L’Homme à la tête de vis et autres histoires déjantées (Mignola & Collectif)

L'Homme à la tête de vis et autres histoires déjantées
Mignola – Collectif © Guy Delcourt Productions – 2008

« Un agent gouvernemental à tête de vis contre l’Empereur Zombie ; deux détectives sur les traces d’un livre infernal ; un gamin, président de Neptune, aux prises avec un pouce géant très en colère ; une histoire d’amour entre un mage et un serpent… Insolites, irrévérencieuses, oniriques, les histoires courtes de ce recueil ont toutes un point commun : la créativité débridée de leur auteur génial » (synopsis éditeur).

L’Homme à la tête de vis… est un recueil de six nouvelles. Elles s’inscrivent dans le registre du fantastique et mettent en scène des héros atypiques, souvent déjantés, en marge des canons de beauté habituels et partageant la même paternité : celle de Mike Mignola, l’auteur de Hellboy.

Roaarrr ChallengeLa première nouvelle, L’homme à la tête de vis, est l’histoire la plus développée de cet ouvrage puisqu’elle s’étale sur un peu plus de 30 pages. Elle met en scène l’Homme à la tête de vis, un humanoïde agent gouvernemental. Cet homme de main du Président Lincoln est employé pour mener à bien des missions délicates et hautement périlleuses. Cette fois, le Président le remet en circulation pour enquêter sur le vol d’un manuscrit du Musée des Livres et Papiers Maudits. L’homme à la tête de vis retrouvera rapidement la trace de son meilleur ennemi : l’Empereur Zombie. Une cavale s’en suit en plein désert illustrée par Mike Mignolia himself et mise en couleurs par Dave Stewart dans des ocres très sombres ce qui a tendance à accentuer le coté intemporel d’un récit qui se déroule dans un futur (a priori) post-apocalyptique. Une parodie de la Quête du Graal, via la présente du Manuscrit volé, dans un univers steampunk. Cette nouvelle a reçu l’Eisner Award de la meilleure publication d’humour en 2003.

Les autres nouvelles s’inspirent de diverses légendes urbaines. Mélange de styles nous faisant passer du polar fantastique (enquête sur la disparition d’un sorcier) à la biographie fictive d’un homme devenu Président d’une planète lointaine grâce à un concours de circonstances plutôt loufoques… en passant par l’hommage à H. P. Lovecraft (strip de 3 pages) mettant en scène The Mask dans un combat sans queue ni tête avec des créatures fantastiques issues du mythe de Cthulhu. Un meltingpot de contes, de légendes et d’univers totalement nouveaux.

La dernière nouvelle du recueil a été écrite par Katie Mignola, fille de Mike, alors qu’elle avait 7 ans. Intitulée Le magicien et le serpent, l’historiette (six pages) a obtenu l’Eisner Award de la Meilleure histoire courte en 2003. C’est une des nouvelles que j’ai eu le moins de plaisir à lire, le récit est peu fouillé, les personnages survolés, des griefs qui ne sont pas à imputer à l’inexpérience de son auteure puisque papa Mignola a ensuite retravaillé l’écriture de ce texte avec sa fille.

PictoOKUn album au contenu original mais assez inégal. S’il y a un côté agréable à pouvoir naviguer dans des ambiances hétéroclites tantôt en couleurs, tantôt en noir et blanc, je dois dire que le format de chaque nouvelle ne m’a pas permis de rentrer complètement dans l’album. Dans l’ensemble, une lecture originale, un divertissement agréable mais sans plus.

Les chroniques de BDGest, Systool et  de Bruit de bulles.

L’Homme à la tête de vis et autres histoires déjantées

One Shot

Éditeur : Delcourt

Collection : Contrebande

Dessinateurs : Mike MIGNOLA, Ryan SOOK

Scénaristes : Mike MIGNOLA, Steve PURCELL, Katie MIGNOLA

Dépôt légal : février 2008

ISBN : 978-2-7560-1284-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’homme à la tête de vis… – Mignola – Collectif © Guy Delcourt Productions  2008

8 commentaires sur « L’Homme à la tête de vis et autres histoires déjantées (Mignola & Collectif) »

    1. C’est pas impossible en effet 😉 Ravie de voir que tu reprends le gout de la lecture. En attendant, profites bien de cette pause 😉

      J'aime

    1. Je n’en suis qu’au stade de l’explorateur éberlué par cette découverte. Ne mets pas la charrue avant les bœufs… je ne connais rien d’autre de cet auteur (je crois, pas fan des hommes en collants tu sais ^^)
      Mais ça viendra forcément… je dompte Hellboy en ce moment. A force de feuilleter, je finirais forcément par acheter ^^

      J'aime

  1. Le graphisme me plait bien et malgré tes bémols, vu que c’est un one-shot et qu’il y a de fortes chances qu’il ne soit pas à la biblio, je vais peut-être me laisser tenter par un achat … enfin, si on le trouve, vu la date de publication 😉 Je sais qu’il est difficile d’aimer toutes les histoires dans un recueil mais si plus de moitié plait, c’est un pari gagné pour moi 😉 mdr !

    J'aime

    1. Je l’ai acheté le mois dernier, ma librairie l’avait en rayon (et en stock).
      Ensuite, excepté quelques rares albums, j’ai généralement du mal avec le format recueil. Excepté Chabouté qui m’embarque dans ses récits même s’ils ne font que 5 pages… j’accroche rarement

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s