Jeanine (Picard)

Jeanine © Matthias Picard & L’Association – 2011
Jeanine © Matthias Picard & L’Association – 2011

« Matthias Picard, alors étudiant, fait la connaissance de sa voisine prostituée, la soixantaine, qui entreprend de lui raconter sa vie. Entre autres exploits de son étrange destinée, elle sauve un militaire de la noyade, puis deux petits Algériens des balles de la police française qui tire sur la foule d’Alger en mars 1962. Après diverses tribulations et une déception amoureuse, Jeanine devient la “plus grande prostituée de Strasbourg”, et participe activement au mouvement politique de reconnaissance du “plus vieux métier du Monde” » (synopsis éditeur).

Jeanine est le fruit d’une rencontre entre deux voisins ; en l’occurrence il s’agit de Matthias Picard – auteur de bande dessinée – et de Jeanine – prostituée. C’est aussi la rencontre entre deux générations, celle d’une femme de 64 ans qui répond à la proposition que lui fait un jeune trentenaire (il a également réalisé Jim Curious) de raconter sa vie en bande dessinée. Atypique !

Les six premiers chapitres de cet album ont été prépubliés dans la Revue Lapin.

De fil en aiguille – et à l’occasion des visites régulières que Matthias Picard rend à sa voisine, le lecteur voit également naître une relation d’amitié entre les deux protagonistes. Matthias Picard n’hésite pas à se mettre en scène et à décrire le déroulement des rencontres. Equipé de son carnet de notes et d’un dictaphone, l’auteur écoute le témoignage de Jeanine. Ce sont des moments conviviaux et spontanés durant lesquels Jeanine va parler de son enfance et expliquer la raison pour laquelle, petit à petit, elle s’est tournée vers la prostitution.

Jeanine est fille d’immigrés italiens, elle est née et a grandi en Algérie. A la fin de l’année 1962, ils s’installent en Normandie. Cet exode contraint Jeanine à quitter un emploi très bien rémunéré dans le secteur de l’Aéronautique. Par la suite, elle ne parviendra jamais à retrouver le même train de vie (et la reconnaissance sociale qui en découlait). C’est vers l’âge de 22 ans qu’elle commence à se prostituer (à cette époque, elle est placeuse dans un cinéma de Lausanne). Initialement, la prostitution lui permettait de soutenir financièrement ses parents, les passes étaient très ponctuelles. Puis, au hasard des rencontres, elle fait la connaissance de Manfred. Leurs sentiments sont réciproques et cette relation affective lui fera prendre la route de Nice, de l’Allemagne et de Strasbourg où elle s’installera définitivement vers 22-23 ans. Les relations professionnelles de Manfred lui permettent de décrocher un boulot de strip-teaseuse et de se créer progressivement son propre réseau professionnel.

A plusieurs reprises, l’auteur sollicite Jeanine afin qu’elle respecte une certaine chronologie dans les faits qu’elle rapporte, mais cette femme se livre avec générosité et raisonne par associations d’idées. Son témoignage est généreux et englobe l’ensemble de sa vie, de l’enfance à sa situation actuelle. De fait, le scénario effectue régulièrement des bonds dans le passé, le présent ou un ailleurs dont Jeanine parle au conditionnel… « Avec des si » Jeanine s’amuse à refaire sa vie et à refaire le monde. On est embarqué dans les souvenirs et les petits riens du quotidien. On navigue dans les réminiscences de l’enfance, découvre ses centres d’intérêts et notamment de son attrait pour les courses hippiques, son parcours professionnel quand elle faisait de la natation en compétition (elle arrêtera les compétitions à l’âge de 36 ans) ou qu’elle était comptable. On ressent également la confiance qui unit l’héroïne à l’homme qui s’investit de plus en plus dans son rôle de biographe.

La lecture est entraînante malgré ce dessin un peu crade et cagneux. Les illustrations semblent jetées sur chaque planche malgré une composition assez structurée de la page. Le texte des voix-off est écrit en majuscules tandis que l’écriture cursive des dialogues donne un côté enfantin assez surprenant en début de lecture. Cette écriture m’a finalement permis d’imaginer (et de matérialiser) des timbres de voix propres à chaque interlocuteur… ce qui est bon signe lorsqu’on parvient, en tant que lecteur, à matérialiser et investir à ce point le récit. Le trait est épais et rond, il donne un petit côté amusé au récit qui n’est pas pour déplaire et qui colle très bien à la personnalité de Jeanine.

Aujourd’hui, Jeanine a aux alentours de 70 ans. Sa vie l’a contrainte à refaire sa vie plusieurs fois mais son témoignage ne se remplit jamais d’amertume. Sa fierté reste le combat qu’elle a mené dans les années 1970 lorsqu’elle est montée au créneau pour défendre la cause et les droits des prostituées lors des premières Assises de la Prostitution. Elle est enfin l’une des fondatrices de MACADAM aux côtés de Griselidis Real et Merry de Paris.

PictoOKLe coup de crayon est plein de vie, à l’instar de Jeanine qui semble prendre la vie du bon côté. J’ai lu cet album il y a quelques semaines déjà mais j’en garde un souvenir assez net et la satisfaction d’avoir découvert la vie et le quotidien d’une femme de caractère, qui a le courage de ses opinions et dont la vie a croisé plusieurs fois des temps forts de l’Histoire.

Une lecture que je partage avec Mango à l’occasion de ce mercredi BD

Logo BD Mango Noir

Les chroniques d’OliV, Yvan et Enna.

La chronique vidéo de Pénélope Bagieu.

Du côté des challenges :

Petit Bac 2013 / Prénom : Jeanine

Petit Bac 2013
Petit Bac 2013

Jeanine

One shot

Editeur : L’Association

Dessinateur / Scénariste : Matthias PICARD

Dépôt légal : janvier 2011

ISBN : 978-2-84414-423-2

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jeanine © Matthias Picard & L’Association – 2011

Auteur : Mo'

Chroniques BD sur https://chezmo.wordpress.com/

41 réflexions sur « Jeanine (Picard) »

    1. Pareil pour le dessin. J’avais acheté l’album lors du FIBD d’Angouleme en janvier 2012, suite à la lecture des chro d’Yvan et OliV. J’en avais profité pour rencontré l’auteur qui dédicaçait mais vois-tu, le dessin m’a tenu à distance tout ce temps. Je prenais l’album, feuilletais et le reposais. J’ai eu un mal fou à me lancer. Finalement, ça fonctionne pas mal, mais c’est le tout de passer outre ^^

      J'aime

  1. Je me souviens que j’avais vraiment bien aimé ce portrait d’une femme plus grande que nature (ça existe ça? je crois que je cherche l’expression anglais « bigger than life »
    Et en relisant mon billet je me souviens aussi que l’écriture dans les bulles était vraiment moche (il devrait peut-être laisser quelqu’un d’autre écrire pour lui 😉

    J'aime

    1. 😆
      Oui, c’est particulier et cela accentue le côté « brouillon ».
      Cette femme m’a impressionnée. Elle a vécu tant de choses ! Et le fait de vivre aussi modestement aujourd’hui alors qu’elle a eu un tout autre train de vie à une période… quel décalage ! Belle philosophie de vie aussi

      J'aime

    1. Chouette ! Une femme intéressante et dont le témoignage m’a amenée à réfléchir un peu à la manière dont je percevais certaines choses

      J'aime

  2. Le dessin semble en effet assez particulier et du coup je ne sais pas si ça me plairait. Mais néanmoins et même si les bio c’est pas forcément trop ma tasse de thé, tu m’as quand même donné envie de découvrir cet album ^^

    J'aime

    1. « Space ++ » le dessin. C’est le problème. On prête trop souvent attention à l’emballage 😀
      Je ne sais pas si ça te plairait. Pas trop ton genre de lecture mais tu m’as souvent étonnée sur certains titres vers lesquels tu étais allé et la manière dont tu les avais accueillis. Alors… je ne sais plus ^^ 😉

      J'aime

      1. Bah en fait je suis pas du tout difficile, c’est juste que j’aime rester dans mes genres de prédilection lol. Après il y a quelques années de ça, un dessin de ce style là, j’aurais même pas regardé ou autre.

        Heureusement entre la blogosphère BD et surtout mon libraire BD dijonnais, j’ai découvert des oeuvres géniales, que j’aurais reposé directos juste à la vue du dessin. Donc je ne me fie plus à l’aspect graphique maintenant, je privilégie l’histoire ^^

        Du coup si je croise Jeanine à la librairie, je pense que je repartirai probablement avec 😉

        J'aime

        1. 🙂
          La blogo ne m’a pas aidé du moins… je crois qu’elle complique le travail de mon libraire et allonge toujours plus mes petites listes ^^

          J'aime

          1. Ah oui ça c’est clair que de ce côté là c’est piégeur la blogosphère. Il y a tellement de tentations… On en viendra jamais à bout des LAL et des PAL lol

            J'aime

            1. Ah c’est clair que ce serait le panard lecteur à temps plein, et être payé pour, ce serait la cerise sur le gâteau lol.

              J'aime

            2. Mais oui rêvons un peu, ça ne fait jamais de mal. On va d’ailleurs aller plus loin, grâce à ce nouveau métier de lecteur rémunéré on va faire baisser le chômage et relancer l’économie lol. Y a plus qu’à financer tout ça et le tour est joué mdr

              J'aime

            3. Abracadabra 😆
              Si tu trouves cette miraculeuse potion, n’oublies pas de m’en envoyer un échantillon !! 😉
              😀

              J'aime

    1. J’aime beaucoup ce parallèle à la Joconde car même si Jeanine parle de sa vie, je trouve qu’elle garde une grande part de mystère

      J'aime

    1. J’étais plus en difficulté lors de ma rencontre avec l’auteur. Vu que je n’avais pas lu l’album à cette époque, c’était étrange. Je n’avais pas de « support » pour parler de son travail. Pas de base. Alors on a parlé de la pluie et du beau temps… et de ta chronique que j’avais lue 🙂

      J'aime

    1. Je suis venue chez toi à la recherche d’un lien de chronique à attraper pour l’insérer dans mon article. Amusant en tout cas, je te voyais bien lire cet album comme quoi… je ne me suis trompée qu’à moitié ^^ J’espère que tu apprécieras 😉

      J'aime

      1. Ouais, il faudrait que je me décidé à réveiller un peu mon blog. Il pâtit de la flemme pour écrire que j’ai depuis quelques mois et de mon rejet actuel des contraintes de lecture de quelque sorte qu’elles soient, qui fait que j’ai beaucoup levé le pied avec les challenges.
        J’ai une pile de BD en stock qui, pour certaines, devraient être intéressantes, mais qui prennent la poussière depuis des mois. Celle-ci n’est donc pas près de passer de ma LAL, toujours plus conséquente, à ma PAL…
        Sinon j’ai lu Silver spoon et j’en suis à la moitié de Giacomo Foscari.

        J'aime

        1. Tu me diras ce que tu as pensé de ces deux titres ?
          Sinon, je comprends pour ta flemme. De mon côté, je suis assez impressionnée par tout ce que tu dévores en ce moment, ces sagas historiques… quels pavés !

          J'aime

  3. Franchement, si le dessin ne me plaît pas, je préfère ne pas lire la BD car c’est pour moi le plus important sinon je préfère lire un livre sur le même thème (cette réflexion pour répondre à une remarque de MRZombi que je viens de lire ici!)

    J'aime

    1. Faut pas croire, malgré mes propos un peu plus haut, il y a certaines BD où je ne peux vraiment pas à cause du dessin (ou alors disons qu’en lisant ça va me gâcher un peu le plaisir) mais je me suis quand même aperçu que parfois même si aux premiers abords le dessin me rebutait, une fois pris dans l’histoire je finissais par m’y habituer et à y prendre goût.

      Mais je comprends tout à fait que tu préfères lire un livre plutôt qu’une BD où le dessin t’emballe pas, même si bien qu’étant sur le même thème, ce ne sera peut être pas forcément aussi riche que le scénar de certaines perles de la BD ^^

      J'aime

    2. Pas facile de passer outre certains styles parfois. Sur certains albums, je ne suis jamais parvenue à passer outre (« Trahison » de F. Brachemi par exemple) et ça agace. Ici par contre, ça n’a pas été le cas, dessin et textes se marient bien. Mais les affinités sont différentes d’un lecteur à l’autre. Sur le même sujet, il y a d’autres titres avec lesquels tu accrocheras plus 😉

      J'aime

    1. Un titre ?? Une ref ?? ^^
      Ce personnage ne fait que passer dans « Jeanine » et j’avoue ne pas avoir eu la curiosité de regarder si un album avait été réalisé sur sa vie

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.