Homicide – Une année dans les rues de Baltimore, tome 1 (Squarzoni)

Squarzoni © Guy Delcourt Productions – 2016
Squarzoni © Guy Delcourt Productions – 2016

Baltimore. Une ville où te taux de criminalité et la délinquance battent des records.

L’année 1988 vient à peine de commencer et, en ce 18 janvier, la Brigade des homicides bute déjà sur son treizième homicide.

« En 1988, David Simon, le créateur de la série « The Wire (Sur Ecoute) », alors reporter au Baltimore Sun, a passé un an au sein de la brigade criminelle de Baltimore, une ville qui compte 240 meurtres par an. Son récit documentaire Homicide, A Year on the Killing Streets, adapté ici en plusieurs tomes par Philippe Squarzoni, raconte le quotidien des inspecteurs – très éloigné de la représentation qu’en fait Hollywood -, et dresse un tableau minutieux de la violence urbaine américaine dans les quartiers en détresse » (quatrième de couverture).

Un récit où plane comme une chape de plomb au-dessus de ce quotidien sérieux, sombre et d’une tension certaine. Aucune place pour l’insouciance et l’humour a depuis longtemps trouvé l’unique chemin de salut en tentant de percer sous une épaisse couche de cynisme. Ici, les inspecteurs sont sur le qui-vive en permanence, affairés à traquer les meurtriers. Crime passionnel, vendetta, règlement de compte… les cas de figure ne manquent pas, contrairement aux témoins qui ne sont pas légion. Des enquêteurs qui ploient sous l’ampleur de la tâche.

Le cynisme des enquêteurs est davantage façonné par le dépit et les désillusions que par les difficultés qu’ils rencontrent dans leur quotidien professionnel. Ils exercent dans une ville où la criminalité explose toutes les statistiques, le reportage débute le 18 janvier 1988 au moment où le sergent Jay Landsman et l’inspecteur Tom Pellegrini arrive sur le lieu d’une fusillade. Il y a là un corps à identifier. Mais l’album va nous conduire auprès de chaque membre de cette brigade. Comme s’il menait une enquête policière, Philippe Squarzoni le profil de chacun de ces hommes à la fois usés et passionnés par leur travail. Tour à tour, chacun de ces hommes prendra la parole, devant ainsi le narrateur le temps d’un instant.

Comme à son habitude, Philippe Squarzoni fouille son sujet et n’omet aucun détail. En revanche, ce qui change de ses ouvrages précédents – outre le fait qu’il s’agisse ici d’une adaptation et non d’une recherche qu’il aurait entreprise – c’est le fait qu’il n’appuie pas son propos sur des métaphores graphiques. En effet, dans ses précédents reportages (« Saison brune », « Garduno en temps de paix », « Dol »…), l’auteur s’appuyait abondamment sur l’imagerie collective afin d’introduire habillement un second degré de lecture, stimulant ainsi l’esprit critique du lecteur et associant ce dernier à la réflexion menée. Ici, Squarzoni utilise ce procédé avec beaucoup de parcimonie. Il suit son sujet comme un enquêteur et montre qu’il s’est totalement approprié le contenu du reportage. Il a investi les principaux protagonistes, cerné les difficultés auxquelles ils se heurtent et qu’il parvient même à s’orienter dans le dédale des rues et des coupe-gorges de Baltimore.

Premier opus d’une série annoncée en cinq tomes, « Homicide – Une année dans les rues de Baltimore » parvient à nous faire ressentir de l’empathie pour ces hommes de l’ombre. Sur leurs épaules repose une hiérarchie en haut de laquelle repose le maire. La reconduction du mandat de ce dernier repose totalement sur les résultats des équipes de terrain. On sent la pression insidieuse qui pèse sur les épaules des enquêteurs et cette tension s’ajoute à celle venue de la rue. La population se méfie, certains les défient.

PictoOKSuperbe premier tome qui impose une ambiance dès les premières planches. Très vite, on rentre dans ce quotidien à la fois violent et surréaliste. Une série à suivre.

Plusieurs interviews de l’auteur sont partagées sur le site de l’éditeur.

Sur le même sujet mais dans un tout autre ton : « The Grocery » (inspiré de « The Wire », série d’Aurélien Ducoudray et Guillaume Singelin, chez Ankama).

D’autres albums de Philippe Squarzoni sur le blog : suivez ce lien.

Extrait :

« Corps repêchés dans le port, des crabes bleus accrochés aux mains et aux pieds. Des corps dans les caves. Dans les lits. Dans les coffres de voitures. Des corps sur des civières. Aux urgences. Avec des tubes et des cathéters. Des corps et des morceaux de corps tombés des toits, des balcons ou des grues. Des corps écrasés par de lourdes machines… asphyxiés au monoxyde de carbone… ou suspendus au plafond d’une cellule. Des petits corps dans leur berceau entourés d’animaux en peluche qui ont simplement cessé de respirer. Pour chaque corps, l’inspecteur donne ce qu’il peut se permettre de donner. Et rien de plus. Il mesure soigneusement la quantité d’énergie et d’émotion qu’il peut y consacrer. Il clôt son affaire. Puis passe à la suivante » (Homicide).

Homicide

– Une année dans les rues de Baltimore –

Tome 1 : 18 janvier – 4 février 1988

Série en cours

Editeur : Delcourt

Collection : Encrages

Dessinateur / Scénariste : Philippe SQUARZONI

d’après le documentaire de David Simon

Dépôt légal : mai 2016

128 pages, 16,50 euros, ISBN : 978-2-7560-4217-6

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Homicide-Une année dans les rues de Baltimore, tome 1 – Squarzoni © Guy Delcourt Productions – 2016

Advertisements

9 commentaires sur « Homicide – Une année dans les rues de Baltimore, tome 1 (Squarzoni) »

  1. J’hésitais énormément, je l’ai même pris en main, décidé à aller jusqu’à la caisse de ma librairie la semaine dernière, avant de le reposer au bénéfice d’un autre album. Mais c’était reculer pour mieux sauter, surtout après la lecture de ton billet.

    J'aime

    1. Après, j’aime bien le noir et blanc et je suis une inconditionnelle des docu & reportages en tout genre. Ce qui m’a davantage fait hésité, c’est la « longueur » de la série. Cinq tomes…

      J'aime

    1. 😀
      J’avais bien aimé les précédents albums de Squarzoni. Par contre, j’appréhendais de me retrouver face à un album assez similaire (dans sa construction) à ses précédents titres, avec notamment l’utilisation permanente d’images d’objets du quotidien pour introduire un autre degré de lecture.
      Je ne dis pas qu’il ne le fait pas ici mais en tout cas, pas en puisant dans le stock de références collectives.
      En tout cas, le témoignage ces flics est très intéressant

      J'aime

  2. oh ma copine ce billet ❤
    bientôt anniversaire du poilu et voilà qui devrait bcp lui plaire !
    merci merci
    et puis de la bise immmmmmmmmmmmense ❤

    J'aime

    1. J’y reviendrai certainement sur cette série, vu que seul le premier tome est accessible à ce jour. Je n’avais pas vu la série télévisée ni pris le temps de regarder le documentaire de David Simon. Je pense que je vais passer le pas pour le second

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s