Chroniks Expresss #21

Quelques lectures faites çà et là :

BD : Les Rêveurs lunaires (C. Villani & E. Baudoin ; Ed. Gallimard, 2015), Madeleine, une femme libre (R. Ortiz & P. Colin-Thibert & S. Mosdal ; Ed. Sarbacane, 2014).

Romans : Les Enfants de Dimmuvik (J.A. Jonasson ; Ed. Noir sur Blanc), La petite Marchande de prose (D. Pennac ; Ed. Gallimard, 2013), Le Joueur d’échecs (S. Zweig ; Ed. Le Livre de Poche, 2013), Jackie (K. Dowland ; Ed. SW Poche, 2015)

*

* *

Bandes dessinées

Villani – Baudoin © Gallimard - 2015
Villani – Baudoin © Gallimard – 2015

« – Pour toi, commencer un livre, c’est comme une aventure.

– Comme un voyage ».

L’ouvrage s’ouvre sur une rencontre : celle de Cédric Villani et d’Edmond Baudoin. Les deux hommes font connaissance, Cédric Villani – mathématicien, directeur d’Institut et professeur d’Université – parle de son enfance et la discussion glisse peu à peu sur leurs activités professionnelles respectives. Villani confie son envie de réaliser une bande dessinée avec Edmond Baudoin, ce dernier est flatté et ils en viennent immanquablement à parler de leur rapport à l’écriture, à la construction d’un ouvrage, de leur collaboration à venir sur le projet des « Rêveurs lunaires » et de construire sous nos yeux la trame de ce que sera ce livre… celui que nous tenons maintenant en mains.

« Dans ce récit, nous allons rencontrer quelques-uns de ces héros dont l’histoire parle si peu. Leur pouvoir individuel, démultiplié par l’action collective, a fait basculer ou aurait pu faire basculer le destin de la guerre. Pourtant, leur rôle n’est pas dit dans les cours d’histoire, leur action est connue seulement des initiés. Le monde peut tourner sans eux. Mais ils ont encore un dernier combat à mener. Le dernier combat d’après la guerre, le Ragnarök des dieux nordiques. Celui d’avec leur conscience ».

Cet album est découpé en quatre grandes parties et aborde tour à tour Werner Heinsenberg (Prix Nobel et créateur de la mécanique quantique), Alan Mathison Turing (père de l’informatique moderne), Léo Szilard (physicien) et Hugh Dowding (militaire).

Tour à tour donc, le temps d’un chapitre, les auteurs (essentiellement Villani qui dirige la narration) donnent la parole à ces quatre grandes figures de l’Histoire. Cédric Villani va même jusqu’à se fondre totalement dans ces hommes puisque ce sont eux qui – sous le contrôle de Cédric Villani – vont prendre la parole et raconter leur parcours.

Le travail au pinceau réalisé par Edmond Baudoin montre les tourments qui ont traversé ces hommes. En même temps, il permet au lecteur de comprendre l’euphorie et l’excitation qui leur a permis de se vouer corps et âme à leurs recherches scientifiques (Heinsenberg, Turing, Szilard) et à leur combat (Dowding). Le dessin est à la fois fluide et imposant.

Werner, Alan, Léo… trois génies à leur manière. (…) Un point commun : de violents conflits intérieurs.

pictobofMalheureusement cela ne suffit pas. On est face à des monologues souvent égocentriques et pompeux. Et même si ces témoignages mettent en lumière certains événements historiques, même si – quelle que soit la tournure du récit – nous mesurons l’impact qu’ont eu leurs interventions respectives… même… le lecteur se frotte à un récit des plus ennuyeux. Et si habituellement les passionnés savent captiver leur auditoire, ce n’est pas le cas de Cédric Villani qui nous fait une démonstration des plus magistrales de ses connaissances. Certains passages sur l’enfance de ces idoles, certaines facettes de leur vie (je pense notamment à l’homosexualité de Turing)… la présence de tous ces longs monologues durant lesquels les principaux intéressés font mine de raconter leur vie en saupoudrant le tout de quelques confidences. Ces passages les rendent souvent pathétiques. Un constat : leur folie les isole.

Une belle déception !!

La chronique d’Yvan.

Extraits :

« Est-ce qu’il y a un modèle scientifique pour le chaos de l’histoire humaine ? » (Les Rêveurs lunaires).

« (Léo Szilard) J’avais lu le compte rendu de la conférence de ce vieux croûton de Rutherford. Il parlait des neutrons et de l’énergie que l’on libère en cassant un noyau. Il expliquait que c’était une énergie minuscule. Que quiconque croyait pouvoir l’exploiter était un rêveur lunaire ! Vraiment ! Un rêveur lunaire ! » (Les Rêveurs lunaires).

 

Ortiz –Colin-Thibert – Mosdal © Sarbacane – 2014
Ortiz –Colin-Thibert – Mosdal © Sarbacane – 2014

« Madeleine aurait pu mener une existence paisible entre Paris et la Bretagne où se trouvait la propriété familiale. Il n’en fut rien. Mariée par dépit amoureux à un jeune notaire dont elle a rapidement une fille, elle s’éprend, en pleine Deuxième Guerre mondiale, de Werner, un officier allemand de dix ans son aîné. La libération approchant, Werner s’enfuit en Espagne, où il est fait prisonnier. Bravant les Pyrénées et la guardia civil de Franco, Madeleine parvient à le faire évader. Madeleine et Werner essaient alors de vivre ensemble leur amour dans un Paris fraîchement libéré ; mission impossible… ils décident de refaire leur vie – avec les deux enfants qu’ils ont eus ensemble – au Pérou. Mais trahie par Werner, Madeleine s’enfuit à Lima où, elle rencontre un jeune et brillant architecte… C’est le destin de cette femme indomptable, originale et insoumise que raconte « Madeleine, femme libre ». Une femme libre et moderne, à la recherche de la fusion idéale, décidée à réinventer l’amour, coûte que coûte. » (synopsis éditeur).

Une bande dessinée inspirée d’une histoire vraie. Le récit se lit sans difficulté, une histoire plutôt agréable qui permet au lecteur de découvrir comment une jeune femme a pu tirer avantage de certaines situations malgré leur complexité. Fruit d’une collaboration entre un auteur péruvien (Rudy Ortiz) et un auteur français (Pierre Colin-Thibert), le scénario se réfère à plusieurs événements qui ont fait date, essentiellement durant la Seconde Guerre Mondiale. Les auteurs s’attardent à décrire la personnalité de l’héroïne mais cela est souvent au détriment des personnages secondaires que l’on cerne mal. Le rythme est assez linéaire malgré les difficultés que Madeleine a rencontrée tout au long de sa vie.

PictomouiCet ouvrage brosse le portrait d’une femme déterminée pour autant, la manière dont son parcours nous est raconté est assez monotone. Sur le papier, elle manque de charisme et ses décisions ne sont pas toujours cohérentes. J’ai lu cet ouvrage sans réellement manifester d’intérêt vis-à-vis de ce témoignage. Je regrette aussi qu’en lisant le synopsis (que ce soit sur le site de l’éditeur ou sur le quatrième de couverture) on ait là l’essentiel de ce qu’il y a à retenir de cette histoire… c’est un peu creux…

Du côté des challenges :

Tour du monde en 8 ans : Pérou

 

Romans

 

Jónasson © Notabilia – 2015
Jónasson © Notabilia – 2015

Une vieille femme se rend à l’enterrement de son jeune frère. Durant le trajet, elle plonge dans ses souvenirs d’enfance et revit les tourments d’une époque où elle se contentait de survivre.

« Dans « Les Enfants de Dimmuvik », Jón Atli Jónasson raconte une histoire d’autant plus terrible que la vérité y apparaît comme un os mis à nu : il y a parfois, simplement, trop de bouches à nourrir. C’est aussi en filigrane une méditation angoissée sur la tentation d’abandonner les siens à leur misère pour sauver sa peau » (extrait du Quatrième de couverture).

Troublant. Poignant. Fascinant. Ce roman de Jón Atli Jónasson nous percute de plein fouet. En plaçant au centre de son récit cette fillette qui endosse la lourde responsabilité d’être notre narrateur, il raconte sans détours un quotidien de misère. La pauvreté et la précarité dans ce qu’elles ont de plus fourbe en elles. Pourtant, elle n’a pas conscience du fait que sa vie ne tient qu’à un fil, elle ne sait pas à quel point la vie est cruelle avec elle. Car là où elle vit, dans une petite maison isolée de tout, sa famille est coupée du monde. Chaque jour suffit à sa peine. Cette enfant, l’aînée d’une fratrie de trois, endosse même le rôle de la mère puisque cette dernière est alitée depuis sa dernière fausse couche. Une mère dont on sait bien peu de choses si ce n’est que maintenant, elle passe ses journées repliée au fond de son lit, à regarder le mur, à sombrer – un peu plus – chaque jour dans la folie.

Un troupeau qu’il faut abattre pour ne pas qu’un virus se propage, une fosse à creuser pour enfouir ces cadavres décharnés d’animaux en proie à la famine, de longues heures à lutter contre le froid et le vent pour aller chercher le lait à la ferme la plus proche… ce lait qui nourrira la famille une poignée de jour. Aucune joie, aucune étincelle de vie, aucun espoir à avoir… se nourrir de l’amour que l’on porte aux siens et, s’ils osent le manifester, se réchauffer de leur affection.

PictoOKUn récit dur mais de toute beauté. Un récit sourd et lourd mais on le dévore. Une misère terrifiante et, au beau milieu de cette noirceur, la force d’une enfant décidée à s’en sortir.

Je n’aurais pas eu l’envie de découvrir cet ouvrage sans la chronique de Jérôme et la fiche de présentation de l’éditeur.

Du côté des challenges :

Le tour du monde en 8 ans : Islande

Extraits :

« Prends soin d’avoir toujours de quoi faire. Pour que ton esprit ne se mette pas à vagabonder. A se remémorer une main qui passe le long de profondes rainures d’une table dans la pénombre. Un visage ou même une partie de visage. Un doigt ou le bout d’un nez » (Les Enfants de Dimmuvik).

« Elle s’alita purement et simplement et tourna la tête vers le mur. Elle cessa de parler et cessa de voir. Quand nous, les gosses, entrions dans son champ visuel, son regard se posait sur nous comme si nous lui étions totalement étrangers. Elle nous quitta sans aller nulle part » (Les Enfants de Dimmuvik).

« A présent je suis la seule qui reste. J’ai toujours cru que mon frère me survivrait. En fait, je croyais que je ne sortirais jamais vivante de cette crique. Car mon univers n’en dépassait pas les limites. Il y commençait et il s’y achevait à tous points de vue » (Les Enfants de Dimmuvik).

« Ce dimanche soir-là, il ne restait plus à la maison qu’un petit bout de chandelle que papa alluma avant d’ouvrir la bible usagée à la reliure dorée et de commencer la lecture. Je n’entendais rien de ce qu’il disait. J’étais assise, les yeux rivés sur la flamme de la bougie en train de se consumer. Elle me convainquit que notre vie ici-bas était sur le point d’atteindre son signe ultime. Il y avait quelque chose d’imminent. Quelque chose d’inquiétant et de grandiose » (Les Enfants de Dimmuvik).

 

Pennac © Gallimard – 2013
Pennac © Gallimard – 2013

« La reine Zabo est sortie pour régner sur un royaume de livres. Un petit royaume à l’échelle de son corps chétif dominé par une énorme tête. Un royaume qu’elle domine entièrement. Pourtant, elle peine à dominer Benjamin Malaussène, le bouc émissaire professionnel payé à prix d’or pour compatir avec les écrivains refusés. Alors quand Malaussène, démotivé par le mariage de sa toute jeune sœur Clara avec un directeur quasi-sexagénaire de prison modèle, se saisit d’un prétexte pour démissionner, la reine Zabo se voit contrainte de lui offrir un autre emploi : endosser l’identité de J. L. Babel, le prolifique et invisible auteur de fadaises à succès.

Mais la mort rôde autour de Clara et de Benjamin, victimes de la terrible tendance malaussénienne à attirer les problèmes, et la tonitruante sarabande de l’opération publicitaire croise la route d’un dangereux tueur. C’est d’abord le futur mari de Clara, assassiné le jour de son mariage, qui est découvert. Benjamin, suspecté par défaut, est rapidement mis hors de cause par le commissaire Coudrier. Celui-ci lui recommande de rester loin de cette affaire, mais même en obéissant à son conseil, Malaussène va se retrouver inextricablement mêlé à ce meurtre. » (extrait du résumé proposé sur la page Wikipedia de l’ouvrage).

Hors de question pour moi de m’arrêter en si bon chemin. Après avoir repris « Au bonheur des Ogres » et découvert « La Fée carabine », je suis bien décidée à aller jusqu’au bout. Retrouver les « choses » à l’endroit où on les a laissé et reprendre la lecture comme si aucune pause n’avait été réalisée entre l’ouvrage précédent et celui que l’on tient en main, se placer de nouveau naturellement dans un univers qui est devenu familier au lecteur… cela n’arrive pas si souvent (je vous entends d’ici me dire que si j’étais moins réfractaire à l’idée de suivre des séries en bande dessinée, j’aurais certainement plus d’opportunités de savourer cette sensation… et je vous rétorque que la consistance d’un roman n’a pas d’égale en BD… toc !).

Benjamin et son éternel penchant à se fourrer dans les ennuis. Cela ne choque même plus. Quoi que dans « La petite marchande de prose », nous avons atteint le summum et Daniel Pennac malmène outrageusement son personnage au point que l’on se demande s’il sera toujours en vie à la fin de cet opus.

En parallèle, le lecteur est maintenant bien au fait des différentes personnalités et caractères des membres de la tribu Malaussène. Des individus originaux et hauts en couleurs. Thérèse et son penchant pour les sciences occultes, Julius le chien qui ne manque pas de faire une crise d’épilepsie alors même que son maître – plongé dans un profond coma – se fait voler ses organes vitaux… et la petite dernière, Verdun, surnommée « la der des ders », qui pleure et crie jusqu’à plus soif et que seul le vieux Thian parvient à apaiser.

PictoOKDaniel Pennac s’aventure dans des chemins sinueux et mène deux enquêtes de front sans perdre son lecteur. Collant à des sujets de société qui ne font pas la Une des journaux, il touche à des questions comme le trafic d’organes ou le plagia.

La fiche de présentation du livre sur le site de l’éditeur permet de découvrir quelques passages. Quant à moi, mon regard se tourne déjà vers le quatrième volet de cette saga (« Monsieur Malaussène ») que je compte m’engouffrer dès que je l’aurais acheté 😛

Et je ne rate aucune occasion pour proposer quelques courts extraits :

« Hier soir, pendant le diner, je me suis penché à son oreille et je lui ai demandé : ‟La mort est un processus rectiligne, Thérèse, qu’est-ce que tu penses de cette phrase ?” Elle ne m’a même pas regardé. Elle a répondu : ‟C’est juste, Ben, et la longueur de la vie dépend de la vitesse du projectile.” » (La petite marchande de prose).

« Nous avons mangé le couscous de Yasmina et la tarte de Julie, pendant que le vieux Thian donnait à Verdun ses petits pots du soir. Depuis la naissance de Verdun, le vieux Thian a perdu un bras. Tout ce qu’il accomplit dans la vie, il le fait avec la main qui ne porte pas Verdun. A soixante ans passés, le jour où nous lui avons confié Verdun, le vieux Thian a fait cette découverte de jeune homme : être père, c’est devenir manchot » (La petite marchande de prose).

« Et de nouveau la bibliothèque en diagonale, Chabotte trottinant devant nous comme un enfant au cerceau. Il est délicieux. On jurerait une petite cuiller échappée de sa tasse à café » (La petite marchande de prose).

Du côté des challenges :

Petit Bac 2015 / Taille : petite

 

Zweig © Le Livre de Poche – 2013
Zweig © Le Livre de Poche – 2013

Alors qu’il effectue une croisière, un homme apprend qu’un champion d’échecs se trouve à bord du bateau. Le narrateur met tout en œuvre pour parvenir à jouer une partie avec le Joueur. Contre toute attente, ce dernier accepte de participer à une partie d’échecs mais plutôt que de jouer à un contre un, et vu son niveau de maîtrise du jeu, il propose de jouer seul contre les mateurs intéressés pur relever ce défi.

Durant la partie, un inconnu se joint au groupe et observe le déroulement de la partie. Lorsqu’il intervient soudainement, c’est pour arrêter un déplacement de pion et proposer un autre mouvement, expliquant par la finalité de ce nouvel enjeu stratégique. Quoiqu’il en soit, l’intervention de cet individu attire l’attention du narrateur. Ce dernier va chercher à faire sa connaissance. Lors d’une après-midi ensoleillée, et profitant des transats disposés sur le pont, les deux hommes sympathisent. Et l’inconnu va expliquer comment le jeu d’échecs est entré dans sa vie.

Je doute qu’il soit encore nécessaire de présenter ce roman. Je doute aussi qu’il soit nécessaire de présenter Stefan Zweig. Si je me fie à la connaissance que j’ai des lecteurs qui me suivent par l’intermédiaire du blog, je sais que « j’ai à faire » à de grands lecteurs, de « gros lecteurs »… pour qui le seul fait de prononcer le nom de cet auteur autrichien évoque bien des choses…

Je me contenterais donc humblement de dire que je me suis laissée porter par le récit, fascinée par cette fascination décrite pour le jeu, les stratégies, les déplacements… alors qu’en temps ordinaire, je ne suis pas en mesure de rester concentrée plus d’une demi-heure sur une partie d’échecs. Superbe voyage dans des huis-clos qui s’imbriquent : l’huis-clos du bateau, l’huis-clos de la rencontre entre le narrateur et l’inconnu, huis-clos mental de l’inconnu lorsqu’il partage ses souvenirs, l’huis-clos (la relation privilégiée devrais-je dire) entre le livre et son lecteur.

PictoOKMerci à tous qui, par le biais de vos chroniques respectives, m’avez permis de mémoriser le nom de ce romancier puis, progressivement, à me donner envie de lire cet auteur à mon tour. Un petit break pour découvrir d’autres plumes mais je sais que je reviendrais vers Stefan Zweig.

Du côté des challenges :

Tour du monde en 8 ans : Autriche

Jackie – Dowland © SW Poche – 2015

Dowland © SW Poche – 2015
Dowland © SW Poche – 2015

Elle a 36 ans lorsqu’elle apprend que sa grand-mère est en fin de vie. Comment passer ces derniers jours ? Comment se préparer à la mort ?

Grand’ma a cent un an. Elle veut mourir, mais elle y arrive pas. J’ai passé toute la nuit à me demander pourquoi c’était si compliqué de mourir. Pourquoi, quand le moment est venu, on te bourre de médicaments. Alors, j’ai décidé d’écrire jusqu’au bout.

« Elle », c’est Kelly. Musicienne, blonde, mère de famille, new-yorkaise, appréciant de se faire draguer par des collègues de l’orchestre mais en couple depuis quelques années avec un comédien qui habite à Boston. Elle, c’est une femme séduisante, troublante de sincérité et de spontanéité, un peu extravagante sur les bords, totalement dépassée par son rôle de mère mais qui fait de son mieux. Elle qui comme tout le monde, est balayée par des questions tantôt futiles tantôt profondes. Elle qui décide donc d’écrire ses hauts et ses bas, ses réflexions diverses et ses joies… jusqu’à ce que sa grand-mère décède.

Un roman au format réduit (12 cm/16 cm) pour 94 pages, c’est vite lu ? Oui !! D’autant plus quand il diffuse cette fraicheur, cette capacité de jouer avec l’auto-dérision, cette propension à relativiser les choses. Kelly – le personnage principal – n’hésite jamais à se remettre en question où à se moquer de ses propres névroses. Elle est capable de vanter ses qualités comme ses faiblesses. S’accepter soi-même, c’est déjà une étape vers la maturité. Mature, ce personnage ne l’est pas encore complètement et c’est peut-être là où le bât blesse si on l’écoute, d’autant plus qu’elle est mère et – à ce titre – sensée assumer le quotidien d’Elton (son petit garçon). En tout cas, elle est lucide sur sa manière de gérer les choses.

A midi, on était à table avec Elton. Il m’a regardée, les yeux pleins d’amour, et il m’a demandé : « Maman, tu sais pourquoi je t’aime le plus ? – Non, mon amour, dis-moi. – Parce que tu es la meilleur cuisinière ! » Dans son assiette : de la purée de la veille réchauffée et une tranche de jambon. A quel âge on perd notre émerveillement ?

Elle a une manière d’être au monde qui la rend sympathique. Fiction ou récit autobiographique, je n’en sais rien. Le fait que la narratrice porte le même prénom que l’auteure (Kelly Dowland) ne m’a pas tracassé une seule seconde. Je trouve cela plutôt pétillant d’ailleurs. Tout comme cette écriture parfois maladroite, une écriture parlée qui ne tient pas tellement compte des règles grammaticales en vigueur.

PictoOKUn agréable moment de lecture. Lecture-détente parcourue de quelques rires, une jolie découverte que je n’aurais pas faite sans la divine intervention de Framboise ! 😉

Un extrait de ce petit roman est disponible sur le site de l’éditeur.

La chronique de Framboise (merci de me l’avoir fait découvrir !!!), celle de Jérôme et celle de Violette.

14 commentaires sur « Chroniks Expresss #21 »

    1. Quelle claque ce roman de Jonasson !! Quel univers noir !! Et ce contraste avec le plaisir qu’il procure en le lisant. J’ai bien aimé la plume de l’auteur. Merci pour la découverte en tout cas. Je ne pense pas que je serais allée vers cet ouvrage si tu ne l’avais pas chroniqué

      J'aime

    1. Merci. Un mix de lectures, je cherche toujours de nouveaux univers d’auteurs, de nouvelles ambiances… Ça ne marche pas tout le temps mais au moins, cela me permet de trouver toujours autant de plaisir à me plonger dans les livres 🙂

      J'aime

    1. Je dévore… disons que j’ai repris un rythme et que cela me manquait. Je n’ai pas pu/su lire pendant les mois d’été et que cela avait créé comme un manque… 🙂

      J'aime

  1. nan mais ohhhhhhhhhh en farfouillant sur ton blog me suis rendue compte que je t’avais même pas laissé un mot d’amour sur Jackie et pi tout le reste 😉
    suis un peu naze ma parole 😉
    bisous copine ❤

    J'aime

    1. Quand je te disais qu’il y avait quelques romans du mon blog, ce n’était pas une blague. D’accord, ils ne sont pas en nombre… mais il y en a. Et pour certains, j’ai consacré un article complet (c’est important de le préciser car dans un temps fort fort ancien, je m’étais jurée de ne mettre aucun roman sur mon blog… comme quoi les bonnes résolutions sont souvent difficiles à tenir 🙂 )

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s