Chroniks Expresss #6

Les métiers secrets de la bande dessinée – Coudray – Reuzé © La Boîte à bulles – 2013
Les métiers secrets de la bande dessinée – Coudray – Reuzé © La Boîte à bulles – 2013

Les métiers secrets de la bande dessinée – Coudray – Reuzé © La Boîte à bulles – 2013

ISBN : 978-2-849531655

Prix : 1 euro

Cette année, La Boîte à bulles fête son dixième anniversaire. Cette maison d’édition voulait marquer dignement l’événement et propose un programme des festivités des plus alléchants. En janvier, l’éditeur a proposé un poster géant qui rassemble les personnages emblématiques de ses différentes collections (Contre-jour, Contre-pied, Champ livre, Faits divers, Contre-cœur, Hors champ, Champ de force, Clef des champs, La malle aux images et Les carnets de la Boîte à bulles).

L’année 2013 sera donc rythmée par différentes publications : de nouvelles parutions bien évidemment (comme le très attendu tome 3 de la série Kaboul Disco) et de nombreuses rééditions d’anciens titres (janvier et Le Cabinet chinois de Nancy Peña, février et (A)mère de Raphaël Terrier, mars et Ainsi danse de Michel-Yves Schmitt…

Qui plus est, à l’occasion de ce dixième anniversaire, La Boîte à bulles édite Les métiers secrets de la bande dessinée, un recueil de 64 pages qui présente des métiers insolites, parfois farfelus, du monde de la bande dessinée : du peintre en marges au dessinateur de brouillons, du placeur de bulles au vérificateur de moralité… Vingt-huit métiers sont ainsi proposés pour notre plus grand plaisir. L’occasion d’apprendre que « le monteur retrouve comme une aiguille dans une botte de foin le talent du dessinateur égaré dans une production massive et médiocre », que le modèle (personnage secondaire) n’est qu’un « imbécile authentique » ou que le phylactère n’est autre qu’une censure déguisée. Jean-Luc Coudray (scénario) et Emmanuel Reuzé (dessin) s’amusent et nous amusent… Prix de vente : 1 euro !

Le royaume suspendu, tome 1 : Le Nexus élémentaire – Hepken – Ribaltchenko © Akiléos – 2013
Le royaume suspendu, tome 1 : Le Nexus élémentaire – Hepken – Ribaltchenko © Akiléos – 2013

Le royaume suspendu, tome 1 : Le Nexus élémentaire – Hepken – Ribaltchenko © Akiléos – 2013

ISBN : 978-2-35574-125-8

« 19e siècle. Depuis le cataclysme sans précédent de 1779 qui a vu les océans recouvrir la Terre, quelques millions de survivants dérivent désormais au gré des vents grâce à un ensemble de parcelles flottantes immenses nommées «Royaume Suspendu,» dirigées par un Conseil International.

La plus dangereuse des menaces pesant sur ce microcosme n’est pas une tenace inégalité des classes, ni même la nouvelle Pègre hantant les bas-fonds insalubres, mais de terribles exterminateurs naturels : les tempêtes gigantesques générées par l’Océan Unique » (synopsis Bedetheque).

Servi par une superbe ambiance graphique, ce premier tome de série nous entraîne dans une aventure assez rythmée. Le panel de personnages s’avère riche et complexe, la compréhension de l’intrigue nécessite (au préalable) de pouvoir appréhender les tenants et les aboutissants de cet univers steampunk… ce qui n’a pas été mon cas ! Si cette épopée s’annonce prometteuse, je n’ai cependant pas accroché à l’ambiance générale de l’album. Les dialogues sont verbeux et le rythme un peu trop enlevé à mon goût. A quelques pages du début, j’ai découvert cet album d’un œil distrait, pas de réelle accroche avec l’univers et avec l’intrigue.

Olympe de Gouges – Bocquet – Catel © Casterman – 2012
Olympe de Gouges – Bocquet – Catel © Casterman – 2012

Olympe de Gouges – Bocquet – Catel © Casterman – 2012 / ISBN : 978-2-203-03177-7

« De Montauban en 1748 à l’échafaud parisien en 1793, quarante-cinq ans d’une vie féminine hors normes, et l’invention d’une idée neuve en Europe : la lutte pour les droits des femmes.

Née dans une famille bourgeoise de province, sans doute fille adultérine d’un dramaturge à particule, Marie Gouze dit Olympe de Gouges a traversé la seconde moitié du XVIIIe siècle comme peu de femmes l’ont fait. Femme de lettres et polémiste engagée, elle se distingue par son indépendance d’esprit et l’originalité parfois radicale de ses vues, s’engageant pour l’abolition de l’esclavage et surtout pour les droits civils et politiques des femmes. Opposée aux Robespierristes et aux ultras de la Révolution, elle est guillotinée pendant la Terreur » (synopsis éditeur).

Cinq ans après Kiki de Montparnasse, le couple Catel & Bocquet nous livre de nouveau la biographie d’une féministe. Avant-gardiste, Olympe de Gouges a laissé son empreinte en rédigeant la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Elle s’est battue pour que les principes d’égalité et de liberté pour tous soient respectés. Dans ce pavé de 340 pages, José-Louis Bocquet et sa femme Catel s’attachent à retracer le parcours de cette femme humaniste.  Le dessin retranscrit le dynamisme dont faisait preuve Olympe de Gouges. L’ambiance graphique permet de s’immerger dans une ambiance d’époque. On ne pourra qu’apprécier la finesse et la précision du trait qui illustrent superbement les costumes d’époque ainsi que tous les accessoires décoratifs (mobilier, tentures, orfèvrerie…). Quant au scénario de José-Louis, il utilise à bon escient la volonté voire l’obstination de cette femme à défendre des droits fondamentaux ainsi que ses opinions allant parfois jusqu’à mettre sa vie en péril.

J’ai réellement apprécié cet album. Il se découpe en plusieurs chapitres, une scission narrative qui permet à la fois de soulager le récit et de marquer des temps d’arrêt dans l’évolution de la situation du personnage. J’avais pourtant regretté un tel choix dans la construction du scénario à l’occasion de Kiki de Montparnasse (je vous renvoie à mon article) mais ici, il me semble qu’ici, plutôt que de saccader le récit, cela permet davantage de le structurer. Il rythme agréablement la lecture.

Olympe de Gouges du côté des challenges :

Challenge Histoire. : personnage historique.

Petit Bac 2013 / Objet : gouge.

PetitBac Histoire

7 commentaires sur « Chroniks Expresss #6 »

    1. Tentes tentes ! ^^ Le premier n’est pas une BD à proprement parler. C’est plus un énorme clin d’oeil. Grosso modo, la présentation est redondante mais ludique. Chaque double page te propose à gauche un un texte qui détaille de façon humoristique un métier souvent farfelu (peintre en marge, futurologue, bruiteur…^^) et sur la page de droite tu as un visuel en pleine page pour illustrer le propos)

      J'aime

  1. J’ai emprunté Olympe de Gouge à la médiathèque le mois dernier mais je l’ai rendu sans l’avoir lu. Pas le temps et je crois, pas totalement envie de me lancer dans un tel pavé. Je retenterais peut-être dans quelques temps lorsque je serai dans de meilleures dispositions^^

    J'aime

    1. Oui, il faut se sentir motivé pour se lancer dans Olympe de Gouges ^^ Ensuite, le fait que le récit se découpe en autant de chapitres permet tout de même de faire… de nombreuses pauses 😛 Donc ce n’est pas indigeste finalement ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s