Anna Politkovskaïa (Matteuzzi & Benfatto)

Matteuzzi – Benfatto © Steinkis – 2016
Matteuzzi – Benfatto © Steinkis – 2016

« Dénonçant la corruption et les violations des libertés publiques, Anna Politkovskaïa s’attire les foudres du régime. Ses révélations sur le conflit en Tchétchénie lui seront fatales. Le 7 octobre 2006, elle est assassinée dans l’ascenseur de son immeuble à Moscou. L’onde de choc de sa disparition est mondiale. Journaliste courageuse et femme déterminée, elle fut et reste la voix de la Russie qui résiste. » (synopsis éditeur).

Reste baissée. Dans la région, pour survivre, mieux vaut ne pas se faire remarquer.

Tout commence par une scène dans laquelle des civils essuient des tirs nourris. Les militaires mitraillent, cela les fait rire. Les civils, quant à eux, font les morts. Anna fait partie des tchétchènes, elle est ventre à terre, comme eux. Un dessin au trait fin réalisé à l’encre de Chine, veillant à la fluidité des mouvements comme à l’expressivité des visages et des corps. A d’autres moments, comme pour donner de la consistance à ces paysages déchirés par la guerre, le pinceau prend le relais et brosse, par vagues épaisses, des noirs accentuant les formes qui cassent la morne ligne d’horizon sur laquelle s’endort le regard. Une ambiance graphique faite de noir, de blanc et de dégradés de gris permis par la dilution de l’aquarelle

Anna Politkovskaïa apparaît comme une femme de caractère sachant situer avec exactitude ses missions et son rôle de journaliste. Farouchement opposée à toute forme de censure, elle se bat pour la liberté d’expression et revendique son droit à dénoncer abus, crimes, répression…

Non, je ne me tairai pas ! Les gens meurent, tous les jours ils sont torturés par les soldats de ce satané pays, et nous, on devrait omettre les détails les plus scabreux ?

La Tchétchénie. Anna Politkovskaïa y est revenue à mainte reprise. Parler du quotidien des hommes et des femmes coincés dans un conflit interminable, du climat de terreur qu’entretient les soldats (les russes comme les tchétchènes), des moyens de survivre en traficotant ou en chapardant du pétrole (permettant la fabrication d’essence artisanale). Francesco Matteuzzi décrit aussi ce lien si chaleureux que la journaliste entretenait avec les populations. Une écoute attentive, le souci d’être exacte, la responsabilité de dire… autant de qualités qui faisaient d’Anna Politkovskaïa une grande professionnelle.

« ‟- Si vous promettez d’écrire tout ce que je dis, je parlerai. J’ai confiance en vous… comme tout le monde ici… mais je veux que vous écriviez absolument toutˮ. Je sais que c’est faux. Tout le monde n’a pas confiance en moi. Mais je le lui promets. » Anna n’avait jamais la garantie que son rédacteur en chef conserverait l’intégralité des articles qu’elle lui transmettait. Mais elle n’a pas été seulement amenée à témoigner ou à rendre compte du témoignage de civils. Elle était reconnue, appelée par des commandos tchétchènes qui voulait qu’elle transmette leurs desiderata au gouvernement de Poutine dans des cas de prises d’otages, elle recueillait le témoignage d’individus qui ont été mouillés dans les sales affaires du gouvernement et qui ont souhaité témoigner… pour se protéger… mais c’était peine perdue. »

Francesco Matteuzzi fait la part belle aux convictions de la journaliste assassinée. Le scénario utilise son intégrité et sa ténacité pour trouver sa force. Il y a quelques années, Igort en avait fait de même dans « Les Cahiers russes » (Futuropolis, 2012). Il me semble qu’il est impossible de parler d’Anna Politkovskaïa et omettre sa force de caractère. Il est aussi question de la pression que le gouvernement lui a fait subir (« Anna Politkovskaïa ? C’est une journaliste non rééducable. Il faut la traiter en conséquence. »), des menaces, du chantage, des tentatives de corruption, etc.

Les dessins d’Elisabetta Benfatto ne semblent servir qu’à une seule chose : illustrer le récit. Dépourvu de toute force, sans hachures, sans trop de profondeur… un dessin très doux qui contraste fortement avec le ton narratif. Et même si ce style graphique permet une grande lisibilité, on peut tout de même regretter que le trait ne soit pas plus mordant et donnant l’impression que le scénario est linéaire et plat alors que ce n’est pas le cas.

PictomouiUn documentaire qui retrace les dernières années de vie d’Anna Politkovskaïa. Il se referme sur la mort de la journaliste, fervente militante des droits de l’Homme, le 7 octobre 2006… le jour du cinquante-quatrième anniversaire de Poutine.

Extraits :

« – Tu sais quoi ? Parfois, je voudrais être l’un de tes protégés… Un orphelin de guerre, un invalide… tu es toujours si gentille avec eux, tandis qu’avec tes collègues…

– Peut-être, Dmitri, mais malheureusement pour toi, tu habites à Moscou et tu es le rédacteur en chef       de ce journal. Ta vie est encore parfaitement normale. » (Anna Politkovskaïa)

« On sait bien qui a tiré profit de l’attentat. Je rédige mon article et publie l’interview. Six mois plus tard, Terkibaev perdra la vie dans un accident de voiture à peine surprenant. Parce que chez nous, cela fonctionne ainsi… Si vous parlez, si vous révélez des faits que le régime veut dissimuler, vous êtes mort… » (Anna Politkovskaïa)

« Ceux qui disent la vérité mènent une véritable guerre. C’est aussi une guerre contre les autres journalistes, parce qu’on fait le vide autour de vous. Résultat : vous restez seul. Les interrogatoires au parquet sont devenus une habitude. On me convoque à chaque fois que le journal publie l’un de mes articles.  L’interrogatoire dure quelques heures, puis, si tout va bien, on me laisse rentrer chez moi. Ou bien on m’arrête, c’est au choix. » (Anna Politkovskaïa)

Anna Politkovskaïa

– Journaliste dissidente –

One shot

Editeur : Steinkis

Dessinateur : Elisabetta BENFATTO

Scénariste : Francesco MATTEUZZI

Traduit de l’italien par Marie GIUDICELLI

Dépôt légal : août 2016

128 pages, 16 euros, ISBN : 979-10-90090-90-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Anna Politkovskaïa – Matteuzzi – Benfatto © Steinkis – 2016

Advertisements

6 commentaires sur « Anna Politkovskaïa (Matteuzzi & Benfatto) »

    1. Mitigée parce que l’ouvrage d’Igort m’avait fait forte impression. Je pense… du coup, je m’attendais au moins à quelque chose d’aussi fort

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s