Nora (Mazé)

Mazé © La Gouttière – 2015
Mazé © La Gouttière – 2015

Cet été 1975, Nora doit passer ses vacances chez son oncle maternel. Pendant ce temps-là, le couple en profite pour finir le déménagement et l’absence de Nora leur simplifiera les choses. Mais la fillette n’est pas contente du choix qu’on fait ses parents et le fait d’aller passer plusieurs semaines à la campagne, loin d’eux, la met en colère.

Au début, Nora est mutique et seule la présence de Minette, la chatte de la ferme, va être en mesure d’égayer l’enfant. Les jours passent et l’enfant sort doucement de sa colère. Elle a pris l’habitude de se réfugier dans le grand chêne qui domine la colline la plus proche. Equipée de la paire de jumelles de son oncle, elle épie Madame Jeanne, la vieille voisine solitaire. Et même si son tonton passe la majeure partie de son temps aux champs, cela ne l’empêche pas de répondre à la myriade de questions de l’enfant. « Comment on fait pour chercher un amoureux ? » et « où on est avant d’être né ? »… et « comment on fait pour aller dans le ventre de la maman ? »

Pour son premier album, Léa Mazé nous pose sur un nuage et nous permet de passer un été en compagnie d’une fillette au caractère bien trempé. L’enfant est pleine de vie et mène une quête gourmande – comme tous les enfants – visant à comprendre le monde qui l’entoure. La présence de Minette qui attend ses petits ainsi que de Madame Jeanne toujours seule, toujours assise sur le même banc pendant d’interminables journées, vont conduire Nora à suivre le fil de ses questions et de son imagination. L’auteur retranscrit le questionnement de l’enfance avec pudeur et justesse. Sans fausse note, l’ambiance s’installe dès la première planche et rien ne vient perturber cette atmosphère qui envahit le lecteur.

On est là dans un huis-clos très chaleureux et pétillant malgré la présence d’une bichromie réalisée à l’aide de marrons qui diffusent leur parfum de nostalgie… de ces souvenirs-là dont on se rappelle avec émotion, de ces instants précieux que l’on en mémoire sans que le temps ne parvienne à grignoter ne serait-ce qu’une parcelle de ce moment. Cet été de Nora nous rappelle les nôtres lorsque, enfant, on vivait de grandes aventures et que celles-ci nous permettait d’acquérir un savoir, une connaissance, qui nous a permis de continuer à grandir, à passer à l’étape suivante.

L’enfant lecteur quant à lui plonge dans cette lecture sans retenue. Voilà un ouvrage qui aborde des questions qui le taraude et lui permettent de comparer les réponses qu’il détient déjà à celles contenues dans cette histoire ? De quoi relancer la machine à questions. De quoi enrichir sa propre réflexion. De quoi décaler son regard pour se poser les questions autrement et parvenir, à son tour, à gagner quelques certitudes qui l’accompagneront le temps d’un été ou jusqu’à l’hiver prochain, jusqu’à ce qu’arrive un nouveau flot de questions qui viendront marquer les étapes de sa réflexion.

Léa Mazé se penche sur des sujets que l’adulte aborde toujours avec précaution : les sentiments amoureux, la vie, la mort. Sans imposer de réponses arbitraires, elle s’appuie sur la richesse du monde imaginaire de l’enfant pour étayer son propos.

PictoOK« Nora » est un album touchant. Il aborde avec humour des sujets qui sont au cœur des préoccupations enfantines. L’enfant-lecteur suit avec attention le personnage de l’histoire, interpelle son parent après la lecture, reprend cet ouvrage pour constater encore qu’il n’est pas le seul à se poser cette question-là sur la vie, la mort, l’amour.

La chronique de Moka.

Du côté des challenges :

Petit Bac 2015 / Prénom : Nora

PetitBac2015

Nora

One shot

Editeur : La Gouttière

Dessinateur / Scénariste : Léa MAZE

Dépôt légal : avril 2015

ISBN : 979-10-92111-22-4

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nora – Mazé © La Gouttière – 2015

Publicités

6 commentaires sur « Nora (Mazé) »

  1. C’est vraiment un album qui interpelle. Tellement d’interprétations possibles je trouve. En tout cas j’adore la prise de risque pour un premier album.

    J'aime

  2. Je ai lu cet album aussi et je le trouve mièvre et convenu. Je n’ai pas été touchée par cette manière de traiter les sentiments. Je n’y ai pas cru.

    J'aime

    1. C’est certain que si vous avez apprécié « Astrid Bromure », vous ne pouvez apprécier celui-ci. Il y a dans cet album de Léa Mazé un trop plein de finesse et de subtilité qui doit vous échapper !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s