Quatre cœurs imparfaits de Véronique Ovaldé et illustré par Véronique Dorey

CVT_Quatre-coeurs-imparfaits_753 » Rosa Luisa avait eu trois sœurs. La plus jeune était folle, la deuxième était pute, la troisième était morte. »

Un petit billet (par manque de temps hein, pas par manque d’amour pour ce livre absolument remarquable ; ni pour cette auteure chez qui j’aime tout : les histoires, les romans, l’imaginaire, la folie douce, la grâce, ses thématiques et surtout ses personnages de femmes/filles toujours sublimes ; ni évidemment pour ma copine Noukette-la-délicieuse avec laquelle je fais lecture commune ; ni pour Mo ❤ et son bar à BD !)

Cette merveille tout à fait étrange, un brin glauque (mais juste assez pour rendre l’atmosphère incongrue, biscornue, insolite, complètement étonnante mais délicate aussi) vient de sortir en librairie. C’est d’ailleurs mon libraire qui m’a obligé/forcé/contrainte (si si) en me disant « Lis ça, ça fait très très très longtemps que j’ai pas lu pareil ovni ! » Et comme je suis faible, je me suis dotée de cet étrange livre pour un plaisir fou 😉

Un brin d’histoire :

Il était une fois une contrée lointaine et imaginaire, où « les vierges folles abondent, les amants éconduits pullulent dans les cimetières« .

Il était une fois des femmes qui ont eu peu de chance en matière d’amour : Rosa Luisa la vierge, Marie Cristina la mère morte, Mercedes la pute et Pepina la folle.

Il était une fois  Mamina, la vieille cuisinière… qui s’occupait de ces femmes depuis toujours.

Il était une fois, dans une maison, au sommet de la colline de Camerone,  une petite fille,  conteuse de cette histoire,  qui voulait vivre « des amourettes, papillonner et butiner« .

Il était une fois un destin funeste….

L’histoire est forte, exactement comme je les aime ! Les mots sonnent juste. Le texte est poétique, charnel.

Et vous dire que les illustrations de Véronique Dorey sont d’une étrange beauté (un peu à la Tim Burton), d’une délicatesse remarquable et se marient parfaitement bien avec le texte de Véronique Olvadé (une version de ce texte a déjà été publiée dans Télérama en 2006).

L’atmosphère un brin inquiétante qui se dégage de ce tout petit livre (56 pages) vous entraînera dans les méandres d’un conte somptueux dont vous ne sortirez pas indemnes !

Ce livre-ovni est un bijou, d’un esthétisme rare, d’une grâce infinie, d’une élégance exquise !

Un livre précieux à découvrir ABSOLUMENT !

L’avis de Noukette Ici 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quatre cœurs imparfaits de Véronique Olavdé et de Véronique Dorey, Thierry Magnier, Oct. 2015, 56 pages et pour 14,90 euros

26 commentaires sur « Quatre cœurs imparfaits de Véronique Ovaldé et illustré par Véronique Dorey »

    1. Je crois que cet ovni mérite qu’on aille voir de plus près 😉
      Depuis je l’ai lu plusieurs fois, et, sacrebleu, à chaque fois, du régal !

      J'aime

  1. J’ai adoré cet univers, ça sort de l’ordinaire, ça bouscule, ça interroge… et c’est beau ! Ravie d’avoir partagé cette lecture avec toi ma Framboise…! ❤

    J'aime

  2. Comme je viens de le dire à Noukette je l’ai feuilleté hier soir dans ma librairie mais je l’ai reposé, j’aime de moins en moins les textes aussi courts, à peine le temps de s’intéresser aux personnages qu’il faut déjà les quitter… Mais sinon j’aime beaucoup l’idée d’intégrer au texte des illustrations ! Bon week end

    J'aime

    1. C’est vrai que c’est très court, mais ça a le délicieux avantage de pouvoir être lu et relu et rerelu, encore et encore, à tout moment 😉 Pas comme un roman quoi !
      Oui, moi aussi j’aime bien l’idée des textes illustrés….
      à bien vite

      J'aime

    1. Oh oui, voilà une bien belle façon de rentrer dans l’univers de cette auteure ABSOLUMENT incontournable 😉
      tu me diras hein ?!

      J'aime

  3. De vous avoir « entendu » en parler Noukette et toi, de lire vos chroniques ensuite… je suis bien intriguée maintenant !! 🙂
    Belle journée copine 😀

    J'aime

  4. J’aurais aimer un texte plus long, et la conclusion m’a laissée légèrement sur ma faim. Mais les illustrations sont incroyables ! Et les portraits de ces femmes, sont pleins de subtilités !

    J'aime

    1. oui, c’est un peu vrai, un peu seulement pour moi 😉 parce que sa force et sa beauté réside (peut être !) dans ce texte concis et cette fin qui nous laisse imaginer et rêver la suite héhé (enfin j’dis ça peut être pour me consoler d’avoir tant envie d’en lire plus !)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s