Neptune (Steinke)

Neptune
Steinke © Ca et Là – 2011

Erika est une fillette de CM2. Elle vit aux Etats-Unis avec ses parents et Patrick, son frère cadet de deux ans plus jeune. La famille vient de déménager. Cette journée spéciale marque donc l’entrée d’Erika et Patrick dans leur nouvelle école primaire.

Erika est accueillie par ses nouveaux camarades de classe et son jeune instituteur qui, sitôt arrivée, lui demande de se présenter au groupe. Intimidée mais ravie, la fillette saisit cette occasion pour raconter l’arrivée de Neptune, leur chien, dans leur famille. S’ensuit une folle aventure qu’Erika relate dans les moindres détails afin d’expliquer à ses nouveaux amis ce qui a conduit ses parents à déménager. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle fait preuve d’une imagination débordante !

Neptune est le premier récit complet de Aron Nels Steinke, jeune auteur américain qui fait de la BD depuis 2006. Jusqu’à présent, il avait déjà participé à plusieurs anthologies et publiés deux livres jeunesse. De plus, il auto-édite depuis quelques années sa série autobiographique Big Plans. En parallèle, ce trentenaire est instituteur en Primaire…. un public qui semble lui avoir inspiré Neptune.

Un graphisme rond très basique accompagne la lecture de cet ouvrage. On alterne entre des dessins minimalistes et dépouillés (personnages, décors) et des visuels plus chargés au niveau des arrière-plans. Les personnages évoluent donc dans un univers où foisonnent les détails de feuilles et de brins d’herbe. La régularité des tuiles sur les toits et des carreaux de carrelage est entêtante, j’ai trouvé que cela créait une ambiance parfois psychédélique. Certes, cet univers grouille de vie mais je ne suis pas séduite. L’ensemble est « mignon » et pétillant d’espièglerie mais l’histoire est très commune, je n’en retiendrais rien. Je reste sur le sentiment que l’album manque d’harmonie, les personnages sont écrasés par les fonds de case qui foisonnent trop souvent de détails divers et variés. Ce contraste permanent est mal exploité par l’auteur.

Je me suis très vite lassée de cette histoire, comme si je n’y avais pas ma place, comme si elle ne m’étais pas destinée… comme si ce récit mouvementé était écrit par un enfant pour un enfant, occultant totalement la possibilité qu’un adulte passe par là. Quoi qu’il en soit, j’étais étonnée en lisant le dossier de presse que cet album avait été réalisé par un adulte ! Le récit manque de cohérence, de transitions. L’humour y est puérile… Je ne suis pas parvenue à accepter ce style d’écriture de Steinke. A l’image de la fillette, j’ai trouvé le récit immature, certains passages sont assez grotesques. Pas d’effet miroir ici, une grande difficulté à se mettre dans la peau du personnage. Pourtant, la narration bénéficie d’un rythme enlevé mais tout repose sur les associations d’idées faites par la fillette ce qui saccade grandement la lecture, voire déstabilise le lecteur tant les éléments du scénario sont parfois sans queue ni tête… L’épopée de la fillette repose sur de nombreux éléments abracadabrantesques, ce qui donne lieu à une histoire naïve et décousue. A l’instar du graphisme, j’ai ressenti l’impression que le récit avait été imaginé et écrit par un enfant.

Bien qu’il s’agisse d’un album jeunesse, je n’ai pas souhaité le faire découvrir à mon fils. Certes, on retrouve-là un « mécanisme de penser » propre aux enfants de 6-10 ans qui ne fixent pas longtemps leur attention sur un même objet ou sur un même sujet… Mais le fait de retrouver cet éparpillement à l’écrit est désagréable. Une rencontre peu convaincante avec cet univers d’auteur. Un album qui manque d’harmonie tant sur le fond que sur la forme.

Neptune raconté par son auteur (article de l’éditeur).

Un album découvert grâce aux Éditions Ça et Là et Libfly.

Neptune

Challenge Petit Bac
Catégorie Lieu

Éditeur : Ça et Là

Dessinateur / Scénariste : Aron Nels STEINKE

Dépôt légal : janvier 2012

ISBN : 978-2-916207-64-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Netpune – Steinke © Ça et Là – 2012

Publicités

7 commentaires sur « Neptune (Steinke) »

    1. Je suis navrée pour l’auteur et encore plus pour l’éditeur… j’aime tant ce qu’ils font habituellement mais là… cet album-là me laisse coi ^^

      J'aime

  1. Je n’aurais déjà pas été attirée par la couverture mais vu ce que tu en dis, je passe mon chemin sans regret ! Peut-être que l’auteur n’a jamais guéri de son ADD (flûte, je ne sais même plus comment ça se dit en français … le trouble de l’attention, en anglais, c’est attention deficit disorder !) et que ça explique la bizarreté de sa narration 😉 ^^

    J'aime

    1. Je ne sais pas dans quelle mesure il souhaitait que son récit soit accessible aux plus jeunes. L’a-t-il lu au fur et à mesure à ses élèves ??… Je verrais dans le temps si Monsieur Lutin a envie de le lire. Pour le moment, ses retours (visuels de couverture et album qu’il a feuilleté) ne sont pas très enjoués ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s