Mon copain secret (Dauvillier & Kokor)

Mon copain secret
Dauvillier – Kokor © Editions La Gouttière – 2012

Manon ne s’entend pas avec son frère jumeau. Ce dernier ne cesse de se moquer d’elle devant leurs copains et à la maison, c’est jalousies, bouderies et compagnie ! Du coup, pour couper court aux chamailleries, maman demande souvent à Manon et à Tom (son frère) d’aller se calmer dans leurs chambres.

Pourtant, depuis quelques temps, cette punition n’en est plus réellement une pour Manon. Son copain secret – Eléphant – l’attend dans sa chambre. Avec lui, Manon parle de tout et de rien, mais surtout de ses petits soucis. Eléphant la conseille et la câline. Enfin, elle a trouvé quelqu’un qui fait attention à elle.

Mais ce n’est pas évident de garder le secret surtout qu’Eléphant fait de grosses bêtises !

Après Petite souris, grosse bêtise paru aux Éditions La Gouttière en octobre 2009, cet album est la seconde collaboration entre Loïc Dauvillier et Alain Kokor. C’est l’occasion pour les auteurs de revenir sur le thème de la solitude de l’enfant et celui des bêtises. Mais aussi amusantes soient-elles, quelles en sont les conséquences ?

Avec beaucoup de finesse et de douceur, Loïc Dauvillier puise de nouveau dans les mondes imaginaires de nos petites têtes blondes pour construire son récit. Le petit lecteur peut s’identifier facilement à Manon car avouons-le… lorsqu’enfant on est pris dans le jeu ou que l’on s’ennuie, c’est bien naturel d’imaginer un voire plusieurs « amis » à qui donner la réplique. Qui parmi vous ne s’est jamais inventé un ami fictif étant enfant ?

Mais le scénariste pousse la chansonnette un peu plus loin en donnant vie à un personnage que l’on imagine inventé de toutes pièces par la fillette… sauf qu’il agit de manière totalement autonome ! Certes, l’aspect pataud de l’éléphant sert parfaitement le comique de situation et permet d’aborder des thèmes douloureux (les moqueries, la solitude, le mensonge…) sans que l’on s’apitoie sur la petite fille. Mais à trop vouloir protéger la fillette, le pachyderme en devient revanchard, ce qui donne lieu à des scènes cocasses ! Mais ce n’est pas tout, et c’est là que c’est intéressant car l’héroïne n’est pas du tout d’accord avec les agissements de son « copain secret ». Manon est donc confrontée à un sérieux dilemme : comment dire à son ami qu’elle n’est pas d’accord avec ce qu’il fait… tout en préservant leur amitié ? Qu’est-ce qui est bien ? Qu’est-ce qui est mal ?

Face à ces questions, l’enfant-lecteur n’est pas insensible. Partagé entre l’envie de rire et celle de dénoncer, la première lecture a mis mon fils dans l’embarras. Autant dire que Mon copain secret l’a déstabilisé :

– Tu dis que ce sont les Messieurs qui ont écrit Petite souris, grosse bêtise qui ont fait Mon copain secret ?
– Oui.
– Et tu crois que ce qu’ils disent ça peut se passer pour de vrai ?
– Je ne pense pas bonhomme.
– Mais qui fait les bêtises alors ? C’est Manon ?
– Je pense que c’est son copain secret.
– Ah ! … [un moment de réflexion… son cerveau est en ébullition]… Alors je vais jouer un peu et on pourra lire encore l’histoire cet après-midi ?

En effet, ce n’est pas toujours évident de prendre du recul sur une histoire fictive lorsque celle-ci est si joliment amenée. D’autant que les chamailleries des jumeaux lui rappellent ses propres chamailleries avec son frère, d’autant que mon bonhomme a tendance à se perdre dans ses pensées (avec qui ?? ^^)… Et le fait que la jeune héroïne (âgée de 10 ans) soit la seule à donner son avis sur les faits et gestes de ce copain secret est visiblement déroutant. Qu’en pense l’adulte dans tout ça ?? La seconde lecture lui a permis de mieux appréhender le contenu de cet album et de garder son aplomb face à mes « non-réponses ». En effet, je voulais qu’il se positionne seul face à l’histoire, qu’il se fasse sa propre opinion avant de partir avec lui dans l’échange réciproque…

… et finalement, voici ce qu’il en dit :

C’est une histoire que je relirais parce qu’elle est rigolote. L’éléphant fait plein de bêtises et ça m’a fait penser aux animaux qui sont un peu zinzin.

Tom et Manon font pareil que moi et mon frère, ils se disputent fort pour des choses quand ils ne sont pas d’accord. C’est comme quand Manon a dit qu’elle a trouvé un éléphant dans son placard. Si mon frère me disait ça, je regarderais dans son placard et je lui donnerais un coup de pied dans les fesses parce que j’aime pas quand il se moque de moi !

Et un éléphant dans une chambre… euh… c’est pas sa place !!! Du coup, je trouve l’histoire très bizarre et c’est pour ça qu’elle me fait rire. Moi je rêve pas d’un copain secret mais j’aimerais quand même bien avoir un chien ! Pour le Monsieur qui a dessiné l’histoire, je voudrais lui dire que je l’ai trouvé très gentil et que je trouve le dragon qu’il m’a dessiné (*) très beau. En fait, je suis plus fâché, même s’il a oublié de lui dessiner des ailes. Et puis je trouve les trouve jolis [les dessins de Manon], j’aime bien ses dessins !

(*) pour la dédicace : voir cet article qui date de Novembre 2010.

Le graphisme justement, parlons-en. La douceur et la poésie se sont installées au bout des crayons d’Alain Kokor. L’ambiance pétille un peu moins que dans Petite souris, grosse bêtise, mais cela tient également aux personnalités différentes des fillettes. Suzie était plus spontanée que Manon, mais elle était aussi plus jeune. Manon a plus de retenue et de maturité. Les roses-orangés qui accompagnent son univers sont donc plus délicats mais tout aussi chaleureux. Visuellement, le voyage est très agréable.

Une lecture que je partage également avec Mango à l’occasion de ce mercredi BD

Et découvrez les albums présentés par les autres lecteurs !

PictoOKDécidément, les choix éditoriaux de La Gouttière ne laissent pas les jeunes lecteurs insensibles. Après avoir refermé les albums, il y a toujours un temps d’échange durant lequel l’enfant (se) questionne spontanément. De publication en publication, la forme ludique sert habillement le fond qui est plus réflexif. Il y a un jeu de miroir entre l’univers raconté et la réalité de l’enfant… il revient donc au parent d’aider l’enfant à tisser les passerelles entre un monde et l’autre. Laissez-vous tenter !!

Mon copain secret

One shot

Éditeur : La Gouttière

Dessinateur : Alain KOKOR

Scénariste : Loïc DAUVILLIER

Dépôt légal : novembre 2012

ISBN : 978-2-9539182-6-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon copain secret – Dauvillier – Kokor © Editions La Gouttière – 2012

Publicités

33 commentaires sur « Mon copain secret (Dauvillier & Kokor) »

  1. Hey , c’est pas juste, ce n’est pas encore dans toutes les bonnes librairies !!! Mais c’est déjà dans ma liste d’achat, Novembre 2012 🙂

    J'aime

  2. On n’est pas passé loin de la lecture commune. J’ai juste manqué un peu de temps… En tout cas, j’ai hâte de rencontrer les auteurs au festival de Creil fin novembre.

    J'aime

    1. Si tout va bien (je croise les doigts), je vois Kokor au Festival de Colomiers mi-novembre. Pourvu qu’il n’y ait pas d’impondérables d’ici là !!! ^^

      J'aime

    1. Je profite de votre commentaire pour vous remercier encore pour cette découverte et les échanges !
      J’espère que ce type de ressenti (celui de mon fils voire… le mien ^^) est utile aux auteurs. Je ne suis pas certaine que l’on soit parvenus à transmettre notre cheminement durant a lecture ^^ Mais au final, l’objectif a peine voilé est bien de les inciter à collaborer de nouveau !!
      Un question me taraude également : après l’enfance de Suzy, la pré-adolescence de Manon… quelles couleurs Alain Kokor donnerait-il à l’adolescence de… mmh… une idée ?? 😆

      J'aime

      1. Bonjour !
        La chronique a donné envie au scénariste de m’appeler pour parler de votre lecture de l’ouvrage, et de celle de votre lutin, c’est dire si ces retours ont leur importance. En tant qu’éditeur, nous publions peu pour tenter de publier le meilleur des propositions qui nous sont faites, et du côté des auteurs il y a un travail de longue haleine, qui ne prend son sens que quand il est lu, et commenté.
        Pour ce qui est d’une collaboration à venir à nouveau entre Kokor et Dauvillier, il en est question, et si ce titre trouve son audience (car on ne peut faire de nouveaux livres que si l’on trouve des lecteurs), il y a fort à parier qu’on écrira une nouvelle page de cette collaboration à la Gouttière…

        J'aime

        1. Bonne nouvelle !
          Dans ce cas, j’espère que les chroniqueurs professionnels et les lecteurs bavards (les blogueurs ^^) sauront donner l’envie aux lecteurs silencieux de découvrir ce titre, ainsi que « Petite souris… » 😉

          J'aime

    1. Oui c’est touchant, assez doux. Le récit ne prend pas le lecteur à la gorge. Mon fils déteste quand je ne me positionne pas, ça le déstabilise et souvent, il s’obstine à rester silencieux. Mais là, l’histoire a titillé sa curiosité. Qu’est-ce qui est vrai ou faux ? bien ou mal ? Le moulin à paroles (et à question) a très bien fonctionné ^^

      J'aime

  3. Je l’attendais celui là aussi, comme Jérôme, j’ai manqué de temps pour le présenter aujourd’hui… mais je me rattraperais mercredi prochain ! 😉 Encore une petite pépite de ces grands monsieurs, j’suis fan ! 😉

    J'aime

    1. J’ai profité de ma semaine de vacances pour prendre le temps de savourer cette lecture 😉 J’aime beaucoup ces auteurs dont je suis l’actualité (quoi que je n’ai toujours pas lu « L’Attentat » de Loic Dauvillier… la faute à mon libraire qui ne l’avait pas la dernière fois que je suis passée :evil:… mais je compte bien remédier à cela !! :))

      J'aime

  4. « Si mon frère me disait ça, je regarderais dans son placard et je lui donnerais un coup de pied dans les fesses parce que j’aime pas quand il se moque de moi ! »
    J’adore la spontanéité des enfants 🙂

    Ta chronique m’a donné envie de lire l’album. Les retours et impressions de tes enfants sont toujours aussi intéressants et percutants dans le cadre de l’analyse de leur lecture.
    J’avais bien aimé Petite souris, grosse bêtise mais le sujet de cette histoire là me plaît plus encore… après, on verra… mais je pense pas être trop déçu 🙂

    J'aime

    1. C’était amusant de voir ses réactions pendant la lecture et ce « dosage » difficile qu’il devait faire. Je voyais bien qu’il était partagé entre le « c’est pas possible » et le « et si c’était vrai !!? » ^^ J’ai hésité à faire du tri dans ses retours mais je trouvais aussi que la phrase que tu reprends montrait bien cette ambivalence.
      Du coup, depuis cette lecture, il reprend des albums qu’on avait pas lu depuis un moment. Je n’en reviens pas qu’il sorte de ses Clone wars en fait (on était dans ça et ça ces derniers temps ^^). Depuis cette lecture, il reprend les « Ernest & Rebecca« , « Pome ou les petites choses« , « Où es-tu Léopold ?« , « Garance« … Je trouve que ça fait du bien de sortir des combats intergalactiques au sabre laser !! 😆

      J'aime

      1. Je crois que je te comprends 😀
        Je trouve ça chouette en tout cas les échanges que tu as, et que tu retranscrits, avec tes lutins. Je sais pas si j’arriverais à obtenir la même pertinence plus tard avec la mienne… d’ailleurs, attendons déjà de savoir si elle lit ^^
        Pour l’instant elle aime bien les histoires en tout cas, et nous demande de lui relire des dizaines de fois ses petits livres cartonnés. C’est un bon début 🙂

        J'aime

        1. Entre mes deux bonhommes, le rapport aux livres est totalement différent. Le grand est un mordu de lecture au point qu’il se pose régulièrement et spontanément sur un ouvrage. Sur ses sujets de prédilection, on est même passé depuis longtemps aux livres destinés à un lectorat « normalement » plus vieux (ce lutin aura 7 ans en février et sur des sujets comme les dinosaures, l’espace… ou… Star Wars… ^^ … on est depuis un moment déjà sur des lectures « 7-12 ans »). Sinon, pour les sujets qu’il affectionne moins, on est dans des « livres de son age » (pour faire simple ^^)
          Pour le plus petit (4 ans en janvier)… rien à voir. Il aime lire – je crois – et ne raterais pour rien au monde l’histoire du soir. Mais pour le reste, je l’ai rarement vu se poser spontanément avec un livre (en journée) et s’il s’y intéresse… c’est plus pour faire l’andouille. Au moment de notre déménagement par exemple, on avait entreposé toutes nos BD dans le salon (petites piles pré-classées avant de les mettre sur les étagères). Bien sur, cette arsouille a eu la bonne idée de… construire une maison avec nos livres !! Grrr. Quant aux siens (de livres ^^), je le retrouve régulièrement à sauter dessus, à s’en servir de set de table quand il joue à la cuisine, à les utiliser comme des cales quand il bricole. Bref… me désespère un peu ce mini-troll 😆

          J'aime

        2. Mini-troll c’est bien le mot lol.
          Pauvres livres, servir de maison c’est un scandale ^^

          Par contre le terme d’arsouille est un peu difficile à porter pour un enfant.
          (sauf s’il est Belge a priori, mais je crois pas que ce soit ton cas :P)

          J'aime

        3. Bon alors que veux dire « arsouille » pour toi ??
          Parce que me concernant, il y a toujours eu une connotation mi malicieuse, mi affective derrière ce terme. C’est une petite canaille mais ce n’est jamais méchant. Après, je suis originaire de Lorraine, donc pas très loin de la Belgique, donc ceci explique peut-être cela ! ^^

          J'aime

        4. Ouep, dans le sud-ouest ça veut dire « alcoolique » plutôt ^^
          Mais tu utilises donc bien la signification « belge » que j’ai lue sur le wikitionnaire.

          J'aime

        5. Ah ok ! ^^ Note pour plus tard : ne pas traiter mes collègues « d’arsouille » ^^ Depuis que je suis installée dans le Sud-Ouest, je remarque régulièrement que les gens me demandent des précisions quand je dis quelque chose… comme pour s’assurer de… euh… ben peut-être que je ne les insulte pas ^^ ptdr
          Précision aussi : mon grand-père maternel est belge. Donc des termes comme « arsouille » sont vraiment utilisés de manière spontanée et sans arrière pensée 😉

          J'aime

        6. Ceci explique cela ^^
          Je ne remettais pas en cause ta sincérité ceci dit. Quand j’ai lu le mot en question dans ton commentaire, je suis allé voir sur le wikitionnaire de quoi il en retournais parce que justement, je me disais qu’il avait peut-être d’autres significations. En tout cas son usage m’a interpelé pour le coup 🙂

          J'aime

  5. Les commentaires sont passionnants ,c’est super! Je retiens tous ces albums qui plaisent à tes enfants pour quand ma petite fille sera un peu plus grande. Elle a l’air d’aimer les livres pour l’instant mais elle n’a que deux ans: attendons pour voir vraiment!

    J'aime

    1. Si ta petite fille aime déjà lire, pas besoin d’attendre aussi longtemps Mango. Il y a de bons albums jeunesse premier age. Regardes notamment dans la Collection Puceron (chez Dupuis). J’y ai mis mes fils vers 2 ans-2 ans 1/2 avec des séries comme « La Vavache » 😉

      J'aime

  6. Ici aussi on a lu Petite souris, grosse bêtise (merci Jérôme!). Moi ça m’a bien plu et lui, s’il n’y est pas revenu depuis, a été néanmoins amusé par la lecture et s’est posé plein de questions autour de l’histoire. J’ai donc bien envie de lui faire découvrir celui-ci. J’aime bien ce qui peut lui ouvrir des horizons et l’amener à s’interroger.

    J'aime

      1. Certes… mais comme d’hab, avec moi, il ne faut pas être pressé! Pour lui aussi, j’ai une grosse LAL (infiniment plus raisonnable que la mienne, tout de même!)

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s