Billy Wild (Céka & Griffon)

Billy Wild, intégrale
Céka – Griffon © Akiléos – 2009

État du Darkwest, aux alentours du 16 septembre 1787.

Une tête est mise à prix ! C’est celle de Billy Wild, légendaire chasseur de prime qui affiche à son compteur 240 âmes qu’il a fait passer de vie à trépas. Alors, autant se méfier et rester cloîtré chez soi, car Wild a la gâchette sensible, d’autant qu’il est sacrément contrarié en ce moment !

Ce qui le rend de si méchante humeur, c’est qu’il ne parvient pas à mettre la main sur Linus, un charlatan diront certains, un ami dira Billy… quoique… il revient sur son jugement ces derniers temps. Car depuis sa rencontre avec Linus, Billy Wild n’est plus le même. Il y a encore deux ans, Billy –de son vrai nom Hans Güt – était encore un adolescent malingre, la tête de turc des gosses de son village. En mauvaise posture, prêt à se faire rosser par une bande de sales gosses, Linus avait pris la défense de Hans. C’était la première fois que quelqu’un lui venait en aide et ça, Billy ne l’oubliera jamais. Le gosse a voué rapidement une admiration sans bornes à ce vieux médecin excentrique et mystérieux alors, il ne s’est pas méfier quand Linus lui a fait boire un breuvage étrange… non… il ne s’est douté de rien… Aujourd’hui visiblement, Billy doit payer à la caisse et payer comptant le service que lui a rendu Linus… Service ? Billy n’en est pas si sûr…

« Je me rappelle bien le jour où je l’ai vu pour la première fois. Je vivais encore chez ma pauv’mère à l’époque. J’étais pas le même, pour sûr… Sûr que si je me recroisais, je ne me reconnaitrais pas ! ».

Quelle claque de plaisir cette lecture ! Je l’avais senti venir a à peine quelques pages du début de l’intégrale (172 pages). L’ambiance, le ton, le rythme… tout est là pour assurer le dépaysement. Les planches sont immenses et peu bavardes, la narration essentiellement composée d’une voix-off (celle de Billy) et de quelques dialogues. Comme dans les bons vieux westerns spaghetti, les personnages économisent leur salive et parlent quand il y a matière à parler. Dans Billy Wild, Guillaume Griffon s’est arraché sur les ambiances graphiques. Tout y est, le colt à la ceinture, le sang, les balles qui fusent, les jeux de regard et même ce petit souffle de vent chaud qui matérialise le petit détail qui attrape le regard du lecteur : mèche de cheveux ou foulard qui ondule alors que le reste ne bronche pas d’un poil lors d’une scène de duel. Sans trop se forcer, le lecteur entendrait même ce petit air d’harmonica qu’on entend dans Le Bon, la brute et le Truand :

Sauf que dans Billy Wild, il y a de ça mais pas que… La série ne se contente pas d’être un pastiche des ambiances de Sergio Leone… ôhh que non !

Sur cette ambiance western, se greffe une quête personnelle : celle de Billy. Physiquement, Billy Wild me fait penser à Firfin, l’elfe des Légendes des contrées oubliées de Chevalier & Ségur. Son objectif premier est de retrouver Linus, mais les rebondissements dans l’intrigue viennent enrichir cet univers -où l’on croisera d’autres légendes du Far West- et se nourrissent de références issues de la littérature fantastique… Le lecteur va voir Wild mûrir et se détacher de son objectif initial (retrouver Linus) pour faire un bilan de son parcours, de son don et de l’intérêt qu’il en tire. Il va tenter de comprendre enfin qui il est devenu, les étapes par lesquelles il a du passer, digérer son désir de vengeance pour laisser place à autre chose.

« Car il faut bien admettre que Linus était un point d’interrogation à lui tout seul. Je l’ai compris la première fois que je suis rentré dans sa roulotte. Linus n’était pas un charlatan comme il le laissait paraître. Grand Dieu non ! Mais c’était qui alors ? » (Billy Wild).

Une lecture que je partage avec Mango et les participants aux

Mango

Sur un conseil de Choco (il date de mai 2010), cet avis intègre le Challenge PAL Sèches

PictoOKPictoOKUne tuerie cette série !! Je vous la recommande chaudement !

Un très bel objet que cette intégrale. Elle contient notamment des bonus magnifique (planches originales, recherche du personnage, Fanart…). J’y ai notamment découvert un nouvel auteur : Julien Noirel

L’avis de David, celui d’Yvan et La Pistache.

Extrait :

« En fait, ce qui m’intéressait le plus, c’était qui je pouvais devenir grâce à Linus ! Et qui étais-je devenu au fait ? Un surhomme ? Un mutant ? Un damné ? Je ne le savais pas exactement ! C’est de ça dont j’avais envie de causer avec Linus ! » (Billy Wild).

Billy Wild

Intégrale

Diptyque terminé

Éditeur : Akiléos

Collection : Regard Noir et Blanc

Dessinateur : Guillaume GRIFFON

Scénariste : CEKA

Dépôt légal (de l’intégrale) : avril 2009

ISBN : 978-2-355-74042-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Billy Wild, intégrale – Céka – Griffon © Akiléos – 2009

Publicités

31 commentaires sur « Billy Wild (Céka & Griffon) »

  1. Parmi les BD produites chez Akileos, celle-ci est une de mes préférées, par son ambiance et son style graphique très contrasté. Un joli mélange entre Steve Skroce et Scott McDaniel.

    J'aime

    1. Bonjour et bienvenue !
      Je connais très mal les publications Akiléos et je ne connais pas les références que vous citez. Des lacunes que j’envisage bien de combler ! 🙂

      J'aime

  2. Ah ce Billy Wild, excellent ! Et puis qu’elle maîtrise du noir et blanc. Je me rappelle l’énorme claque reçue à la lecture de cette intégrale. Vraiment du tout bon !

    J'aime

    1. Oui, une découverte très sympa. J’ai rapidement vu que j’allais accrocher ! Quel plaisir ! J’avais emprunté cette intégrale mais j’envisage maintenant de l’acheter, son absence dans ma bibliothèque me culpabilise ^^

      J'aime

  3. Vu que je suis à nouveau accro aux westerns (après une période de désamour !), ça me tente bigrement ! Et je vais pouvoir tester une nouvelle méthode d’obtention de livres à la biblio : les 2 tomes sont présents à la médiathèque départementale et ma biblio peut donc leur demander de les avoir provisoirement (à part qu’il me semble qu’ils sont déjà prêtés dans une autre biblio de village … j’y vais cet après-midi donc je leur poserai la question !)

    J'aime

  4. Ça a été un immense coup de cœur pour moi ! Un ami me l’a prêté il y a deux ans et le lendemain je l’achetais…
    Je suis, depuis, une fan inconditionnelle du travail de Griffon !

    J'aime

  5. Mazette !! ça y est !! Elle l’a fait 😆
    Je suis bien contente que tu parles enfin de cet album peu connu et qui méritait d’être un peu plus mis en avant ! Ton avis me ravit, ma chère Mo’ ! 😀

    J'aime

    1. Yesssss !
      Et vraiment merci du conseil parce que j’ai pris un pied monstrueux. J’ai même fait une relecture dans la foulée. C’est dire !
      Crôôô bien 😆

      J'aime

        1. Rhôô… allez, ne fais pas ta timide. C’est un excellent conseil de lecture que tu m’as fait, je rends juste à César… Seule, je n’aurais pas eue l’idée de prendre « Billy Wild » en main

          J'aime

  6. ça c’est un bijou qui n’a pas sa place dans le panthéon collectif des amateurs de BD.
    Ce fut une sacré claque à la lecture ! Pour une fois qu’un Western me plaisait ! D’ailleurs j’ai même acheté l’édition spéciale numéroté avec dédicace du scénariste ! Trop fier !
    Vraiment, Akileos sortent vraiment des choses étonnantes de sous leurs chapeaux magiques parfois !
    C’est bon d’en reparler de temps en temps, bien vu Mo’ !

    J'aime

    1. Oui, et je ne vais pas me priver de recommander cet album désormais ! De Céka, je ne connaissais que « Lutte majeure » qui m’avait plus mais ne m’avais pas donné envie de découvrir l’auteur plus que ça. Là, je vais rayonner large. Sur les auteurs des Fanart’ aussi… il y a de sacrées perles
      Cela fait un moment que je me dis que j’aurais intérêt à m’attarder un peu plus chez Akiléos… 🙂

      J'aime

    1. Si, si… j’insiste… très bon ^^ Après, c’est un western un peu à part qui respecte les codes et en injecte de nouveaux. Si tu as l’occasion… en tout cas, cet album devrait plaire à Hip Hip Sara ! 😆

      J'aime

    1. J’espère que tu aimeras. Dans l’idéal, essayes de prendre les deux tomes d’un coup ou l’intégrale… c’est déjà suffisamment frustrant de sortir du diptyque (vu l’accroche, j’aurais bien aimé suivre le personnage plus longtemps), alors je n’ose imaginer la frustration quand on sort du tome 1 et qu’on n’a pas le 2 sous la main ^^

      J'aime

  7. Graphiquement c’est une tuerie, bien d’accord avec toi. L’auteur est parti sur une série zombie maintenant. C’est toujours aussi bon ! Le tome 3 va bientôt sortir, « Apocalypse sur Carson City ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s