Kaze, cadavres à la croisée des chemins (Dutreuil)

Kaze, à la croisée des chemins
Dutreuil © La Boîte à bulles – 2011

Alors qu’il est de passage dans la région de Suzuka, Matsuyama Kaze – un rônin – rencontre un charbonnier. Ce dernier est penché sur le corps sans vie d’un samouraï et appréhende déjà que le meurtre ne lui soit imputé. Kaze décide d’attendre l’arrivée des enquêteurs et constate rapidement qu’ils sont incapables de mener une enquête en bonne et due forme.

Peu après, apprenant que le charbonnier est accusé de ce meurtre, Kaze s’engage auprès du seigneur du District à retrouver le véritable assassin.

Nous sommes plongés en plein Japon féodal puisque l’intrigue se déroule en 1603 (Période Edo). Le scénario est déjà connu de certains lecteurs puisqu’il s’agit de l’adaptation de La promesse du samouraï de Dale Furutani (je déterre une chronique de ce roman que vous pourrez lire en suivant ce lien). Certaines critiques en ligne notent la fidélité à l’égard du roman pourtant, Vincent Dutreuil a souhaité revenir sur les choix narratifs retenus (absence de certains passages) dans une interview qu’il a accordée à L. Gianati (voir le lien BDGest en fin de chronique) :

J’ai ôté de nombreux flash-backs qui enrichissaient les personnages secondaires et décrivaient merveilleusement la société japonaise, mais qui n’avaient rien à voir avec l’intrigue. J’ai même dessiné une scène de l’enfance de Kaze, que j’ai finalement renoncé à mettre dans l’album car elle en cassait la cohérence.

Je n’irai pas par quatre chemins : je n’ai pas aimé cette histoire qui avance par à-coups et ne se dévoile jamais totalement. Par bribes, le lecteur découvre de concert le personnage principal /sa quête personnelle et une région isolée du Japon. Les ingrédients semblent réunis pour préserver l’intrigue mais le résultat ne m’a pas convaincue. Le rythme narratif est trop lent et les différents éléments du récit (honneur samouraï, contexte socio-politique, penchants artistiques, monde rural) n’ont pas capté mon attention du moins, pas sur cette trame d’enquête policière. La présence de thèmes fréquemment utilisés dans ce genre de récits (sens de l’honneur, respect des traditions, superstitions…) gomme l’effet de surprise.

Au niveau graphique, la présence de plusieurs ambiances a renforcé mes griefs sur cet album. Séduite par certaines atmosphères, très extérieure à d’autres (comme les scènes de combat où l’on distingue mal les mouvements), j’ai oscillé durant toute la lecture entre engouement et rejet.

« J’aime beaucoup le fusain car c’est un outil de dessin qui est à la fois doux, tendre et en même temps qui n’autorise pas le repentir. Donc on est obligé d’aller à l’essentiel » (extrait de l’interview donnée par l’auteur sur France Inter, lien en fin de chronique).

Les dessins au fusain sont agréables mais ne respectent pas toujours les proportions. Ils offrent parfois un rendu très approximatif des expressions et des décors. On ressent pourtant le plaisir que l’auteur a pris à mettre en images le récit initial. Enfin, les choix de colorisation m’ont régulièrement surprise. Certains passages sont magnifiques, notamment ceux des scènes nocturnes réalisés dans des teintes bleutées, ou encore les ambiances ocrées des face-à-face importants de l’histoire. Cependant, la majeure partie de cette plongée en Japon féodal est colorisée à l’aide de couleurs trop printanières à mon goût, conférant une sorte de naïveté à l’ensemble.

Déroutée par le travail de Vincent Dutreuil, je trouve au final que les différentes ambiances cohabitent assez mal ensemble.

Un grand merci à l’équipe de La Boîte à Bulles pour cette découverte.

pictobofLe projet d’adapter la trilogie de Dale Furutani est né il y a quatre ans. Vincent Dutreuil travaille donc sur les tomes suivants.

Pour ma part, je décline l’invitation à découvrir l’évolution de la quête de Kaze.

Les interview de Vincent Dutreuil sur BDGest’ et sur France Inter.

L’avis de PaKa et celui de Kekeru.

Extraits :

« Tel le seau d’eau froide qui calme les chiens excités, un bain glacé refroidira les ardeurs du guerrier trop imbu de lui-même, et allègera notre voyage du fardeau de sa présence » (Kaze, cadavres à la croisées des chemins).

« La vie est trop précieuse pour être gaspillée par orgueil » (Kaze, cadavres à la croisées des chemins).

Kaze, Cadavres à la croisée des chemins

Éditeur : La Boîte à bulles

Collection : Champ-livre

Dessinateur / Scénariste : Vincent DUTREUIL

Dépôt légal : juillet 2011

ISBN : 9782849531204

Bulles bulles bulles…

Pour lire les 22 première pages, c’est sur DiGiBiDi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Kaze – Dutreuil © La Boîte à bulles – 2011

Publicités

12 commentaires sur « Kaze, cadavres à la croisée des chemins (Dutreuil) »

  1. J’ai beaucoup beaucoup hésité par rapport à ce titre mais ton avis me refroidit un peu. En tout cas j’aime beaucoup le trait au fusain de l’auteur.

    J'aime

    1. Je pense que je suis assez hermétique à ce genre d’ambiances. Je ne parviens pas à voyager via les histoires de samouraïs en général. Avec le recul, les récits comme « L’Ame du Kyudo », « Kaze No Shô » voire « Sky Hawk » (même si le contexte est assez différent) ont laissé peut de traces dans mes souvenirs. Je sais juste que je ne les relirais jamais.

      J'aime

  2. Je pense qu’on en reparlera bientôt, je dois le chroniquer pour Les Agents Littéraires 🙂
    ça risque de débattre comme dans nos belles années !

    J'aime

    1. oui mais j’en ai déjà parlé avec PaKa ^^ Je maintiens : pas de plaisir de lecture et j’ai certainement trop peu de références (voire aucune, disons le franchement ^^) en matière de théâtre Kabuki pour pouvoir savourer comme il se doit ce travail 😦

      J'aime

  3. Vu ton avis, je vais passer mon chemin sans regret ! Il faut bien faire des choix sinon on n’aura jamais assez de temps pour tout lire 😉 mdr !

    J'aime

    1. Désolée pour cet avis, il témoigne d’un ressenti très personnel ou plutot d’une déception réelle. J’avais des attentes sur ce titre et je ne me suis pas retrouvée dans la lecture, dans l’ambiance… dans mes envies tout simplement. Essayes peut-être…

      J'aime

  4. dommage… le début de ton commentaire était prometteur (sujet, contexte, intrigue) et j’aime bien le graphisme, je vais essayer de le trouver tout de même

    J'aime

    1. Hâte de lire ton avis… je cherche à côté de quoi je suis passée ! Très frustrante cette lecture me concernant, je m’attendais à prendre beaucoup de plaisir avec cet album !

      J'aime

  5. Hum, voilà un titre qui m’intéressait, tu penses bien ! Bon, je dois dire que le roman, avec le recul, ne m’a pas laissé un grand souvenir… néanmoins, d’après les planches que tu proposes, le dessin me tente pas mal. A voir donc, surtout si David revient te fighter avec son avis ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s