Mon fiancé chinois (Garancher)

Garancher © Steinkis – 2013
Garancher © Steinkis – 2013

Pad est vietnamienne. Elle appartient à un clan Hmong. Elle a passé une enfance joyeuse au sein de sa famille, entourée de l’amour de ses parents et de ses frères et sœurs. Son éducation s’est faite dans le respect des traditions ancestrales de son clan. A l’âge de 7 ans, Pad rentre pour la première fois à l’école. La scolarisation n’était pas systématique mais une décision gouvernementale impose le fait que tous les enfants doivent savoir lire et écrire.

A l’adolescence, elle déclare sa flamme à Nam, son cousin. Leur union est pourtant impossible. Le père de Nam organise rapidement le mariage de son fils avec une fille d’un autre clan. Pad devient morose. Pour sortir de cette déprime, elle ressent le besoin de quitter son village natal. Ce projet coïncide avec la venue d’un étranger au village. Ce dernier se heurte au chef du village qui refuse la proposition de « vendre » des filles du village à des familles chinoises dont le fils cherche à se marier. Mais Pad parvient à convaincre sa famille.

Quelques semaines plus tard, elle rencontre Tao avec lequel elle fondera un foyer.

Laure Garancher livre un premier album très agréable. Découpé en cinq chapitres, l’auteure nous permet de découvrir les traditions et le quotidien de deux peuples. Ainsi, nous plongeons aussi bien dans les plaines et rizières du Vietnam que dans le quotidien d’une famille de restaurateurs chinois. De part et d’autres, des hommes et des femmes respectueusement attachés aux us et coutumes de leur pays (pas d’union au sein de deux personnes d’un même clan pour les Hmongs, les conséquences de la politique chinoise de l’enfant unique sur les naissances…).

Le souhait de l’auteur était clair ; travaillant au sein de l’OMS depuis des années et amenée à s’installer à long terme dans certains endroits du globe, elle a souhaité partager ce qu’elle a appris et vécu lors de son séjour de trois ans au Vietnam.

Le personnage de Pad sert de fil rouge aux cinq chapitres de l’album. Un ouvrage qui nous permet de découvrir quatre destinées essentiellement féminines (la belle-mère et la mère de Pad, Pad et Tao (son mari chinois) ; le cinquième chapitre est quant à lui consacré au quotidien de Pad en Chine.

De très courtes transitions narratives permettent au lecteur de passer facilement d’un portrait à l’autre. Le premier chapitre présente la belle-mère du personnage principal et nous permet d’aborder la question des mariages arrangés et de l’avortement (la politique de l’enfant unique conduit de nombreuses femmes à avorter lorsqu’elles sont enceintes de filles). Le second chapitre s’intéresse à la mère de Pad et décrit les conditions de vie difficiles des Hmongs, leurs traditions et la chaleur de leurs foyers. Le contraste est réel entre la Chine et le Vietnam : familles nombreuses / enfant unique, développement personnel / promotion sociale… Le point commun de ces deux cultures : les traditions qui sont la clef de voute de leur organisation et de leur quotidien. Au troisième chapitre, Laure Garancher revient en Chine et présente le personnage de Tao. L’auteur décrit l’accueil de l’unique enfant du couple (en raison de la législation en vigueur sur la réglementation des naissances), les IVG nombreuses quand la mère apprend qu’elle est enceinte d’une fille, la fierté de donner naissance à un garçon qui pourra assurer la lignée de sa famille. Couvert d’attentions et de cadeau, sa vie change radicalement du jour où il est en âge d’être scolarisé. Dès lors, on attend de lui l’excellence. Le système éducatif décrit est assez violent.

LEs deux derniers chapitres se penchent enfin sur Pad : son enfance, son mariage avec Tao qui, malgré l’aspect mercantile de leur rencontre, se fera dans le plus strict respect des traditions. La personnalité de Pad, joviale et de nature optimiste, influence pour beaucoup l’ambiance de cet album. Aussi fictif soit son personnage, il permet à son auteur d’aborder toute la richesse et la complexité de cette culture vietnamienne. Les dessins complètent les propos de nombreux détails graphiques (notamment concernant les costumes traditionnels hmongs). Le trait rond de Laure Garancher apporte beaucoup de quiétude à cet univers et les couleurs d’Hélène Lenoble sont chaleureuses.

La lecture est agréable. Deux petits griefs cependant : l’album a une odeur assez désagréable, rares sont les encres qui m’indisposent ainsi. Le second est lié au scénario : l’album s’ouvre sur un face à face avec Pad. Le lecteur découvre alors une vieille femme qui explique avoir quitté le Vietnam depuis 50 ans. Compte tenu de l’ambiance graphique, il est inconcevable d’imaginer que ce témoignage nous vienne du futur… et pourtant. Je trouve ce choix dommageable car il rappelle en permanence le fait que Pad soit un personnage fictif. Cette femme âgée qui surgit ponctuellement est irréelle, elle semble avoir été plaquée sur le scénario, sa présence dénote avec l’ensemble du témoignage. On aurait tendance à ne pas donner au reste du récit la portée qu’il convient de lui donner.

Une certaine sérénité émane de cet album. Il y a beaucoup de spontanéité dans les propos des personnages, beaucoup d’humanité dans le témoignage de l’auteur qui a su rendre ce documentaire très ludique. Un moment de lecture agréable mais il manque toutefois un petit soupçon de réalisme qui nous empêche de plonger totalement dans le quotidien des personnages. En effet, malgré les transitions qui nous font passer sans heurts d’un personnage à l’autre, il est difficile de s’attacher réellement aux personnages.

Je remercie Jérôme pour cette découverte 😉

La page Facebook de l’auteure. Et une interview de Laure Garancher sur le site de la Fnac.

Les chroniques de N’autre école et de Cathia.

Mon fiancé chinois

One shot

Editeur : Steinkis

Dessinateur / Scénariste : Laure GARANCHER

Dépôt légal : janvier 2013

ISBN : 979-10-90090-15-6

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon fiancé chinois – Garancher © Steinkis – 2013

Auteur : Mo'

Chroniques BD sur https://chezmo.wordpress.com/

10 réflexions sur « Mon fiancé chinois (Garancher) »

    1. Ce n’est pas impossible effectivement. Quant à moi, les interventions ponctuelles de Pad lorsqu’elle est âgée commencent déjà à gangrener le souvenir que je vais conserver de cette lecture. J’ai l’impression que ce grief restera me concernant

      J'aime

  1. J’ai eu l’occasion de le lire et il m’avait bien plu mais j’ai été déroutée au début dans la généalogie de ne pas bien comprendre qui était la fille ou petite fille de qui…

    J'aime

    1. Je ne me prononcerai pas trop, incapable de percevoir finalement l’accueil que tu peux lui réserver. Je pense que ça passe ou ça casse. Mais le dessin de Garancher en revanche est vraiment agréable. J’ai appris beaucoup de chose dans cet album

      J'aime

  2. J’ai eu bien du mal à démêler les fils de cette histoire de famille. A tel point que je n’ai pas pris la peine de lire cet album jusqu’au bout. Dommage parce que graphiquement j’ai trouvé ça plutôt plaisant.

    J'aime

    1. M’est avis que l’arbre généalogique inséré en fin d’album arrive un tantinet trop tard ^^ Je ne pensais pas qu’il t’avait déplu à ce point. J’ai mis deux soirs pour venir à bout de l’album. une lecture assez sereine pour s’endormir ^^

      J'aime

  3. Je suis intriguée. J’ai eu l’album au boulot sans m’y arrêter. Pour le coup, le dessin ne m’attirait pas plus que ça. Tu me donnes envie, en fait ! L’aspect culturel certainement !

    J'aime

    1. Le dessin est agréable, rien à redire. Il m’a donné une impression de calme, d’une narratrice apaisée. Après, je serais curieuse de lire ton avis. Pour moi, la construction narrative n’est pas opérante. Je ne comprends pas pourquoi l’auteur a choisit de la représenter aussi vieille. Ça ne colle pas je trouve…

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.