’insanités pareil. Le blogueur s’amuse à parler d’ironie, de « vrai débat », de tout ce que vous voulez puisqu’il est aveuglé par son idée fixe que son blog est un espace de parole ouvert. Pour moi, ce lieu est tout sauf cela. Je me suis sentie obligée d’adhérer aux propos tenus par la masse… d’autant que ma crédibilité sur la blogosphère en matière littéraire est ténue puisque je ne commente que rarement vos billets littéraires. Je vais vous faire une confidence : je lis aussi des romans !! Seulement, je n’ai pas envie d’en parler.

Mon billet est certainement mauvais car écrit sous le coup de la colère, de l’énervement et de la déception.

Une semaine bien peu constructive pour ce blog et sa tenancière…

Je vous demande de ne pas citer le nom du blogueur qui a rédigé cet article dans les commentaires, de ne pas faire de lien vers son blog. D’ailleurs, je réinstaure la modération des commentaires à compter d’aujourd’hui et ce, pour une semaine. Je me réserve le droit de ne pas mettre en ligne les commentaires qui comporteraient des noms de blogueurs, d’auteurs qui vous révulsent et tout jugement de valeur comme les exemples cités plus haut.

Aidez-moi à construire les devoirs du blogueur !

Auteur : Mo'

Chroniques BD sur https://chezmo.wordpress.com/

103 réflexions sur « Choquée !! »

  1. Tu veux mon avis ? Je te donne le sien qui résume assez bien l’idée (et c’est mieux écrit)
    http://www.manularcenet.com/blog/articles/856/le-web20

    Et oui, rien de pire qu’un cultureux qui s’y croit… Allez ma chère Mo’, laisse-les dans leur petit monde de certitude, ce genre de personne se fatigue à dire du mal et à « paraître » intelligent.

    Pense à la grande mère de Marjane :
     » Dans la vie tu rencontreras beaucoup de cons. S’ils te blessent, dis-toi que c’est la bêtise qui les pousse à te faire du mal. Ça t’évitera de répondre à leur méchanceté. Car il n’y a rien de pire au monde que l’amertume et la vengeance. Reste toujours digne et intègre à toi-même ! « 

    J'aime

    1. Excellent ce texte de Larcenet. « AMEN ! » ^^ aurais-je tendance à dire quoique… d’un autre côté, ce message nous est un peu adressé ^^
      Je sais bien que j’aurais du laisser couler, mais bon, moi et ma fichue grande gueule… on ne me refait pas ! J’en prendrais de la graine pour l’avenir 😉

      J'aime

    1. Effarée, écœurée, dégoûtée… là, j’ai tout un sac de mauvais sentiments à emmener d’urgence à la déchetterie ^^
      Alors oui, je suis d’accord avec toi sur le devoir « plaisir » mais là, me semble que ce billet dont je parle… disons que son rédacteur s’est fait plaisir et je ne cotise pas ce type de défouloir… je ne cotise pas non plus tous les sarcasmes proférés par la majorité de sa basse-cour. Bon, je me tais hein, je crois que j’en ais dit assez 😆

      J'aime

  2. J’ai lu ce billet hier mais je n’ai pas lu les commentaires. Ce n’est pas non plus ma conception de ce que j’aime lire sur les blogs même si, contrairement à toi, je revendique le droit de critiquer un style que je n’aime pas mais pas dans un billet global. Et en effet, ensuite, plus besoin d’en parler, il suffit de ne pas relire l’auteur.

    J'aime

    1. En fait Val, je crois que nous sommes assez d’accord ^^ Moi aussi, j’ai fait des « passages à l’acte » en critiquant (négativement) un style… mais toujours en lien avec une lecture !!! Il me semblait que cela pouvait être aussi constructif sans pour autant être méprisant. Il me semblait… Et puis, je ne me vois pas non plus aller emprunter (parce que je n’achèterais pas) un ouvrage de X ou Y pour le plaisir de déblatérer sur X ou Y. Alors un billet gratuit en sortant des extraits de leur contexte !! Beurk…. comme je disais à une copinaute en mail, j’ai envie de me costumer en Mel Gibson, « poils aux pattes et kilt » (s’il vous plait) et d’aller hurler dans la lande des RRROOOOOOOOOOOOOOOOOOAAAAAAAAAARRRRRRRR !! 😆

      J'aime

  3. Coucou chère Mo ! Quel billet impliqué ! mais j’aime ça ! J’ai lu l’article en question (tout en ignorant les commentaires) et je dois dire que je suis plutôt d’accord avec toi. Son auteur fait souvent polémique pour sa façon de bloguer. Personnellement je ne vois aucun intérêt à ce genre de billet récriminatoire qui ne sert à rien. Tout le monde sait que tel ou tel auteur de romans sont grands publics et que ce n’est pas de la haute littérature. Quels besoin y-a t’il d’afficher son mépris ? On les ignore et puis point barre. Même si je pense que certains romans sont texto de la merde, j’évite de crier haut et fort sur une plateforme publique comme le blog. Je pense que c’est un des problèmes de cette blogueuse : elle mélange vie privée et vie publique.
    Perso, je suis comme toi, j’essaie toujours de nuancer mes propos et de les expliquer lorsqu’ils sont négatifs. L’expérience a prouvé que parfois les auteurs nous lisent et c’est une question de respect de ne pas les critiquer vulgairement. La discussion argumentée est tellement plus enrichissante ! Je pense que le blogueur a une visibilité publique et qu’en cela il a une certaine responsabilité des propos qu’il tient. Ce n’est pas dans la même mesure certes mais que dirait-on d’un journaliste qui incendierait des auteurs de cette manière là ?

    Enfin une petite aparté pour terminer : j’aimerais bien découvrir les titres de romans que tu lis… une liste ! une liste ! 😀

    J'aime

    1. On porterait plainte contre ce journaliste-là je crois ! Ouais, c’est navrant que les blogueurs soient à ce point intouchables !! 😯
      Ce qui m’énerve, c’est que vous avez tous eu la sagesse (des retours que j’ai pour le moment), de ne pas vous positionner dans ce débat. Et moi, Pimprenelle qui débarque avec ses gros sabots et qui pensait calmer un peu les esprits… rhââ 😆
      Sinon, oui, je ne sais pas pourquoi j’ai eu besoin de préciser que je lisais des romans en fin de billet… ça va… hein… pas besoin de me le rappeler 😉

      J'aime

      1. Depuis ton billet, je suis tout de même allé lire le commentaires et je dois dire que j’ai grandement failli répliquer à mon tour et puis j’ai préféré couler… La dernière fois que je suis intervenue dans un débat (contre une commentatrice chez une blogueuse) je me suis retrouvé censurée par la « gérante » du blog au bout de quelques échanges parce que je m’étais semble-t’il trop échauffée … donc bon, du coup maintenant je freine mes coups d’emball’ !

        J'aime

        1. ouaip alors là, honnetement, ce billet dont on parle aurait mérité que la gérante (comme tu dis) en question, modère certains commentaires. Je comprends que cela soit « rassurant » de recueillir des interventions qui abonde dans le même sens que soit… mais là, c’était de l’ordre du mépris. C’est partit des auteurs et le débat a largement dérapé sur les lecteurs qui défendaient ces auteurs.
          Quant à moi, j’ai voulu défendre la notion de respect de l’auteur, par principe. Je ne suis pas plus attachée que cela aux auteurs qui ont été nommés en fait. J’aurais été, je pense, plus acerbe s’il avait été question d’auteurs que j’affectionne. Il m’a cependant été reproché « de défendre des auteurs qui n’en ont pas besoin » (en français dans le texte : vu qu’ils sont best-sellers, ils se font suffisamment de tune et ça va comme ça). Bref, Rhaaaa. Bon, tu imagines bien que j’ai dégainé à cette attaque (bah ^^) mais vois-tu, j’attends toujours la réponse à la question ouverte que j’ai posée. J’ai innocemment laché quelques noms d’auteurs (oui, des auteurs BD… que veux-tu, je suis avant tout une lectrice de livres avec des images ^^) qui mériteraient bien qu’on leur fasse une place au soleil… bah tu sais quoi… j’attends encore la réponse et je pense que je peux m’asseoir dessus

          J'aime

          1. ça va pas là, je crois que je nourris la polémique alors que je voulais partir sur une réflexion plus constructive. Une idée sur nos devoirs de blogueurs ?? 😉

            J'aime

    1. 😆
      Avec un « schtempel » et tout et tout ??
      Cela nécessite de systématiser les démarches pour avoir les autorisations en amont, ce qui ne me dérange absolument pas (il me suffit juste de les systématiser pour TOUS les éditeurs)

      J'aime

  4. Courage Mo’ !

    Depuis que le net est net, la libre parole a ses meilleurs et ses pires représentants sur la toile.
    La question du respect est, pour bon nombre de gens, bien secondaire quand on se peut se réfugier derrière le froid et rassurant anonymat d’un écran.
    Certains auteurs ont souffert des assauts aveugles, comme LARCENET, et ont pris la tangente.
    D’autres, plus salutairement, s’en foutent.

    Charge à nous, non pas d’essayer de raisonner ces moulins à connerie, mais à montrer que les lecteurs-blogueurs sont aussi des gens sensibles, raisonnés, qui donnent parfois dans le futile – et alors ? Pourquoi toujours motiver un avis léger ? – mais en tout cas respectent les oeuvres et les auteurs.

    Laisse l’acide couler dans les veines et les propos de ces mauvais coucheurs (eh eh), et continue de cultiver les jolies fleurs de ton amour pour les livres et les auteurs. Ils t’en seront silencieusement reconnaissants.

    J'aime

    1. Oui, d’ailleurs David nous a offert sur un plateau la réponse de Larcenet
      Je crois que j’aurais bien besoin de savoir m’en foutre facilement quand je suis face à ce genre de situation mais… sur le forum je suis un peu pareil. Il faut que je ramène ma fraise tout le temps de toute façon.
      Je vais méditer ces bonnes paroles en tout cas, faire un peu de tri aussi dans mes lectures quotidiennes et puis je me sentirais plus légère je pense ^^

      J'aime

  5. Sinon, même si je ne connais pas le pourquoi de ton billet (dans le sens où je ne sais pas où tu es allée pour voir ça), je comprends tout à fait ta réaction et je trouve que tu as bien raison d’exprimer ton mécontentement.

    Si une semaine plus tard ta colère et ton indignation ne sont pas retombées, c’est bien la preuve que c’est un sujet qui te tient à coeur et te prend aux tripes, donc c’est une bonne chose d’en parler ^^

    Malheureusement on trouve ce genre de personnages un peu partout (et pas que sur la toile) des gens toujours persuadés d’avoir raison et à qui il est impossible de faire changer d’avis tant ils sont bornés et obtus.

    La meilleure chose à faire dans ces cas là est de les ignorer (même si c’est loin d’être évident, car on a envie de faire entendre notre point de vue et nos convictions ^^) car tout ce qu’ils veulent c’est qu’on entre dans leur jeu.

    En tout cas tu soulèves un point très intéressant à savoir les devoirs des blogo-lecteurs, car c’est vrai qu’on se retranche souvent derrière nos droits mais qu’on parle rarement de nos devoirs. Donc voici quelques idées de devoirs qui me viennent en tête quand on en parle :

    -Ne pas lancer de trolls !

    -Faire des critiques constructives et argumentées (juste dire c’est nul ça sert à rien)

    -Respecter autrui et leurs avis même s’ils diffèrent du nôtre (que ce soit les auteurs, nos visiteurs…etc.)

    -Être ouvert à la discussion

    -Ne pas faire de discrimination, de méchanceté gratuite…etc.

    (-Prévenir le monde entier en cas d’attaque de Zombies ou d’Extraterrestres)

    Voili voilou pour ce qui me vient en tête et rassure toi tu gardes ta crédibilité et je trouve que tu as bien fait de faire part de ton indignation ^^

    J'aime

    1. Ah, et ne compte pas sur moi pour te dire où je suis aller fourrer mes yeux au point d’en perdre 10 points de santé mentale d’un coup !! Je n’ai pas intérêt à rater mon prochain lancer sur le D100 sinon, c’est la cata ^^
      Intéressants tes retours. J’ai fait des recherches (mine de rien), sur les devoirs des blogueurs-lecteurs. Et bien figures-toi qu’en dehors de la Charte publiée par Reporter Sans Frontière (déclaration à la CNIL, renseignements des données personnelles au moment de l’inscription, responsabilité du blogueur à l’égard de ses écrits…) il n’y a RIEN !!! Partout en revanche, j’ai trouvé la charte des droits que tu avais toi-même mise en ligne suite à une attaque armée d’un auteur à l’égard d’une blogueuse. Alors ça, les droits, on se pavane et on se roule dedans mais alors les devoirs… peanuts !!!
      Je veux bien commencer à lister les propositions en tout cas. En tout cas, je suis le genre d’énergumène qui pense que des droits ne valent rien si les devoirs ne viennent pas rééquilibrer les choses

      J'aime

      1. C’est vrai que j’avais relayé l’info à l’époque et j’avais parlé des devoirs dans le titre de mon billet, mais j’en ai pas plus parlé car ça me semblait aller de soi, car selon moi ce sont les mêmes que pour tout ce qui régit l’internet en général.

        Faut pas perdre de vue, que contrairement à ce que bon nombre de gens pensent, on peut pas dire tout ce qu’on veut sur Internet sous couvert d’anonymat (des blogueurs et autres ont déjà été condamnés pour avoir dit du mal de collègues, connaissances…etc. sur la toile). D’autant que c’est loin d’être anonyme tout ce qu’on dit et ça laisse des traces, donc vaut mieux être prudent et nuancer ses propos.

        Je te rassure je suis tout à fait comme toi et je me ferais donc un plaisir de relayer tes devoirs du Blogo-lecteur lorsqu’ils seront faits 😉

        J'aime

        1. Je crois qu’il ne faut pas que ce soit QUE « mes devoirs justement ». Je ne me permettrais pas d’imposer ça aux copinautes. En revanche, si la réflexion n’aboutit sur rien, je me mitonnerais une petite charte rien que pour moi en reprenant vos idées 😆
          Parce qu’ensuite, il faut aussi que bloguer reste un plaisir. On a déjà du mal tous et toutes à publier nos billets (par période) alors si on s’impose des choses en collectifs qui nous étouffe… ouille. Visiblement, on est trois à être sensible à la question « blogueur-lecteur propre » comme dit David, je trouve cette appellation très amusante, un peu trop sérieuse peut être… et je ne suis pas sûre que le Monsieur souhaite être si sérieux que ça ! Enfin, David, tu prendras la parole si tu le souhaites ^^

          J'aime

      2. Ah non mais je te rassure, ce que j’entendais par TES devoirs, c’était plus que tu compiles tous les résultats proposés par tes lecteurs et les gens intéressés (la preuve c’est que je t’ai fait part de quelques idées ^^) mais c’est vrai que formulé de la sorte ça pouvait prêter à confusion ^^’

        Ben après je pense pas vraiment que ce soit des trucs collectifs qui nous étouffent, mais plus un rappel de « règles » pour éviter que tout le monde s’étripe joyeusement sur la toile. C’est pas parce qu’on met pas notre vrai nom et qu’on est sur Internet, qu’il faut se permettre des comportements qu’on aurait pas dans la vie. Après j’espère que ces gens là descendent pas dans la rue pour pendre haut et court ceux qui lisent pas comme eux xD

        (enfin je m’aperçois quand même au vu de tous les commentaires que tu as eus, que je dois être un des seuls à parler sans savoir de quoi il retourne lol (ça m’apprendra à vivre dans une grotte))

        J'aime

        1. En tout cas, les retours sont riches et intéressants. J’ai beaucoup de retours par mails ou formulaire de contact, donc tous ne seront pas visibles dans les commentaires. Mais il y a effectivement matière à réflexion

          J'aime

  6. Manu Larcenet reprend une idée qui est finalement assez répandue chez tout ceux qui s’intéressent au Web et que je partage. Mais si on pousse le raisonnement jusqu’au bout peu de gens auraient une légitimité sur Internet…
    Pour répondre à ce que tu dis plus haut, je suis toujours assez embêtée quand je n’ai pas du tout aimé un livre. J’essaie de bien argumenter et de ne pas descendre l’auteur car je n’ai pas la prétention d’avoir la science infuse.

    J'aime

    1. Ça, définir une légitimité à tel et tel… je serais bien incapable de me lancer dans un tel débat. Et même si certains d’entre nous sont bibliothécaires, libraires, professeurs… je crois que c’est à chacun de gérer ses affinités de lecteur que l’on repère finalement assez vite. Après, la question est ouverte si certains souhaitent s’en saisir !
      Pour les critiques négatives de livres, je dirais que généralement, dans 70% des cas, les livres que je n’ai vraiment pas aimé, je n’en parle plus, à moins que celui-ci soulève une question dont j’ai envie de me saisir. En disant cela, j’ai des exemples en tête, comme par exemple Mariée par correspondance de Kalesniko : je n’avais pas aimé, j’avais eu envie de le dire et cela avait permis un débat intéressant entre David et moi. Au final, nous sommes chacun restés sur notre ressenti de lecture, nous avons eu des désaccords forts sur cet albums (avec des gros mots de « clichés » et de « vulgaire » lancés à la volée), mais je crois qu’on a réussi à s’entendre l’un l’autre. Enfin moi, il y a des choses que David a écrites sur mon blog qui sont restées en mémoire. Ce désaccord ne l’a pas pour autant contraint à ne plus commenter chez moi et moi (même si je commente pas souvent chez lui :oops:) je continue à le lire et à y aller de mon petit laïus de temps en temps. Il y a eu d’autres désaccords depuis, avec lui et avec d’autres, mais tout est resté (je pense) dans le respect des opinions de chacun et de l’auteur (le plus important)

      J'aime

  7. Bonjour,
    J’ai moi aussi exprimé mon malaise par rapport à cette discussion. SI je reconnais à chacun le droit de penser ce qu’il veut d’un roman, j’ai été attristée par les attaques sur les lecteurs. Ecrire « on est ce qu’on lit », « certains n’ont pas les capacités intellectuelles de lire mieux », « il y a les littéraires et les autres »… ça m’a déplu.
    On en arrive à classifier les blogueurs que nous sommes et pire à se juger entre nous alors que nous ne nous connaissons même pas. Il y a de la place pour tous sur la blogsphère et pour tous les goûts. Non ?
    J’ai été d’autant plus déçue que certaines interventions parmi les plus virulentes émanaient de blogueuses que j’apprécie.
    Rassure-toi Mo’, tu n’es pas la seule à avoir passé une mauvaise soirée mercredi.

    J'aime

    1. Oui, je crois que tu pointes quelque chose d’important : la déception qui fait suite au propos de quelqu’un qu’on estime (estimait ??) virtuellement. Je trouve cela dommage de classifier ainsi les auteurs dans des petites cases en oubliant le plaisir que l’on associe à chaque genre littéraire.

      J'aime

  8. Bonsoir,

    Je n’ai pas de blog et, jusqu’à présent, je n’en lis que deux ( de personnes que je connais « en vrai »).
    Des circonstances ont fait que j’ai lu le blog « incriminé » et que j’ai eu connaissance de votre « billet d’humeur ».

    Dans un blog, je pense que l’on a le droit de dire ce que l’on pense d’un livre, d’un auteur…… simple liberté d’expression ….
    Par contre – pour faire référence au blog dont il est question et des commentaires qu’il a suscités -, « descendre » des auteurs pour la simple raison qu’ils écrivent des « livres à succès », et par là, « stigmatiser » certaines catégories de lecteurs…… cela me pose problème …
    Ne pas aimer un auteur est une chose ….. le mépriser en est une autre ….

    Ce que j’attends d’un blog …. un avis sincère, argumenté ….. qui ne cherche pas à être « dans l’air du temps », qui ne veut pas se poser en « élitiste », qui dit simplement s’il a aimé et pourquoi ….même s’il s’agit d’un roman « best seller ».

    J'aime

    1. Bonjour Jacqueline
      et merci à vous de participer à cette réflexion
      Vos retours sont importants et intéressants. Vous nous donnez un regard extérieur sur la blogosphère, comment vous percevez nos publications, vos attentes…
      Je crois qu’avec tous ces retours, il y a réellement matière à construire un texte intéressant.

      J'aime

  9. J’ai lu avec autant d’intérêt les commentaires que ton billet et je dois dire que c’est assez plaisant de voir ces différentes réactions. C’est vrai, tes copinautes sont des perles 🙂

    La légitimité n’est pas un principe que l’on a parce qu’on fait tel ou tel métier. On est surtout légitime quand on a prouvé qu’on pouvait l’être. La légitimité n’est pas lié à un statut mais à un certain nombres de connaissances. Je suis bibliothécaire spécialisé surtout en BD. Je ne vais venir parler en spécialiste de roman policier. En revanche, j’estime avoir une certaine légitimité par rapport à ma connaissance de la BD… et encore pas sur certains aspects (le comic-book notamment). Le tout est de parler des choses avec le recul nécessaire pour se rendre compte de son incompétence sur certains sujets. Et c’est souvent difficile… ma prise de tête avec Cruchot sur KBD me l’a rappelé (un peu durement) mais sur certains aspects il avait raison (pas sur la forme).
    Dans son texte, Larcenet ne critique pas le fait que les non-spécialistes donnent leurs avis, mais le nivellement des connaissances et de la reconnaissance des spécialistes. En fait, c’est le manque d’humilité des non-spécialistes.

    Ensuite – je parle en tant qu’observateur des pratiques de lecture d’une partie de nos concitoyens – on peut dresser un portrait type de certains lecteurs en fonction de leurs lectures (mais c’est aussi valable pour la musique). En général, nous savons quelle personne va emprunter tel livre. Cependant, ce n’est pas forcement lié à une « intelligence » mais plutôt à un rapport au livre et à la lecture, à la culture au sens large.
    Evidemment, plus on monte dans le niveau d’étude, plus on trouve de lecteurs mais beaucoup d’élus, de patrons ou cadres sont des gens qui ne lisent pas beaucoup. La lecture est un apprentissage. Certains lisent tôt, d’autres plus tard et certains jamais ou si peu. Et quand les si peu ouvrent un livre ce n’est pas pour lire la grande littérature mais de la littérature accessible, « facile ». Mais pour nous, bibliothécaire, c’est déjà une victoire. Mais est-on un sous-homme (ou femme) parce qu’on lit Harlequin ?
    Après oui, ne nous cachons pas devant notre petit doigt, il existe des niveaux de lecture, d’exigence et de qualités différentes dans l’art. Un Monet artistiquement parlant vaudra toujours plus qu’une croute impressionniste du XXIe siècle. Et un Corto vaudra dans l’histoire de la BD bien plus que le dernier Largo Winch…
    Sans oublier le fait qu’il existe des livres qui ne sont que des produits marketing avec si peu de démarche artistique qu’on ne peut pas les considérer comme de l’art… Je ne citerai pas de noms mais les produits dérivés en BD, les séries-métiers et les blagues de XXX sont quand même assez nombreux pour que vous constatiez vous-même les références.

    Pour moi, oui, il y a des niveaux dans l’art : du pur loisir au pur intellect. Je ne tiens pas compte du produit marketing.
    Le tout est de savoir ce qu’on en attend et pourquoi on en parle sur nos blogs. Si on parle d’une BD pure loisir en se positionnant en mode « Je lis de la BD d’intellectuel » je pense qu’on se trompe de chemin. C’est très douteux et même totalement malhonnête ! Imaginez-vous en train de lire Radada la méchante sorcière comme on lit Château de Sable de Frederik Peeters ! Evidement vous allez passer à côté et massacrer la pauvre Radada ! Et réciproquement si vous vous mettez à lire l’auteur suisse avec l’oeil du lecteur Fluide Glacial !

    Après, je suis pour avoir un aspect critique dans mes lectures et de mes chroniques. J’ai d’ailleurs changé de fusils d’épaules après une discussion animée avec Mo et Yaneck ici-même. Avant je ne chroniquais que ce que j’aimais. Mais je me suis aperçu qu’on pouvait enrichir notre point de vue (et notre écrit) par la critique. La critique au sens noble du terme, pas du cassage gratuit. Après, c’est difficile et il faut savoir être honnête, savoir ne pas chroniquer quand on sent que nos remarques proviennent de facteurs extérieurs au livre.

    Je crois que l’honnêteté et le respect sont les maîtres mots du blogueur. Honnêteté intellectuelle comme je viens de le dire mais également respect pour le travail de l’auteur (essayez d’écrire un texte de fiction, vous verrez comme c’est simple !) dans toutes ses formes : dans sa chronique mais aussi en rectifiant ses erreurs. Et puis bien entendu, respect dans les commentaires.

    Et c’est aussi la grande force de ce lieu, c’est de permettre un débat serein, parfois passionné (avec quelques touches de mauvaise foi, mais faut bien) mais toujours dans le respect. Certes, Mo’, nous nous sommes pouillés avec art plusieurs fois, mais j’ai beaucoup appris de tes remarques et je n’ai jamais eu l’impression d’avoir été insulté. Sinon, je ne serais pas ici 🙂

    Bon je finis mon roman ici parce que bon hein ! Faut pas exagérer non plus.
    Je réitère toutefois l’idée d’un « Label » blogueurs honnête !

    J'aime

    1. Merci pour l’échange David, tu amènes beaucoup d’éléments intéressants avec ce commentaire.
      C’est clair que la notion de respect est prioritaire.
      En tout cas, merci à vous tous pour tous ces éléments que vous apportez ! Je savais bien que je pouvais compter sur vous ^^
      « Blogueur honnête » semble effectivement plus coller à l’idée que « blogueur propre » 😆
      Je n’alimente pas le débat pour cette fois, je prends note de tout ce que tu apportes. On aura l’occasion d’en reparler de toute façon

      J'aime

  10. Mo’ je suis totalement d’accord avec tout ce qui s’est dit !
    L’idée de David pour le « lecteur bloggueur propre » me plait beaucoup.

    Je n’aime pas non plus quand un lecteur descend en flèche un auteur sans argumentation, juste par pur préjugé. Et descendre les lecteurs bloggueurs qui apprécient cet auteur est un pur non respect tout court pour son prochain.

    Ce genre de Lecteur Bloggueur Lecteur n’est absolument pas capable de partager. Et comme la plupart des personnes ici je pense qu’il ne faut pas participer à ces débats stériles qui augmentent le nombre de commentaires de ses imbéciles/heureux…

    Attention Mo’ je ne te juge pas du tout car peut-être si j’avais lu la même chose que toi j’aurais fait la même chose que toi. Et je ne veux surtout pas connaitre ce pamphlet.

    Pour moi les devoirs des Lecteurs bloggeurs sont avant tout le respect et la dignité, rester toujours ouvert à ce qui est nouveau et si vraiment on adhère pas eh bien on adhère pas c’est tout. Rester toujours poli, et ne pas dire de méchanceté gratuite et de méchanceté tout court … je me répète un peu …

    En tout cas Mo’ (je me répète encore mais tant pis…) je suis entièrement d’accord avec toi et je serais ravie d’adhérer à une charte de Lecteur Bloggueur propre.

    J'aime

    1. Merci à toi Fildediane pour cet avis
      Je suis du même avis que toi : bloguer, c’est aussi accepter de recevoir un avis contraire. C’est le principe même du blog que de confronter les avis et d’enrichir le regard que l’on peut avoir sur le monde littéraire/bédéphile…

      J'aime

  11. Bonjour Mo,
    J’ai moi aussi lue ce billet et lue tous les commentaires (je pense que toi aussi puisque tu es si en colère… Et sur le fond je te rejoins tout à fait… (si tu n’as pas eu l’occasion de lire mon commentaire je t’invite à le faire, tu comprendras mieux de quoi je parle, moi aussi je me suis révoltée) Je n’ai jamais descendu un livre en flèche ni un auteur, Si le livre ne m’a pas plu je dis qu’il n’était pas fait pour moi, pas qu’il était mauvais… De toute façon, pour moi, il n’y a pas de « bonne » littérature ou de « mauvaise » mais il y a juste une chose qui m’embète c’est quand tu dis :  » Rares sont ceux qui, comme moi, n’ont pas abondé dans le sens de l’article à l’origine de la polémique. » Je ne suis pas d’accord, il y en avait quand même pas mal qui, comme toi et moi, n’était pas du tout d’accord et qui l’on dit avec courage et beaucoup était même assez choquée aussi… Et quand tu parles de sa « basse cour » je pense que je fais partie du lot puisque je suis son blog avec pas mal de régularité, c’est un peu blessant je trouve… Mais peut-être tout simplement étais tu très fachée quand tu as rédigé ton billet alors je te comprend… Mais pour le reste je suis tout à fait d’accord avec toi : c’est notre droit de lire ce dont nous avons envie, et comme je le disais ce qui m’importe c’est le plaisir que je vais retirer d’une lecture… Le reste m’importe peu… Nous ne sommes que des lecteurs et c’est déjà énorme…
    Bisous Mo et bon week end (et ne te rend pas malade pour si peu…)

    J'aime

    1. oui, je m’excuse. J’ai rédigé ce billet sous le coup de l’énervement et j’ai fait un amalgame. Le terme de « basse cour » n’est pas adapté je le reconnais.
      En revanche, je n’ai pas poussé le vice jusqu’à compter le nombre de personnes qui ont participé mais… il y a un pourcentage infime de personnes qui ont désapprouvé le billet d’origine. J’avais effectivement vu ton commentaire dans le flot des réactions
      Après, je ne me rends pas malade :lol:, mais je n’ai pas du tout envie que l’on m’assimile à ce genre de blogueur

      J'aime

  12. Du coup, je suis allée lire tous les commentaires et je suis contente de m’être abstenue d’un commentaire. Pas joli, joli tout ça. Tu as bien compris le sens de mon message, nous sommes toutes les deux d’accord sur de tels billets.

    J'aime

  13. Un « devoir » du blogueur : accepter un autre avis que le sien …… sans moquerie, mépris ou sarcasme, débattre d’un livre sans s’arroger la palme du « bon goût ».
    Autrement dit, respect, tolérance et ouverture d’esprit …

    J'aime

    1. Oui, cela me semble en effet incontournable et vu mon dérapage de langage que tu as soulevé dans ton précédent commentaire, je suis la première à devoir faire des efforts…

      J'aime

  14. Bon… Je ne peux pas m’empêcher de mettre mon grain de sel dans la conversation, étant donné que, non seulement je fais partie de la basse-cour, mais que je me demande si je n’ai pas une part de responsabilité dans l’affaire, celui de mes billets cités dans l’article en question ayant peut-être dans une certaine mesure contribué à l’inspirer?

    J’entends tes arguments, mais je revendique le droit de parler non seulement de ce que j’aime mais aussi de ce que je n’aime pas, et même de dire quand je suis indignée. Je crois avoir lu quelque part que tu apprécies l’auteur que je descend en flèche dans celui de mes billets qu’elle a cité, et j’en suis désolée. Mais j’assume totalement ce que j’ai écrit et je ne regrette mon billet en rien. S’il était à refaire, je n’en changerais pas un mot.

    Concernant le débat, j’ai lu moi aussi tous les commentaires et j’y ai également participé. Je n’ai pas trouvé les propos tenus si offensants. Je crois, sans doute naïvement, que ce que la grande majorité des intervenants ont voulu critiquer, ce sont des auteurs, et une certaine tendance actuelle à vouloir vendre aux gens une culture facile au détriment du reste, et non pas des lecteurs.
    Par ailleurs, je ne comprends pas pourquoi le fait de dire que nous n’avons pas tous les mêmes capacités intellectuelles a suscité tant d’indignation. C’est pourtant un fait. Je rejoins totalement les propos tenus par David plus haut. Pour ma part, je suis totalement incapable de lire la poésie et la philosophie. J’ai beau essayer, je vois bien que ça me passe au-dessus de la tête et que je n’y cromprends rien. Ca me désole mais je n’en suis pas complexée pour autant. De même, je n’ai pas chroniqué sur mon blog certains livres que j’ai lus, parce que j’estime être passée à côté et être incapable de les comprendre au-delà du premier degré. Nous n’avons pas tous les mêmes compétences et c’est ce qui fait notre richesse. Pourquoi le nier?

    D’autre part, je suis également très étonnée de la réaction épidermique de certains amateurs des auteurs critiqués. J’ai l’impression que beaucoup nourissent des complexes par rapport à leurs lectures et je ne comprends pas pourquoi. Je crois que rares sont ceux qui ne lisent que des livres sérieux. Comme je l’ai dit dans le débat en question, pour moi il n’y a pas de sous-genre. C’est la variété des genres existants qui fait la richesse des livres. En revanche, j’ai du mal à comprendre ces lecteurs qui semblent s’excuser, qui reconnaissent que les auteurs/livres incriminés sont un peu niais et mal écrits… mais que voilà on a besoin de se détendre. Bien sûr qu’on a besoin de lire des livres pour se détendre! Et la lecture doit être avant tout un plaisir! Mais je ne comprends pas pourquoi ces lecteurs ne font pas preuve de plus d’exigence et n’attendent pas d’un livre de détente qu’il soit écrit avec autant de soin et de sérieux qu’un livre « prise de tête ».
    Je vais prendre pour exemple un genre de « sous-littérature » que je connais bien : la littérature érotique. Bien souvent, je lis des commentaires de lecteurs qui disent en substance : bon évidemment, c’est mal écrit, l’histoire tient sur une feuille de papier à cigarette, mais c’est érotique alors ce n’est pas le but et il ne faut pas trop en demander. » Moi je ne suis pas d’accord. Je ne vois pas pourquoi je devrais me contenter d’une qualité moindre parce que le genre n’est pas prestigieux et j’ai les mêmes attentes que pour n’importe quel autre livre.
    Je pense donc que le débat initié était intéressant mais j’aurais bien aimé qu’il prenne une autre orientation et savoir ce que les amateurs des écrivains critiqués recherchent et apprécient dans ses livres, pourquoi ils complexent et pourquoi ils ne sont pas plus exigeants.

    Un dernier point car j’ai déjà été beaucoup trop longue. J’ai trouvé que, lorsque tu as cité des auteurs de BDs, que j’avoue humblement ne pas connaître, tu desservais tes arguments plus que tu ne les étayais. En effet, ce que j’apprécie dans les blogs comme le tien, c’est de découvrir des auteurs et des ouvrages que je ne connaissais pas, justement parce que ces auteurs commerciaux hyper-médiatisés ne leur laissent que très peu de place.

    J'aime

    1. Tout d’abord, je ne souhaite pas entretenir ici la polémique. Certes, si mon billet d’humeur se sert de cet ancrage, mon propos et tout autre et je recherche plutôt la constitution de repères, de garde-fous plutôt que de définir qui peut avoir tort ou raison ^^

      Ce que je voudrais que l’on retienne, c’est que je ne suis pas d’accord avec la forme. Rien que le fait d’introduire un échange en attaquant nominativement des auteurs est une erreur. Je le redis, je ne suis pas réfractaire à la critique d’ouvrage à condition qu’elle soit argumentée et crédible. Mon objectif n’est pas de défendre ces auteurs-là en particulier, je souhaite juste défendre le fait que (s’ils doivent être critiqués) que cela soit fait au regard de faits plausibles ! La condition sine qua none est donc DE LES AVOIR LUS (le blogueur en question précise rapidement, dans son billet, qu’il n’a jamais lu l’un des auteurs et qu’il cite et que pour deux autres écrivains, il s’est contenté de lire une partie d’un ouvrage). Sur cinq auteurs lynchés, c’est un peu fort ! Cela m’hallucine !!

      Sous une prétention élitiste, la personne en vient à critiquer n’importe comment sans réelle envie d’apporter des arguments constructifs et que c’est plus prétexte à défouloir qu’à autre chose.
      Je désapprouve vivement la manière de faire. Le débat s’amorçant sur des préjugés, il ne pouvait que glisser rapidement vers la verbalisation d’un certain mépris à l’égard des lecteurs desdits auteurs.

      En conclusion, je suis intimement convaincue qu’il y a des choses que l’on peut dire sur un espace public (comme le blog) et des choses qu’il est préférable de garder pour soi. Je ne reproche à personne de penser que certains ont des capacités intellectuelles que d’autres n’ont pas, mais je pense que c’est typiquement le genre de propos que l’on réserve à une discussion orale dans un lieu privé comme dans le cadre d’une soirée pyjama ou à la terrasse d’un café. Quand David avance ce type de propos, il a l’intelligence de le faire dans un contexte généraliste et la décence de ne citer aucun nom d’auteurs. Quand il se permet de citer un nom d’œuvre ou d’auteur, il explique également son parcours de lecteur (en y injectant des motifs personnels et professionnels) qui l’ont conduit à verbaliser de tels propos. En aucun cas, je ne me sens contrainte d’adhérer à son positionnement, en aucun cas je me sens rabaissée parce que, par le passé, j’aurais aimé et je me serais amusée à la lecture de Radada !
      Pour le reste, je t’adresse en mail une réponse plus détaillée car je ne souhaite pas que le débat dérape ici aussi.

      J'aime

  15. Ce billet aura au moins eu le mérite de nous mettre en contact. C’est déjà ça.
    Bonjour !
    Moi qui ne tiens pas de blog mais en lis pas mal pour varier mes lectures, je pense qu’il faut d’abord avoir lu un auteur pour le juger et pas se contenter du « délit de sale gueule » ! C’est un truisme mais certaines ne sont pas au courant.
    Je préfère quand on critique un roman plutôt qu’un auteur car, comme en peinture et musique, les auteurs ont leurs périodes, leurs bons et leurs moins bons moments d’inspiration. Mais rien n’empêche alors de faire un récapitulatif de nos goûts.
    Je n’aime pas les positions péremptoires du genre j’ai raison et je sais que j’ai raison. Cela ne fait pas avancer le débat et coupe toute envie de débattre.
    Je n’aime pas l’arrogance et la prétention.
    J’ai lu quelque part « je n’aimais pas Z jusqu’à ce que j’apprenne… et j’ai vu ses romans autrement ». Bel exemple de modestie et de remise en question. J’aime !
    J’aime les critiques argumentées avec des exemples tirés du livres… Au moins on comprend ce que veut dire le blogueur et pourquoi il aime ou pas.
    Une question que j’ai envie de poser aux blogueurs. Pourquoi bloguez-vous ?
    Pour être lu ? Pour garder trace de vos lectures ? Pour partagez-vos découvertes ? Pour vous faire mousser ? Pour avoir l’impression d’écrire un peu aussi ?…
    Il n’y a pas de mauvaise réponse. Mais connaître les intentions du blogueur permettrait de ne pas se tromper de blog en tant que lecteur. 😉

    J'aime

    1. Bonjour Elia,
      Quelles étranges conditions pour se rencontrer n’est-ce pas ?? 🙂

      « Blogueur : pourquoi bloguez-vous ? » En voilà une bonne question !! Attends-toi à obtenir une réponse différente par blogueur ^^

      En ce qui me concerne, j’ai commencé à bloguer parce que j’ai déménagé il y a 7 ans, mettant ainsi 1000 km entre mes amis et moi. Jusque-là, rien d’exceptionnel si ce n’est que certains de mes amis se sont lancés dans la BD en suivant mes conseils et que j’ai quitté la région alors qu’ils pensaient avoir encore besoin de petits conseils (beaucoup de publications BD chaque année, envie d’investir dans des albums sans se retrouver devant le constat désagréable que l’achat réalisé ne leur apporte aucun plaisir de lecture). Depuis mon départ, ils ne peuvent donc plus piochez allègrement dans ma bibliothèque pour découvrir une série ou un auteur. Mon blog est né de là, d’une envie que je leur « montre » mes dernières petites trouvailles, le besoin de visualiser un album (couverture, contenu) et de comprendre pourquoi cet album-là m’a plu, besoin de se représenter eux-mêmes si l’album peut leur plaire à leur tour. Donc initialement, ce blog n’était prévu que pour accueillir des avis positifs sur une lecture.

      Quelques mois plus tard, j’ai découvert des blogs comme le mien (axés sur la BD) et je me suis rendue compte je pouvais trouver d’autres avantages à mes bloguouilleries : échanger sur un ressenti de lecture, confronter les regards sur un album, un auteur, découvrir de nouveaux univers, etc. Ce qui me motive, c’est donc que la notion de partage et de découverte ne soit plus « à sens unique ».

      Je reconnais avoir eu de la satisfaction à constater que j’étais lue par de plus en plus de gens. Ce constat n’a duré qu’un temps. Aujourd’hui, cela m’affole. Pourquoi ? Parce que je me rends compte que cette démarche de présenter mes avis de lecture est loin d’être anodine, que la majorité des gens qui passent sur mon blog sont des inconnus (car très peu commentent, je ne sais donc pas qui passe réellement) et que du coup, j’ai une trouille monstre à l’idée de pouvoir dire une énormité. Je me sens responsables des propos que je tiens et j’ai peur d’induire quelqu’un dans l’erreur. Je n’ai pas cette peur concernant les gens qui commentent car, généralement, se sont des blogueurs que je lis aussi et dans ce cas, j’ai l’impression de mieux les appréhender car ils me donnent la possibilité (en écrivant aussi leurs avis) de comprendre quelles sont leurs affinités. Le commentaire qu’il me laisse sur tel ou tel billet s’inscrit dans un échange plus global, un peu comme une discussion au long cours qui se serait amorcé au moment du premier commentaire (publié sur autre avis de lecture sur son blog ou sur le mien).

      Et puis, disons-le aussi : quel luxe de pouvoir se connecter à n’importe quel moment du jour ou de la nuit pour parler d’une passion ! Celle de la lecture ! Répondre à un commentaire pour poursuivre un échange, déposer un commentaire pour en amorcer un nouveau ! J’adore !! ^^ Car clairement, en matière de BD, on ne trouve pas un bédéphile sous son paillasson aussi facilement que cela. Parfois, en librairie spécialisée, une discussion passionnée s’amorce entre un autre client et moi, entre le libraire et moi… mais j’adore tellement cela qu’il m’en fallait plus. Le blog est bien pour cela et m’évite d’assommer mes amis « physiques » avec mes petites bédés 🙂

      Alors non, ça ne me fait pas mousser de bloguer dans le sens ou cela ne flatte pas mon égo. Je ne trouve pas non plus ma prose exceptionnelle, j’ai beaucoup de mal quand je me relis et admire la patience des gens qui ont pris l’habitude de me lire régulièrement ^^ Ce n’est pas non plus pour moi un palliatif à une vocation d’écrivain ratée, mon métier (même s’il m’oblige à écrire souvent) me plait et n’a rien à voir avec le monde de l’édition (par contre, si j’avais les moyens financiers, je ne cracherais pas sur l’idée d’ouvrir une petite librairie ^^). Ecrire des avis de lecture m’expose plus qu’autre chose mais cela fait partie du jeu. J’estime en effet que pour pouvoir échanger avec quelqu’un (blogueur ou non), il faut aussi lui permettre de nous situer en tant que lecteur. C’est le jeu de l’échange, je le conçois comme cela.

      Je reconnais que certains protagonistes (maison d’édition, auteurs) peuvent parfois tirer avantage de mes publications, j’accepte que l’on me décrive au sens péjoratif du terme en disant que « je ne suis qu’une vitrine pour les professionnels de l’édition » mais ce qui me plait dans cette pratique de blog, c’est le partage.
      Avec le recul, je me rends compte que je me rappelle mieux de mes lectures depuis que je blogue. Le fait de prendre du temps pour parler d’un album me permet de mieux garder en mémoire cet album. Après, je ne cacherais pas mon plaisir de constater qu’une de mes chroniques a donné des envies de lecture à telle ou telle personne. J’aime partager mes coups de cœur, j’aime partager mes coups de gueule et j’aime encore plus les débats qui s’ensuivent quand les ressentis de lecture sont aux antipodes ^^

      J'aime

  16. Mo, je suis tout à fait en phase avec les propos de David qui, je trouve, replace bien dans son contexte, le lecteur et la lecture : une expérience, une sensibilité, des choix. La lecture est multiple, ses motivations aussi, elles varient selon le moment. S’il y a des niveaux de lectures, il n’y a pas de niveaux de lecteurs. C’est pourquoi je le rejoins dans son terme d’honnêteté. C’est le principe même du blog. Cet usage du JE à la subjectivité assumée et civile permet d’allier personnel et respect et favorise l’échange puisqu’il invite à la  » confrontation  » ( au réel sens du terme , se frotter aux autres ) comme dans toutes autres relations, c’est-à-dire renoncer à un certain nombrilisme, à la lecture intime pour partager avec le regard d’une autre personne. C’est toujours la part d’ego et d’émotionnel qui font déraper les discussions. Rien n’est plus plaisant que de se perdre dans les pages d’un auteur en belle compagnie même lorsque les avis sont contraires et argumentés. Ils ouvrent justement sur d’autres découvertes. Du moins, c’est ainsi que j’échange des livres avec mes amis. Et surtout, je suis absolument d’accord avec le fait que les blogueurs n’ont pas que des droits. Le droit d’expression, quel qu’en soit le support, ne peut être diffamatoire. Respect des auteurs, des lecteurs aussi. Une critique peut être acérée, elle peut être drôle, elle doit être expliquée, tout simplement parce que, parfois, l’argument négatif de l’un sera l’argument positif de l’autre ( et ce sera l’occasion de le lui offrir ce livre ! ), ça, c’est l’échange. Nos différences ne devraient pas être des différents.

    J'aime

    1. Vos propos sont apaisants Messieurs Dames et je ne pense pas que le fait que je sois d’accord avec vos points de vue soit un argument recevable. Vous construisez-là un échange de qualité, objectif et dépourvu de tous jugements de valeur. Étant aux premières loges pour accueillir ces témoignages, je savoure vos propos avec beaucoup de plaisir !

      J'aime

  17. Hop, hop, hop !
    Comme elle me nomme dans son commentaire, je souhaiterai rebondir sur les propos de Marie. Je tiens à préciser que je ne connais pas Marie et que mes propos ne la vise pas personnellement (en tant qu’humaine derrière son PC) mais plutôt une certaine catégorie de personnes qui m’agacent au quotidien.

    Tout d’abord, attaquer une certaine forme de littérature pour ensuite accuser ses lecteurs du fait qu’il ne s’assume pas, je trouve que c’est un peu contraire à l’argumentation développée. J’espère que ce n’est pas fait exprès, sinon ça démontre un certain mépris malgré toute la bonne volonté déployée.
    En plus, et je pense que c’est le cas d’un certain nombre de ces soi-disant connaisseurs de la littérature, ça démontre une certaine méconnaissance du paysage éditorial depuis l’après-guerre (au moins). Non pas que j’en sois un spécialiste, mais j’ai eu la chance d’étudier un peu durant mes études l’édition française au XXe siècle. Sachez que la tendance qu’au nom de la défense de la Kulture vous dénoncez est plus ancienne que ces petits auteurs et ces maisons d’éditions que vous attaquez… et ce n’est pas seulement en matière de littérature (cf la chanson française par exemple).
    Lire des livres c’est une chose, être capable d’analyser les tendances culturelles s’en est une autre. Je dirais même que c’est un métier. Sinon on tape dans le cliché.

    Je souhaite également apporter une précision car je crois que j’ai été mal compris. Comme je l’écrivais, pour moi la lecture est un apprentissage avec des paliers et des progressions possibles. Je ne mets pas les lecteurs dans des cases car j’ai bien souvent vu des personnes, pour mon cas en BD, passez de la pire daube commerciale au plus grand chef d’oeuvre du 9e art en quelques années. Bien sûr on ne passe pas de l’un à l’autre comme ça. Il faut y consacrer du temps. Et de l’intérêt. Moi non plus je ne suis pas très philosophie, et je n’étais pas non plus poésie. Pourtant, j’y viens. Il faut parfois des portes et des conseils. Comme je suis venu à Harvey Pekar, Robert Crumb ou Chris Ware après être passé par Lanfeust. Mais je ne pense pas qu’il soit nécessaire de croire que nos capacités intellectuelles soient en jeu. C’est un entrainement. De toute façon, peu de personnes peuvent réellement prendre toute la mesure d’œuvre gigantesque comme celles de Balzac ou de Proust par exemple.

    On ne peut pas non plus accuser les gens qui n’ont que peu d’intérêt pour la lecture de ne lire que des œuvres simples (et mal écrite ? Pas toutes). Pourraient-ils attaquer sans s’endormir les œuvres des éditions de minuit ? Soyez déjà heureux qu’ils lisent des livres qui soutiennent indirectement la petite édition et qui permettent peut-être à des futurs auteurs d’être publié. Et puis, vous les esthètes dans votre tour d’ivoire, qui vous dit qu’un jour ils n’attaqueront pas, sans le savoir, des œuvres déjà plus importantes. Moi, j’essaye de le faire au quotidien, vous vous les attaquez entre vous, là où ils ne viendront jamais. C’est facile.

    Finalement, rassurez-vous, les grands livres demeurent, les autres sont rapidement oubliés. Tout comme leurs auteurs. C’est un peu comme les boys band 🙂

    J'aime

  18. Respect, humour, humilité : voilà une formule qui me plaît.
    Comme dit ci-dessus, un blogueur doit exprimer son avis avec pertinence, respect et argumentation.
    Je suis d’accord aussi avec la légitimité qui ne vient que lorsqu’on l’a prouvée. On n’a pas de légitimité parce qu’on a tel ou tel titre mais parce qu’on a des connaissances qu’on peut mettre modestement au service de ses commentaires et des autres. On ne peut tout connaitre, tout savoir, on peut se tromper, on peut confondre, osons le dire.
    Je pense qu’un blog littéraire est assez exigeant car il nous demande de ne pas écrire n’importe quoi, n’importe comment. Commenter des BD, des polars, des nouveautés… est une tâche moins aisée car on est seul face au livre avec ses sensibilités, ses connaissances, ses références… alors que la littérature classique a déjà fait l’objet de multe études, thèses, leçons, cours… dont on a forcément entendu parler durant nos études.
    On est susceptible d’être lu par plus érudit, comme le dit Mo’, et c’est parfois stressant.
    Tenir un blog suppose d’être ouvert à la contradiction.
    Tenir un blog devrait permettre de donner envie aux autres de lire.
    Tenir un blog doit être un plaisir.

    Et puis, n’oublions pas que nombre de blogueurs reçoivent des livres en partenariat. On ne nous demande pas de les encenser, mais exprimer notre avis avec respect me semble une exigence relevant juste de la civilité.

    Bon débat !

    J'aime

  19. @ tous
    Pour le moment, nous sommes une vingtaine à participer à cet échange.
    Je pense attendre vendredi prochain pour regrouper les propositions que vous avez faites et proposer une « charte ». Je l’enverrai par mail aux personnes qui se sont prononcées sur le sujet (commentaire, mail ou formulaire de contact) avant de le mettre en ligne.
    Depuis aujourd’hui, le débat est également relayé sur le forum de Babelio : http://www.babelio.com/forum/viewtopic.php?t=2725

    J'aime

  20. Ayant longuement échangé par mail avec Mo’ sur le sujet, je n’ai pas l’intention de ranimer le débat, je voudrais simplement répondre à David qui a visiblement été un peu offusqué que je le cite.

    J’admets avoir répondu un peu vite et avoir voulu condenser mes propos, déjà longs, ce qui fait que je l’ai peut-être cité au mauvais endroit et pas dans le contexte le plus pertinent. Je maintiens cependant que je partage son avis en grande partie, mis à part sur quelques détails que je ne relèverai pas, le but du billet de Mo’ n’étant pas de poursuivre ici le débat qu’elle voulait dénoncer.

    Je reviendrai juste sur un point, par pur esprit de contradiction. Sans avoir une connaissance autre que très superficielle des tendances culturelles, je suis bien consciente que la tendance commerciale à laquelle j’ai fait allusion ne date pas d’aujourd’hui et que certains auteurs très populaires il y a seulement quelques décennies sont déjà tombés dans l’oubli. Mais une tendance, pour n’être pas nouvelle, en est-elle moins criticable?

    Ce que je tenais surtout à dire, c’est que si certains de mes propos ont pu être interprétés comme méprisants, ce n’était pas du tout mon intention. Je n’ai pas voulu « accuser les lecteurs d’une certaine forme de littérature de ne pas s’assumer ». Comme je l’ai expliqué à Mo’, je m’attendrais logiquement à ce que ces lecteurs, lorsque les auteurs qu’ils apprécient sont attaqués, les défendent et disent que eux apprécient leur style, trouvent du charme à leur écriture, trouvent les histoires intéressantes, émouvantes, que sais-je… Au lieu de ça, bon nombre de lecteurs semblent s’excuser et ont au contraire un discours du type : « oui, c’est niais et mal écrit, mais… » Je trouve ça étonnant et j’aimerais en comprendre la raison. C’est simplement ce que j’ai voulu dire, je n’ai pas eu l’intention de porter de jugement de valeur.

    J'aime

    1. Je pense que vous êtes d’accord sur l’essentiel tous les deux ^^
      David a eu l’occasion de se rendre compte par lui même du billet qui m’a mise en colère.
      Je pense aussi que les « grandes » idées ont été abordées. Civilité, respect, plaisir… sont des propos que l’ont retrouve chez tout le monde, seule la formulation diffère.

      J'aime

    2. Je peux te réponde, Marie. Je n’ai pas répondu à vos « agressions » (ressenti comme tel en tout cas) alors que je suis fan d’A.N parce que je sentais naître une polémique que je ne désirais pas. Les quelques propos échangés étaient si péremptoires, que je pensais ne pas me faire entendre. Contrairement à vous, polémiquer pour polémiquer, ça ne m’intéresse pas.
      Je suis contente d’avoir trouvé cette discussion, plus calme, qui positive et surtout construit quelque chose.

      J'aime

  21. Je trouve cette discussion passionnante ! je suis les avis des uns, des autres. Je suis d’accord avec certains et parfois aussi avecd’autres. J’aurais plein de choses à dire mais finalement rien qui ne changerait le débat 🙂
    Je m’abstiens donc. Par fainéantise aussi ^^
    J’ai juste envie de parler en tant que libraire et non simple lectrice. Comme je l’ai déjà dit, mon blog est pour un prolongement de mon métier. J’essaie de faire des critiques objectives en pesant le pour et le contre. L’expérience de mon métier me donne peut-être une certaine légitimé mais en même temps, les goûts et les couleurs de chacun sont tellement divers que je ne peux déclarer avoir la raison vraie. Comme l’évoque si bien David, nous n’avons pas tous le même niveau de culture, ni les mêmes attentes par rapport au livre. Si certains exigent une certaine qualité littéraire, d’autres voudront juste une bonne histoire. Après si certaines personnes lisent des livres de « mauvaise qualité », c’est aussi aux professionnels du livre, aux amis aussi, d’aider les lecteurs à « s’élever » et lire des livres plus intéressants narrativement. Casser du sucre sur les livres populaires est un mauvais procès. Je suis loin d’être une adepte de Lévy et Musso (oui je balance des noms ^^) et suis la première à les critiquer (en privé). Néanmoins, chez des proches non-lecteurs, ça a pu être une porte d’accès à la littérature et rien que pour ça, je les en remercie. Combien de gamins ont été écoeurés à vie de la lecture à cause des balzac and co par lesquels ils ont découvert le livre ? De plus, je crois que David le dit aussi (en fait, je pourrais copier coller son commentaire ^^), mais on oublie svt que ce sont ces grosses machines commerciales qui permettent aux éditeurs de publier des auteurs plus confidentiels. L’édition est un équilibre aussi entre rotation lente et rotation rapide, entre auteur grand public et auteur plus fermé.
    Par contre là où je rejoins Marie, c’est que j’ai du mal à comprendre en effet comment, quand on sait apprécier des auteurs plus « pointus », on arrive à revenir à ‘un musso pour la détente. Ce ne sont pas les romans « faciles » qui manquent et un Mazetti sera toujours plus intéressant qu’un Lévy par exemple. En même temps, je dis ça et je me rends compte que j’arrive moi aussi à passer un bon moment avec des polars dit faciles ^^
    En fait, je pense qu’en effet Marie et David sont globalement d’accord mais je note quand même un léger embrouillage entre culture et intelligence. Un gars super intelligent peut n’avoir aucune culture et être une nouille en lecture, et inversement. Et c’est peut-être de là que vient certaines affirmations tendancieuses qui ont pointés dans les commentaires du billet en question.
    Bon, je m’étais dit que je ne rajouterais pas de pierre à l’édifice et finalement j’ai fait une tartine ^^
    Pour conclure, je pense que la notion de partage qu’évoque Emmyne si joliment est le point essentiel de tout ça et que la détestation de tel auteur ou tel genre n’en est pas le bon motif. C’est tout, j’arrête. Pardon ^^

    J'aime

    1. Dites les gens, je voudrais préciser que moi aussi je trouve la discussion très intéressante mais que j’ai quand même quelques hésitations à valider certains commentaires. Non pas qu’il y ait un manque de respect dans vos propos… non. Mais, il y a ici deux débats.
      Alors si j’ai provoqué ce débat sur la base d’un échange autour de notion de devoirs du blogueur et de respect, et même si je me suis appuyée pour cela sur un autre échange (qui discriminait certains auteurs, certains lecteurs)… on flirte ici en permanence entre les deux débats.
      L’un sous-tend l’autre et inversement, je ne suis pas totalement convaincue que les deux soient aussi intimement liés que cela (certes… il y a des passerelles) mais j’avoue que si je me sens tout à fait à même d’assumer et de modérer le débat qui s’anime autour de la question « peut-on tout dire sur un blog ? » autant je ne suis pas sure d’être à même de modérer le second débat de manière pertinente.
      Il y a des choses qui peuvent relever de la sensibilité du lecteur… bref…

      Je saute du coq à l’âne mais, vous l’avez peut-être constaté, le débat tel que Babelio l’a présenté n’est pas exactement celui qui nous motive ici. Je pense qu’il y aura peut-être des points à reprendre dans les propos formulés par la Communauté de Babelio cependant. A voir… Mo’ en mode sceptique mais intéressée)
      Une question que je me pose. Nous sommes ici une vingtaine à réfléchir à la question. Tout le monde ne se prononce par en commentaires (certains souhaitent échanger par mail, ce que je respecte) donc cet échange ouvert ne reflète pas toutes les réactions. Je regroupe tous les éléments en fin de semaine pour en extraire la quintessence (:-)) et je serais aidée en cela par David. Ma question sera rapide : estimerez-vous qu’à 20 notre échange aura la légitimité que nous souhaiterions lui donner ?

      J'aime

  22. J’ai lu attentivement tous les commentaires, idées…etc. au fur et à mesure de leur publication, et donc j’ai envie de rebondir un peu sur l’idée de légitimité (mais du coup ça avait ptet déjà été dit plus haut, mais ma mémoire étant ce qu’elle est… ^^’)

    Je pense qu’en plus d’adhérer à des valeurs (cf toutes celles exprimées plus haut par les blogueurs ^^) il pourrait être bon de préciser sur son blog (même si je pense que c’est déjà fait un peu partout) les raisons pour lesquelles on le fait (sans forcément raconter sa vie pour autant).

    Parce que selon moi les attentes à avoir du blog qu’on lit ne sont pas forcément les mêmes selon qu’elles sont faites par le premier gen venu (comme moi par exemple ^^) ou des connaisseurs dans un (ou plusieurs) domaines (David, Mo’…etc. pour la BD par exemple (oui, oui je vous considère comme des références ^^)).

    Je sais qu’à la base, moi je m’étais juste fait un blog pour participer a un défi de lecture SF (vu que j’avais envie de m’y remettre lol), après ça a un peu évolué et dévié au fil du temps (maintenant c’est un joyeux bazar où il y a de tout xD). Donc pour ma part, dans la mesure où je ne suis pas un expert ni un connaisseur dans aucun domaine (tout ce qu’est terme techniques et autre ça me dépasse lol) je ne me trouve aucune légitimité particulière, je me contente seulement de donner mes avis sur mes lectures (et autre).

    Ce qui n’empêche pas que je suis toujours très content quand on me dit, que mon billet a donné envie…etc. je suis également content quand je peux échanger avec des personnes qui ont eu un ressenti différent du mien sur des lectures et qu’on échange à ce propos.

    Du coup je m’aperçois que je suis encore parti dans tous les sens et au final je ne sais pas si j’ai été très clair ^^’

    J'aime

    1. Je t’ai très bien compris.
      C’est vrai que je te rejoints complètement sur l’idée « d’afficher le pedigree du blogueur » 😆
      De mon côté, euh… je ne suis pas experte en BD !! 😯 Ce n’est pas mon métier, juste ma passion et j’ai envie d’en parler. Je n’ai pas non plus fait d’études en Arts ou en Lettres… m’enfin… m’enfin… je n’ai aucun bagage pour dire que je suis experte ! ^^ J’ai mon petit baluchon d’amateur et cela me suffit largement.
      L’idée est bonne, je pense l’adopter !

      J'aime

  23. J’ai jamais dit que c’était ton métier ou autre Mo’ (je l’ai appris au fur et à mesure en te lisant et en apprenant un peu à te connaître) mais comme tu l’as bien dit c’est ta passion. Et en ce sens, certains passionnés sont parfois plus connaisseurs que certaines personnes dont c’est le « métier ».

    Donc après c’est mon ressenti personnel, mais je trouve que tu t’y connais vachement mieux et t’en parles bien mieux que moi par exemple (alors que comme je m’occupe de tout ce qui est BD, manga, comics…etc. à la bibli ou je bosse (entre autres choses hein xD) c’est un peu mon métier on va dire lol) dans le sens où je trouve tes avis bien mieux construits, avec des termes techniques et tout et tout lol.

    Et comme nos comms se sont croisés, je rebondis sur ton précédent au passage (enfin surtout la fin de ton précédent) je pense que notre débat/échange a une certaine légitimité dans la mesure où toutes celles et ceux qui se sentent concernés peuvent venir donner leur avis. De plus, même si comme tu l’as souligné le débat de Babélio est un poil différent, on va également piocher dedans les bonnes idées ou les concepts intéressants ce qui augmente encore notre nombre.

    Après c’est sur que nous sommes loin de tous être des sommités ou des références dans le monde de la blogosphère, mais on a au moins le mérite de plancher là dessus. En plus sauf erreur de ma part, les « droits » du blogo lecteur sont à la base le fait que d’une (ou ptet plusieurs) blogueuse(s) qui ont voulu en parler et le dire. Ils sont plutôt bien acceptés je pense, étaient-ils pourtant légitimes à la base ?

    Donc je pense que même si on n’est qu’une vingtaine pour le moment, pas forcément des sommités…etc. quand vous aurez bien peaufiné ça avec David, si la petite vingtaine que nous sommes relaye l’info…etc. toutes celles et ceux qui n’ont pas participé au débat mais qui se sentent concernés y adhèreront je pense (après je suis ptet juste un incorrigible optimiste lol) et enrichiront peut être même « la charte ».

    Donc pour moi on a quand même une certaine légitimité ^^

    J'aime

      1. Personne ne nous empêche de rêver lol

        Mais blague à part, on est aussi légitime que pour les droits du blogolecteur, donc autant y aller et nous atteler à la tâche ^^

        Surtout que comme tu l’as dit, quand on cherche les devoirs du blogolecteur on trouve pas grand chose, donc autant combler ce manque du mieux possible non ? ^^

        J'aime

  24. J’ai un peu suivi « l’histoire » et comme toi, je n’ai trouvé aucun intérêt au billet dont tu parles, hormis celui de faire une polémique facile et gratuite ! Mais vu l’ampleur que tout cela a pris, j’avoue n’avoir pas lu toutes les réactions ! De mon côté, j’ai laissé un comm comme quoi tous les goûts étaient dans la nature et que n’importe quel extrait, y compris tiré des « précieux classiques », pouvait être descendu en flammes de la même façon 😉 Mais critiquer ainsi, hors contexte d’une lecture précise, c’est plutôt bas, comme acte ! Comment défendre ensuite les blogueurs quand il sont attaqués quand on voit certains comportements ? Difficile de rester crédible quand on ne respecte pas certains devoirs.

    J'aime

  25. Elia et Mr Zombi proposent d’expliquer pourquoi on blogue. C’est aussi une idée qui m’a traversé souvent l’esprit.
    Personnellement, je suis enseignante et je lis beaucoup de littérature jeunesse. Au point d’être souvent sollicitée par les collègues pour un conseil, une idée sur un thème… Mais difficile de pouvoir répondre parfois à brûle pourpoint. Un collègue m’a suggéré d’écrire mes commentaires, on a pensé au blog et voilà. Ensuite, je me suis prise au jeu et j’ai aussi parlé de mes lectures puis de mon dada, le policier.
    Mais mon blog reste « professionnel » si je puis dire. Il est au service des collègues qui commentent peu et mes élèves y ont accès afin de choisir leurs lectures. C’est donc d’abord en fonction d’eux que je rédige.
    J’ai cependant pris goût aux commentaires des blogueurs, aux échanges d’idées, aux challenges… Mais je ne perds pas de vue, le but premier.

    J'aime

  26. Je ne savais même pas qu’il y avait eu une charte des droits du blogolecteur!

    Je pense que réunir les propositions et avis d’une vingtaine de personnes d’horizons, de profils et de points de vue différents permet d’avoir une réflexion intéressante et approfondie sur le sujet. De là à parler de légitimité… la blogosphère étant un monde tout de même vaste et flou, je ne sais pas s’il existe un seuil à partir duquel on peut parler de légitimité ni où il peut se situer.

    Les devoirs du blogueur me paraissent assez clairs et bien définis puisque prévus par la loi. Il est évident qu’on ne peut pas écrire n’importe quoi puisque nous engageons notre responsabilité. Je me permets de citer une synthèse de Maître Eolas sur le sujet :
    http://www.maitre-eolas.fr/post/2008/03/24/905-blogueurs-et-responsabilite-reloaded
    Au-delà de ces limites évidentes (ne pas s’approprier ce qui a été créé par autrui, ne pas diffamer…), il y a quelques autres principes de bon sens, du fait que le blog est à la fois un espace privé et un espace public et que, par respect pour les lecteurs, qui peuvent être (sont souvent) de parfaits inconnus, un blogueur se doit de ne pas oublier qu’un blog n’est pas une discussion orale entre copains et s’en tenir à des règles de politesse et de courtoisie, et j’ajouterais de clarté et de lisibilité.
    Pour autant, je pense qu’il faut que ces règles soient peu nombreuses et bien circonscrites. Dans la mesure où il ne nuit pas à autrui et s’en tient à des principes évidents de savoir-vivre et de respect, un blog doit être avant tout un espace de liberté. Pour moi, ce qui fait la richesse d’un blog, et son intérêt par rapport à un magazine culturel par exemple, c’est ce que son auteur fait passer de sa personnalité et de ses passions dans ses écrits. Je pense qu’un blogueur doit avant tout se faire plaisir pour être agréable à lire, ce qui n’est pas compatible avec une forme d’autocensure.
    A titre personnel, si certains principes me semblent aller de soi, comme me taire ou y aller sur la pointe des pieds plutôt que de balancer une énormité quand je ne maîtrise pas un sujet, ou toujours m’efforcer d’argumenter ce que j’avance, je n’aurais pas forcément envie d’adhérer à une charte quelconque, que ce soit de droits ou de devoirs, parce que j’aurais le sentiment de m’imposer des contraintes que je ne ressens pas tant qu’elles sont juste implicites. Mais je crois que j’ai un gros côté électron libre. 🙂

    J'aime

    1. Cela me fait penser à ce que je disais plus haut sur la notion de « plaisir à bloguer »
      Tout ce qui a été dit ici me semble relever du bon sens quand au « principe à respecter par le blogueur ». Je crois que c’est plus une piqure de rappel, un « code moral » à respecter plus qu’autre chose.

      J'aime

      1. Je tiens d’ailleurs à préciser que ce n’est pas de moi, j’avais juste relayé l’info à l’époque (tout comme je le ferai avec les devoirs ^^) l’image venait de là :

        http://petitesmadeleines.hautetfort.com/archive/2010/04/06/petite-charte-deviendra-grande.html

        Sinon après le but de la charte (de devoir comme de droits) à mon avis c’est pas vraiment des règles ou autres (style tout le monde doit écrire de telle façon…etc.) mais plus un rappel de choses qui sont de l’ordre du bon sens.

        Donc à partir du moment où c’est déjà des principes qu’on applique de soi même, selon moi ça coûte rien de relayer l’info ^^

        En tout cas l’article de maître-eolas est très intéressant donc merci pour le lien Marie ^^

        J'aime

  27. Je te comprends, Mo’. J’ai moi aussi lu cet article et laissé un commentaire (sur le début) en donnant mon expérience de lecture (auteurs lus ou pas lus) et je me suis abonnée au fil de lecture… Beaucoup de commentaires (trop ?), et c’est vrai que ça s’est vite emballé, j’ai laissé tomber… Et le blogueur en question, c’est une blogueuse, non ? En tout cas, ne t’inquiète pas pour ça et continuons à nous faire plaisir ! Au fait, super l’article de Larcenet mis en lien par David. Bonne semaine et à bientôt.

    J'aime

  28. Bonjour par ici ! =)
    Comme tu le sais, Mo’, j’ai pris part également à la discussion sur le billet en question. Je ne souhaite pas poursuivre le débat, je souhaite passer à autre chose, notamment parce que je manque d’arguments (et de temps) et j’avoue que je n’ai pas le courage de lire tous les commentaires ici-même. Cela dit je voulais (re)signaler que ce qui m’a frappé dans les commentaires dudit article, ce sont la suffisance, la prétention et l’élitisme qui se dégagent. Si la blogosphère ne ressemblait qu’à ça, je serais vite découragée…
    Bien sûr qu’on a le droit de dire qu’on aime pas, en argumentant mais là ça a dérapé vers le mépris et c’est ce qui me gêne.
    Bref, j’ai juste envie de continuer mon petit bonhomme de chemin, en essayant de rester modeste et honnête et en me remettant en question quand il le faut. J’ai envie de lire avec plaisir, d’écrire avec plaisir, et c’est tout ce qui compte. J’espère juste, comme toi, qu’on me le dirait si je dérape (ça peut arriver) ou si je commence à prendre le melon (ça peut arriver aussi, la tête peut vite tourner).
    Ce qui est dingue, c’est que les personnes concernées se défendent encore d’avoir le droit de donner leur avis, sans jamais se remettre en question, en mettant en avant l’argument hypocrisie.
    Moi je dis : je ne sais pas comment font certains pour encore rentrer dans leurs pompes. (heureusement c’est bientôt la période des tongs !)

    Quand à un label sur les devoirs du blogo-lecteur, l’idée est intéressante. Je tenterai de suivre cela mais j’avoue que je n’ai pas envie de passer du temps là-dessus, je suis déjà longue à la détente, je ne veux pas m’en rajouter 😉

    A bientôt, bonne journée à tous !

    J'aime

    1. Bonjour Mélo, et merci pour ton passage, tes retours.
      Si cet échange sur les devoirs des lecteurs t’intéresse, je pourrais te faire suivre ce que nous parviendrons à en extraire. On voudrait proposer un texte qui va à l’essentiel. Peut-être te sera-t-il plus facile de réagir et de faire des retours sur un texte plus succinct ?

      J'aime

  29. Tous ces échanges sont très intéressants !

    Si vous mettez quelque chose en place sur les devoirs du blogueur, je serais ravie de relayer l’info !

    J'aime

  30. J’ai lu le lien sur Babelio que tu nous as envoyé. Il y a peu de commentaires là-bas, cela semble ne pas intéresser beaucoup de monde.
    Par contre, j’ai découvert un lien vers un article qui m’a sidérée autant que celui qui l’a envoyé. Pendant deux pages, l’auteur critique un auteur et un livre qu’il n’a pas lu ! J’ai vraiment beaucoup de mal à voir l’intérêt d’une telle chose et sa légitimité.

    J'aime

    1. Le problème, c’est que Babelio a ouvert un « échange dans l’échange ». Le débat ne touche donc pas directement ce qui nous motive ici…
      Pour l’article dont tu parles, je pense que c’est celui qui a été mis en lien dans les commentaires de X ? Je n’ai pas suivi le lien d’ailleurs… je vais me désabonner de ce fil de discussion. C’est tout à fait logique et c’est ce que je craignais quand je disais que « j’avais peur que son article (de lynchage gratuit) ne fasse des petits ». Je ne vois réellement pas l’intérêt… cette nouvelle a même tendance à me remettre en colère alors que j’avais pris du recul par rapport à cela !
      Je me suis engagée à proposer une sorte de « Charte » (quel terme pourrait mieux convenir ??), je mise sur le week-end pour trouver du temps pour faire cela

      J'aime

    2. Ce n’est pas tout à fait ça. Le livre n’est évoqué qu’assez brièvement et plutôt à titre d’exemple. L’objet de l’article, certes virulent, n’est pas de faire la critique d’un livre, mais d’exprimer un point de vue sur la culture avec lequel on peut ne pas être d’accord, mais qui est néanmoins argumenté.

      J'aime

      1. Je ne suis pas tellement d’accord.
        Finalement, j’ai pris connaissance de cet article car le lien a également été inséré dans la discussion de Babelio (dont j’ai donné le lien plus haut).
        Le titre du billet est suffisamment explicite à ce sujet. De plus, après une longue introduction, le billet en vient rapidement à l’ouvrage en question et… diable, je n’ai jamais vu quelqu’un qui a autant de choses à dire sur un ouvrage qu’il n’a pas lu !! Enfin, une blogueuse de passage se permet de préciser qu’il lui semble déplacé de critiquer ouvertement un ouvrage sans en avoir pris connaissance. A l’auteur du billet de lui répondre qu’elle en a lu un extrait dans l’Express (je crois, je peux me tromper) et, pour en apporter la preuve, elle importe dans sa réponse (à commentaire) l’intégralité de cet extrait !! Pour ces raisons, la démarche de la blogueuse me semble limpide et du même acabit que le billet que je dénonce. Cette démarche de lecteur (critiquer pour le plaisir) est assez insipide je trouve.
        Finalement, je voulais supprimer la modération des commentaires aujourd’hui… je vais la laisser encore un peu 😉 Je ne voudrais pas que ce débat, qui est resté serein jusqu’ici, ne dérape !

        J'aime

  31. Je comprends ta réaction (et on trouve les mêmes comportements sur les blogs de broderie). Pour moi la blogosphère est un espace de partage et d’échange qui se doit d’être respectueux. On a le droit de ne pas aimer un livre et de dire qu’on ne l’a pas aimé en expliquant un peu pourquoi mais pas de juger que « c’est nul »…

    J'aime

  32. Bonjour @ tous !
    Il vous faudra vous armer d’encore un peu de patience (pendant une semaine je pense) avant d’avoir accès à la synthèse de cet échange. Pour le moment, je ne parviens pas à donner forme à mon écrit et je cherche encore comment éviter certains obstacles. Je ne voudrais pas que ce texte paraisse niais, naïf ou prétentieux pour qui n’aurait pas participé à cette discussion.
    Il y a beaucoup de « matière ». Vos propos sont riches, argumentés… difficile également de « tout mettre ».
    En conclusion, je n’oublie pas !

    J'aime

    1. Alors si tout va bien ? Oui ! ^^ et non… car j’avais réellement pensé que je serais un peu plus rapide pour vous proposer quelque chose. C’est n’est pas le fond qui me pose problème… mais la forme. J’en avais touché un petit mot dans mon dernier billet « Chroniks Expresss »

      J'aime

  33. Eh ben, j’avais raté cet échange, fort intéressant au demeurant… « L’affaire » a fait grand bruit, comme beaucoup j’y avais jeté un œil…, choquée aussi… J’approuve ton coup de gueule, il fait du bien et remet les idées en place, merci à toi !

    J'aime

  34. Maintenant que nous avons tous le recul nécessaire, que nous avons profité des arguments des uns et des autres… que pensez-vous de l’idée de la Charte ?
    Je n’ai pas avancé sur la question mais souhaitez-vous finaliser cette réflexion par un écrit ?

    J'aime

Répondre à Jacqueline Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.