Humeur quand tu nous tiens…

Il y a longtemps loin d’ici

Vivaient dans un pays

Etrange et merveilleux

Des p’tits lutins joyeux

Nous sommes les petits Schtroumpfs

La, la, la, la, la schtroumpf…

Vous avez dit les schtroumpfs ? Ces petits êtres bleus qui sont toujours heureux ?

notes zik

Vous connaissez la chanson. Et bien laissez-moi vous raconter la véritable histoire des Schtroumpfs. Et croyez-moi, ce n’est pas celle que l’on vous a fait croire…

Au tout début, les Schtroumpfs vivaient en fait de manière isolée dans la forêt. Leur petite taille et leur naturel pacifique en faisaient une proie facile pour les prédateurs. Ils vivaient sans même savoir que d’autres Schtroumpfs comme eux existaient !!

Un jour, la Schtroumpfette rencontra par hasard un Schtroumpf pendant une de ses promenades. Ils firent connaissance et prirent l’habitude de se retrouver de temps en temps pour cueillir ensemble de la salsepareille. Les jours et les mois passèrent ainsi et la Schtroumpfette pris de plus en plus de plaisir à partager cueillette et récolte de salsepareille. Elle savait désormais qu’elle n’était plus la seule de sa race et s’efforçait chaque jour de découvrir de nouveaux coins de la forêt qu’elle ne connaissait pas… dans l’espoir de rencontrer un nouveau Schtroumpf ! Ce qui se produisit effectivement. Elle rencontra d’autres Schtroumpfs, ils prirent l’habitude de faire leur cueillette ensemble en parlant de tout et de rien.

sctroupfissimeJusqu’au jour où elle demanda à ceux qu’elle côtoyait le plus s’ils aimeraient bien, avec elle, unir leurs forces pour construire un petit village où ils seraient à l’abri. A sa grande surprise, presque tous les Schtroumpfs qu’elle connaissait s’investirent dans le projet. C’est ainsi que le village Schtroumpf fut construit et que chaque Schtroumpf pris l’habitude de mettre ses compétences au service de la petite communauté. Toutes les décisions se prenaient durant une assemblée qui réunissait l’ensemble des Schtroumpfs, mais tous voulaient quand même que la Schtroumpfette continue à organiser à minima la vie au Village. Quand la Schtroumpfette prenait quelques jours de vacances à Schtroumpf-les-bains, c’est le Schtroumpf Hargneux qui prenait en main le quotidien de la petite communauté. Il faut préciser que le Schtroumpf Hargneux a de tout temps été le plus investi des Schtroumpfs ! C’est lui notamment qui a fait face au problème que tous les Schtroumpfs rencontraient mais dont aucun n’osait parler : une espèce de salsepareille vénéneuse avait été découverte. Presque identique à la salsepareille nutritive, elle provoquait de fortes crampes à l’estomac et empêchait tout Schtroumpf affecté par le virus de manger pendant plusieurs jours. Le pronostic vital de certains Schtroumpfs avait même été engagé ! Il fallait donc résoudre le problème de salsepareille avariée. Le Schtroumpf Hargneux proposa de construire un complexe d’activités à côté du village, complexe qu’il nommerait Topitude.

Un jour, profitant de la confiance que les Schtroumpfs lui portaient depuis qu’il avait abordé le problème en place public, le Schtroumpf Hargneux se proclama Topissime. Dès lors, il construisit son complexe à côté du village et mit en place un système de gratification dans lequel tous les Schtroumpfs se ruèrent immédiatement. Le principe consistait à inviter chaque Schtroumpf à venir quelques heures par semaine au Topitude pour faire des séances de dégustation des récoltes de salsepareille. Les Schtroumpfs étaient ensuite gratifiés en fonction du temps qu’ils avaient accordé dans la semaine, en plus des heures qu’ils accordaient déjà à l’entretien du village. Si la salsepareille était bonne, elle était ensuite distribuée dans le village. Les feuilles vénéneuses étaient brûlées. Topissime créa ses propres critères d’attribution de médailles. Seule la Schtroumpfette se risquait à lui dire que ses critères étaient trop subjectifs pour qu’elle puisse donner du sens aux heures de dégustation qu’elle effectuait. Rapidement, elle a commencé à trouver qu’elle perdait du temps à Topitude.

Mais les Schtroumpfs étant d’un naturel pacifique, elle ne rechignait pourtant pas à faire des efforts pour faire plaisir au Topissime et parler des bienfaits de l’initiative communiste du Topissime aux petits Schtroumpfs isolés qu’elle continuait à rencontrer durant ses balades en forêt. De nombreux Schtroumpfs se sont mis à adhérer aux idées du Topissime. Ce dernier, comptant ses soutiens, est devenu de plus en plus autoritaire. Il a réformé en profondeur Topitude et peu à peu, il a équipé chaque plan de travail d’un petit ordinateur auquel chaque Schtroumpf devait se relier. A chaque séance de dégustation, le Topissime prenait un peu de l’énergie vital de chaque petit Schtroumpf (à leur insu) et s’en servait à ses propres fins. Le complexe s’est transformé en un camp de travail déguisé. Les petits Schtroumpfs endoctrinés n’y ont vu que du feu.

Au village, le Topissime était odieux. Il dénigrait chaque initiative individuelle, prétextant que chaque Schtroumpf avait en lui une part d’opportunisme. Il s’est juré de ne jamais s’abaisser à faire comme eux. Quand il tombait sur des feuilles de salsepareille avariées et qu’il sentait la nausée lui monter à la gorge, il prenait vite ses jambes à son cou pour venir vomir dans les toilettes de la Schtroumpfette. Il a pris un malin plaisir à le faire à n’importe quel moment de la journée… et pendant longtemps…

En parallèle, le Topissime capitalisait et stockait des quantités folles d’énergie vitale. Cela lui permettait d’accroître ses capacités hypnotiques sur les Schtroumpfs pour les contraindre à passer davantage de temps à Topitude. Il a tenté de soudoyer la Schtroumpfette en lui proposant de lui faire don de trois gros sacs d’énergie vitale… le prix exact demandé par le Schtroumpf Estetik pour procéder à une ablation de la bouche (il aurait été démontré que le bleu de la peau d’un Schtroumpf sans bouche serait plus lumineux que le bleu d’un Schtroumpf qui parle).

La Schtroumpfette a refusé. Le ton est monté au village. Le village Schtroumpf est rentré dans la période la plus sombre de son histoire, la Schtroumpfette est partie longtemps se reposer à Schtroumpfs-les-bains mais sa maison lui manquait. Elle a décidé de revenir au village. Le Topissime n’était pas content de la voir revenir. Il a demandé aux Schtroumpfs de choisir entre lui ou elle mais les Schtroumpfs ont refusé, expliquant que tout le monde avait sa place. Puisque la Schtroumpfette expliquait qu’elle voulait rester, le Topissime a déclaré d’un air grave « Alors je pars ! ». Et il est partit, laissant les Schtroumpfs un peu éberlués.

Topissime s’est emmuré à Topitude. Pour simplifier les choses – et parce qu’elle expliquait de moins en moins ses heures passées à Topitude… les récoltes de salsepareille n’étant pas si énormes que ça – la Schtroumpfette a informé le Topissime qu’elle ne contribuerait plus aux interminables heures de dégustation de salsepareille (d’autant que Topitude n’a finalement jamais permis de régler le problème de salsepareille avariée). Elle lui a fait une longue lettre qui est encore dans les archives de la bibliothèque du village.

Le Topissime est devenu fou et a accusé la Schtroumpfette de l’avoir chassé du village. Il a juré qu’il le lui ferait payer. Il a fait construire un autre village à côté de Topitude. De fait, Topitude est maintenant à mi-chemin entre les deux villages. Mais les Schtroumpfs les plus dégourdis savent très bien qu’ils peuvent se déplacer librement sur tout le territoire Schtroumpf… contrairement à ce qu’à toujours prétendu le Topissime.

La Schtroumpfette continuait ses balades quotidiennes dans la forêt. Elle y apercevait parfois le Topissime en pleine battue. Il avait mis en place des chasses de Schtroumpfs sauvages qu’il installait ensuite dans le nouveau village.

Aujourd’hui, la paix est revenue dans les esprits schtroumpfs… en apparence du moins. Tous les anciens Schtroumpfs étaient d’accord pour dire que ce qui s’était passé au premier Village ne devait pas en sortir. Que c’était une autre époque et que la période tumultueuse du Village fondateur appartient aux habitants de ce village. Mais Topissime n’avait pas la même opinion et aujourd’hui encore, il en  parle aux nouveaux arrivants du Village-Neuf. Il en fit une légende et transforma beaucoup de choses, faisant en sorte de s’octroyer de doux sobriquet de Schtroupfméro.

Aujourd’hui, beaucoup de Schtroumpfs connaissent la fausse histoire de la Schtroumpfette. La Schtroumpfette ne sait pas les quantifier. Nombreux sont ceux qu’elle ne connait même pas !! Cette dernière le découvre régulièrement en lisant la Gazette-Schtroumpf ou parce qu’il y a toujours des petits Schtroumpfs sceptiques qui viennent frapper à sa porte en lui demandant des conseils avant de signer leur contrat à Topitude. La Schtroumpfette s’en étonne régulièrement…

Voilà… j’imagine que vous n’avez pas la même version. C’est souvent un grief que l’on fait des interprétations que Disney a imposé sur les contes des frères Grimm… Et même moi ! Je suis sûre que mon grand âge m’a fait oublié quelques détails fameux de La Légende du Village Premier 😉

notes zik

Merci de veiller au RESPECT des échanges sur les blogs.

Merci de ne pas vous approprier une HISTOIRE qui n’est pas la vôtre.

Merci de ne pas vous positionner dans un DESACCORD qui n’est pas le vôtre et dont vous ne maîtriser ni les tenants, ni les aboutissants.

Merci de vous laisser la liberté de vous faire VOTRE propre OPINION sur moi et les motivations qui me poussent à bloguer, que vous soyez blogo-lecteurs, éditeurs… à plume ou à poils !

Merci d’échanger tout simplement.

Merci de mettre en action votre bon sens.

Merci d’ouvrir les yeux sur les comportements de certains blogueurs.

Merci d’animer votre blog selon vos envies.

Merci d’être vous… tout simplement !

Publicités

56 commentaires sur « Humeur quand tu nous tiens… »

    1. Merci Val
      Prendre parti ? Pour quoi faire ?? J’avais juste besoin de témoigner de mon expérience du Village-Premier car c’était important à mes yeux 😉

      J'aime

        1. J’avais compris 😉 Parce que ça ne ferait de toute façon pas avancer le schmilblick de faire des « clans ». Gardons notre énergie pour les Lotos 😀

          J'aime

  1. Honnêtement je ne suis pas du tout déçu par ton billet d’humeur, comme je m’y attendais tu ne te contentes pas simplement de régler tes comptes, en disant un tel m’a fait ci ou ça, c’est un gredin alors boycottez le (comme on peut le voir parfois). Tu exprimes bien ton ressenti et on voit bien que la situation n’est pas facile pour toi, mais ça ne t’empêche pas de garder la tête haute et de nous pondre un joli petit pavé qui exprime bien tout et qui invite à la prudence (laquelle est toujours de mise) lorsqu’on est dans le joyeux monde des Schtroumpfs de l’Internet.

    En plus tout est fait avec des références BD, vraiment la grande classe, je te tire mon chapi miss’

    Continue à nous faire partager tes coups de coeur et tes déceptions BD en faisant fi des critiques à ton encontre (je sais bien que c’est pas toujours évident), garde que le meilleur, à savoir les bons échanges avec tes papotrices et papoteurs de commentaires ^^

    Nous on t’aime bien quand même « méchante » schtroumpfette lol

    J'aime

    1. Je suis toute bouleversifiée en lisant ton commentaire ! Venant d’un Schtroumpf du Village-Premier en plus, ça m’émeut
      Désolée de vous embêter encore et encore avec cette légende mais j’en avais raz-les-couettes des passages à l’acte du Topissime !

      J'aime

      1. Techniquement je suis pas forcément du Village-Premier, le cracoucass avait déjà fait ses ravages à mon arrivée lol. Mais je sais que la situation pesait déjà à la petite schtroumpfette que tu es.

        En bon schtroumpf asocial (oui je sais il existe pas, mais il me correspond bien vu qu’il sort rarement de sa grotte xD), je suis pas au courant des dernières exactions du topissime à ton encontre. Mais voir que ça dure toujours même après tout ce temps (alors que je sais que tu n’es pas du genre à jeter de l’huile sur le feu), je comprends que ça te pèse et que ça te mine, mais il ne faut pas.

        Ton texte est super comme je l’ai dit précédemment et faut juste que tu continues à faire ce que tu sais si bien faire avec plaisir, à savoir : parler de 9eme art avec toutes les schtroumpfettes et les schtroumpfs bavard(e)s (ou pas d’ailleurs) qui viennent visiter ta petite chaumière pour t’écouter parler de tes lectures diverses et variées.

        Même si je suis loin d’être un gros bavard dans ton repaire, je sais que je peux toujours y venir même lorsqu’on a pas forcément eu le même avis sur des lectures et que je serai toujours bien accueilli quand même et c’est justement ça qu’est chouette par chez toi.

        On peut y discuter et échanger dans le respect et la bonne humeur, et ça ça n’a pas de prix (pour tout le reste il y a euroschtroumpf masterchtroumpf ^^)

        Donc continue comme ça et reste comme tu es 😉

        J'aime

        1. Mais c’est qui me ferait monter les larmes aux yeux !! Atta, je mets mes nunettes pour te répondre 8)
          Merci Schtroumpf jovial, je t’ai rebaptisé en ton absence 😉

          J'aime

        2. Meuh non faut pas avoir la larmichette pour ça et surtout il ne faut pas mettre de lunettes au pays des schtroumpfs, c’est trop dangereux !!! C’est un coup à se prendre des gnons et à se mettre à parler d’un ton docte en disant à tout bout de schtroumpf que le Grand Schtroumpf a dit ci ou ça et qu’il faut toujours l’écouter car il a toujours raison voyez-vous !!

          Ah ben c’est malin ça, on s’absente deux minutes et on se fait rebaptiser, va pour jovial alors, mais c’est bien parce que c’est toi qui le dit schtroumpfette xD

          J'aime

        3. Ah oui c’est vrai. Tiens d’ailleurs pour parler du Schroumpf à lunettes (du vrai de Peyo cette fois), j’étais surprise de voir, en relisant les albums, les différents noms qu’il avait eu : Schtroumpf moralisateur, Schtroumpf à lunettes, le Schtroumpf arbitre parfois aussi

          J'aime

        4. Au moins il a pas eu droit au sobriquet du Schtroumpf casse-schtroumpf (qui est ce qu’il est aux yeux des autres lol). En tout cas c’est trop fort, j’ai pensé à toi cet aprem au boulot quand on nous a rendus les albums suivants : Le schtroumpfissime, le schtroumpf noir et les schtroumpfs et le cracoucass xD

          Faut-il y voir un signe du destin ? mdr

          J'aime

        5. Ça, j’imagine qu’il y a plus d’un lecteur qui l’appelle le Schtroumpf Casse-Schtroumpf… trop tentant. En tout cas à la maison, on le fait ^^
          MDr avec ton commentaire. Quand la fiction surgit dans la réalité. Ça a du te faire bizarre sur le coup ^^ tu as cherché la caméra ?? 😛

          J'aime

        6. Je la cherche toujours mais je l’ai pas encore trouvée lol. Mais c’est clair que ça m’a fait bizarre de les voir surgir alors qu’on en a parlé le matin même xD.

          Pour moi c’est un signe que t’as bien fait de faire ça et je rejoins Lunch dans un de ses comms’, faut que tu continues à nous faire tes articles de qualité qu’on prend plaisir à lire (je commente rarement donc je peux pas le rejoindre là dessus par contre ^^’), les critiques et le reste des trucs pas cool, tu t’assois dessus 😉

          J'aime

    1. Oui, je n’avais pas jugé utile de te parler de tout ça ! L’histoire continuera de t’échapper car je ne la raconterai pas souvent. Juste lorsque ce sera mon tour, comme aujourd’hui, de proposer l’histoire du soir aux petits schtroumpfs. C’est à dire une fois tous les 187 ans… 😀

      J'aime

  2. Je me demandais ce que c’était que cette histoire de Schtoumpfs 😆
    Entièrement d’accord avec ta conclusion. ¨Par chance je ne suis jamais confrontée aux mauvais côtés de la blogo, et quand ça se passe chez les autres je ne suis jamais au courant non plus (grand bien me fasse)

    J'aime

    1. Et pourvu que cela reste comme ça !! Loin de moi l’idée de me lancer dans la chasse aux schtroumpfs, je te rassure. Vive les schtroumpfs libres 😆 (bon, j’ai du mal à arreter de parler schtroumpf pour le coup… ^^)

      J'aime

  3. Bon, il m’a fallu un moment pour essayer de relocaliser les Schtroumpfs (ça doit être parce que je lis beaucoup de mangas 😉
    En cliquant sur le lien de la bibliothèque (forcément tentant), ça a un peu éclairé ma lanterne (et sans me positionner parce que je n’ai pas suivi l’histoire, il se trouve que j’ai sans doute quitté la récolte de salsepareille collective et comparative pour des raisons similaires…).
    Joli texte en tout cas.

    J'aime

    1. Ah, et bien voilà un pan de l’histoire de Topitude que je ne connaissais pas ^^
      De mon côté, je devrais peut-être me remettre un peu plus aux mangas parce que la salsepareille que j’ai mangé au petit-déjeuner m’a fait complètement dérapé sur la chronique que j’avais prévu de présenter aujourd’hui ! 😆

      J'aime

      1. Je m’aperçois que je ne pense jamais à venir voir s’il y a des réponses aux commentaires… 😉 En ce moment je suis dans une série de manga sur le pain empruntée à la médiathèque.

        J'aime

        1. Oui, et je crois me rappeler que tu avais proposé une chronique sur le premier tome de la série 😉 Je ne me rappelle plus le titre de la série en revanche. Une petite visite chez toi s’impose ! ^^

          J'aime

  4. Je suis fière de toi Mo’, même avec une irritation à la gorge et un sein coupé (la faute au flipbook), tu as dit ce que tu avais dans les tripes sans pour autant jeter l’opprobre et envenimer les choses (salsepareille non comestible ou pas).

    Je suis du « village-premier » même si à l’époque, j’avoue, j’étais bien moins investi qu’actuellement et j’ai un peu suivi ça de loin.
    Je ne suis en froid avec personne. Je regrette, surtout, que les piques fusent et l’effervescence de ces derniers jours sur la toile. Je pense qu’il y a des façon plus douces et adéquates que d’autres pour exprimer un froid, que le plus intelligent reste le silence et le respect de l’autre, même quand on ne s’aime pas.
    C’est bien d’avoir pris la plume pour extérioriser cette colère sourde et surtout incomprise des gens. En espérant que ce petit texte éclairera les lanternes et guidera ce conflit si ce n’est vers l’apaisement, au moins vers l’intériorisation et l’indifférence.

    Comme on dit : « La parole est d’argent, le silence est d’or ».
    Espérons qu’il demeure.

    J'aime

    1. Voilà. Qu’on n’en entende plus parler.
      Mais là, je ne pouvais plus. Ça fait trois ans que je la mets en sourdine et je veux bien être gentille mais un moment, faut pas pousser mémé dans les orties non plus.
      Après, voilà… advienne que pourra. Mais plutôt que de diffuser ma verve à tout va, en IRL ou bien sur les blogs de Pierre, Paul ou Jacques, ben je pose mon paquet ici, dans son ensemble. C’était un peu délicat parce que c’est aussi de ma propre initiative et je ne voulais pas embarquer l’équipe dans cette prise de position.
      Je n’ai jamais demandé à personne de se positionner pour l’un ou pour l’autre et ça n’est pas aujourd’hui que je vais commencer. Mais de mon point de vue, et vue que je suis finalement la seule visée, continuer à faire « comme si de rien n’était » était juste devenu impossible.
      Alors le silence oui et je vais y revenir. Mais comme j’ai un peu de fierté à l’égard de ma propre personne…

      J'aime

      1. Ce n’était pas du tout un reproche à ton égard. Tu t’es tue pendant 3 ans.
        Maintenant, espérons que le soufflet redescende pour tout le monde, et qu’il ne reprenne pas vie.

        J'aime

        1. L’espoir fait vivre ! Regardes, combien de fois j’ai pensé arrêté le blog à cause de ça et que finalement, 3 ans après, il est toujours là 😛

          J'aime

        2. Ben encore heureux !
          Ce serait vraiment donner raison à ce genre de comportement que d’arrêter pour ça. Et puis ce serait aussi dommage tant le contenu de ton blog est intéressant avec des propos pertinents… Sinon je n’y commenterais pas autant 🙂

          J'aime

        3. Merci 😉
          Et puis, on verra bien de quoi seront faits les prochains mois ! La mer est très calme ici pour le moment. Je suis très contente de ça mais j’avoue être un peu surprise tout de même ^^

          J'aime

  5. Je n’ai pas du tout suivi mais tout ce que je peux dire c’est que je déteste les conflits surtout quand tu ne les as pas engendrés alors je te comprends : parfois on a besoin de dire les choses. Tu les as très bien dites!

    J'aime

    1. Et pourtant… désolée d’avoir finit par mettre en ligne un article déballant cette histoire, lassée de subir des piques depuis plus de trois ans, contrariée de ne rien pouvoir en dire car je ne peux pas prendre le blog des copinautes en otage (exception faite cette semaine, car je savais que les commentaires étaient soumis à l’approbation du blogueur qui l’anime)… marre de plein de trucs en fait ! J’appréhende que le gens ne concluent trop rapidement au fait que j’ai tiré la première alors que j’estime avoir droit de parole sur la question.

      J'aime

  6. Moi, je suis toujours complètement à l’ouest sur les guéguerres entre blogueurs mais cette histoire de Schtroumph me donne quelques pistes de ce qui peut se passer et je comprends tout à fait que tu aies envie de te défouler.
    C’est malheureux d’être victime d’acharnement gratuit et il doit être assez difficile, en effet, de lâcher prise et de tourner une page.
    En tous les cas, j’espère que toute cette histoire va se terminer et que tu vas avoir la paix; car, tu le sais, j’aime bien quand tu râles mais je préfère vraiment quand tu râles pour de faux 🙂
    Bises

    J'aime

    1. Moi aussi je suis à l’ouest concernant ce genre de truc. Je serai incapable d’en citer. Après, le terme de « guéguerre » signifie pour moi que c’est entretenu des deux côté. Là, c’est pas franchement le cas sauf depuis mon billet d’humeur ou oui, j’ai alimenté. Mais bon, les phrases sournoises depuis 3 ans, dans les articles que Machin-Truc écrit, dans les commentaires que Machin-Truc dépose à droite et à gauche… personne ne lui a dit un moment de la mettre en sourdine. Je m’attendais pas à obtenir du soutien supplémentaire en pondant cet article, je ne m’attendais pas non plus à avoir des masses de retour. Un écrit ouvert comme ça, je pensais que les copains de kbd pourraient éventuellement repréciser des choses que j’ai moi même interprété mais sans plus.
      C’est pourquoi, un retour comme le tien, celui d’Enna, de Val, de Zazimuth, de Nahe, de Natiora, de Loula, ça me touche d’autant plus.
      Je crois qu’un moment, on peut dire à quelqu’un qu’il déconne sans forcément être blessant. On peut lui demander de passer à autre chose sans forcément le violenter. Parce que je ne suis pas certaine que les gens soient dupes non plus sur ce sujet.
      C’est d’autant moins facile pour moi de lâcher prise parce que je ne comprends absolument pourquoi il a ce type de comportement. La blogo est suffisamment vaste pour que chacun y trouve son compte. On ne se sent pas en adéquation avec les affinités littéraires d’un blogueur ? Ma foi, on n’est pas obligé de visiter son blog, ni de lui déposer de commentaires. Personne ne fait d’ombre à personne et chacun peut faire son petit bonhomme de chemin tranquille. Il me semble qu’il y a de la place pour tout le monde… Enfin c’est mon avis. Donc l’attitude de l’internaute que je dénonce m’échappe totalement. Je ne comprends pas du tout ce qu’il cherche à faire !

      J'aime

      1. On peut éventuellement repréciser les choses si besoin même si c’est une affaire de villageois. De toute façon les archives de cette période sont assez probantes dans le glissement d’une entente vers une « impossibilité de vivre ensemble ».
        Après ce sont des choses qui arrivent. Mais la manière de poser les choses fut discutable.
        Je n’irais pas plus loin… si besoin on en reparlera.

        J'aime

        1. J’aimerai pouvoir archiver définitivement le dossier en fait 🙂 Si 2014 pouvait permettre ça, ce serait franchement bien ^^

          J'aime

      2. Je dois avouer que je ne comprends pas non plus se motivations et je présume que son seul carburant est la jalousie (mais là, je parle sans connaissance de cause… j' »hypothétise » juste).
        Je présume que tu as déjà du lui parler pour comprendre ses agissements et si tel est le cas,force est de constater qu’il ne s’arrêtera pas, hélas, malgré de billet d’humeur.
        Je me mêle de ce qui ne me regarde pas mais es-tu passée par une phase où tu l’ignorais complètement ou réagis-tu suite aux commentaires que tu vois sur les blogs des autres ? ça marche avec les gamins,…. ça doit marcher avec les adultes non ? 🙂
        Sinon, bah, je souhaite sincèrement que la page puisse se tourner et que tu retrouves une sérénité et un plaisir à maintenir ton blog et à parcourir ceux des autres sans péter une durite.
        Bon courage, quoi !

        J'aime

        1. Oh ben oui, j’ai tenté de causer mais le ton monte rapidement et il finit toujours par un « de toute façon je t’aime pas » (et truc où il n’est pas nécessaire d’avoir inventé les choses pour le deviner ^^)
          Il y a eu de looooongues phases où j’ignore (là, avant mon coup de gueule, ça devait faire un an que je passais outre). L’année dernière où il y a deux ans (je ne sais plus, il m’a taggué. Un truc très sympa et puis rapidement, je m’en suis repris plein la gueule. Attitude spéciale quoi. Bon, silence radio chez moi, je ravale ma fierté depuis quand je le vois commenter de temps en temps. Et ces derniers temps, il a monté d’un cran dans le fait de jeter l’huile sur le feu. Pas compris pourquoi. Il y a eu une interview qu’il a accordé où il est revenu sur « mon cas » (ce sont mes mots) sans me citer mais on sentait le dérapage proche. J’ai voulu remercier de ne pas avoir dérapé mais l’échange a viré en un grand n’importe quoi. Et puis ces deux dernières semaines, depuis que j’ai lancé mon tag en fait, je le vois se permettre des choses un peu méprisantes. C’est comme ça que j’ai appris qu’il utilisait ses rencontres IRL pour diffuser son venin.
          Après, intervenir sur les blogs des copains pour l’arreter : non. Je l’ai fait en début de semaine en veillant à ne pas etre agressive. C’était possible car les commentaires sont soumis à la validation du blogueur chez qui j’ai déposé. Mais sinon, je trouve que ça n’est pas respectueux de la personne chez qui les commentaires sont adressés. Ce n’est pas à quelqu’un qui n’a pas été là du temps du clash à arbitrer les choses. Commenter chez lui : encore moins. Et lui sur mon blog : comprends-tu qu’une visite de blog est une visite de trop et que cela me permettrait de le dépasser dans les classements ?? ^^
          Je sais pas quoi faire en fait ^^ Ce billet me permettait de poser aussi les choses telles que je les ais vécues. Un moyen de remettre les points sur les « i », de montrer aussi que mon départ de Topitude n’était pas la résultante d’une simple humeur mais quelque chose que je réfléchissais de longue date. Il s’avère que simultanément au clash, j’ai demandé à quitter Topitude. Recevant des mails assez désagréables, je ne voyait pas l’intéret de maintenir le liens pour me faire pourrir à chaque fois que j’envoyais des notes. Sa réaction a été surprenante car vu le nombre de contributeurs, je ne pense pas que la présence ou l’absence d’UNE SEULE personne change beaucoup de choses. J’ai demandé à ce que mes notes soient annulées parce que je ne vois pas l’intéret de continuer à influencer une initiative à laquelle je ne contribue plus. Bref, il me semblait que mon positionnement était argumenté.
          En gros, je ne sais plus quoi faire mais je pense que je vais payer cher pour ce billet schtroumpfant. Après, ce billet schtroumpfant m’a permis de mettre les choses à plat. Donc je ne regrette pas de l’avoir fait.

          J'aime

        2. Si les personnes qu’il côtoie IRL ou via ses blogs sont suffisamment intelligentes, elles seront capable de faire la part des choses, sinon c’est qu’elles ne valent pas la peine de s’attarder dessus.
          Euh … mis à part de te conseiller de l’ignorer, je ne suis pas très inspirée car je ne suis pas très psychologue,
          Un Câlin Schtroumph, ça te fait du bien ?

          J'aime

        3. Oui oui, on va parler d’autres choses. Je crois qu’on a fait le tour de toute façon 😉 Fais péter ton câlin ! 😀

          J'aime

        4. 😆
          Cool, de la tendresse ^^
          Vu mon temps de réaction pour te répondre, je m’en vais te souhaiter une très bonne semaine ! 😀 Le week-end était fort sympathique quoiqu’un peu fatiguant ^^

          J'aime

  7. Voilà un billet de haute voltige qui prouve que tu maitrises à merveilles l’art de la métaphore !
    Je ne suis qu’une petite schtroumpfette de rien du tout mais je ne regrette pas de n’avoir jamais cédé l’appel du hargneux ! Moi je dis qu’il n’y a rien de tel que la liberté et le plaisir dans ce que l’on fait. Et c’est pour ça que je continue de rester tant bien que mal dans le village des schtroumpfs : pour sa tolérance, sa patience et ses échanges chaleureux. Merci Mo’ d’être celle que tu es. 🙂 Ne change pas et continue de faire ce que tu aimes en faisant fi des cons.

    J'aime

    1. Une devise qui me convient parfaitement. J’arrive assez bien à conchier les cons habituellement, ça devrait être dans mes cordes 😉 Merci… ça fait quand même du bien « d’appeler un chat : un chat » 😆

      J'aime

    1. Succulent ? Ah, c’est une bonne chose ^^
      Grosso modo, je râle. Je me suis fait les nerfs sur cet article, certains comprendront tout d’autres pas mais tout ce qui compte, c’est bien la conclusion de cette histoire 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s