Le vaisseau de pierre (Christin & Bilal)

Le vaisseau de pierre
Christin – Bilal © Les Humanoïdes associés – 1995

Des promoteurs immobiliers ont des vues sur Trehoët et ses environs. Jusqu’à présent, l’activité principale de ce petit village breton était concentré autour des activités du port de pêche. Dorénavant, c’est un ambitieux projet d’implantation d’un complexe touristique qui menace la tranquillité des habitants et l’écosystème de la région.

La perspective que leur bourg soit au cœur d’un parc d’activité balnéaire alimente bien évidemment les conversations des habitants de la région. Les plus optimistes parlent d’aubaine qui devrait résorber le problème du chômage local et faire fructifier l’activité des petits commerçants. Les plus pessimistes quant à eux ressassent les questions de changement, d’expropriations terriennes, d’impacts irréversibles sur les exploitations agricoles et le port de pêche…

Tous s’accordent pourtant pour dire qu’il faut agir pour canaliser cette implantation immobilière… mais comment ???

Retour aux sources avec un vieil album de Pierre Christin et Enki Bilal paru initialement chez Dargaud en 1976. A l’époque, le duo d’auteurs explorait des univers fantastiques où les légendes sont partie prenantes du quotidien. Une série intitulée Légendes d’aujourd’hui a vu le jour, elle regroupe trois one shot : La croisière des oubliés (1975), Le vaisseau de pierre et La ville qui n’existait pas (1977). Cela n’était que les prémices de leur collaboration.

Christin – Bilal © Les Humanoïdes associés – 1995
Christin – Bilal © Les Humanoïdes associés – 1995

Le scénario du Vaisseau de pierre évolue dans l’huis-clos d’un petit village breton coincé entre le progrès et les traditions. Jeune héros au passé mystérieux, curé, gérant de bistrot… les figures incontournables de ce genre de petits bleds sont présentes. Ce sont souvent des personnalités fortes voire caricaturales comme celle de ce vétéran qui a perdu la raison sur les champs de batailles. Ici, il n’y a bien que le personnage du médecin de village qui est étrangement absent. Légendes obligent, il y a aussi l’ermite qui vit en retrait dans le vieux château qui surplombe le village. On dit qu’il vit-là depuis des siècles, certains pensent que c’est l’Ankou ou du moins son acolyte… certains disent même que « quand j’étais petit, le vieux il m’a transformé en merle un jour que je faisais des nids dans le château » !!

En somme, il y a ceux qui ne se fient qu’aux choses concrètes et ceux qui croient encore aux superstitions. La vérité se situe quelque part entre ces deux extrêmes, élément que le scénario de Pierre Christin exploite parfaitement. Cette part d’incertitude crée une ambiance à la croisée entre réalisme et fantastique et permet à l’auteur de traiter en douceur d’un sujet politico-financier épineux.

« On sait, ni Blanc, ni Rouge, Bretagne d’abord ! »

Et puis… Comment ne pas apprécier le travail de mise en images d’Enki Bilal ? J’avoue que j’ai un faible pour les albums qui sont nés de sa collaboration avec Christin. Le trait réaliste du dessinateur est gras et les jeux de hachures y sont abondants. Le dessin est plus maladroit et plus chargé (comparé à ses travaux actuels) mais il dispose d’une chaleur et d’une forme de spontanéité que j’apprécie. Le fait de pouvoir observer ces vieilles maisons truffées de détails de pierres et de mousse, ces bâtisses parfois délabrées, ces vieux vêtements chiffonnés et rapiécés, ces « gueules » pas tout à fait symétriques… cela me plait plus que sa recherche abusive d’esthétisme graphique (passée la Trilogie Nikopol, j’avoue avoir du mal avec ses ouvrages). Les couleurs sont naturelles et bien que la grisaille bretonne influence le choix des coloris, les teintes froides n’oppressent pas.

PictoOKTantôt, je pense que je vais relire les deux autres tomes des Légendes d’aujourd’hui

Les liens : une rétrospective de Bilal sur Passion Estampes. Lire également ce très bel article de Christin qui revient sur sa collaboration et de son amitié avec Bilal. Un coup de clic ici aussi et activer l’entrée « aquarelle »… c’est superbe !

Les chroniques : ActuSF, Socrate, Mondes étranges. Sur la série complète : Culture pub et Krinein.

Le Vaisseau de pierre

One shot / Second volet de la Série Légendes d’aujourd’hui

Editeur : Les Humanoïdes Associés

Dessinateur : Enki BILAL

Scénariste : Pierre CHRISTIN

Dépôt légal : juin 1995

ISBN : 2-7316-1187-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le vaisseau de pierre – Christin – Bilal © Les Humanoïdes associés – 1995

Auteur : Mo'

Chroniques BD sur https://chezmo.wordpress.com/

15 réflexions sur « Le vaisseau de pierre (Christin & Bilal) »

  1. Jamais lu un album du duo Christin/Bilal mais je constate avec plaisir qu’à l’époque le trait de ce dernier était tout à fait digeste et franchement séduisant.
    Je devrais le trouver sans problème à la bibliothèque quand elle rouvrira après de très longs travaux^^

    J'aime

    1. Je ne peux que te conseiller dans ce cas, dans une veine plus politique que les Légendes d’aujourd’hui, les excellents Phalanges de l’Ordre Noir ou encore Partie de chasse, deux grands classiques de ce duo d’auteurs.

      J'aime

      1. Ah oups, j’ai effacé ma première réponse car je n’avais pas vu que tu répondais à Jérome ^^
        Oui, je confirme pour les Phalanges et Partie de Chasse.
        Jusqu’à la Trilogie Nikopol, c’est du tout bon pour Bilal… c’est ensuite que ça c’est gâté pour moi ^^

        J'aime

    2. Bonne lecture dans ce cas. Essayes de trouver l’intégrale de ces Légendes 😉 Je penses aussi que tu seras sensible à l’évolution du trait de Bilal d’un album à l’autre

      J'aime

  2. Merci pour toutes ces informations et surtout pour le clic sur aquarelle et le reste de Bilal: c’est magnifique et je viens de passer un très bon moment!

    J'aime

  3. J’avoue que je suis complètement fan du dessin épuré de Bilal qui s’est grandement affiné au cours de la Tétralogie du monstre. Comme tu le dis, le trait était plus gras avant, les bouilles sont toujours aussi cassées mais on est beaucoup moins dans les grandes cases avec des portraits travaillés. J’aime cette épure qu’il a travaillé sur la tétralogie.
    Maintenant je te rejoins en revanche sur l’excellent duo que formait Christin et Bilal, connu et reconnu par les amateurs de bande dessinée et à juste titre.

    J'aime

    1. J’ai ressorti hier soir « Le croisière des oubliés »… J’ai encore passé un bon moment. Je crois bien que je ne l’ai pas relu depuis que je suis à Toulouse (2004). En tout cas, j’ai redécouvert l’album, il ne m’en restait rien ! ^^ Je vais voir pour faire un petit article pour la semaine prochaine ^^

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.