Juge Bao, tomes 1 et 2 (Marty & Nie)

Juge Bao & le Phoenix de Jade
Marty – Nie © Editions Fei – 2010

Chine, début du 11ème siècle.

« L’Empire vit un véritable essor, tant d’un point de vue matériel qu’intellectuel. Une puissante économie de marché voit le jour. Mais si le pouvoir central extrêmement fort favorise une grande stabilité dans le pays, il doit en revanche sans cesse lutter contre une corruption endémique et galopante.

(…)

Juge Bao & le Roi des enfants
Marty – Nie © Editions Fei – 2010

Pour lutter contre ce fléau, l’Empereur Ren-Zong donne les pleins pouvoirs  à un juge dont la réputation s’étend jusqu’aux confins de l’Empire, le Juge Bao » (Extrait de l’Avant-propos de Juge Bao & le Phoenix de jade).

Ce polar nous plonge dans la société féodale chinoise. Chaque tome de la série développe une intrigue complète, les albums peuvent donc se lire indépendamment les uns des autres. D’un tome à l’autre, on repère une récurrence dans la manière de développer le récit, créant une certaine redondance dans la lecture. On identifie au premier coup d’œil les étapes narratives : 1/ Un état initial qui définit le cadre de l’intrigue : il met en place le lieu, l’époque, les personnages…, 2/ Un événement perturbateur ou modificateur qui remet en cause l’état initial: rencontre, découverte, événement inattendu… 3/ Une suite de transformations modifie la situation des personnages : elles peuvent prendre la forme de péripéties, de rebondissements ou de coups de théâtre. 4/ Un événement équilibrant ou élément de résolution qui annonce la résolution de l’intrigue et 5/ L’état final est celui, heureux ou malheureux, des personnages à la fin du récit.

J’ai eu l’impression que Patrick Marty construisait ses intrigues de manière mécanique autour de personnages assez stéréotypés. Le contexte historique sur lequel se construisent les enquêtes est riche et permet de se sensibiliser à la hiérarchie sociale de la culture chinoise en abordant les enjeux politico-financier à l’échelle urbaine. Il permet également de donner un aperçu de ses répercussions d’un bout à l’autre de l’échelle sociale : des indigents aux notables. Les liens tissés entre chaque élément du récit sont parfois un peu lourds, parfois prévisibles. Pourtant, malgré cette trame narrative très figée d’un récit à l’autre, le rythme de lecture est agréable, sans accélération majeure ; cela permet d’entretenir la tension tout au long des albums et de préserver le dénouement. Une fois le pot aux roses découvert, un passage final se consacre à travailler l’ouverture vers le tome suivant ; ici aussi, il y a quelque chose de très chirurgical dans cette manière de travailler : c’est propre mais dépourvu de tout affect. Enfin, la découpe de planches n’étant pas toujours opérationnelle, on reprend régulièrement la lecture de la case précédente, on balbutie sur l’ordre de lecture des cases… Le fait de proposer cet ouvrage dans le sens occidental de lecture en est-il responsable ?

Graphiquement, le trait de Chongrui Nie est assez lourd, voire inesthétique sur de nombreux passages. Si l’on remarque du premier coup d’œil la précision des visuels et la finesse du trait, quelques gênes sont à noter durant la lecture. La principale est due à la retranscription des expressions faciales et corporelles des personnages : les attitudes sont figées, le souci du détail alourdi le propos. Le rendu final donne l’impression que les visages ont été retravaillés à partir de photographies, rendant certains portraits très surfaits. Enfin, les mouvements sont mal rendus et on identifie mal les personnages (une difficulté assez prononcée car, associé à la présence régulière de nombreux noms chinois, j’avoue m’être perdue entre les uns et les autres). La mise en scène visuelle donne lieu à des attitudes très théâtralisées.

Le mélange de références artistiques (franco-berlge et manhua) crée une ambiance intemporelle que j’ai beaucoup apprécié. J’imagine aisément qu’un lecteur à qui on présenterait cette série sans plus d’informations pourrait situer sa réalisation dans les années 70-80. Mais ce dessin vieillot aide à faire ressortir une ambiance d’époque.

PictoOKMalgré tous mes griefs, je trouve que cette recette fonctionne bien. La lecture est fluide et divertissante. Je n’ai pas soufflé durant ma lecture, on se plonge rapidement dans les intrigues à la rencontre des personnages, on tente de percer le vrai du faux avec l’espoir d’y parvenir avant que le Juge Bao ne prononce le mot final. Pas de pause dans la lecture des tomes. Ce n’est pas un coup de cœur mais je suis satisfaite du dépaysement offert par cette série.

Étrange série cependant que j’aurais tendance à conseiller bien que je suis consciente que ses détracteurs seront nombreux. Pourtant, la lourdeur du trait de Chongrui Nie sert réellement la tension et l’ambiance dégagée par cette société de notables corrompus, de manipulations, de malversations et de crasse dans laquelle les plus pauvres n’ont plus qu’à se rouler. Enfin, l’objet en lui-même : un album petit format à l’italienne que l’on tient bien en main. Je poursuivrais la série et je verrais de tome en tome si cette envie persiste.

Une série prévue en 9 tomes.

Merci à Jérôme pour cette découverte !

Les avis de Littexpress, Manga News, Cédric Ferrand, Lelf et Maijo.

Une interview de Patrick Marty sur ActuaBD, sur France TV.

Juge Bao

Tome 1 : Juge Bao & le Phoenix de Jade

Challenge Petit Bac

Tome 2 : Juge Bao & le Roi des Enfants

Série en cours

Éditeur : Les Éditions Fei

Dessinateur : Chongrui NIE

Scénariste : Patrick MARTY

Dépôt légal : janvier 2010 (tome 1) et avril 2010 (tome 2)

ISBN : (tome 1) 978-2-35966-000-5 et (tome 2) 978-2-35966-001-2

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Juge Bao, tomes 1 et 2 – Marty – Nie © Les Éditions Feï – 2010

28 commentaires sur « Juge Bao, tomes 1 et 2 (Marty & Nie) »

  1. Je me demandais si cette série était bien ! 9 tomes quand même et il n’y en a pas eu de nouveau(x) en 2011 (peut-être que ça n’a pas marché et les les suivants ne sortiront pas ?).

    J'aime

    1. Je ne sais pas du tout Catherine. Je sais juste que le tome 4 vient tout juste de sortir. Feï n’est pas un gros éditeur, il a certainement plus de contraintes éditoriales (et financières) que des Dargaud ou des Delcourt…

      J'aime

  2. Impossible pour moi de rentrer dans cette série. J’ai lu la moitié du 1er tome sans pouvoir aller plus loin. Difficulté à discerner les personnages, difficulté à m’y retrouver dans les méandres politico-économiques des intriques, bref, aucune envie de poursuivre le lecture tant je me suis senti perdu.
    Franchement j’aurais pu faire un effort mais je n’ai jamais eu le courage de m’y remettre.

    J'aime

    1. La difficulté d’identifier un personnage rapidement est assez gênante en effet. Après, ces albums feront le chemin retour… quand tu trouveras le moment opportun, tu accrocheras peut-être avec cette série ?

      J'aime

  3. Je sais que j’en ai vu au moins un tome à la biblio mais j’ai toujours hésité à le prendre ! Et puis, 9 tomes en tout, ça fait quand même un peu réfléchir mais si les enquêtes se terminent à chaque album, ce n’est que demi-mal 😉 mdr !

    J'aime

    1. 😆
      Tu n’aimeras pas cette série Joëlle. Les personnages ne sont pas facilement identifiable, ce qui freine la lecture d’un bout à l’autre des albums 😉

      J'aime

  4. Étonnante conclusion au vu de tes critiques ! Je ne saurais dire car je ne l’ai pas lu : les chinois me font moins kiffer que les japonais ^^
    Sinon, je me permet juste un petit rectificatif : un pot aux roses 😉

    J'aime

    1. Oui, et j’assume complètement ma conclusion ! ^^ C’est vrai que je lui fais beaucoup de reproches à cette série mais je n’ai pas bronché, pas soufflé durant la lecture et j’ai même ouvert le second tome avec plaisir… malgré la difficulté de reconnaitre les personnages, malgré l’utilisation de la même recette d’un tome à l’autre, malgré… Mais effectivement, si Jérome ne m’avait pas offert la possibilité de découvrir Juge Bao, je n’aurais jamais fait la démarche de prendre ces albums chez moi (à feuilleter, je trouve les graphismes austères). Pas trop fan des chinois habituellement… car cela manque souvent de rythme mais cela n’est pas le cas ici.
      J’en ai beaucoup parlé avec mon Golgoth aussi. Il n’a pas aimé plus que ça
      Edit : ah! et merci pour la correction… je crois que je ne me suis même pas relue sur cet article :oops:^^

      J'aime

    2. Corrigé… il était beau mon poteau rose… si les rues en étaient pourvues, cela égaierait les longs hivers ^^
      Bon… je me tus ^^

      J'aime

  5. C’est drôle, les griefs que tu as cités je les ais notés comme des qualités ^^
    Ma chronique est prête, j’attends celle de Badelel pour publier 🙂

    J'aime

    1. C’est le côté « Musée Grévin » qui me reste le plus en tête. Ce côté figé, ça fait très statues de cire (d’ailleurs, j’ai repensé au Juge Bao quand j’ai regardé « Une nuit au Musée » avec mes loustics… c’est dire ! ^^). Idéalement, il faudrait que je poursuive la série pour me faire une meilleure idée mais vu que le plaisir a été timide, c’est vrai que je ne ressens pas forcément l’envie de me ruer sur les quatre derniers tomes de la série… ^^

      J'aime

      1. La lecture de l’ensemble m’a comblé. Les tomes se lisent comme des histoires individuelles mais le dernier tome lie l’ensemble et lui apporte une vraie force !

        J'aime

        1. Oui… donc poursuivre la lecture.
          « Le dernier tome lie l’ensemble » dis-tu… cela nécessite que je reprenne la lectures des deux premiers tomes (ma lecture date un peu). Pf, cela ne me réjouis pas tellement ^^

          J'aime

        2. Il n’empêche, quand on voit la tronche de certains albums qui ont été primés et le fait qu’un album comme « Habibi » ne l’ait pas été… il y a de quoi se poser des questions ! « Il n’empêche » ^^

          J'aime

        3. Pour Habibi, si tu me prends par les sentiments, je suis obligé de dire que Juge Bao est franchement moins bon 😀

          J'aime

        4. Logique. Donc pour bien faire, il faudrait que j’enquille les 6 tomes d’un coup (parce que je ne me rappelle pas grand chose des deux premiers tomes). J’ai préféré le second cela dit, mais quand à me souvenir du pourquoi du comment… c’est une autre histoire.
          Tiens, et puis je me rappelle que l’expo qu’il y avait sur le Juge Bao (Angoulême, au Palais de Justice) était franchement « bof »

          J'aime

        5. J’ai exactement le même souvenir « bof » de cette expo, ce qui explique mon appréhension avant lecture. Mais finalement tout s’est bien passé ^^

          J'aime

        6. Les expos du Palais de Justice… ce serait bien qu’ils envisagent autre chose que des agrandissements basiques sur du papier lambda ^^

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s