Berlin 2.0 (Ramadier & Madrigal)

Ramadier – Madrigal © Futuropolis – 2016
Ramadier – Madrigal © Futuropolis – 2016

Septembre 2011.

Margot a 23 ans lorsqu’elle quitte Paris pour s’installer à Berlin.

Elle prépare un doctorat de philosophie, le sujet de sa thèse : la liberté face au temps. Elle dispose d’une bourse d’études pour quelques mois encore. Elle trouve facilement son pied-à-terre dans la capitale allemande, s’inscrit à des cours d’allemand pour parfaire son niveau, tisse de nouvelles relations amicales… A Berlin, elle a l’impression de respirer, d’être à sa place. Margot profite pleinement de son nouveau cadre de vie.

Côté professionnel en revanche, le bât blesse. Elle épluche la quantité d’annonces publiées chaque jour et si les postes sont accrocheurs, ils n’ont dans le fond rien de très réjouissant : contrats de travail de courte durée et la plupart ne sont même pas rémunérés. Margot découvre ainsi les minijobs, très répandus en Allemagne. Margot pense pourtant avoir trouvé le job idéal, rémunéré à 1500 euros par mois, inespéré. Mais pour des raisons comptables, le gérant de la start-up lui fait comprendre qu’elle doit attendre un peu avant de signer le CDI. Au final, elle se retrouve titulaire d’un CDD d’un mois, payée 600 euros pour un temps plein et avec une charge de travail étourdissante. Un minijob…

Berlin 2.0 – Ramadier – Madrigal © Futuropolis – 2016
Berlin 2.0 – Ramadier – Madrigal © Futuropolis – 2016

En postface, nous pouvons lire que « le minijob est un contrat de travail datant du gouvernement Schröder, de sa série de grandes réformes du travail en 2003, et en particulier des lois de Peter Hartz, un ancien directeur du personnel chez Volkswagen devenu ministre du travail. Créé pour « assouplir » le marché du travail, le minijob stagne avec nonchalance à 400 euros mensuels. Sa durée ne doit pas excéder deux mois, et la durée de travail quinze heures par semaine. En théorie. »

Mathilde Ramadier s’est inspirée de sa propre expérience pour écrire le scénario de « Berlin 2.0 ». Elle s’attarde dans un premier temps à décrire le quotidien et l’ambiance de la ville. La richesse de l’offre culturelle, la facilité avec laquelle il est possible de lier connaissance, la quiétude qui se dégage de la ville notamment grâce à ses nombreux espaces verts… Bien que le personnage principal connaisse Berlin pour y avoir passé quelques week-ends, il doit pourtant changer son fusil d’épaule, dépoussiérer ses idées préconçues. Il avait escompté trouver un emploi rapidement et facilement… il n’en est rien. En effet, pour trouver un emploi, cette femme va devoir revoir ses desiderata à la baisse si elle souhaite entrer sur le marché du travail allemand. Car c’est bien là le thème de cet album. Nous suivons pas à pas le parcours d’une expatriée mais la question de son intégration dans la société allemande est secondaire.

La Revue dessinée, numéro 3 (printemps 2014)
La Revue dessinée, numéro 3 (printemps 2014)

Mathilde Ramadier a réalisé un ouvrage qui sensibilise le lecteur au marché du travail outre-Rhin et s’attarde plus particulièrement sur les minijobs (courts CDD où le salarié est rémunéré au lance-pierre). Je « rangerais » volontiers cet album dans les docufictions et son sujet n’est pas sans rappeler le numéro 3 de « La Revue dessinée » (publié au printemps 2014) puisqu’il contenait notamment un dossier intitulé « Le vrai faux modèle allemand » (réalisé par Mathilde Ramadier et Pochep). « Berlin 2.0 »… celui qui cherche un travail doit être connecté (les informations passent par les réseaux sociaux, les sites spécialisés et/ou les sites de petites annonces comme Craigslist) et leurs principaux interlocuteurs sont des start-up.

Berlin, pauvre mais sexy. Des milliers de jeunes du monde entier y débarquent chaque année. En quête d’une qualité de vie meilleure. A la recherche d’une certaine lenteur. Dépourvue de stress urbain. A la conquête d’un marché du travail plus moderne. Plus prometteur. Plus créatif. Décomplexée et attractive, la ville bouillonne. Elle qui a si bien su renaître de ses cendres. Mais parfois, elle ne dévoile, sous son irrésistible appel à la liberté, que le vertige encouru par ceux qui refusent le cruel principe de réalité. Berlin, c’est la liberté au risque de la réalité.

Le dessin d’Alberto Madrigal est discret, totalement au service du propos. Le trait lisse calmement les personnages qui évoluent sur ces planches. Il complète l’ensemble à l’aide de couleurs légèrement délavées où prédomine des violine, marron clair et vert pistache. En revanche, le dessinateur détaille généreusement les fonds de case, décors et accessoires apparaissant régulièrement sur les cases. Quant à l’architecture, on sent que l’auteur maîtrise son sujet et pour cause, cet artiste espagnol vit désormais à Berlin. Cet album est sa première publication en France.

PictoOKUne lecture qui force à réfléchir, un ouvrage intéressant.

Les chroniques de Fanny Debuchot (Publikart) et de Thierry Bellefroid.

Berlin 2.0

One shot

Editeur : Futuropolis

Dessinateur : Alberto MADRIGAL

Scénariste : Mathilde RAMADIER

Dépôt légal : février 2016

ISBN : 978-27548-1146-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Berlin 2.0 – Ramadier – Madrigal © Futuropolis – 2016

Publicités

7 commentaires sur « Berlin 2.0 (Ramadier & Madrigal) »

    1. Tout à fait. Mais la réalité décrite par Mathilde Ramadier ne fait pas rêver. Certes, la qualité de vie semble meilleure… mais cette réalité du monde du travail est inquiétante

      J'aime

  1. « Elle s’attarde dans un premier temps à décrire le quotidien et l’ambiance de la ville. » C’est cette partie qui m’intéresserait ! Berlin est une ville que je souhaite visiter mais les sous-emplois ou emplois précaires ne m’intéressent pas. Ça semble loin de la réalité de chez moi…

    J'aime

    1. C’est un rythme qui semble un peu hallucinant. Le salarié est totalement tributaire des conditions fixées par l’employeur. Il y a tellement de demande d’emploi que les patrons sont sans scrupules !
      La ville en revanche semble très agréable à en croire la description faite ici

      J'aime

  2. C’est tellement difficile de parler de Berlin. Je trouve qu’ils s’en sont très bien sortis. C’est une ville qui s’offre à chacun de manière très différente.
    Je te mets en lien! je publie mon article demain. (On est raccords en ce moment!)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s