La Chair de l’Araignée (Hubert & Caillou)

Hubert – Caillou © Glénat – 2010
Hubert – Caillou © Glénat – 2010

Elle est maigre comme un fil et consulte régulièrement un psychiatre pour une maladie qu’elle nomme désormais sans difficulté : anorexie.

Il est maigre comme un fil et consulte le même thérapeute, pour la même raison.

Un jour ils se croisent dans la salle d’attente du cabinet. Un regard échangé, tout juste appuyé. Mais ils se sont reconnus. Elle l’attend à la sortie, premiers mots échangés et quelques semaines plus tard, ils saisissent une opportunité pour vivre en colocation.

L’anorexie. Un sujet épineux et complexe. Ce n’est pas simple de parvenir à avoir un discours clair sur la question sans éluder la complexité de cette maladie. C’est le défi que c’est lancé Hubert (Miss pas Touche, Beauté, Le Legs de l’Alchimiste…) ; il l’a relevé sans difficultés apparentes, du moins c’est l’impression que cela m’a donné. Il signe ici un scénario impeccable, sans larmoiements inutiles. Il décrit le quotidien de deux jeunes gens, un garçon et une fille qui apparaissent comme les deux facettes d’une même maladie. Bien que construites différemment, leur obstination est la même : celle d’atteindre une maîtrise de leur corps et de ses besoins vitaux, un certain contrôle de leur libido. Une obsession dont ils perçoivent les effets pervers mais qui les hypnotisent réellement.

Le scénario prend le temps de décrire leurs angoisses mortifères qui se manifestent différemment chez chacun des protagonistes. Pour le jeune homme, il s’agit notamment de se protéger de cette étrange période nocturne durant laquelle ses démons refont surface. Pour la jeune fille, tout est calcul, le moindre petit pois ingurgité représente une quantité précise de calories… au gramme près, elle élabore ses menus. Et puis il y a cet ailleurs thérapeutique où ils peuvent livrer auprès du soignant les pensées qu’ils enfouissent habituellement au plus profond d’eux-mêmes.

Pour ces deux  et où cet espace thérapeutique dont ils parviennent, lentement et maladroitement, à s’approprier quelques repères et quelques pistes de réflexion pour se protéger davantage des effets pervers de la maladie.

Au dessin, Marie Caillou opte pour la sobriété sans qu’elle ne soit austère. Des choix de couleurs discrètes où dominent bleus et marrons, quelques pointes de vert et un soupçon de rouge venant agrémenter le tout. Une ambiance graphique propice à nous guider durant la découverte de cette période particulière dans la vie des deux jeunes adultes anorexiques. Leur rencontre dans le cabinet du psy va donner lieu à une amitié ambiguë. A deux, ils apprennent à se soutenir malgré l’effet nocif que peut avoir leur promiscuité. Il y a là quelque chose de paradoxal dans ce lien qui les aide pourtant, le temps de leur cohabitation, à sortir de l’isolement dans lequel tous deux s’enfermaient jusqu’alors. Leurs mal-êtres se font écho.

PictoOKUn album qui aborde avec pudeur et sans aucun préjugé la question des troubles du comportement alimentaire. L’anorexie est ici un personnage à part entière et vient imposer ses humeurs au scénario, des soubresauts tantôt mélancoliques tantôt plus optimistes. A lire.

A lire, les chroniques de Cathia, Sébastien Naeco (site toujours en ligne), Julien Meyrat.

Du côté des challenges :

Petit Bac 2015 / Animal : araignée

PetitBac2015

La Chair de l’Araignée

One shot

Editeur : Glénat

Collection : 1000 Feuilles

Dessinateur : Marie CAILLOU

Scénariste : HUBERT

Dépôt légal : octobre 2010

ISBN : 978-2-7234-6493-2

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Chair de l’araignée – Hubert – Caillou © Glénat – 2010

Publicités

13 commentaires sur « La Chair de l’Araignée (Hubert & Caillou) »

    1. Je ne sais plus chez qui j’avais noté ce titre ni à l’occasion de quel partage. En tout cas, j’appréhendais un peu. Le sujet n’est pas évident à traiter et les auteurs le font de manière pertinente

      J'aime

    1. C’est fort oui mais le propos n’agresse pas. Le dessin aide beaucoup je crois. J’aime beaucoup ce style qui me fait un peu penser aux pub des années 50′. On ne voit pas les corps efflanqués, il y a très peu de scènes où les personnages sont totalement nus et même dans cette situation, la maigreur reste suggérée. C’est très bien fait 😉

      J'aime

    1. … le dessin par contre sert parfaitement le propos. Il permet aussi de créer une ambiance dans laquelle on s’immisce facilement. On n’est ni juge ni parti, on se contente de les accompagner sans pour autant rester dans une position de spectateur « inutile ». Essayes de le lire, vraiment 😉

      J'aime

    1. Bien aimé cette album. Je ne suis pas certaine que j’aurais autant accroché s’il y avait eu une autre ambiance graphique. Car finalement, ce récit n’est autre que la description d’un quotidien « sous contrôle ». Le scénario est assez linéaire.

      J'aime

      1. Ben, je crois que c’est un peu le problème. C’est avant tout une affaire d’ambiance (qui colle parfaitement au graphisme) mais il me manque un petit quelque chose pour être emballé.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s