La Carotte aux étoiles (Lejonc & Murat & Riff Reb’s)

La Carotte aux étoiles
Lejonc – Murat – Riff Reb’s © La Gouttière – 2010

Dans son laboratoire, un lapin savant travaille d’arrache-pied. Il voudrait offrir du rêve aux gens, émerveiller petits et grands mais son invention sera-t-elle à la hauteur de ses attentes ? Rien n’est certain jusqu’au Jour J, jusqu’à l’Heure H. Et quand tout est enfin prêt, il s’affaire encore sur les derniers réglages de sa carotte-fusée pour que ses innombrables heures de travail soient enfin récompensées. Et ça marche !! La carotte aux étoiles rempli le ciel étoilé de mille feux, les gens ouvrent leurs fenêtres et sortent dans la rue pour assister au spectacle impromptu. Le lapin devient célèbre, tout le monde parle de lui, un riche industriel le contacte même pour lui faire part de projets ambitieux pour la carotte aux étoiles. Des contrats sont signés, le brevet est vendu et une nouvelle fois, le lapin s’affaire à ce nouvel objectif : régler les machines, trouver le juste dosage pour une production à grande échelle… tout le monde va profiter du spectacle de sa carotte aux étoiles !!

Oui mais voilà, le riche industriel n’est intéressé que par le profit. Le lapin est instrumentalisé et rapidement, son invention lui échappe. Il se demande s’il est bon « qu’un rêve se transforme en argent »…

Cet album est un conte philosophique qui s’adresse aux jeunes lecteurs. C’est l’occasion de parler avec eux de mondialisation, d’industrialisation, de productivisme, de stratégies… Autant de termes qu’on évite soigneusement d’aborder avec un enfant – par flemme certainement – mais force est de constater que La Carotte aux étoiles offre aux parents un très bon support intermédiaire pour aborder ces sujets ou du moins, amorcer avec eux une réflexion non dénuée d’intérêt.

Côté narratif, l’histoire se base entièrement sur une voix-off qui contient à la fois les réflexions du héros et le regard plus décalé d’un narrateur invisible. Les textes de Régis Lejonc sont concis. Les courtes phrases donnent à la fois un rythme agréable à l’ensemble tout en permettant au jeune lecteur de ne pas être abasourdi par une foule de détails abrutissants. Des notions apparaissent çà et là dans la narration : « marketing », « brevet », « production de masse »… mais le scénariste a donné le juste équilibre à ses propos, permettant de sensibiliser l’enfant à des concepts en apparence compliqués tout en lui faisant vivre une aventure qui le capte. L’enfant se saisit pleinement de cette fable. Une lecture interactive puisqu’elle l’invite également à interpeller son parent-lecteur qui devra lui fournir les informations complémentaires dont il a besoin. La réflexion impulsée par cet album se prolonge au-delà du temps de lecture.

Les illustrations de Riff Reb’s donnent une touche de poésie à cet univers. La trame graphique offre un rythme de lecture très agréable : une découpe de planche originale et de nombreux visuels qui s’étalent en pleine page, permettant ainsi de faire des pauses dans la lecture et de discuter. Depuis la sortie de cet album en mars 2010, j’avais eu l’occasion de feuilleter cet ouvrage à plusieurs reprises mais je restais très hésitante à l’idée de le faire découvrir à mon fils. En effet, les ambiances graphiques sont très sombres : des bleus soutenus, des violets, des verts et beaucoup de noirs qui me semblaient écraser les quelques ocres présents dans les visuels. Un échange avec l’éditrice (lors d’un Festival BD l’année dernière) avait balayé certaines appréhensions mais je n’étais pas parvenue à concrétiser ma démarche d’achat. Récemment, le partenariat proposé par Lire pour le Plaisir est venu me rappeler à l’ordre… Depuis, mon fils et moi avons eu l’occasion de lire cet album à plusieurs reprises et d’une lecture à l’autre, je ne peux que faire le constat que la colorisation retenue sert à merveille cette histoire. Et je ne suis pas la seule à apprécier cette lecture. Voici ce qu’en dit Monsieur Lutin (petit lecteur qui aura 6 ans en février prochain) :

J’aime bien mon livre. Il y a un petit lapin sympathique parce qu’en fait lui, il voulait faire des feux d’artifices. J’aime le lapin parce qu’il voulait faire rêver les gens. Mais il y a des hommes qui lui ont menti. Ils lui ont tous menti. Le Requin, il est méchant. Il a fait signer le lapin juste pour faire des carottes. Le Requin ne voulait pas faire rêver les gens, il voulait juste avoir plein d’argent. Et le Roi aussi. Lui, c’est moche ce qu’il voulait. Avec la carotte, il a fait exploser la Lune parce qu’il ne l’aimait pas. Mais il ne l’a pas dit au lapin et ça, ça l’a rendu triste le lapin. L’histoire elle dit que lapin ou pas, il faut faire attention aux autres car il y a des menteurs. Les dessins sont très beaux, ils m’ont fait rêver avec toutes les couleurs des feux d’artifice et puis les dessins m’ont bien expliqué ce que voulait dire l’histoire.

Une lecture que je partage avec Mango et les participants aux

MangoJe remercie Lire pour le Plaisir et Les Éditions de La Gouttière pour cette découverte !

PictoOKUn album qui a fait mouche et que l’on relit sans lassitude. Petit à petit, mon jeune lecteur affine ses questions et élargit son regard et l’aide un peu plus à comprendre le monde qui l’entoure. Pour moi, en tant que parent, c’est très agréable de constater qu’un ouvrage sait aussi bien allier le côté ludique et le coté instructif. Les éditions de La Gouttière sont d’ailleurs soucieuses d’allier ces deux registres. Chaque parution est, pour cet éditeur, l’occasion de réfléchir à la manière dont l’ouvrage peut servir de support pédagogique. Ainsi, l’éditeur propose souvent des fiches techniques. Un espace de leur site est d’ailleurs dédié à ce partage d’outils pédagogiques. Pour accompagner La Carotte aux étoiles, différentes fiches sont mises à la disposition des enseignants (je vous invite à suivre ce lien).

D’autres avis sur cet album : Lire pour le plaisir, On a marché sur la bulle.

La Carotte aux étoiles

One Shot

Éditeur : Éditions de La Gouttière

Dessinateur : Riff Reb’s

Scénariste : Régis LEJONC

D’après une histoire de Thierry MURAT

Dépôt légal : mars 2010

ISBN : 978-2-9524075-4-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La carotte aux étoiles – Lejonc – Murat – Riff Reb’s © La Gouttière – 2010

Amazon :

Advertisements

27 commentaires sur « La Carotte aux étoiles (Lejonc & Murat & Riff Reb’s) »

  1. Et oui, c’est bon de voir un éditeur aussi soucieux de la qualité des titres qu’il choisi de publier. Sans compter que la forme est également prise en compte (un album au petit format tenant bien dans les petites mains et un dos toilé qui donne beaucoup de cachet).

    Une petite info en passant, le nouveau titre des éditions de la Gouttière vient de sortir. Il s’agit d’Anuki le petit indien, un album sans texte de Stéphane Sénégas. Peut-être bientôt en partenariat du coté de Lire pour le plaisir ?

    J'aime

    1. « La carotte aux étoiles » est le second titre publié par cet éditeur que je lis. Absolument pas déçue pour le moment, des histoires originales qui font mouche… je ne pensais pas me frotter aussi tot aux concepts d’industrialisation, d’économie de marché… avec mon bonhomme mais le support est aidant. Je me dis quand même que les parents qui ne font pas lire leur progéniture doivent être bien pénards quand même… 😆

      J'aime

  2. Je fais une belle découverte ici ! J’aime beaucoup l’histoire et le dessin est tout à fait ce que j’aime, plein de poésie. J’espère pouvoir le trouver car je suis emballée par cet album !

    J'aime

  3. J’aime particulièrement ton 3e paragraphe qui comprend des intentions pédagogiques. C’est intéressant aussi pour les lecteurs européens, vous êtes là où ça se passe, être à la source, c’est incroyable. Pour nous, pauvres québécois, cette proximité est un rêve lointain.

    J'aime

  4. J’avais hésité à découvrir cet album, il a l’air de toute beauté ! J’adore l’avis de ton petit lutin, il a l’œil ce petit et un sacré esprit critique déjà ! Excellent !

    J'aime

    1. Monsieur Lutin est déstabilisé quand je lui demande de se poser pour me donner son avis. Vu que je ne dis rien, que je l’écoute et que je retranscris ce qu’il me dit… ça le perturbe un peu 🙂
      Récemment, je lui ais dit qu’un petit garçon avait suivi son avis pour une autre de ses lectures (« Panne de chaudière »). Du coup, il se rend compte que ses mots sont importants et peuvent aider d’autres enfants à découvrir des histoires qu’ils ne connaissent pas.
      En tout cas, il aime de plus en plus se « plier à cet exercice ». Je vous ais fait grace de tous les pardi et les effectivement qu’il place à tout bout de champ dans ses phrases… et je vous ais fait grâce du mot de la fin aussi « et puis ça suffit, je n’ai plus rien à leur raconter » ^^

      J'aime

    1. Le titre est amusant mais le contenu est plus triste. Beaucoup de douceur dans la manière de présenter cet univers, mais quelle tristesse de voir les échecs de ce pauvre lapin. Mon fils est beaucoup plus philosophe sur ce point, il trouve ça bien que le lapin ait tiré leçons de ses expériences

      J'aime

    1. Cher Arsenul,
      les écritures insérées sur le plan de la page 23 sont assez illisibles !!! 😆 J’y ais lu du « celui qui croit que c’est vrai est une andouillette farcie au jus de chaussette » (et encore, j’ai du sortir la loupe d’explorateur de mon lutin pour parvenir à le déchiffrer)

      J'aime

  5. Cet album à l’air vraiment intéressant, des mots complexes pour un jeune public fallait oser. Le graphisme est très coloré, c’est beau.

    J'aime

    1. Oui, il fallait oser mais ça marche assez bien ! Chaque lecture est prétexte à de nouvelles questions de la part de mon petit bonhomme, je rame parfois pour lui répondre mais j’apprécie cette lecture qui secoue mon petit confort de parent. Je pensais que j’avais quelques années devant moi avant de voir débarquer ces sujets de conversation avec lui mais cela donne lieu à des échanges super intéressants avec lui !!

      J'aime

    1. Merci ! J’espère que tu auras l’occasion de le lire avec un enfant. Le petit piment que ses questions mettent à la lecture de l’album est bien agréable 😉

      J'aime

  6. J’aime beaucoup les dessins et comme je suis une vraie quiche dès qu’il est question d’économie de marché et autres joyeusetés, c’est une lecture qui pourrait me faire du bien et m’apprendre simplement quelques trucs 😉

    J'aime

    1. Euh… pas sûre quand même. C’est un album jeunesse ^^ Les notions importantes sont présentes mais on ne creuse pas la théorie… c’est le travail du parent s’il a envie de s’y frotter 😆

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s