Fanfulla (Milani & Pratt)

Milani – Pratt © Rue de Sèvres – 2013
Milani – Pratt © Rue de Sèvres – 2013

Bartolomeo Tito Alon, plus connu sous le nom de Fanfulla da Lodi, est un Condottiere.

On le découvre en mai 1527, pendant la septième guerre d’Italie. Pendant le sac de Rome, Fanfulla tente d’empêcher les exactions des troupes de Charles Quint sur la population. Au lendemain du combat, mis à défaut dans une rixe d’ivrogne, Fanfulla rentre dans les ordres et vivra reclus dans un couvent jusque 1529. Cette année-là, la ville de Florence se soulève contre leurs souverains : les Médicis. Une fois leurs seigneurs chassés, la République est proclamée ; Florence deviendra le fief de l’Empire peu de temps après. C’est le moment que Fanfulla choisit pour reprendre les armes.

« Et c’est ainsi que Fanfulla da Lodi, Maurizio et Rodrigo suivent Lamberto vers de nouvelles batailles… vers la guerre, la vie glorieuse et obscure de tout soldat de fortune ».

Les épisodes de cet album ont été initialement publiés dans l’hebdomadaire Corriere dei Piccoli. La prépublication a commencé en 1967 pour se terminer l’année suivante. En préface, Antonio Carboni explique que si la collaboration entre Hugo Pratt et Mino Milani se passait au mieux,les rapports étaient plutôt tendus entre Hugo Pratt et Carlo Triberti, directeur du journal italien. Triberti veilla à ce que le contrat éditorial entre l’hebdomadaire et le duo d’auteurs s’achève en temps et en heure.

Rue de Sèvres nous offre la possibilité de (re)découvrir Fanfulla, un récit qui a très peu attiré l’attention des éditeurs (la seule compilation française de ces épisodes avait été éditée par les Humanoïdes Associés en 1981). La présente édition proposée par Rue de Sèvres propose un nouveau regard sur cet univers grâce à la mise en couleur de Patrizia Zanotti.

Fanfulla raconte donc les aventures d’un soldat bourru, grande gueule, culotté mais fin stratège, ne cachant pas son penchant pour la boisson et les combats. Austère au premier abord, on finit pourtant par s’attacher à ce curieux personnage imprévisible, à ce bon samaritain prêt à défendre la veuve et l’orphelin. D’ailleurs, après une cuisante défaite lors d’une rixe entre ivrognes, il prendra la décision de s’engager dans les ordres… lui qui jusqu’alors saisissait la moindre occasion pour expliquer qu’il n’y entend rien bigoteries et autres (qui a déjà travaillé sur d’autres albums d’Hugo Pratt).

Cet album dispose d’un scénario très rythmé. L’histoire avance à la cadence d’un double-strip par page, quelques rares illustrations en pleine page marquent un court temps d’arrêt. Pourtant, le héros Fanfulla ne semble pas souffrir du peu de répit que lui laissent les auteurs ; l’homme semble incapable de se poser plus de deux secondes au même endroit, sauf si on lui met un verre entre les mains. La période qu’il passe dans un couvent est passée sous silence et n’est présente qu’à titre anecdotique. Cette ellipse narrative questionne légèrement puisque le lecteur peut être amené à se demander, compte-tenu de la personnalité de l’énergumène, comment le condottiere a pu passer deux ans dans un tel contexte, loin des champs de bataille, de ses amitiés viriles…

L’ambiance créée par Hugo Pratt fait ressentir la fougue du personnage. Un vent de liberté souffle dans ces pages où l’on perçoit la détermination de ces hommes à mener à vaincre et le plaisir qu’ils ont à combatte côte à côte. Outre la mise en couleur de Patrizia Zanotti, la différence majeure avec l’édition de 1981 est le choix d’un format à l’italienne qui accentue finalement la rapidité avec laquelle les événements se succèdent. Le dessin est assez nerveux et souffre de quelques imprécisions. J’ai régulièrement eu des difficultés à reconnaitre les personnages (est-du au graphisme ou à la vélocité du récit ?).

PictomouiBelle découverte qui ouvre sur un bon moment de lecture. Je reste pourtant mitigée sur cet album que j’ai lu sans ressentir de plaisir vraiment marqué. Je crois que ce qui m’a le plus intriguée, c’est la curiosité de pouvoir découvrir un album de Pratt que je ne connaissais pas. La structure de cet ouvrage passe un peu mal le cap des années, elle est vraiment propre aux albums de cette époque. De plus, les rebondissements permanents nous font un peu tourner la tête et la lecture se fait de manière saccadée. Agréable, divertissant mais la lecture ne fera pas trace.

Par association d’idées, ce personnage m’a fait penser au chevalier blanc incarné à l’écran par Gérard Lanvin.

La chronique d’Oncle Fumetti.

Fanfulla

One shot

Editeur : Rue de Sèvres

Dessinateur : Hugo PRATT

Scénariste : Milo MILANI

Dépôt légal : octobre 2013

ISBN : 978-2-3698-10087

Bulles bulles bulles…

{slideshow]

Fanfulla – Milani – Pratt © Rue de Sèvres – 2013

4 commentaires sur « Fanfulla (Milani & Pratt) »

    1. Pareil, j’ai vraiment profité de l’effet découverte et je me suis énormément appuyée sur ce personnage hyper dynamique ^^ Après, pour le reste, c’était un peu plus compliquer. Il manque tout de même quelques transitions pour passer sans à-coups d’une scène à l’autre

      J'aime

    1. Les épopées historiques du genre ne sont pas ma tasse de thé non plus à dire vrai. Je pensais que sous la plume de Milani et le coup de crayon de Pratt, je me laisserais embarquer… raté. Par contre, en parlant d’épopées historiques, il y en a une qui m’a réellement fait forte impression récemment : « Arelate » !! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s