Portugal (Pedrosa)

Portugal
Pedrosa © Dupuis – 2011

Simon est un trentenaire en mal de vivre. Il se laisse porter, notamment par sa compagne. Inquiète, elle insiste pour qu’ils parlent de leur avenir commun. Mais il n’a pas d’avis à donner, il a tout simplement envie de rien.

Au niveau professionnel également, il serait bon que Simon se remette en question. Ses jobs alimentaires et routiniers lui assurent un revenu mais ce jeune auteur s’inquiète. Il se sent comme une coquille vide, ne trouve plus l’inspiration pour écrire et dénigre même son dernier ouvrage. Pourtant, son livre se vend bien et lui vaut d’être invité par les organisateurs d’un Festival à Lisbonne. Il s’y rend, inquiet de quitter sa routine et curieux de revoir le Portugal (pays natal de son père).

Dans l’avion, les sonorités des conversations menées en portugais le grisent à tel point qu’il en a le vertige. Étrange expérience qu’il réitère dès son arrivée. Il fait faux bond aux organisateurs du Festival et part flâner dans les rues de la capitale. Le constat est le même : il se sent bien, étonnement bien. Il est à sa place dans ce lieu inconnu…

J’étais fasciné et heureux. Un vrai crétin.

Deux ans de travail ont été nécessaires à Cyril Pedrosa pour terminer Portugal. Cette fiction s’inspire également d’éléments autobiographiques puisque Cyril Pedrosa partage des réflexions parfois très personnelles sur ses racines portugaises et ses passages à vides le privant de toute créativité artistique. Le résultat est au-dessus de mes attentes : le plaisir de lecture est réel, les personnages sont touchants et attachants, l’univers réaliste devient palpable à mesure qu’on s’enfonce dans l’album…

Roaarrr ChallengePortugal, c’est une ambiance. Un album dans lequel on entre vite, aidé en cela par des atmosphères graphiques propices au voyage. Des tons sépia nous plongent dans les souvenirs et les réminiscences de Simon, la grisaille jaunâtre marque son quotidien en France et les couleurs vives et ocrées du Portugal qui sont comme une bouffée de bonheur… elles contamineront progressivement l’ensemble du récit. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé les corps légèrement élastiques et filiformes de Cyril Pedrosa, vecteurs de bien-être, de liberté… de quiétude. Un univers dans lequel on se sent bien et où l’on ressent fortement les émotions vécues par les personnages. Il suffit de se laisser guider dans la nouvelle vie de ce personnage qui commence sous nos yeux. Voilà un univers graphique cohérent, il porte le récit et emporte le lecteur. Une fois refermé, j’ai eu beaucoup de mal à sortir de cette lecture. L’album a été récompensé à Angoulême du Fauve Prix de la BD FNAC en 2012 et a obtenu Le Prix des Libraires 2012. J’inscris donc cet album dans le Roaarrr.

Pourtant, il était difficile d’imaginer quel serait le parcours de Simon. On le découvre aboulique et égocentrique, un homme assez lisse qui, contre toutes attentes, parvient à dépasser son apathie pour donner des bases solides à sa vie d’adulte. Une sorte de renaissance qui s’amorce durant son voyage au Portugal. Les conséquences de ce revirement de personnalité permettent au lecteur d’investir peu à peu ce personnage. On n’est pas insensible à la manière dont il vit ces événements. Il est très réceptif aux couleurs de la ville, à l’attitude des gens, à cette langue étrangère… autant d’arguments qui le confortent dans l’idée qu’il a trouvé sa place dans le pays de son père. Les propos utilisés pour retranscrire ses impressions font écho chez le lecteur.

Le bien-être et la satisfaction qu’il en tire vont lui permettre de se consacrer à une lente introspection, l’écriture de Cyril Pedrosa rend cette démarche on ne peut plus naturelle, tout est fluide et traité avec spontanéité. La voix-off de Simon sonne juste, le discours est sincère, on ressent réellement ses émotions et celles des personnages secondaires. La trame narrative est découpée en trois chapitres (trois étapes dans l’acceptation de soi) et nous permet de glisser progressivement d’une vision très nombriliste du personnage à un regard très altruiste. Une concrétisation qui se fait à plusieurs niveaux et qui lui permet également d’envisager son travail d’écriture différemment.

C’est un récit intimiste raconté avec humour et nostalgie, un mélange très agréable. L’album album s’ouvre sur une réflexion plus large qui touche des questions de société : identité, filiation, émigration, sentiments, rapports fratricides et intergénérationnels, religion, drogues douces… un brin de philosophie apporte un coté lyrique à ce voyage.

Est-ce que je suis le pays où je suis né ou est-ce que je suis peu importe le pays ?

Une lecture que je partage avec Mango et les participants aux

MangoPictoOKPictoOKUn témoignage sans fioritures qui aborde de manière directe des questions existentielles sans que le ton ne soit cru ou amer. On ressent le côté fugace de la vie mais cela ne vient pas émailler quête identitaire de Simon et le plaisir qu’il en tire. Une histoire sincère, intelligente et servie par des ambiances graphiques propices au voyage. Une belle accroche avec les personnages et l’univers, un album dans lequel je me suis sentie bien, un coup de cœur de lecture. Certains diront peut-être que 256 pages représentent une lecture conséquente. Effectivement… mais on ne les sent pas passer !

Ce récit a été partagé au fur et à mesure de son écriture sur un site dédié à ce projet.

L’avis d’OliV, d’Yvan, de PaKa, Emyrky, BDZoom, Sébastien Naeco et Rue89.

Extraits :

« A chaque fois, c’est comme un nouveau départ. J’ai perdu beaucoup d’amis à cause de cela. Je pars… Et je ne donne plus de nouvelles. Je ne sais pas pourquoi. C’est au-dessus de mes forces. Depuis toujours » (Portugal).

« Je parviens à peine à communiquer avec la plupart d’entre eux. Quelques phrases de mauvais anglais, des gestes de la main, parfois rehaussés d’un sourire ou d’un sourcil levé. Ce langage sommaire, concentré sur l’essentiel, aussi frustrant qu’il soit, permet de ne montrer que le meilleur de nous-mêmes. Les signes infimes, qui traduisent, dans une langue maternelle, la bêtise ou la jalousie, sont ici effacés. Je ne vois que leurs sourires. Je les écoute avec l’illusion d’être en terre familière, de la connaître depuis toujours. Je les regarde et je les aime en secret. Je retrouve dans leurs visages des figures de mon enfance. Des cousins qui rient très fort… Une tante dont j’ai oublié le nom… qui parlent cette langue, si douce, si tendre. Toutes des bribes de souvenirs épars recouverts par les mauvaises herbes du temps. C’était là. A l’intérieur de moi. Et je l’avais oublié » (Portugal).

Portugal

Challenge Carnet de VoyageOne Shot

Éditeur : Dupuis

Collection : Aire Libre

Dessinateur / Scénariste : Cyril PEDROSA

Dépôt légal : septembre 2011

ISBN : 9782800148137

Bulles bulles bulles…

La preview sur BDGest.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Portugal – Pedrosa © Dupuis – 2011

Publicités

74 commentaires sur « Portugal (Pedrosa) »

  1. Tu confirmes tout le bien que je pense de cet auteur et de cet album. Il est sur la liste que j’enverrais au Père Noël le mois prochain (je sais, je m’y prends tôt, mais je suis comme les gosses, je découpe et je colle au fur et à mesure les trucs qui m’intéressent et on compare à la fin avec mes filles qui a la plus grande liste !).

    J'aime

    1. 😆
      L’idée de faire ma liste me tente bien… ça mettra le Père Noel sur les rails et ça évitera les déceptions. L’année dernière, j’avais eu des albums de Plantu. Bon, il a du talent… mais ce n’est plus vraiment le genre d’albums que j’ai plaisir à lire ^^
      Pour Portugal, tu es bien patient de pouvoir attendre deux longs mois. J’avais vu que la chronique d’Yvan avait déjà retenu ton attention ^^

      J'aime

    1. Oui, j’avais lu ta chronique. Pareil pour moi, j’ai plongé dans l’album
      Pour Quai des Bulles, je n’ai pas l’occasion d’y aller cette année 😦 (d’ailleurs, je n’y suis même jamais allée). Par contre, je vais à Angoulême en janvier. Y seras-tu ?

      J'aime

      1. Dommage pour Quai des Bulles, il parait que c’est top niveau ambiance.
        Pour Angoulême, rien de sûr encore, si j’y vais ça risque d’être en totale impro’… mais j’aime ça, l’impro’ !
        Bon, on finira bien par se croiser un jour ;o)
        (d’ailleurs, à une soirée en compagnie de Davodeau sur « les ignorants », j’ai aperçu une personne prenant des notes qui ressemblait un peu à ton avatar… mais le temps que je me décide à me socialiser elle (tu ?) avait disparu… y étais-tu ?)

        J'aime

        1. J’ai entendu beaucoup de bonnes choses sur Quai des bulles et j’espère bien pouvoir y aller au moins une fois dans les 5 prochaines années.
          Pour Angoulême dans ce cas, une fois que tu en sais plus, tu me ferais signe ?
          Et enfin, diable c’est une enquête en bonne et due forme ^^, non je n’étais pas à cette soirée fort alléchante. Le problème, c’est que souvent ce type de rencontres se déroulent à Paris… et c’est fichtrement loin de chez moi Paris (700 bornes à vue de nez) ^^

          J'aime

        2. Pas de Pb, je tie tiens au courant pour Angoulême…
          …et je continue mon enquête pour demasquer qui se cache derrière cet Avatar ;o)

          J'aime

  2. J’avais hésité à l’acheter mais en le feuilletant, je n’ai pas trop raffolé des dessins (mais les couleurs m’ont beaucoup plu par contre !). Du coup, j’ai préféré attendre de le trouver à la biblio ! Mais maintenant, il me tarde de le lire, vu ce que tu en dis 😉

    J'aime

    1. Ce n’est pas un album à emprunter Joelle, c’est un album à avoir chez soi ! ^^ Sur le moment, j’avais un peu regretté mon achat compulsif (35 euros) mais avec le recul… je ne regrette absolument pas !

      J'aime

    1. Énorme coup de cœur pour un album superbe. Ma critique ne le met pas en valeur du moins, j’aurais souhaité pouvoir rédiger un article de meilleure qualité

      J'aime

    1. J’y ai retrouvé un peu de la magie de Trois ombres grâce aux passages oniriques. C’est un beau témoignage, ce personnage est touchant. J’ai hâte de lire d’autre critique sur cet album 😉

      J'aime

  3. Pas de problèmes: il est sur ma liste aussi. J’avais déjà eu un premier coup d’envie pour cet album grâce à Yvan et tu enfonces le clou!

    J'aime

  4. voyage haut en couleur ! -) et c’est vrai que c’est un album à avoir chez soi … et oui c’est une bonne idée cadeau noël !!!
    Viva PorTuGal !!

    J'aime

  5. j’ai eu comme beaucoup un vrai coup de coeur, je voulais en faire une chronique, mais là je suis overbookée à la librairie, pas le temps de rien….

    J'aime

      1. oui mais c’est aussi Noel, il faut bien avoir beaucoup de choses pour vous combler chers lecteurs!!! en gros cette semaine j’ai reçu 5000 ouvrages! pas vraiment le temps de lire et surtout de chroniquer!

        J'aime

        1. Non je suis toute seule comme une grande, mais je suis aussi épuisée là tout de suite, ce stock doit tenir jusqu’au 24/12, mais je doute d’en avoir assez….c’est bon signe 😉

          J'aime

  6. C’est un peu étrange de dire ça pour une BD mais j’adore l’écriture des passages que tu cites. Je penses que je la lirai, si j’arrive à la trouver. :-/ Une belle découverte en tout cas !

    J'aime

  7. j’ai une mauvaise nouvelle pour vous, il est épuisé!!!!
    mais aussi une bonne il est déjà en réimpression, bon pour les amateurs de premiere edition c’est quasi foutu, sauf si vous avez un gentil libraire qui avait vu le coup venir et en avait tout un stock (comme moi d’ailleurs)
    il sera de nouveau dispo sous peu, foncez acheté cet album, c’est du trés beau récit!!!!!

    J'aime

  8. Celui-ci m’a tapé dans l’oeil dans une librairie : j’ai aimé le dessin et les couleurs et j’avais eu un coup de coeur pour « trois ombres »… croisons les doigts que la médiathèque l’achète…je le noterai dans les propositions d’achats 😉

    J'aime

    1. Un conseil : assures-toi d’avoir deux bonnes heures devant toi quand tu te lanceras dans la lecture. J’ai pesté à plusieurs reprises sur mes bambins car il fallait que je repose l’album. J’ai fini par retirer le marque page, prendre mon mal en patience jusqu’à ce qu’ils soient couchés et enfin, j’ai pu savouré ^^

      J'aime

    1. Rhôô, quand j’y repense… il est superbe et excellent cet album 😛
      Tu devrais aimer mais n’espère pas trop retrouver l’ambiance de « Trois ombres » 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s