Chroniks Expresss #8

Les Filles de Montparnasse, tome 2 – Nadja © Olivius – 2013

Je partageais récemment mon avis sur le tome 1 de cette série. Vous dire que j’avais aimé est un doux euphémisme…

Nadja © Olivius – 2013
Nadja © Olivius – 2013

Suite de la découverte de cette tétralogie de Nadja où l’on cherche un peu notre souffle et nos repères. On découvre donc comment Elise fait face au chantage de son producteur. On la voit perdre pied. Avec la drogue, elle essaye d’oublier qu’elle n’est plus qu’un simple objet sexuel. Tarkan lui déclare enfin sa réelle identité (et la nature des liens qui les unit) mais Elise l’écarte sans même se rendre compte du soutien qu’il pourrait lui offrir. Garance quant à elle fuit l’Académie de peinture et vit recluse dans l’appartement. Elle semble ne pas accepter que les sentiments qu’elle a envers son mentor ne soient pas réciproques. Elle s’obstine à peindre des natures mortes, au grand désespoir de Rose-Aymée, son modèle, qui n’a pas d’autre alternative que de se morfondre à son tour. Amélie enfin fulmine depuis qu’elle a découvert que l’auteur qu’elle avait secondé en tant que correctrice, s’est abondamment inspiré des confidences qu’elle lui avait faites pour écrire son dernier roman à succès.

Nous sommes donc en présence de plusieurs intrigues qui se déconstruisent. Excepté pour Rose-Aymée qui est de loin le personnage le moins développé de l’univers (est-ce un leurre ?), les trois autres héroïnes sont mises à mal. Leurs vies s’éparpillent, de nouvelles facettes de leurs personnalités nous apparaissent et les quelques repères que les lecteurs s’étaient construits jusque-là volent en éclats. Une grande agitation domine donc les deux premier tiers de l’album. Lorsque le rythme s’apaise, cela laisse au lecteur l’occasion de réorganiser les pièces du puzzle narratif. On profite également de très belles scènes muettes, notamment celle où Tarkan s’engouffre dans les boulevards haussmanniens, nous laissant ainsi profiter de magnifiques paysages urbains. Un moment apaisant, des planches d’une luminosité incroyable.

PictomouiPourtant, je suis moins emballée par ce tome que je ne l’avais été par le précédent. Peut-être un manque de respiration durant la lecture qui m’a amenée à lire cet ouvrage de manière presque compulsive, emportée par le rythme et ne parvenant pas à me détacher de cet enchainement rapide des différentes actions. Il y a quelques moments suffisamment intenses pour marquer des moments forts de l’album mais dans l’ensemble, j’ai été assez déstabilisée par le réel lâcher prise de ces jeunes femmes. On perd notre souffle.

Pour autant, j’ai très envie de découvrir le tome trois qui est en vente depuis le début du mois. A suivre… mais cela attendra mon prochain passage en librairie (snif).

Les hirondelles de Kaboul – Yasmina Khadra © Pocket – 2010

Khadra © Pocket – 2010
Khadra © Pocket – 2010

« Dans les ruines brûlantes de la cité millénaire de Kaboul, la mort rôde, un turban noir autour du crâne. Ici, une lapidation de femme, là un stade rempli pour des exécutions publiques. Les Taliban veillent. La joie et le rire sont devenus suspects. Atiq, le courageux moudjahid reconverti en geôlier, traîne sa peine. Le goût de vivre a également abandonné Mohsen, qui rêvait de modernité. Son épouse Zunaira, avocate, plus belle que le ciel, est désormais condamnée à l’obscurité grillagée du tchadri. Alors Kaboul, que la folie guette, n’a plus d’autres histoires à offrir que des tragédies. Quel espoir est-il permis ? Le printemps des hirondelles semble bien loin encore… » (synopsis éditeur).

Yasmina Khadra a réalisé trois ouvrages, une sorte de trilogie sans autre point commun que le fait d’aborder la question de l’extrémisme au Moyen-Orient. Le lecteur ne trouvera pas de personnage-clé qui pourrait servir de fil conducteur aux trois titres.

C’est donc aux côtés de L’Attentat et des Sirènes de Bagdad que Les hirondelles de Kaboul trouvent naturellement leur place dans cet univers engagé.

Dans un pays où les cimetières rivalisent avec les terrains vagues en matière d’extension, où les cortèges funèbres prolongent les convois militaires, la guerre lui a appris à ne pas trop s’attacher aux êtes qu’une simple saute d’humeur pourrait lui ravir.

Un récit d’une grande richesse qui traite aussi bien de la condition de la femme que de la religion ou de l’influence haineuse des talibans. Le lecteur avance à pas feutrés dans sa lecture. A l’instar des personnages du roman, il plie sous le poids des conventions sociales, de l’insécurité, des suspicions et de la peur. Avec émotion, on découvre le regard de ces hommes et de ses femmes qui parlent à voix basse de la nostalgie d’un passé révolu…

… je refuse de porter le tchadri. De tous les bâts, il est le plus avilissant. Une tunique de Nessus ne causerait pas autant de dégâts à ma dignité que cet accoutrement funeste qui me chosifie en effaçant mon visage et en me confisquant mon identité. (…) Avec ce voile maudit, je ne suis ni un être humain ni une bête, juste un affront ou un opprobre que l’on doit cacher telle une infirmité.

… et sont accablés par la dure réalité qui s’impose à eux.

Vivre, c’est d’abord se tenir prêt à recevoir le ciel sur la tête. Si tu pars du principe que l’existence n’est qu’une épreuve, tu es équipé pour gérer ses peines et ses surprises. Si tu persistes à attendre d’elle ce qu’elle ne peut te donner, c’est la preuve que tu n’as rien compris.

Comme pour L’Attentat, je me suis délectée du style d’écriture de Yasmina Khadra. On se représente parfaitement l’architecture d’un lieu, les atmosphères, les odeurs… Tout est présent jusqu’au moindre détail et sans que cela n’alourdisse le propos.

La musique est le véritable souffle de la vie. On mange pour ne pas mourir de faim. On chante pour s’entendre vivre.

PictoOKPictoOKUne lecture marquante que j’ai très envie de conseiller.

Du côté des challenges :

Petit Bac 2013 / Animal : hirondelles

Petit Bac 2013
Petit Bac 2013

Nos étoiles contraires – John Green © Nathan – 2013

Green © Nathan - 2013
Green © Nathan – 2013

« Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature.

Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie » (synopsis éditeur).

La pluie d’avis positifs qui a inondé la blogosphère en début d’année m’avait convaincue avant même que je débute la lecture. Je m’attendais à un ouvrage d’une rare intensité et la lecture a été à la hauteur de mes attentes.

Avec beaucoup de naturel et en toute simplicité, John Green nous accueille dans le quotidien d’Hazel Grace Lancaster, « malade professionnelle » (mais je ne fais que reprendre les termes de la narratrice). J’appréhendais que les propos ne soient condescendants ou ne flirtent de manière un peu trop effrontée avec le pathos mais le récit évite tout à fait ces écueils.

330 pages pour passer du rire aux larmes, d’une théorie audacieuse d’un jeune adolescent sur le devenir d’une balançoire au projet fou d’une cancéreuse en phase terminale de partir à plus de 7000 km de chez elle… et donc de l’équipe médicale qui la suite. Il est question de vie et de mort, on est sans cesse sur la brèche mais diable, que cette lecture est pétillante ! Que d’émotions, quelques pleurs épars, des rires fréquents mais surtout, un vif intérêt à l’égard de ce roman et puis, en vrac :

  • Un roman finalement assez court (330 pages).
  • Des ados qui regardent la mort dans les yeux, qui en parlent, qui en rient, qui en ont peur.
  • Les derniers chapitres plus courts, donnant l’impression que le rythme s’accélère et que ces enfants vivent une course contre la mort.
  • Une impériale affliction : le roman dans le roman.
  • Une légère déception quant au contenu de la lettre finale.

Les mots ne sont visibles que dans l’œil dénué de paupière de la mémoire. Dieu merci, les vivants conservent l’aptitude de surprendre et de décevoir.

PictoOKPictoOKMerci à tous les lecteurs qui ont partagé leur chronique et m’ont rapidement donné envie de lire cet ouvrage à commencer par Noukette, Stephie, Hérisson, Leiloona et la chronique qui a m’a définitivement convaincue chez Jérôme.

Auteur : Mo'

Chroniques BD sur https://chezmo.wordpress.com/

20 réflexions sur « Chroniks Expresss #8 »

  1. Ah moi aussi j’ai eu un coup de coeur pour Nos étoiles contraires! (en ligne le 28 octobre je crois) j’ai ri ET pleuré en même temps 😉

    J'aime

    1. 🙂 Je n’arrivais pas à contenir mes émotions. C’est dingue. Et même en me disant « du calme Steph, c’est un roman ado toussa toussa, une jolie fiction aussi »… rien à faire. Une vraie madeleine ^^

      J'aime

  2. Bon une petite déception avec Les filles de Montparnasse à ce que je vois. Tu es quand même partante pour la suite c’est déjà ça. Et puis concernant Les étoiles contraires, je trouve que ce que tu en dis est très juste. Content qu’il t’ait plu !

    J'aime

    1. Petite déception oui. Le rythme est vraiment speed, difficile de prendre le temps de contempler les illustrations de Nadja alors que c’est ce que j’aime faire quand je le lis. Mais là, je ne sais pas, je tournais les pages de manière compulsive. Il fallait que je sache… et que je parvienne à m’orienter aussi ^^ Et puis le monde imaginaire que l’auteur injecte d’habitude est ici complètement absent. Ça m’a perturbée ^^

      J'aime

  3. Comme toi la lettre finale de Nos étoiles contraires ne m’avait pas semblé à la hauteur mais tout de même, quel beau livre… Ravie que tu aies succombé aussi à sa lecture!

    J'aime

  4. J’avais ADORE le Green que j’avais également chroniqué. Quant aux Hirondelles c’est un texte très percutant et magnifique.
    Enfin, je fais partie de celles qui dévoreront cette série des Filles de Montparnasse !

    J'aime

    1. Je sais que le tome 3 est disponible, j’ai hâte de me le procurer et j’espère ne pas trop avoir à attendre pour la sortie du tome 4 ! ^^

      J'aime

  5. Il faut que je lise d’autres romans de Yasmina Khadra, L’attentat était tellement bien! Quant à Nos étoiles contraires, en dépit des éloges que vous lui faites tous, ce n’est vraiment pas un livre qui me tente.

    J'aime

    1. Ma prochaine étape dans les romans de Khadra, ce sera de finir cette trilogie en découvrant « Les sirènes de Bagdad ». Mais j’aime beaucoup son style et je poursuivrais dans ma lancée
      Idéalement, j’aimerais me faire un petite cure de lecture avec un cocktail Khadra-Pennac ^^

      J'aime

    1. Oh oui. Je pleurais toute seule pendant la lecture et je ravalais mes sanglots en vitesse quand mes fils entraient dans la même pièce que moi ^^

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.