Les Larmes de Nüwa (Manuro & Jurdic)

Manuro – Jurdic © Makaka – 2015
Manuro – Jurdic © Makaka – 2015

« Trois criminels ont dérobé les larmes de Nüwa, ces plantes divines qui assurent la survie de la cité. En tant que chasseurs de primes, votre mission est de les retrouver avant que fléaux et cataclysmes ne s’abattent sur la ville.

Cachez vos fioles de poison, fourbissez vos épées papillon et attachez bien votre manriki.

Vous avez une journée pour réussir. La nuit tombée, il sera trop tard… » (quatrième de couverture).

Le format de cet ouvrage est assez petit (15×21,5 cm) et donne rapidement l’impression de tenir en main un petit carnet dans lequel on note point par point les événements d’une expédition puis que l’on enfouit facilement dans son sac sitôt les faits consignés.

La lecture débute par la découverte de la « feuille de personnage » et la présentation des règles du jeu. C’est l’heure de faire les premiers choix et de décider de la compétence principale que l’on retiendra pour le personnage. Sitôt la lecture de ces deux documents terminée, le lecteur est déjà en situation, prêt à mener son enquête, prêt à partir à l’aventure et avec une furieuse envie de recourir à tous les stratagèmes possibles… du moins ceux qui lui seront rendus possible. La lecture s’annonce prometteuse et je ne vous cache pas que l’idée de retrouver ce genre de récit interactif n’est pas sans me rappeler quelques lectures de jeunesse…

Equipée de mon barda (crayon de papier, gomme), je suis donc partie explorer les illustrations de cet album. Le travail de Ben Jurdic nous dépayse et aide grandement à évoluer dans l’univers. On accède immédiatement à l’ambiance des lieux traversés. Une première scène d’une dizaine de page nous donne les dernières informations dont nous avons besoin pour engager la mission principale. La fluidité des dessins permet de se représenter rapidement le contexte, la disposition des uns et des autres lors des entrevues importantes, la rapidité d’une scène de combat… C’est également l’occasion de mieux faire connaissance avec le personnage que nous allons jouer : une jeune femme au caractère bien trempé et agile de surcroît.

Le scénario de Manuro propose de mener à bien deux missions et offre des bonus de fin, accessibles une fois que vous aurez terminé l’ensemble des missions. Tout commence avec un passage d’une dizaine de pages, seul temps de lecture qui n’est pas interactif mais dans lequel on accède aux dernières informations nécessaires pour se repérer dans l’univers. Un moine ainsi que le vice-Préfet de la ville sont nos commanditaires et nous fournissent tous les éléments – en apparence – qui ont été portés à leur connaissance. L’aventure n’a pas encore commencé que déjà, quelques soupçons se font jour à l’égard du vice-Préfet ; ses regards en coin et ses sourires mystérieux en disent-ils plus long qu’il ne le souhaiterait ? Quoi qu’il en soit, voici un beau prétexte pour s’engouffrer dans la lecture et savoir si nos suspicions sont fondées.

Etonnement, nous voyons régulièrement l’héroïne que nous incarnons (de face ou de profil). Cela est le seul grief que j’aurais à porter ; il me semble en effet peu de « nous » englober dans une vue d’ensemble. De plus, il me semble que l’ombre de la jeune fille déjà présente en première de couverture permet de donner un bon aperçu du gabarit du personnage dans lequel nous allons évoluer.

PictoOKAu final, je m’y suis pris à quatre reprises pour faire les bons choix. J’ai retrouvé mes « réflexes » d’enfant, à savoir de noter mon chemin de choix afin de pouvoir revenir une voire deux étapes en arrière pour ne pas passer de mort à trépas. Des énigmes nous attendent tout au long du chemin, des combats dans lesquels il faudra parfois choisir d’exposer une partie de son corps plutôt qu’une autre.

On se prend au jeu et on évolue avec plaisir dans cet univers moyenâgeux où les superstitions nourrissent encore pour beaucoup le quotidien de ce peuple asiatique.

Les chroniques de Stéphane Girardot, Anthony Roux et Fabien Gil.

Les Larmes de Nüwa

– La BD dont vous êtes le héros –

One shot

Editeur : Makaka

Collection : BD dont vous êtes le héros

Dessinateur : Ben JURDIC

Scénariste : MANURO

Dépôt légal : juin 2015

ISBN : 978-2-917371-63-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Larmes de Nüwa – Manuro – Jurdic © Makaka – 2015

Publicités

14 commentaires sur « Les Larmes de Nüwa (Manuro & Jurdic) »

    1. Je vais y mettre mon fils (9 ans) parce que ça touche aussi à ses centres d’intérêts (il découvre les polars depuis quelques mois, il aime bien tout ce qui est Japon médiéval et puis… et puis, il est toujours preneur d’un peu de combat… merci StarWars et merci les Super-héros). J’imagine que chez toi c’est pareil et que les loustics sont habitués à tenir des livres en main, donc je dirais 9-10 ans

      J'aime

  1. ça a l’air sympa cette histoire. Je n’ai jamais joué le jeu d’un livre dont je serais l’héroïne; pourquoi ne pas commencer avec cet album…

    J'aime

    1. J’avais l’habitude des romans quand j’étais jeune. C’est agréable de retrouver ce principe.
      Et puis en BD, on est soulagé de toute la partie descriptive grâce aux illustrations. J’espère que cela te plaira ! 😉

      J'aime

    1. J’espère que tu auras envie d’en parler sur ton blog 😉
      (je suis absolument désolée de mon manque de réactivité en ce moment et je me sens bien avare dans les échanges en général… ça reviendra 😉 )

      J'aime

  2. Un principe pas nouveau mais d’une redoutable efficacité. J’avais testé « chevaliers » chez le même éditeur et je m’étais bien amusé.

    J'aime

    1. Le dessin est « passe partout » mais il a l’avantage d’être accessible à n’importe quel lecteur, qu’il soit ou non amateur de BD. C’est vrai que j’aurais préféré un graphisme plus léché, comme celui de la couverture… mais bon, on se prend tout de même au jeu 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s