Bienvenue à Jobourg (Rabaté)

Rabaté © Futuropolis - 2013
Rabaté © Futuropolis – 2013

« Patrick, un jeune Français, arrive à Johannesburg pour travailler dans l’imprimerie d’un ami de son père. À peine débarqué, il se demande très vite ce qu’il fait ici, tant la violence de la ville et la paranoïa sécuritaire l’effraient. Comble de malchance, l’imprimerie tombe en cessation de paiement et son futur employeur ne peut plus l’embaucher, ni même lui payer son billet de retour » (extrait du synopsis de l’éditeur).

En 2001, Pascal Rabaté a été invité à faire une résidence d’artistes à Johannesburg. Après un séjour d’un mois et de nombreux croquis réalisés sur place, Pascal Rabaté rentre en France et donne naissance à cet album dont la première publication date de 2003 (Éditions du Seuil).

Cette histoire fictive raconte comment un homme, mal préparé au quotidien qu’il est amené à avoir. Inhibé ou angoissé, le personnage se repose donc essentiellement sur l’ami de son père qui le cueille dès la sortie de l’aéroport et lui fournit emploi et logement et le fait entré dans son réseau relationnel. Etrange rencontre avec ce pays qu’il ne voit – au début – que par le prisme de cet expatrié qui l’accueille.

J’avais eu l’occasion de lire d’autres ouvrages de Pascal Rabaté. Le contenu de cet album m’a prise au dépourvu car je n’avais encore pas eu l’occasion de rencontrer un personnage de Rabaté qui se laisse autant porter par les autres. Et puis je n’ai pas retrouvé cette petite poésie qui plane dans Les petits ruisseaux ou Le petit rien tout neuf avec un ventre jaune. Et encore moins l’humour acidulé de Un vers dans le fruit. J’ai eu du mal à rencontrer cet homme assez transparent mais qui se révèle sur le tard, permettant ainsi au message véhiculé par le récit d’avoir une raison d’être.

Le noir et blanc des dessins n’est pas aussi efficace que ce à quoi je m’attendais. On profite un peu ébahi de la spontanéité de ce trait descriptif qui accueille de façon sporadique quelques aplats de gris.

Cette nouvelle édition est enrichie d’un cahier graphique composés de croquis faits sur place.

PictoOKUne chronique sociale sur fond de violences urbaines et de pauvreté. Ici, c’est la solidarité qui se tisse entre chacun qui donne du liant à cette aventure. Un moment de lecture agréable

Les chroniques de David, Yvan, Fildediane, Lasardine.

Bienvenue à Jobourg !

One shot

Editeur : Futuropolis

Dessinateur / Scénariste : Pascal RABATE

Dépôt légal : janvier 2013

ISBN : 978-2-7548-0894-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bienvenue à Jobourg ! – Rabaté © Futuropolis – 2013

Publicités

16 commentaires sur « Bienvenue à Jobourg (Rabaté) »

  1. J’ai failli l’acheter pour un cadeau d’anniversaire et comme je n’aime pas Rabaté, je me suis dit que ce n’était pas une bonne idée. J’ai fini choisi Daytripper que je n’ai pas lu mais que vous semblez avoir tous aimé.

    J'aime

    1. Daytripper est très très bon !! Très bon choix Madame ^^
      Chez Rabaté, il y a des petites perles que j’avais bien aimé : Les petits ruisseaux (et j’ai aussi apprécié l’adaptation cinématographique) et Un ver dans le fruit. Ensuite, il y a de trop nombreux albums que je n’ai pas encore lu dans sa bibliographie

      J'aime

    1. L’histoire est agréable. Je lui reproche juste un peu d’effleurer les choses. Je crois que cela tient à la personnalité du personnage principal qui se laisse porter par les événements. J’ai eu envie de le secouer pendant une bonne partie de la lecture 🙂

      J'aime

  2. Je te sens quand même moyennement emballée. Je vais essayer de mettre la main dessus (pas gagné) pour me faire une idée. A moins que l’ancienne édition soit à la médiathèque.

    J'aime

    1. « Moyennement emballée » oui. Je crois que tu as raison. J’ai essayé de relativiser les choses mais j’ai mal géré mon ressenti. Je savais qu’il avait écit cet album avant « Les petits ruisseaux » et « Le petit rien tout neuf avec un ventre jaune ». Sans être un ouvrage de jeunesse pour autant, on voit quand même que « Bienvenue à Jobourg » n’est pas aussi aboutit que ces deux albums. Et puis le dénouement est une sorte de happy-end que je trouve un peu trop convenue

      J'aime

      1. Je suis d’accord avec toi. C’est un album sympa mais qui n’est pas aussi maîtrisé que les suivants. DIsons qu’il est plus anecdotique dans la bibliographie de Rabaté. Mais l’album est intéressant pour son côté dépaysement. C’est assez original quand même.

        J'aime

        1. Original oui, mais je n’ai pu m’empêcher de me demander ce que ce personnage vient faire dans ce contexte. Une fois qu’on a accepté cela, la lecture est plus facile ^^

          J'aime

  3. Mouais… la couverture donne envie de découvrir l’intérieur, mais la première planche en tout cas est un peu décevante avec ce dessin tout triste… Et si l’histoire ne casse pas trois pattes à un canard, voilà une BD à ne pas rajouter à ma LAL…

    J'aime

    1. L’histoire est agréable et assez optimiste. Je voulais le lire depuis un moment ce titre et je ne regrette pas ma lecture. Après… oui… j’ai lu l’histoire d’une traite mais j’y suis restée assez extérieure

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s