Les Compagnons du Crépuscule (Bourgeon)

Les Compagnons du Crépuscule
Bourgeon © 12 Bis – 2010

« Celle-ci dura, dit-on, cent ans… Rien ne la distingue vraiment de celle qui l’a précédée, pas plus que de celle qui l’a suivie… Comme la grêle ou la peste, la guerre s’abat sur la campagne quand on s’y attend le moins. De préférence, lorsque les blés sont lourds et les filles jolies… », ainsi débute chaque opus du triptyque des Compagnons du crépuscule.

Alors que la Guerre de Cent ans ravage le pays, trois individus vont se croiser et décider de faire un bout de chemin ensemble. En tête du cortège, un Chevalier anonyme qui, dans sa jeunesse, excellait au combat et aux tournois. Ses exploits faisaient naître des jalousies mais il est depuis tombé en disgrâce. Il a tourné le dos à sa noble quête et rallié les troupes de forces obscures, ne laissant derrière lui que morts et souffrances… jusqu’à son repentir. Depuis, il suit une quête solitaire, il ne sait où elle le mènera. De passage dans une contrée isolée, il rencontre Mariotte, une jeune donzelle dont la couleur de sa tignasse rousse lui vaut bien des tourments. Mariotte vit avec sa grand-mère, en retrait du bourg le plus proche. Les villageois regardent ces deux femmes d’un mauvais œil, ils prétendent qu’elles sont sorcières. L’Anicet fait partie des villageois médisants. Jeune puceau écervelé et lâche, il se rallie à l’avis du plus fort en bon opportuniste qui se respecte. Lorsque le preux chevalier fait son apparition quelques heures après le passage d’une troupe de soldats qui, pour se divertir, ont pillé, torturé et violé tout ce qui se mettait sur leur passage. Sans l’intervention du Chevalier, l’Anicet serait passé de vie à trépas ; le jeune homme va se mettre au service du Chevalier et devenir son écuyer. Quant à Mariotte, sa grand-mère l’a chassée de chez elle. Contrainte à errer, la jeune fille poursuit discrètement les deux hommes jusqu’à ce qu’ils la découvrent. Le chevalier décide de la prendre sous son aile.

C’est le début d’une aventure passionnante, d’une quête aussi personnelle qu’universelle, une lutte du Bien contre le Mal et l’occasion pour nous de voyager au pays des Légendes.

Le volume que je vous présente est une intégrale qui regroupe les trois tomes de la série des Compagnons du Crépuscule. Publié pour la première fois entre 1984 et 1990, elle confirme le talent de François Bourgeon puisque ce récit est la seconde grande épopée (après Les passagers du Vent) écrite par François Bourgeon.

Attendu que les trois humains ont profané nos beaux terrains. Attendu que, très gros, patauds et lourdauds, ils ont avec leurs gros sabots, détruit un bien joli hameau… Nous, Lutins anciens, fameux magiciens, portant la pourpre et le carmin, avons tracé sur parchemin. Les prisonniers sus-citésseront dépecés et salés, partagés dans tous les foyers pour nos veillées et nos soupers.

Les Compagnons du crépuscule, c’est un voyage de près de 240 pages dans un univers fantastico-médiéval. Ce monde décrit à la fois le quotidien des campagnes de l’époque et les conditions de vie rendues précaires du fait de la Guerre de Cent Ans (famine, épidémie, troupes de soldats sanguinaires…). Les noms de personnages historiques illustres permettent de situer l’intrigue peu après Philippe le Bel. Le travail de reconstitution historique réalisé par Bourgeon est impressionnant, tant au niveau graphique que narratif. Sur ce dernier point, j’ai pourtant trouvé la lecture ardue du fait que les dialogues utilisent des termes de vieux français. Certes, cela aide à se plonger dans l’ambiance mais certaines tournures de phrases compliquent la compréhension de l’intrigue.

Graphiquement, cette série est un pur joyau. Les visuels sont lumineux, les couleurs collent parfaitement à l’époque. Comme dans les autres séries de Bourgeon, les filles y sont pulpeuses, sensuelles et partiellement dévêtues. La personnalité de chaque personnage est fouillée, ils sont charismatiques (même ce stupide Anicet !). Rien n’est figé, les événements auront des répercussions sur chacun des protagonistes : les liens se tissent progressivement entre eux, ils murissent (surtout l’Anicet et Mariotte) ce qui renforce d’autant l’intérêt qu’à le lecteur à poursuivre sa lecture.

La mort d’en haut devient-elle trop douce, qu’on descende ici bas chercher plus raffinée ?

Au fil des pages, l’univers s’enrichit progressivement de références autres. Ainsi, des touches de fantastiques vont progressivement s’installer et devenir un élément principal du récit. Entre Légendes et Contes, cet univers s’inspire de l’héroïc-fantasy (nous y retrouvons le petit noyau de personnages qui se forme, la quête, la magie…). Dans ce long voyage, nous croiserons le Petit Peuple, un Loup-Garou ou bien encore la Mort (et ses différentes facettes). Même s’il est difficile de lire la série d’une traite, le récit n’en reste pas moins haletant et prenant. Les dialogues sont fins, plausibles et invitent le lecteur à réfléchir au côté absurde de la Guerre, des superstitions, des croyances populaires et de leurs dérives…

Pour ma part, j’ai particulièrement apprécié Les yeux d’étain de la Ville Glauque, second tome de la série. L’atmosphère qui se dégage de cet opus est envoutante. Elle se développe autour de deux mondes parallèles qui se répondent en écho et interagissent inconsciemment l’un sur l’autre. Il reprend également des éléments narratifs déjà exploités dans le tome précédent : l’enchevêtrement narratif créé autour d’une fine frontière entre le monde réel et le monde des rêves, la présence du Petit peuple et l’intérêt commun qu’on les hommes et les êtres fantastiques à unir leurs forces pour préserver l’équilibre entre le Bien et le Mal.

Roaarrr ChallengeLe tome 3 quant à lui, est atypique comparé aux deux autres ouvrages de la trilogie. C’est certainement une des raisons qui a conduit le Jury d’Angoulême à lui attribuer en 1991 le Prix Fnac-SNCF – Prix du Public, une reconnaissance à la hauteur de la qualité de cet opus de 126 pages. Découpé en quatre temps forts et accompagnant le lecteur vers un dénouement que l’on imagine dramatique. Ici encore, la fine frontière entre réalité et onirisme est un ingrédient qui donne une grande force au récit. La portée des propos des personnages est indéniable.

Une lecture que je partage avec Mango et les participants aux

MangoPictoOKMagnifique série de François Bourgeon qui emporte le lecteur dans une épopée passionnante. Seul bémol : la complexité des dialogues rend la lecture saccadée, j’ai souvent du reprendre ma lecture en arrière pour bien maîtriser les tenants et les aboutissants de l’intrigue.

Une lecture que je partage avec Jérôme, je vous invite à lire sa chronique.

Extraits :

« Je ne sais où vous allez, mais une quête insensée vous attire si loin que j’en ai peur… Cependant, étrangère parmi les miens, j’ai toujours rêvé de l’être parmi les étrangers » (Les compagnons du crépuscule).

« Petit être ou grand être, là n’est point la question !… En nous quittant, la vie nous laisse à tous le même masque dérisoire. Une petite coquille vide, ouverte ça et là au vent de nos questions, mais dont l’unique réponse est à jamais, Silence ! » (Les compagnons du crépuscule).

« La Légende… C’est ce qui nous reste des vérités d’hier, quand elles passent par le crible des vérités du jour d’hui » (Les compagnons du crépuscule).

« Je veux te regarder telle que tu m’a vue. Sans chaperon joli, ni mantel, ni cote ! Je veux que tu connaisses ce frisson de froidure qui inquiète la peau quand l’ombre d’un regard l’isole du soleil » (Les compagnons du crépuscule).

Les Compagnons du Crépuscule

Trilogie complète

Éditeur : 12Bis

Dessinateur / Scénariste : François BOURGEON

Dépôt légal : octobre 2010

ISBN : 978-2-35648-180-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les compagnons du crépuscule – Bourgeon © 12Bis – 2010

Publicités

32 commentaires sur « Les Compagnons du Crépuscule (Bourgeon) »

    1. La lecture de la série est un peu difficile (les dialogues surtout). Il faudra que tu t’accroches mais ça en vaut vraiment la peine 😉

      J'aime

  1. c’est rigolo parce que pour moi le tome 2 a failli me tomber des mains. Trop de fantastique et d’onirisme ce n’est pas du tout mon truc. Mais le dernier est vraiment très bon. Il faut s’accrocher pour suivre mais quelle densité ! Et puis au niveau des dialogues, j’aime beaucoup l’utilisation parcimonieuse du vieux français, ça m’a rapellé la lecture de Rabelais à la Fac. Bref, merci à toi, grâce à cette lecture commune, j’ai pu me replonger dans l’oeuvre de Bourgeon et ce fut un vrai plaisir !

    J'aime

    1. Oui, j’ai lu ton avis tout à l’heure ^^ A la moitié du tome 2, j’ai tout de même repris l’histoire au début. Ce vieux français a tout de même freiné ma lecture sur toute la série mais quelle belle épopée, quel beau récit !
      Le dernier tome oui, je crois qu’il est sorti tel quel au moment de la première publication. Un format d’album atypique pour l’époque me semble. Il fait dans les 150 pages à lui tout seul je crois !
      Sinon, merci à toi aussi. Sans cette lecture commune, je pense que j’aurais jeté l’éponge pour la rédaction de cet avis 😆

      J'aime

  2. il y a longtemps que je ne l’ai pas ouverte cette bd, j’avais abandonné au t2, il faudrait tout de m^me m’y remettre, Bourgeon est très doué alors….bon cet aprem j’attaque!!!
    ps: j’aime pas ce genre de billet, c’est trop tentant!!!

    J'aime

    1. Tentant ? Je résiste toujours à sortir le tome 1 de Peter Pan des mes étagères ^^ J’ai beaucoup de nouveautés que j’aimerais lire avant

      J'aime

      1. le problème c’est qu’en attaquant le t1 d’une série, la suite se doit d’être lu très vite!!!! surtout dans des séries cultes!

        J'aime

  3. Je n’ai lu que le premier tome il y a très longtemps alors qu’on a les trois à la maison, achetés après le succès des Passagers du vent à l’époque ! Je n’accrochais pas trop à ses dessins et je n’étais pas très intéressée par l’époque alors que maintenant, j’adore le Moyen-Age alors je suis convaincue que c’est une lecture qui faut que je reprenne 🙂

    J'aime

    1. Et moi, ce sont les Passagers du Vent que j’aimerais reprendre, pour voir l’écart entre ce qu’il me reste de ces albums et ce que je vais redécouvrir. Je sais que quand j’avais relu Le Grand Pouvoir du Chninkel il y a 2 ans, j’avais eu l’impression de lire pour la première fois cet album !!

      J'aime

    1. Un chef d’œuvre oui, je crois qu’on peut le dire ! Quel travail ce dernier tome de série !! C’était ma première lecture, je pense que je savourerais plus cette épopée à la relecture

      J'aime

  4. Ce que vous décrivez de la richesse de cet album, tant narrative que graphique, est impressionant. Noté chez Jérome, souligné ici…( d’autant que votre divergence sur le second tome rend encore plus curieuse ! )

    J'aime

    1. Je précise que j’ai lu le tome 2 en deux temps. Je n’arrivais pas à suivre le scénario, j’ai posé l’album et l’ai repris à tête reposée le lendemain dans son intégralité. Les dialogues ne sont vraiment pas faciles d’accès

      J'aime

  5. De cet auteur je ne connais que Les passagers du vent, j’avoue que cette série me tente assez ! L’univers dépeint a l’air fascinant et les planches ont l’air très belles !

    J'aime

    1. Oui, mais tout est beau chez Bourgeon. Ils faudrait que je relise « Les passagers du Vent » d’ailleurs. Cela doit faire une quinzaine d’années que je n’ai pas lu la série

      J'aime

  6. Dire que je les ai lus dans la bibliothèque familiale à un âge sans doute un peu jeune… Je ne comprends d’ailleurs toujours pas que l’on en recommande certains tomes dans les instructions officielles pour le collège… ça parle de l’esclavage certes mais c’est de la BD pour adultes assurément !!! Une excellente série néanmoins je suis d’accord avec toi.

    J'aime

    1. Je ne savais pas que Bourgeon était recommandé par l’Education Nationale ! Bonne nouvelle !!! ^^ Même si effectivement, ses séries méritent un peu de maturité pour pouvoir les apprécier pleinement

      J'aime

      1. je crois qu’elle est recommandé dans des collèges privés, du moins dans mon rayon (à tours) ce sont des écoles privées et non public qui me l’ont demandé, c’est trop fort tout de même!!!!!

        J'aime

        1. Je trouve que l’initiative est intéressante. Après, je reste tout de même assez sceptique sur le fait de proposer ce genre de série à des collégiens ! Vu le niveau d’écriture de Bourgeon, cela peut les mettre en difficulté. Récemment, nous parlions toutes les deux du « Grand pouvoir du Chninkel ». Cette œuvre aborde plus directement l’esclavagisme je trouve (pour reprendre l’argument soulevé par Zazimuth). Nous constations toutes les deux que la relecture nous avait permis de profiter réellement du fond de cette œuvre. Pourtant, jj’ai toujours trouvé cette lecture accessible, ce qui n’est pas le cas des « Compagnons du crépuscule »

          J'aime

  7. Je viens de lire l’autre critique de cette série, tous les goûts sont dans la nature. Il faudrait se lancer un défi un bon mercredi et tous chroniquer la même BD!
    J’ai tes citations couleurs en plus gros, ça frappe!

    J'aime

    1. Oui, pour l’affichage des citations, c’est un problème que je ne parviens pas à résoudre pour le moment. Je viens de changer de « thème wordpress » et il y a encore quelques désagréments que je ne parviens pas à résoudre.
      Les lectures communes sont intéressantes car elles permettent aussi à des lecteurs de parler d’un album de manière privilégiée. Mais je doute qu’il soit possible de s’entendre sur une lecture commune avec les participants aux BD du mercredi. On doit être une trentaine, cela me semble un trop grand groupe pour trouver un accord sur un album qui pourrait « plaire » (?) / « satisfaire » (?) tout le monde. Mais si tu as des propositions, on peut voir en petit groupe pour commencer 😉

      J'aime

  8. Pas question de rater cette série! Je l’ai notée et surlignée. Bien que je ne sois pas trop portée vers le fantastico-médiéval, ce que tu dis de ses qualités graphiques me donnent très envie de la découvrir!

    J'aime

    1. je pense que sur les oeuvres de Bourgeon, tu peux y aller les yeux fermés Mango. J’avais également présenté le « Cycle de Cyann » il y a quelques mois

      J'aime

  9. Mon ex avait cette série ainsi que Les passagers du vent. J’ai donc essayé de les lire il y a quelques années mais je n’ai pas accroché et j’avais abandonné en cours de route. Les dessins sont très beaux mais l’ambiance et le récit ne m’attiraient pas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s