Addiction (Busquet & Colombo)

Busquet – Colombo © Akileos – 2017

Il y a plusieurs sortes d’addictions. Celles que tu caches aux autres, celles que tu regrettes, celles que tu ignores avoir, celles que tu nies, celles qui affectent ton entourage, celles qui passent inaperçues… Certaines dépendances sont plus mal vues que d’autres, certaines sont socialement acceptées et ne sont même pas considérées comme des addictions. Mais une addiction, aussi minime soit-elle, peut changer ta vie pour toujours. En particulier quand tu en perds le contrôle.

Paquita, Brigitte, Sophie, Alain… ils ont tous des vies très différentes. Ils ont 20, 30, 40 ans… Certains se connaissent d’autres pas. Ils sont laborantins, employés de bureaux, vendeurs en prêts à porter… Ils vivent seuls ou sont mariés. Certains ont des enfants. Ils ont peu de points commun si ce n’est le fait de vivre dans la même ville et de souffrir d’une addiction. Un talon d’Achille. Addictions aux jeux d’argent (machines à sous, jeux de grattage, poker…), cleptomanie, addiction au travail, au sexe, à l’alcool, aux écrans, aux cigarettes, aux stupéfiants…

J’ai honte c’est horrible

Une pulsion qu’ils sont incapables de réfréner et qui les entraîne dans une spirale infernale. Avant de parvenir à réagir, certains touchent le fond. Et même arrivés là, l’envie d’avoir recours à l’objet de tous les désirs est plus forte que tout. L’envie de « s’en sortir » est réelle mais trouver la force de changer ses habitudes est au-delà de leurs forces. Comment s’en sortir alors ? Peut-être en optant par le déni, forme de fuite qui permet de rendre la réalité plus supportable. Ils répètent une sorte de litanie qui varie d’une personne à l’autre.

… « Je contrôle ». « Ce n’est pas un problème… ». « Je ne pense pas tomber aussi bas… ». « Je suis dans la merde ». « Je peux tout effacer ». « J’arrive pas à m’empêcher de… ». « C’est plus fort que moi ». « Je ne vois pas le temps qui passe… ». « C’est ma faute ». « J’ai tout gâché ». « J’ai essayé mais je ne peux pas »…

Famille, conjoint, amis… Certains font appel à des centres spécialisés, d’autres préfèrent les groupes de parole d’usagers… beaucoup préfèrent aussi le silence. L’addiction les isole ou du moins, change les rapports qu’ils ont avec leur entourage. Ce qu’ils consomment en excès (de l’écran au produit) leur apporte de la satisfaction, de l’adrénaline, une bulle par rapport à la vie… et rares sont ceux qui n’arrivent pas au constat que la situation n’est pas viable. Ils se consolent autant qu’ils ne se fourvoient. La sensation qu’ils trouvent dans la pratique les rend vivants… le temps d’un instant. Puis, ils se prennent la réalité en pleine gueule. Dettes, isolement, licenciement, perte de la notion du temps, … culpabilité, précarité, honte… les excès sont aussi différents que les conséquences qu’ils provoquent.

Décaler un peu le regard sur nos habitudes, ce que l’on « consomme » et pourquoi. Quelques pistes de réflexion et un récit choral qui noue la gorge.

Addiction

One shot
Editeur : Akileos
Dessinateur : Pedro J. COLOMBO
Scénariste : Josep BUSQUET
Dépôt légal : avril 2017
92 pages, 15 euros, ISBN : 978-2-35574-134-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Addiction – Busquet – Colombo © Akileos – 2017

10 commentaires sur « Addiction (Busquet & Colombo) »

    1. C’est une réédition. J’avais vu une autre couverture et celle-ci est beaucoup plus réussie !
      La gorge nouée oui, parce qu’on voit leur détresse. Bien qu’ils souffrent, ils ne parviennent pas à agir sur leurs pulsions

      J'aime

    1. Moui alors je ne sais pas. Je ne te vois pas trop sur ce titre en fait. Il permet de se sensibiliser à la question de la dépendance et invite à enlever les œillères que les gens peuvent avoir sur cette questions. Bouger un peu les représentations qu’ils en ont. Toi, vu ton parcours professionnel… je ne vois pas trop ce qu’elle peut t’apporter.
      En tout cas, c’est un bon support pour délier les langues je trouve. Je verrais bien ce bouquin circuler dans groupe de parole parce que les situations présentées interpellent. Je pense qu’il peut délier les langues et donner lieu à des échanges intéressants

      J'aime

  1. D’où sont issus ces témoignages? des personnes ou des soignants ?
    A découvrir, pourquoi pas, rien que pour voir comment c’est traité.
    BIZZZ (moi aussi j’aime bien la couverture)

    J'aime

    1. Ce sont plus des tranches de vies que des témoignages. Le livre s’ouvre sur un groupe de parole d’usagers mais en deux planches, le groupe se quitte et on n’y reviendra finalement pas. Il sert juste à introduire l’un des personnages principaux.
      Aucun soignant là-dedans. Juste des gens pris dans leurs consommations respectives (cleptomane, addiction au travail, au sexe, au poker, aux écrans). Il y a tout de même un personnage qui m’a interpellé parce que je doute qu’il ait bien sa place ici. En tout cas, au CSAPA, on n’en a jamais vu des consommateurs… de mensonges. J’ai trouvé ce personnage un peu cliché.
      Ce que je trouve intéressant, c’est que finalement, les addictions « habituelles » ne soient pas présentes ici. Je pense qu’on peut compter sur les doigts d’une seule main le nombre de fois où une cigarette apparait, rien sur l’alcool (même si certains sont parfois en état d’ébriété, le scénariste ne s’appesantit pas là et l’alcoolisme apparaît comme secondaire). Rien sur les drogues dures (ou là encore le cliché du junkie et le personnage apparaît si peu de temps qu’on peine à le retenir).
      Un album tout public qui contribue à sortir l’addiction des dépendances que monsieur-tout-le-monde diabolise

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s