Egratignures (Hureau)

Hureau © Jarjille – 2015
Hureau © Jarjille – 2015

Lorsqu’il était enfant, il rêvait d’un voilier qu’il ferait naviguer dans le bassin du parc. La vie lui a apporté autre chose.

Lorsqu’il était enfant, il passa une journée à tenir compagnies à deux dames dans un parc. Il les amusa, il les ravit, mais ce qui reste réellement de cette journée, c’est une carte de visite qu’un homme lui remit ; son avenir professionnel lui apparut alors comme une évidence.

Un jour, lorsqu’il était petit, il fit tout pour plaire à une fillette. Ce jour-là, il apprit à dompter sa peur.

Lorsqu’il était petit, il n’avait pas de toit. Sa maison, c’était la rue. Son occupation, c’était de trouver un moyen de survivre. Puis un soir, il rencontra cette fillette qui s’était perdue. Pour elle, il prît des risques. Il eut peur pour sa vie.

Puis il y a Numa, Lelio, Ninon, Thalia, Noé, Susa et cette fillette.

Sept enfants orphelins, abandonnés ou vendus à un contremaitre qui les fait travailler d’arrache-pied tous les jours de la semaine dans une briqueterie. Mais ce jour-là est à eux, il marque un tournant dans leurs vies. Au loin une révolution commence à se faire entendre. Le patron s’agite, préoccupé. Les outils resteront rangés.

La briqueterie n’est qu’une silhouette parmi d’autres dans le paysage. Ce jour-là elle dort, elle est silencieuse. Et eux ont toute la journée pour rêvasser. « Il devint clair que la journée s’ouvrait pour nous sur d’insondables possibles ». Alors, dans un même élan, ils partent découvrir d’autres lieux.

Nous n’avions plus qu’à inventer notre nouvelle vie, trouver de quoi en alimenter les besoins élémentaires.

Petites leçons de vie mises en images et en mots par Simon Hureau (« Mille parages » , « L’Empire des Hauts-Murs » , « Intrus à l’étrange » …) qui nous émerveille une fois de plus. La beauté des illustrations qu’il réalise est réelle. La minutie, le souci du détail, ce trait à la fois précieux et vivant sont autant d’éléments dont on se saisit et qui nous permettent de sauter la tête la première dans ce recueil. Une histoire principale, celle des sept enfants des rues. Le rêve fou qu’ils font et dans lequel ils croient. Rendus plus forts grâce à ce lien qui les unit. Ils sont une famille, unis, solidaires, ils veillent les uns sur les autres, insouciants du danger, ne sachant pas ce que la vie est capable de leur réserver le meilleur comme le pire. Carpe diem, c’est ainsi qu’ils vivent.

Au terme de chaque temps fort du récit, une parenthèse qui nous permet de découvrir d’autres enfants issus, quant à eux, d’un milieu social plus aisé. La richesse des uns contraste avec la pauvreté des autres mais tous ont ce point commun de croire en l’impossible. Le rêve, l’enfance, des bleus à l’âme, des bleus suite aux coups de bâtons reçus… autant d’accrocs que l’insouciance de l’enfance permet parfois de dépasser plus vite que d’ordinaire. Le tranchant de la vie et sa caresse.

PictoOKSept nouvelles, sept sucreries où l’on se régale les pupilles. Pour ne rien gâcher, l’objet-livre est superbe. Une belle invitation à la lecture.

Une lecture commune avec Jérôme (merci pour la découverte Monsieur ! 😉 )

Egratignures

One shot
Editeur : Jarjille
Dessinateur / Scénariste : Simon HUREAU
Dépôt légal : octobre 2015
120 pages, 18 euros, ISBN : 978-2-918658-49-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Egratignures – Hureau © Jarjille – 2015

14 commentaires sur « Egratignures (Hureau) »

  1. Tu vois que ça peut être très bien la nouvelle en BD :p
    En même temps avec Simon Hureau on peut y aller les yeux fermés, ça aide. Et quel bel objet-livre !

    J'aime

    1. C’est vrai que je suis capable de suivre Simon Hureau sur n’importe quel sujet. Ses petites nouvelles de « Mille parages » m’avaient déjà fait revenir sur mes apriori concernant le format du recueil de nouvelles. Cet auteur me régale !
      Merci de m’avoir offert l’album. Je ne l’avais même pas vu quand il a été publié 😳

      J'aime

  2. Oh ça me plait et ça ferait KDO formidable pour ma copine Mag ❤
    Merkiiiiii les copains pour la jolie découverte ❤

    J'aime

    1. Mais pourquoi donc ?
      Ces nouvelles sont courtes, certes, mais consistantes. On n’a pas l’impression d’éphémère ou de quelque chose de grignoté. Chaque nouvelle prend le temps de raconter l’histoire d’un enfant et au final, quand la lecture est terminée, on voit que ces enfants ont des points communs. Non vraiment c’est un très bel album 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s