Loin des yeux… (Pearson)

Pearson © Nobrow - 2013
Pearson © Nobrow – 2013

« Vous êtes-vous jamais demandé ce qui se passait autour de vous lorsque vous n’y prêtez pas attention ? Peut-être êtes-vous si absorbé par votre vie quotidienne que vous ne remarquez pas ce qui se passe à côté de vous – ou même juste sous votre nez ? Dans Loin des Yeux…, Luke Pearson étudie les derniers jours d’une relation amoureuse sur le point de sombrer, à travers ses non-dits, ses doutes, ses regrets – tous ces instants infinitésimaux qui nous échappent » (synopsis éditeur).

La vocation d’un couple est-elle de se défaire ? Le lien n’est-il amené qu’à se déliter ? N’y a-t-il rien qui puisse empêcher la routine de venir étouffer la passion ? Comment réagir à cet état de fait sans en venir à nuire à l’autre ? A le blesser ? A chercher à le détruire ?

Ce sont effectivement les questions que l’on peut se poser à la lecture de « Loin des yeux… ». Luke Pearson fait flotter dans l’ambiance de cet album une douce mélancolie teinte de folie. La mort rode, que ce soit dans l’esprit du personnage ou de façon métaphorique ; on ne peut pas ne pas y penser en lisant cet ouvrage.

On ne sait pas si on regarde une réalité crue ou si l’on traverse un songe. Des éléments surnaturels surgissent de nulle part et viennent donner une profondeur inattendue au récit. Des arbres qui dansent, des corps noirs qui flottent dans l’air, mais ce n’est pas tout…

Loin des yeux… - Pearson © Nobrow - 2013
Loin des yeux… – Pearson © Nobrow – 2013

Il y a ici l’étrange impression qu’un monde parallèle existe juste à côté du nôtre. Dans cette autre dimension, des êtres évoluent et nous observent. Et nous, humains,  nous ne voyons rien… à l’instar de notre manière de traverser notre quotidien de façon parfois automatique… comme une relation affective que nous regarderions passivement se déliter, sans agir, sans dire… comme s’il s’agissait là d’une évidente finalité.

Loin des yeux… Son titre anglais, Everything we miss, est encore plus parlant. « Tout ce que nous manquons ». Tout ce que nous ne voyons pas. Tout ce que nous percevons à peine et que nous laissons faire sans intervenir. Luke Pearson regarde évoluer un couple écrasé par une trop grande habitude d’être ensemble. L’envie semble avoir quitté l’un d’entre eux ou du moins, leurs envies ne se rencontrent plus. Comme si elles n’étaient plus réglées sur le même espace-temps, comme si elles ne pouvaient plus se synchroniser et retrouver une sorte d’harmonie. De fait, Luke Pearson permet au lecteur de ressentir toute l’amertume qui les anime. Des pulsions agressives les transpercent par moment et les incitent à formuler un mot mal placé, un acte mal pensé. Mais l’irréparable est fait et le fossé d’incompréhension continue à se creuser entre les deux âmes blessées.

PictoOKPictoOKChronique d’une déchirure affective. Avec l’aide de peu de mots mais d’une cohorte de métaphore graphique, Luke Pearson observe le dernier souffle d’un couple. A lire.

Les chroniques de La Carotte, Noukette, Moka et de Jérôme qui m’a fait découvrir cet ouvrage. Un grand merci Monsieur !

En compagnie de Stephiela-bd-de-la-semaine-150x150

Extrait :

« L’aube à l’horizon. (…) Les oiseaux commencent à chanter, rappelant aux insomniaques qu’il est trop tard. Ils ont manqué leur chance » (Loin des yeux…).

Loin des yeux…

One shot

Editeur : Nobrow

Dessinateur / Scénariste : Luke PEARSON

Dépôt légal : janvier 2013

ISBN : 978-1-907704-59-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Loin des yeux… – Pearson © Nobrow – 2013

19 commentaires sur « Loin des yeux… (Pearson) »

  1. Autant de question qui me touchent… J’ai repéré cette bande dessinée il y a bien longtemps en librairie, et il va falloir que je saute très vite le pas 🙂

    J'aime

      1. Heureusement que Jérôme est passé par là parce que je n’avais pas repéré sa sortie 😳 😳 Il m’avait déjà fait le même coup pour « En mer » de Drew Weing. Peut-être est-dû au fait que ces albums ont des formats atypiques (petits) et que du coup, ils se perdent un peu dans la montagne de sorties mensuelles qui arrivent en librairie. Je ne sais pas.
        Quoi qu’il en soit, je me suis régalée 😀

        J'aime

  2. L’univers de cet auteur est décidément inclassable. Content de te l’avoir fait découvrir (enfin surtout content que tu l’aies apprécié 😉 ).

    J'aime

    1. J’ai bien envie de continuer à découvrir ce qu’il fait. Vadrouillé sur son site (bien aimé) et j’ai vu qu’il avait une série en cours (Hilda) mais à première vue, ça me tente moins. Après, sa bibliographie est assez réduite mais il est jeune (comparé à nous 😛 ), ce qui laisse présager de bonnes choses à venir ^^

      J'aime

  3. Bonjour Mo’. Je suis curieuse de voir comment le sujet est traité et je vais la noter. Par contre, toujours pareil… ma petite biblio ne l’a pas ! Affaire à suivre.

    J'aime

    1. Je ne sais pas ce que j’ai bidouillé pendant la rédaction de cet article mais j’ai oublié ton lien ! Bon, petit édit pour l’insérer (et j’en ai profité pour aller piquer celui de Moka également 🙂 )
      Moi aussi j’ai bien aimé cette réflexion. Comme si quelque chose échappait, quelque chose d’autre que la « seule » relation en tant que telle.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s