Gold Star Mothers (Grive & Bernard)

Grive – Bernard © Guy Delcourt Productions – 2017

7 Mai 1930, New-York.

Un paquebot s’apprête à prendre la mer. A son bord, des dizaines de femmes qui ont accepté l’invitation du gouvernement à traverser l’océan, la première traversée des « Gold Star Mothers ». Elles partent en pèlerinage. Elles vont en France pour se recueillir sur la tombe de leurs fils, de leurs maris ou de leurs frères qui sont morts pendant la Première Guerre Mondiale. Elles vont voir pour la première fois la tombe de leurs soldats et ainsi poursuivre le long processus de deuil qu’elles ont entamé depuis plus d’une décennie.

Pendant le voyage, les amitiés se nouent et les langues se délient. C’est pour elles l’occasion de témoigner du parcours de leur proche, de mettre des mots sur l’absence, sur le deuil, sur cette impossible manque causé par la disparition d’un homme de leur famille.

Un album hommage réalisé dans le cadre du centenaire de l’entrée des Etats-Unis dans la Première Guerre Mondiale. Catherine Grive est une habituée des documentaires à destination des jeunes publics et des publics adultes. « Gold Star Mothers » est l’occasion pour elle de revenir sur un sujet qu’elle avait déjà abordé dans les années 1990. A cette période, elle était partie « sur la trace d’une histoire familiale, un aïeul disparu dans les premiers jours de la guerre de 1914-1918, à l’origine d’un Guide des Cimetières militaires en France aux éditions du Cherche-Midi [1999] » (extrait de la présentation de l’auteur sur le site de La Maison des Ecrivains et de la Littérature).

Catherine Grive nous propose de suivre ses femmes via un journal de bord que l’une d’entre elles aurait pu rédiger pendant ce mois de pèlerinage. De l’embarquement à New-York au recueillement sur la tombe d’un cimetière militaire en Meuse, des faits marquants ponctuent chaque journée : une rencontre, un atelier, une cérémonie, une discussion… Quelques personnages secondaires témoignent – en aparté – de la représentation qu’ils ont de ces mères-courage, permettant ainsi au lecteur de mieux appréhender l’émotion palpable qui était ressentie durant ces traversées.

Je m’attendais à une ambiance assez mortifère (compte-tenu de l’aspect symbolique du voyage, de l’huis-clos du paquebot…). Il n’en est rien. Certes, certaines femmes sont d’une grande fragilité mais leur émoi n’est pas pesant. Elles ont saisi l’opportunité de réaliser ce voyage qu’elles vivent pleinement (non sans appréhensions). Elles se soutiennent dans cette démarche et le dessin fragile et sensible de Fred Bernard et ses couleurs fruitées viennent justement donner du relief et de la consistance à cette envie de tourner la page, à ce besoin de faire le deuil de leurs enfants/conjoints.

Un album agréable dans lequel la mélancolie et la tristesse ne parviennent pas à alourdir l’atmosphère.

J’espère que vous avez passé un bel été. La « BD de la semaine » reprend aujourd’hui. Vous pouvez retrouver toutes les participations chez Noukette !

Gold Star Mothers

One shot
Editeur : Delcourt
Collection : Mirages
Dessinateur : Fred BERNARD
Scénariste : Catherine GRIVE
Dépôt légal : août 2017
112 pages, 16.95 euros, ISBN : 978-2-7560-7938-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Gold Star Mothers – Grive – Bernard © Guy Delcourt Productions – 2017

Publicités

23 commentaires sur « Gold Star Mothers (Grive & Bernard) »

    1. Oui mais pour autant, le scénario manque peut-être un peu de punch. Tu me diras mais je ne suis pas certaine que tu t’y retrouveras 😉

      J'aime

    1. Tu me diras si tu as l’occasion de le lire. Et puis, je me suis tournée vers ce titre parce qu’il a en partie été réalisé par Fred Bernard. J’ai aimé plusieurs de ces albums mais celui-là, pour loin, est loin d’être le meilleur qu’il ait réalisé

      J'aime

  1. Repérée déjà, avec ton si joli billet, bon hein je vais me laisser attraper par cette BD !
    Bisous Mo’chéwie ❤

    J'aime

    1. Feuillète un coup, lis les premières planches, butine un peu dans l’album et tu te feras une idée. A ce jour, je trouve que cete histoire était un peu linéaire. Ça manque de force tout ça 😉

      J'aime

    1. Je suis la première surprise 😀 (parfois, je râle de mettre autant de temps à répondre aux commentaires… mais parfois, ce laps de temps permet de laisser décanter une lecture et je m’aperçois aujourd’hui que celle-ci ne fait pas trace)

      Aimé par 1 personne

      1. Je verrais si je la croise en biblio! Tu auras eu le mérite de nous la présenter, à nous de faire notre propre avis. Mais c’est intéressant que tu dises que finalement ça ne t’ait pas plus marquée que ça 😉

        J'aime

    1. C’est intéressant oui. Je ne savais rien de cette initiative des Etats-Unis. Mais permettre aux proches des soldats de faire leur deuil me paraît si logique, si humain

      J'aime

    1. Je vais me redire je crois, par rapport aux autres réponses que je viens de faire. Prends le temps de feuilleter… avant de plonger 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s