Wonderland (Tirabosco)

Tirabosco © Atrabile – 2015
Tirabosco © Atrabile – 2015

« Au début, il y a une forêt. La forêt de Blanche-Neige ou celle des tableaux de Caspar David Friedrich. Au fond de cette forêt, il y a un enfant qui dessine. Quand il dessine, le temps s’arrête et le monde autour de lui n’existe plus. Quarante ans ont passé. L’enfant dessine toujours mais le monde autour de lui a changé ».

Dès l’enfance, Tomasso Tirabosco dessine. Son univers imaginaire foisonnant est une source d’inspiration intarissable mais aussi un refuge dans lequel il se terre lors des disputes parentales ou pour fuir les colères de son frère.

« Ma chambre est mon sanctuaire, le lieu où je me réfugie quand ça tangue trop dehors ».

Album intimiste dans lequel Tom Tirabosco regarde le chemin parcouru et partage ses plus jeunes années. Le récit s’ouvre peu de temps avant sa naissance – lorsque ses parents se rencontrent – et se referme sur les dernières années adolescentes. La suite [de sa carrière], le lecteur la connait peut-être mieux et si ce n’est pas le cas, je vous invite à visiter le blog de l’auteur où un « petit » récapitulatif de son parcours vous attend.

Wonderland – Tirabosco © Atrabile – 2015
Wonderland – Tirabosco © Atrabile – 2015

Ouvrage autobiographique où le dessin rond et charbonneux nous installe immédiatement dans une ambiance intimiste. Profitant du calme ambiant et de la confidence, j’ai eu tôt fait de trouver ma place dans cette chronique familiale. Outre la question des liens que Tom a entretenus avec ses parents et ses deux frères, outres les souvenirs qu’il fait ressurgir du passé pour les coucher – par peur de les perdre ? Par besoin de faire le point ?… – il aborde avant tout son rapport au monde et à ceux qui l’entoure. L’auteur revient sur la dynamique familiale dans laquelle il a grandi et l’interroge au regard des liens qu’il entretient aujourd’hui avec sa famille (avec son frère cadet essentiellement). L’adulte revoit son passé sous le prisme de son regard d’enfant et tente d’y apporter le discours plus rationnel de l’adulte qu’il est devenu.

Wonderland – Tirabosco © Atrabile – 2015
Wonderland – Tirabosco © Atrabile – 2015

Tom Tirabosco témoigne également de la manière dont il s’est peu à peu construit sur le plan artistique. De ses premières références (Disney, Hergé…), il s’est ouvert à d’autres artistes. Des œuvres qui l’ont profondément marqué, comme « La jeune fille aveugle » de John Everett Millais par exemple, le travail de Mondrian ou de Burian. La sensibilité dont ont témoigné ses deux parents à l’égard de l’art pictural lui a permis de prendre en compte ce mode d’expression dès son plus jeune âge.

Enfin, son scénario contient des points de vue il intègre à son scénario des réflexions actuelles liées à un certain désenchantement pour la société dans laquelle il vit. Sans être moralisateur ou jugeant sur ces questions, sans critiquer l’éducation qu’il a reçue, Tom Tirabosco livre un témoignage touchant, troublant de simplicité où le lecteur trouve sa place sans aucune difficulté et sans aucune gêne.

PictoOKPictoOKVoyage dans le passé, tantôt onirique lorsqu’on explore les univers parcourus avec gourmandise par l’auteur, tantôt plus virils lorsque celui-ci se frotte à la rage de vivre de son jeune frère handicapé. C’est tout un univers d’enfant qui s’offre à nous et forcément que ça nous parle, forcément que cette confidence nous touche… et forcément, elle nous invite à repenser à notre propre enfance.

A lire. A dévorer même !

La chronique de Nathalie Bétrix et d’Ariel Herbez.

Extrait :

« Comment parler de qui je suis aujourd’hui sans évoquer les petites choses qui présidèrent à ma vie de dessinateur ? Je sais que chaque trait garde en lui un peu de ces souvenirs » (Wonderland).

Wonderland

One shot

Editeur : Atrabile

Collection : Ichor

Dessinateur / Scénariste : Tom TIRABOSCO

Dépôt légal : avril 2015

ISBN : 978-2-88923-029-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Wonderland – Tirabosco © Atrabile – 2015

15 commentaires sur « Wonderland (Tirabosco) »

    1. Je me suis sentie bien dans cet album dès que je l’ai ouvert. J’ai profité de l’ambiance dès le début. Je crois que j’ai découvert cet album au moment opportun

      J'aime

  1. J’adore ce dessinateur. Je le connais surtout via ses collaborations avec Wazem. C’est vrai qu’il créé une atmosphère bien à lui.
    Bref, faut que je le trouve cet album 🙂

    J'aime

    1. J’ai profité d’Angoulême pour faire une descente sur le stand de 6 pieds ^^ Un album que j’avais repéré depuis longtemps et je ne regrette absolument pas cet achat 😉

      J'aime

    1. C’est chouette, c’est doux, c’est intimiste, c’est touchant… c’est tout ce qui fait que tu devrais apprécier en fait 😀 (si j’avais une petite émoticône avec une auréole sous la main, je la placerais ici et maintenant ^^)

      J'aime

    1. J’ai fondu pour cet album 😉 Une sortie que j’attendais avec impatience et je n’ai réellement pas été déçue par le voyage !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s