73304-23-4153-6-96-8 (Ott)

73304-23-4153-6-96-8
© Thomas Ott & L’Association – 2008

Ce jour-là, le bourreau se rend à la prison.

Il est 7h30, il a ½ heure pour préparer la salle, vérifier installer le condamné sur la chaise électrique… à 8 heures, tout sera terminé. Durant ce laps de temps, le condamné à mort est dans sa cellule, le regard hagard, comme perdu dans ses pensées. De temps en temps, il ouvre sa Bible à l’endroit où il a inséré un petit bout de papier avec « 73304-23-4153-6-96-8 » inscrit dessus. Glissé au creux de sa main, ce petit papier l’accompagnera jusqu’à la salle d’exécution. Quelques minutes plus tard, en nettoyant la salle, le bourreau aperçoit ce papier tombé du corps inerte du condamné. Il l’enfourne dans sa poche, termine son office et rentre chez lui.

Il y a quelques temps, je partageais avec vous ma découverte de Cinema Panopticum, ouvrage qui m’avait donné envie de poursuivre mes explorations dans l’univers de cet auteur. Kbd s’en est mêlé puisque 73304-23-4153-6-96-8 est la lecture mensuelle de ce mois de Juillet 2012.

Toujours en utilisant la carte à gratter, Thomas Ott part cette fois du postulat que les chiffres peuvent avoir une incidence sur la vie d’un individu, encore faut-il y prêter attention. La trame narrative de cet album muet nous incite donc à étudier la question et, pour se faire, l’auteur s’appuie sur un personnage en apparence rationnel et méthodique, quoique ce soit le genre d’individu pour qui on ne ressent pas naturellement de la sympathie du fait de sa fonction sociale (il est bourreau). Cependant, le changement s’opère rapidement : qu’est-ce qui pousse cet homme à mettre ce petit bout de papier dans sa poche plutôt que de le jeter à la poubelle ?

Dès lors où le lecteur commence à se poser des questions et à supputer des réponses, je crois que c’est bien la preuve qu’il est pris dans les filets de l’auteur et que quoiqu’il fasse pour se sortir de ce pétrin, ses tentatives seront vaines. En 8 chapitres, Thomas Ott malaxe tellement l’image que l’on s’était faite de son bourreau qu’il devient difficile d’anticiper ses réactions. Les expressions des personnages sont si figées qu’elles forcent le lecteur à s’arrêter sur chaque case pour les décoder. Je me suis sentie très voyeuriste une fois encore car la situation est si déstabilisante pour le personnage principal que sa souffrance psychique devient palpable ; cela m’a plu de l’analyser, de l’observer et de tenter de la ressentir. On s’enfonce progressivement dans l’absurde pourtant, ce qui se dégage de cette tranche de vie continue à s’ancrer dans quelque chose de concret. Inconsciemment, il me semble que le lecteur se retranche derrière le même raisonnement qui s’opère chez cet homme fictif qui perd pied progressivement et se bat pour se raccrocher à des faits plus rationnels.

La technique à la carte à gratter crée une ambiance atypique, l’utilisation des jeux d’ombre et de lumière installe une tension, une forme d’angoisse quant à ce qui peut encore se produire jusqu’au dénouement.

PictoOKMoins interloquée que lors de ma lecture de Cinema Panopticum, j’ai pourtant ressenti encore une fois ce mélange d’attraction/répulsion tout au long du récit. Lorsque je compare mon ressenti de lecture, je constate que je suis également moins enjouée. Cependant, à partir du moment où j’ai débuté cette lecture, je n’ai pas lâché le livre et j’ai parcouru d’une traite ces 144 pages qui développent une histoire bien singulière. La noirceur de ce récit a d’étranges vertus…

Une chose est sure : je vous reparlerais encore de Thomas Ott 😉

« Plus on prête attention aux coïncidences, plus elles se produisent »

(L’Enchanteur de Vladimir Nabokov).

Une lecture que je partage avec Mango et les lecteurs BD du mercredi

Les chroniques : du9, Contrebandes, Champi, graphic novel reporter, No Color et Moisson Noire.

73304-23-4153-6-96-8

One Shot

Éditeur : L’Association

Hors Collection 

Dessinateur / Scénariste : Thomas OTT

Dépôt légal : avril 2008

ISBN : 9782844142658

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

73304-23-4153-6-96-8 © Thomas Ott & L’Association – 2008

19 commentaires sur « 73304-23-4153-6-96-8 (Ott) »

    1. Je ne dirais pas que c’est absurde mais plutôt que c’est étrange. Peut-être suis en train de donner l’impression de jouer sur les mots mais je fais bien la différence. Thomas Ott ancre ses récit dans une réalité très proche de la nôtre. En revanche, ce qui s’y passe dépasse l’entendement (à moins d’être quelqu’un de superstitieux ou un adepte des tarots de Marseille, des séances de spiritisme et autres pratiques du genre ^^)

      J'aime

  1. Bonjour Mo’ et merci pour le lien concernant la technique de la carte à gratter que je ne connaissais pas encore. Quant à la BD elle-même, je t’avoue que je reste assez perplexe en voyant les dessins justement. C’est sans doute trop hermétique pour moi, j’ai bien l’impression.

    J'aime

    1. Les dessins sont assez oppressants oui. Il y a quelque chose de laid dans la manière que l’auteur a d’illustrer les expressions de ses personnages. Mais ces derniers ont des regards si troublants et ils sont confrontés à de telles situations que je ne peux m’empêcher d’être fascinée par les histoires de Ott

      J'aime

    1. Absolument. Il y a des auteurs qui, comme lui, n’auraient même plus besoin de mettre leur nom sur la couverture tant leurs dessins sont reconnaissables !

      J'aime

    1. Je découvre Theoma !! Ce n’est que le second album que je lis de lui. Je m’en achète un autre la prochaine fois que je vais à la librairie. J’hésite cependant entre « Exit » et « R.I.P. »… à moins que les stocks de mon libraire ne me laissent pas le choix 😉

      J'aime

    1. Embarque plutôt « Cinema Panopticum » (si tu as l’occasion et si tu ne l’as pas encore lu). Des deux, c’est celui que je préfère 😉

      J'aime

    1. Celui-là a un peu moi de force je trouve… mais c’est peut-être parce que lorsque j’ai lu « Cinema Panopticum », je découvrais cet univers d’auteur qui m’a scotchée sur mon canapé ^^ Là, j’étais déjà mise en garde 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s