Paul à la campagne (Rabagliati)

Rabagliati © La Pastèque – 2013
Rabagliati © La Pastèque – 2013

Quoi de mieux qu’une réédition pour fêter le 15è anniversaire de la naissance d’une série ?

C’est à cette occasion que La Pastèque a décidé de mettre les petits plats dans les grands et de (re)proposer la découverte de cet album paru pour la première fois en décembre 1999. C’est une aubaine. Alors que l’ouvrage comportait initialement 48 pages, le lecteur profite désormais d’une édition agrémentée d’une préface de l’auteur ; ce dernier y explique la genèse de Paul et la complète de quelques croquis préparatoires de… 1998.

L’histoire est simple : le narrateur part en vacances chez son père. Il est accompagné de sa femme et de sa fille. Dès le début du voyage, les souvenirs affluent. On oscille en permanence entre passé et présent. On le voit tour à tour enfant, adolescent ou adulte, au gré de l’anecdote qu’il souhaite aborder.

Michel Rabagliati puise dans sa propre histoire pour nourrir et construire les récits de cette série. On est là dans un quotidien simple, profitant de moments passés en famille, de souvenirs qui remontent à la période de l’enfance et de l’adolescence. La nostalgie parsème l’ouvrage d’une tendresse agréable et chaleureuse.

Les mots d’enfants de l’attendrissante Rose, fille de Paul, sont autant de vecteurs qui incitent auteur, narrateur et lecteur à laisser affluer leurs souvenirs, à piocher goulument dans sa mémoire pour en extraire quelques morceaux de choix.

L’ouvrage contient un second récit : Paul apprenti typographe. Cette fois, on prend la mesure de la relation privilégiée qui existe entre Paul et son père. En effet, ce dernier sensibilise son fils à sa passion dont il a fait son métier. Initialement, cette seconde histoire était destinée à compléter « Paul à la campagne » (qui ne fait que 28 pages) et ainsi augmenter la pagination du premier album. Il a également permit à Michel Rabagliati de tester et de vérifier le plaisir qu’il pouvait avoir à faire de la bande dessinée.

Le propos est spontané, il glisse au gré de la pensée avec fluidité. Le récit se construit d’entrelacs, enchevêtrant passé et présent, avançant par association d’idées ; un geste, la vision d’un oiseau ou d’un arbre, un ruisseau… des petits riens dont se saisit l’auteur pour laisser filer ses pensées. Les scènes s’imbriquent les unes aux autres, se donnent la réplique. Enfin, l’emploi d’expressions typiquement québécoises donne aux dialogues un côté dépaysant pour le lecteur de métropole.

Nouveautés : le format de l’album (assez grand : 29,2 x 39,3 cm) et le fait de découvrir cette fois un univers coloré alors que jusque-là, Paul était en noir et blanc. Des couleurs toniques renforcent la convivialité de cet univers d’auteur. Elles portent à merveille ce quotidien sucré-salé présenté avec beaucoup de simplicité. Le tout est servi par un dessin rond qui accroît la douceur de l’univers et porte parfaitement la nostalgie induite par l’évocation de souvenirs de l’enfance.

PictoOKMa première rencontre avec Paul (Paul en appartement) m’avait laissée sur ma faim, ne répondant pas aux attentes que je pouvais avoir et m’offrant seulement le côté divertissant et frais d’une lecture.

Cette fois pourtant, je me suis laissée convaincre. Les propos que David ont pris tout leur sens (je suis allée relire ses chroniques de Paul au parc et du duel d’anthologie de Paul vs Atar Gull). Je ne suis pas loin du coup de cœur et j’ai la certitude que je reviendrais à l’avenir vers cet univers personnel avec beaucoup de plaisir et sans aucune appréhension.

Un bel objet-livre qui contient un récit vivant, drôle et généreux.

Une lecture que je partage avec avec Mango !

Logo BD Mango Noir

Paul à la campagne

[Edition 15è Anniversaire]

Tome 1

Série en cours

Editeur : La Pastèque

Dessinateur / Scénariste : Michel RABAGLIATI

Dépôt légal : novembre 2013 (août 2014 pour son arrivée en France)

ISBN : 978-2-923841-47-2

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Paul à la campagne – Rabagliati © La Pastèque – 2013

Publicités

40 commentaires sur « Paul à la campagne (Rabagliati) »

    1. Je pense qu’elle te plairait. Réellement rafraichissante. Les albums sont inégaux en revanche. On m’avait prévenue et rien qu’en comparant le ressenti que j’ai eu à l’égard de cet album et du précédent que j’avais découvert (Paul en appartement), j’en prends la mesure 😉

      J'aime

  1. Franchement, ce genre de chronique le matin ne peut qu’embellir la journée. Content que tu ais réussi à entrer dans cette série.
    Je suis un total aficionados de Paul, bon ça tu le sais. Mais il m’a fallu deux ou trois lectures pour tomber complètement amoureux de cette série.
    Pour continuer, je te conseille de lire « Paul a un travail d’été ». Je trouve qu’il y a un lien indirect avec Paul à la Campagne.

    J'aime

    1. Merci d’avoir insisté en tout cas. Je suis pas certaine que j’y serais revenue sinon. Je vais voir pour me procurer celui que tu indiques
      Merci David 🙂

      J'aime

  2. Pfff, il n’y en a qu’un de dispo à la médiathèque (Paul dans le métro). Sympa mais sans doute pas le meilleur de la série. Ce Paul à la campagne me tente beaucoup plus, je vais finir par craquer et me l’offrir.

    J'aime

  3. Je le dis partout mais je suis une vraie fan de Paul ! J’ai acheté cette réédition aussi et elle est dédicacée en plus 🙂 Mes 2 préférés ? « Paul a un travail d’été » et « Paul à Québec » !

    J'aime

        1. On dirait bien…
          Mais je vais quand même attendre de le lire avant de vous rejoindre. C’est plus sûr… j’ai toujours l’expérience Kalesniko en tête 😛

          J'aime

  4. Comme je l’aime ce Paul! J’ai commencé par la fin ( dernier en date mais qui raconte ses débuts) et maintenant j’ai envie de lire tous les albums le concernant et je crois que le premier est celui que tu présentes  » à la campagne ». J’adore découvrir de nouvelles séries comme celle-ci! 🙂

    J'aime

    1. Oui, « Paul à la campagne » est l’album avec lequel la série a démarré.
      Quant à moi, mon premier essai n’avait pas été concluant. J’ai bien envie de poursuivre ma découverte mais je ne suis pas certaine de relire « Paul en appartement ».
      En tout cas, je suis contente d’avoir enfin « rencontré » ce Paul. Ça me permet de comprendre pourquoi il y a un tel engouement autour de ce personnage. Je serais aussi curieuse de voir ce que donne l’adaptation ciné qui est en cours de réalisation actuellement

      J'aime

  5. Ahh Paul …
    Mon premier Paul a été « Paul à Québec » et j’avais aimé (beaucoup) mais je n’avais pas encore eu le coup de foudre dont tout le monde me parlait…
    Puis il y a eu « Paul dans le métro », « Paul en appartement », « Paul à la campagne », « Paul a un travail d’été », et « Paul à la pêche » (tu remarqueras peut-être encore ma tendance à tout lire dans le désordre…) et puis, à chaque nouveau volume, j’étais de plus en plus amoureuse de Paul, de ses histoires, de la façon dont Rabagliati nous parle des petits riens de la vie, de ma chère ville et ma chère province d’adoption, des histoires de familles, du travail… etc
    Maintenant, je suis une fan finie…
    D’ailleurs, j’ai hésité bien gros quand j’ai vu cet été ce magnifique volume ! La taille, les couleurs, le plaisir de me replonger dans cette histoire … Comme je suis forte, j’ai résisté et je me suis dit que je le prendrai à la biblio mais impossible de mettre la main dessus. Un jour, un jour !

    Donc, pour toi les couleurs apportent un plus ?

    J'aime

    1. Difficile de dire pour les couleurs. Le premier « Paul » que j’ai lu était en noir et blanc et je n’ai accroché que moyennement. Là, je découvre la couleur mais le récit est plus prenant, plus mélodieux, que « Paul en appartement ».
      Après, c’est très rafraîchissant mais est-ce dû à la nostalgie des souvenirs ou à la couleur ?? Je ne sais pas. Quoi qu’il en soit, cet album s’y prête très bien. J’ai profité de tout.

      J'aime

        1. Tu me diras 😉 Parce que là, je me rends bien compte que je n’ai pas le recul nécessaire pour répondre correctement à ta question

          J'aime

    1. J’ai profité de la réédition du tome 1 pour le découvrir. Je me disais qu’en prenant le personnage « à la source », j’avais de meilleures chances de l’investir. Pas mécontente pour le coup. Reste à savoir si l’impression se confirmera pour les autres tomes maintenant… ^^

      J'aime

  6. J’avais lu « Paul au parc » sans comprendre l’engouement pour ce jeune homme… Peut-êtr efaut-il que je persévère avec celui ci, la couleur est un argument valable en plus !

    J'aime

    1. En couleurs oui. Et je te jure que je n’ai consommé aucune substance 😀
      Du coup, je ne sais pas encore si la couleur a fait la différence mais ce Paul-là m’a vraiment plu alors que ma précédente (et unique… à l’époque) tentative de le découvrir ne m’avais pas du tout emballée

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s